En direct
Best of
Best of du 21 au 27 novembre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

"Covid partouze" dans le centre de Bruxelles: la police a interpellé 25 personnes dont un député européen qui a tenté de fuir

02.

Nouvelle ruée vers l’or vers un lithium « vert » (et la France a des réserves)

03.

Les 5 plus grosses fortunes mondiales préfigurent ce que sera notre mode de vie sur la planète au cours du 21e siècle

04.

« Cherche professeur pour remplacer Samuel Paty »

05.

Emmanuel Macron et la majorité sont-ils en train de perdre à vitesse grand V l’argument de leur supériorité morale et démocratique face au RN ?

06.

Coronavirus : hausse des ventes en ligne, des livreurs meurent de surmenage en Corée du Sud

07.

Regardez bien cette affiche : Auschwitz est de retour…

01.

Elections américaines : derrière les suspicions de fraude, une lutte totale opposant "Patriotes" et "mondialistes" à l'échelle occidentale?

02.

Elon Musk est devenu le 2ème homme le plus riche au monde et voilà pourquoi la France aurait singulièrement besoin de s'en inspirer

03.

Karine Le Marchand & Stéphane Plaza s’installent ensemble (elle pète, il ronfle); Jalil & Laeticia Hallyday aussi (mais sont moins bruyants); Yannick Noah retrouve l’amour; Geneviève de Fontenay : petite retraite mais grosse dent (contre Sylvie Tellier)

04.

"Covid partouze" dans le centre de Bruxelles: la police a interpellé 25 personnes dont un député européen qui a tenté de fuir

05.

Immigration : les dernières statistiques révèlent l'ampleur des flux vers la France. Mais qui saurait les contrôler ?

06.

Emmanuel Macron et la majorité sont-ils en train de perdre à vitesse grand V l’argument de leur supériorité morale et démocratique face au RN ?

01.

Immigration : les dernières statistiques révèlent l'ampleur des flux vers la France. Mais qui saurait les contrôler ?

02.

Violences et police : quand la droite confond l'ordre et les libertés et se tire une balle dans le pied (électoral)

03.

Elon Musk est devenu le 2ème homme le plus riche au monde et voilà pourquoi la France aurait singulièrement besoin de s'en inspirer

04.

Noël : Emmanuel Macron envisage des « mesures restrictives et dissuasives » pour les Français qui voudraient skier à l'étranger

05.

Filmés en train de violenter un producteur de musique dans l'entrée d'un studio 3 policiers parisiens (qui l'ont accusé, à tort, de rébellion) suspendus

06.

« La France aimez-la ou quittez-la ». Et qui a dit ça ? Le secrétaire général de la Ligue islamique mondiale !

ça vient d'être publié
pépites > France
Dissolution
BarakaCity dénonce le gel « illégal » de ses avoirs par l'Etat
il y a 33 min 40 sec
pépites > Santé
Covid-19
Coronavirus ; la commission d’enquête parlementaire évoque des manquements des pouvoirs publics avant et pendant la crise sanitaire
il y a 1 heure 53 min
light > Science
Santé
L'Intelligence Artificielle pourrait prédire quelles combinaisons de médicaments luttent le mieux contre tel ou tel cancer
il y a 2 heures 17 min
pépites > Santé
Coronavirus
MHRA, l'agence de santé britannique, autorise l'utilisation du vaccin Pfizer/BioNtech : les premières vaccinations pourraient commencer la semaine prochaine dans les maisons de retraite
il y a 2 heures 54 min
pépites > Finance
Scandale
Faillite Wirecard : l'APAS, le régulateur allemand des firmes d'audit estime qu'Ernst & Young (EY, géant de l'audit) savait que son audit de 2017 était inexact
il y a 3 heures 47 min
pépite vidéo > Politique
Premier ministre
Crise sanitaire, loi « sécurité globale », ski à l’étranger: retrouvez l’entretien de Jean Castex sur RMC et BFMTV
il y a 4 heures 17 min
pépites > Santé
Vacances
Isolement de 7 jours au retour pour les Français qui sont partis faire du ski en Suisse ou en Espagne
il y a 5 heures 2 min
décryptage > Politique
Occupation de temps de cerveau disponible

La démocratie, malade du syndrome Darmanin ?

il y a 5 heures 35 min
décryptage > Economie
Atantico Business

Les 5 plus grosses fortunes mondiales préfigurent ce que sera notre mode de vie sur la planète au cours du 21e siècle

il y a 6 heures 26 min
pépites > Media
Entretien avec le chef de l’Etat
Emmanuel Macron sera interviewé ce jeudi 3 décembre en direct sur Brut
il y a 19 heures 21 min
pépites > Economie
Pas de cadeau
Le gouvernement ne devrait pas revaloriser pas le Smic en plus de la hausse automatique selon Jean Castex
il y a 1 heure 8 min
décryptage > Société
Moyen de transport idéal pendant la crise du Covid ?

