En direct
Best of
Best of du 9 au 15 janvier
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
ça vient d'être publié
pépites > Politique
« Cher Tayyip »
Emmanuel Macron et Recep Tayyip Erdogan s'écrivent pour apaiser les tensions
il y a 1 semaine 5 jours
pépites > Justice
Révélations de Mediapart
Justice : enquête ouverte contre Nicolas Sarkozy pour « trafic d’influence » dans le cadre d’activités de conseil pour le groupe russe Reso-Garantia
il y a 1 semaine 5 jours
pépites > Politique
Jupiter
Nouvelle colère d'Emmanuel Macron, cette fois contre certains ministres
il y a 1 semaine 5 jours
décryptage > International
Démocratie américaine en danger

Assaut sur le Capitole : autopsie de trois jours de folies américaines

il y a 1 semaine 5 jours
pépite vidéo > Santé
Eviter la pénurie
Le PDG de Moderna, Stéphane Bancel, alerte sur la question de l'approvisionnement des vaccins pour l'hiver prochain
il y a 1 semaine 5 jours
décryptage > International
Université de Bogazici

Révolte étudiante à Istanbul ou les prémices d’un printemps turc

il y a 1 semaine 5 jours
pépites > Santé
Coronavirus
Bruno Le Maire et Gabriel Attal indiquent qu'un confinement est toujours possible
il y a 1 semaine 5 jours
décryptage > Santé
Espoir

Une étude démontre que les crises cardiaques pourraient être détectées des années à l’avance en surveillant le niveau de calcium dans les artères

il y a 1 semaine 5 jours
décryptage > Environnement
instrumentalisation judiciaire

Procès contre l’inaction de l’Etat : l’affaire du siècle est aussi la pire imaginable pour... le climat lui-même

il y a 1 semaine 5 jours
décryptage > Santé
Urgence sanitaire

Face à la Covid-19, finissons-en avec l’amateurisme public ! Le diagnostic implacable de fonctionnaires de la santé

il y a 1 semaine 5 jours
rendez-vous > Consommation
Atlantic-tac
Quand les billes précisent le moment et quand les disques détournent les heures : c’est l’actualité hivernale des montres
il y a 1 semaine 5 jours
pépites > Santé
Pénurie
Le maire de Neuilly-sur-Seine déplore que les quantités de vaccins annoncées ne soient pas au rendez-vous
il y a 1 semaine 5 jours
pépites > Santé
Coronavirus
La présence du virus dans les eaux usées de l'Ile-de-France en forte augmentation
il y a 1 semaine 5 jours
pépites > Santé
Bug
Après avoir été volontairement fermé hier le site Santé.fr de rendez-vous pour les vaccinations est ouvert en version simplifiée aujourd'hui
il y a 1 semaine 5 jours
décryptage > France
Couvre-feu à 18h

La fatigue de l’épidémie, cet élément historiquement documenté, qu’ignore superbement le gouvernement français

il y a 1 semaine 5 jours
décryptage > International
Guerre de l'information

A propos d’infox : la tentation de Joe Biden de suivre la politique des néoconservateurs

il y a 1 semaine 5 jours
décryptage > Santé
Mesures efficaces contre le virus

Covid-19 : les modèles d’efficacité sanitaire asiatiques, impossibles à reproduire en Europe ? 5 arguments pour démonter une imposture intellectuelle

il y a 1 semaine 5 jours
décryptage > Economie
Impact économique de la pandémie

Records à l’export : la Chine est-elle en train de gagner une bataille... ou la guerre des puissances commerciales ?

il y a 1 semaine 5 jours
décryptage > France
"Je ne livre pas les Juifs"

Il paraît qu'on ne peut pas accueillir toute la misère du monde. Mais qui est responsable de toute la misère du monde ?

il y a 1 semaine 5 jours
pépites > Politique
Voile
Aurore Bergé dépose un amendement interdisant le port du voile aux petites filles
il y a 1 semaine 5 jours
Atlantico Business

L’Oréal, Gucci, Hermès, LVMH, Danone... mais que font les entreprises françaises de tout l’argent qu’elles gagnent ?

Publié le 30 juillet 2018
Alors que les résultats semestriels des grandes entreprises françaises marquent une fois de plus une progression des profits, beaucoup commencent à s’interroger sur ce qu’elles en font.
Jean-Marc Sylvestre
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean-Marc Sylvestre a été en charge de l'information économique sur TF1 et LCI jusqu'en 2010 puis sur i>TÉLÉ. ...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Alors que les résultats semestriels des grandes entreprises françaises marquent une fois de plus une progression des profits, beaucoup commencent à s’interroger sur ce qu’elles en font.