Les e-scooters et autres trottinettes électriques sont-ils une bonne affaire pour l’environnement (et pour les entreprises qui les louent ) ?

il y a 2 heures 8 min
décryptage > Consommation
Magie de Noël

Réveillons de fin d’année : petits conseils pour bien anticiper les plaisirs que vous pourrez vous autoriser sans vous ruiner la silhouette

il y a 2 heures 40 min
décryptage > Santé
Rempart pour endiguer l'épidémie

Covid-19 : Et si la première cible à convaincre de l’efficacité du vaccin étaient les médecins et soignants eux-mêmes ?

il y a 3 heures 18 min
décryptage > France
Nuit et Brouillard

Regardez bien cette affiche : Auschwitz est de retour…

il y a 3 heures 47 min
décryptage > Economie
Nouveau monde

Ce que le nouveau record atteint par le Bitcoin préfigure pour l’avenir du système bancaire

il y a 4 heures 55 min
décryptage > Politique
Fractures émotionnelles

La colère et la peur dominent les émotions des Français concernant l’état du pays. Mais ceux qui les ressentent ne sont pas du tout les mêmes

il y a 5 heures 26 min
décryptage > France
Débat public

Socle citoyen : l’Assemblée nationale vote pour l’exploration d’un revenu universel qui ne dit pas son nom mais demeure une très bonne idée

il y a 5 heures 48 min
pépites > Santé
Investigations
Covid-19 : l'OMS « fera tout » pour connaître l'origine du virus
il y a 18 heures 57 min
light > Media
Nouveaux projets
Jean-Pierre Pernaut va lancer un « Netflix des régions » le 18 décembre prochain
il y a 19 heures 48 min
© Ben STANSALL / AFP
© Ben STANSALL / AFP
Victimes de la mode

Fast fashion : les dessous du combat pour briser le silence sur les gaspillages massifs des marques de mode

Publié le 02 août 2018
Burberry a récemment détruit pour 30 millions de livres sterling de stock invendu au début du mois de juillet. Cette pratique est-elle courante dans les grandes entreprises de la mode ?
Elisabeth Laville
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Diplômée d’HEC en 1988, Elisabeth Laville a passé quelques années au planning stratégique de deux agences de publicité avant de fonder le cabinet Utopies en 1993. Elle est depuis reconnue comme l’une des expertes européennes du développement durable....
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Burberry a récemment détruit pour 30 millions de livres sterling de stock invendu au début du mois de juillet. Cette pratique est-elle courante dans les grandes entreprises de la mode ?

Atlantico : L'entreprise anglaise Burberry a reconnu avoir détruit pour 30 millions de livres sterling de stock invendu au début du mois de juillet. Ce genre de pratique est-elle courante dans les grandes entreprises de la mode ?

 
Elisabeth Laville : C’est l’un des derniers tabous de l’industrie, et en particulier des marques de luxe, à l’heure de la transparence qu’impose le digital. Mais en effet d’autres entreprises du secteur, dont le modèle économique est plus proche de la fast-fashion comme H&M, ont déjà été prises en flagrant délit de telles pratiques. C’est choquant dans tous les cas, parce que cela représente des ressources naturelles et du travail humain qui partent littéralement en fumée… au mépris apparent des enjeux sociaux et environnementaux en amont. Cela, dans un contexte où les impacts cachés de l’industrie sont de plus en plus connus du grand public - voir le récent Cash Investigation sur le travail forcé dans les champs de coton ouzbeks, la campagne Detox de Greenpeace sur l’utilisation de composés chimiques toxiques dans le textile ou l'effondrement, début 2013, du Rana Plaza au Bangladesh, qui a fait plus de 1 100 morts parmi les ouvriers travaillant pour les plus grandes marques occidentales. 
 
Au fond c’est l’équivalent textile du gaspillage alimentaire… qui existe cela dit aussi chez les clients, qui achètent des vêtements en promotion, par exemple, et ne les portent jamais ou presque (selon une enquête de Marks & Spencer en Angleterre, 46% du contenu de nos dressings est porté moins d’une fois par an).  Et naturellement c’est également choquant quand il s’agit de produits de valeur, un peu comme à l’époque où Serge Gainsbourg brûlait un billet à la TV : l’opinion publique n’est pas sensible à l’argumentaire des marques de luxe sur la protection de leur image et le fait qu’elles ne veulent pas inonder le marché de produits de luxe à bas coûts, car une décision sociétalement absurde, a fortiori prise dans l’intérêt « égoïste » de l’entreprise, est perçue comme doublement absurde, à l’heure où par ailleurs toutes les marques revendiquent une forme de responsabilité sociale et de prise en compte de l’intérêt général !
 

Une remise en question de cette tendance à la "fast-fashion", terme qu'on pourrait traduire par "mode jetable" semble toucher sérieusement les entreprises elles-même. L'industrie est-elle en train de faire évoluer ses pratiques pour s’éloigner de ce modèle ? Quelles sont les solutions proposées ?

 
C’est un fait que les soldes et les promotions ne parviennent plus à convaincre les consommateurs et à maintenir le niveau des ventes. Or pour les entreprises, le modèle économique de la fast-fashion repose sur des volumes importants de vêtements, vendus peu cher pour que les clients puissent les renouveler fréquemment…. Sauf que manière croissante, si l’on en croit les études, la principale attente des consommateurs n’est plus d’acheter davantage grâce à de bonnes affaires, mais de consommer des produits de meilleure qualité, quitte à en consommer moins. Ainsi 83% des Français déclarent ainsi « faire plus attention à la qualité des produits qu’ils achètent » et 82% indiquent « consommer moins mais mieux». Seule une minorité de consommateurs se montre encore friande de promotions et pas forcément ceux dont le pouvoir d’achat est le plus contraint : 78% des Français évoquent au moins une raison de considérer les promotions avec suspicion. En tête : la difficulté à décoder les mécanismes promotionnels et le bénéfice associé. Du coup, les consommateurs déchantent devant la piètre qualité des produits et 70% des femmes pensent que les prix des vêtements « ne veulent plus rien dire ».  
 
Pour "corriger » le tir, les grandes marques se sont lancées dans des initiatives environnementales comme la collecte de vêtements usagés et souvent la vente en parallèle de vêtements faits à partir de fibre recyclée. Mais pour les experts, le recyclage est un alibi - car les marques collectent et recyclent en réalité une infime quantité de vêtements au regard de ce qu’elles continuent à produire et à mettre sur le marché. Et naturellement si en plus il s’avère qu’elles brûlent leurs invendus, cela ruine même le bénéfice de ces initiatives sur leur réputation...
 
Parmi les solutions alternatives, certaines marques (comme Honest By ou Everlane) investissent beaucoup dans la transparence sur leur chaîne de fournisseurs et sur ce que finance le prix - quels fournisseurs, situés où et en charge de quelles étapes de la production… D’autres, comme Patagonia, ont pris des positions assez radicales contre la fast-fashion - en proposant une garantie à vie de leurs vêtements, en refusant de faire des couleurs à la mode… qui se démodent, en incitant leurs clients à conserver et à réparer leurs vêtements, en proposant en ligne et dans leurs boutiques des vêtements d’occasion proposés à des prix plus accessibles. Patagonia est un leader du secteur et beaucoup de marques s’en inspirent : ainsi en France, Cyrillus, Petit Bateau ou Sézane ont mis en place des initiatives permanentes visant à remettre sur le marché leurs vêtements déjà portés.
 

Ces entreprises sont généralement cotées en bourse et prétendent à une croissance de leurs bénéfices. Cette remise en question d'une surproduction peut-elle s'allier aux exigences économiques de leurs statuts d'entreprises lucratives ?

 
De manière surprenante, l’initiative de Patagonia, qui a commencé par une publicité dans le New-York Times au moment de la Fashion Week 2011, laquelle montrait une veste de la marque avec un surprenant slogan disant « N’achetez pas cette veste », a porté des fruits inattendus : cette campagne a d’une certaine façon fait connaître l’engagement de la marque, et ses valeurs, à des consommateurs qui ne la connaissaient pas, et a renforcé la fidélité de ses clients, de sorte que ses ventes ont augmenté de 40% dans les deux années qui ont suivi ! De même l’enseigne américaine d’équipements outdoor REI, qui a décidé en 2015 pour la première fois de fermer ses 140 magasins le jour du Black Friday, en offrant un jour de congé supplémentaire à ses 12 000 salariés et en incitant ses clients à aller se promener dans la nature en famille… a finalement recruté 30% de clients en plus cette année-là, et affiché des ventes en hausse de 20% - sans doute pour les mêmes raisons, car cette initiative a fait le buzz et a fait connaître l’engagement de la marque à des consommateurs qui ne la connaissaient pas. Cela ne marche pas à tous les coups, mais évidemment quand la marque est sincèrement engagée, et que ses prises de parole sont cohérentes avec ses pratiques et sa raison d'être, cela montre qu’on peut aller but lucratif et prise en compte de l’intérêt général...
 
Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (0)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Pas d'autres commentaires