Les résultats financiers des grandes entreprises françaises ont rarement été aussi florissants qu’au cours de ce premier semestre de 2018. Et cela dans presque tous les secteurs. Dans l'industrie automobile chez PSA groupe - Peugeot, Citroën - et Renault, dans l’industrie pétrolière, dans le luxe évidemment, dans les services, l'assurance et les banques et même dans l’agro-alimentaire.

L‘Oréal, par exemple, a surpris tous les analystes qui s’attendaient à de bons résultats, certes, mais pas à des croissances à deux chiffres, idem chez Gucci qui affiche une croissance de chiffres d’affaires de 44% pour ce premier semestre, trois fois plus fort que Louis Vuitton ou Hermès, avec des profits en hausse de 62,1%. 

Dans l’automobile, les deux constructeurs français ont battu leur record de ventes historique. Dans le pétrole, la hausse de l‘or noir a fait flamber les profits de Total, 28% de hausse au 1er semestre avec un résultat net de 6,3 milliards de dollars. 

Dans l’agro alimentaire, Danone a publié ce week end des résultats semestriels en forte progression grâce aux performances en chiffre d’affaires de sa nutrition infantile en Chine et à la solide progression de ses eaux. Mais aussi grâce aux efforts de compétitivité consentis depuis plus d’un an. 

Quand les chefs d’entreprise se plaignent que les entreprises sont mal aimées des français, ils ont raison mais ils sont aussi un peu responsables de ce désamour parce qu’ils n’expliquent pas clairement à qui revient le mérite de cette fortune retrouvée et surtout, ils n‘expliquent pas du tout ce qu‘ils font de tout cet argent. 

La saison des résultats semestriels devrait être une formidable période de pédagogie pour les clients, les salariés, les électeurs. Il n’en est rien ou presque. 

Le résultat, c’est qu’un certain nombre  de représentants politiques et syndicaux profite de ces publications pour rappeler une fois de plus que l’entreprise accumule les profits, au profit des actionnaires et des grands capitaines d‘industrie. Du coup, on voit arriver sur les plateaux de télévision, des pseudos politique d’extrême droite ou gauche qui viennent crier au complot et à l’injustice. 

Et pourtant les chefs d’entreprise seraient quand même parfaitement capables d’expliquer d’où vient l’argent que leur entreprise a gagné et ce qu’ils en font une fois qu’il est gagné

1er question : Mais d’où vient l‘argent ? L’argent gagné par les entreprises est la différence entre le produit de leurs ventes et les couts qu’elles engagent pour fabriquer et vendre. C’est tout simple, les enfants, qui dès leur plus jeune âge jouent à la marchande, savent cela. Les ventes globales dépendent de l’évolution des marchés et de la capacité de dirigeants à profiter de la conjoncture générale pour gagner en part de marché. Bref, l’argent gagné l’est aussi par des gains de productivité et de compétitivité. 

La grande majorité des entreprises riches sont sur des marchés qui progressent très vite et surtout qui savent mieux que d’autres, augmenter leur part de marché. La majorité des grandes entreprises françaises travaillent dans les pays émergents. 

2e question, Mais où va l’argent ? Vulgairement, on pourrait se demander « où va tout ce pognon-là » pour reprendre l’expression du président de la République. Cet argent n’est évidemment pas perdu ou jeté par les fenêtres. 

Théoriquement, il prend trois directions. 

D’abord une grande partie reste dans l’entreprise où il est investi dans des recherches de produits nouveaux, de process nouveaux et de marchés nouveaux. Normalement, il doit servir à l’entreprise pour financer ses investissements. Quand on regarde les chiffres du 1er semestre, le principal moteur de la croissance qui est un peu molle (moins de 2% sur l’année) c’est l’investissement.  

Ensuite, une autre partie du résultat va aux actionnaires sous forme de dividendes. Ils ont déjà été gâtés l'année dernière, ils le seront une fois de plus cette année. L’instauration de la flat tax, l’imposition unique de 13% sur les fruits du capital ont favorisé les distributions de dividendes. Que deviennent ces dividendes ? ils ne restent pas sous un matelas, ils sont recyclés dans la consommation (assez faiblement), ils reviennent dans le système de production via des souscription d’actions soit directement sur les augmentations de capital, soit par des achats en bourse, ce qui soutient les cours. La bonne tenue des indices sur tous les marchés prouvent que l’argent distribué revient dans le circuit de production. L’argent des dividendes revient dans la machine à produire de la richesse. 

Enfin, l’argent des dividendes devrait revenir en partie aux salariés si les outils de l’intéressement ou de la participation fonctionnaient très bien. Ils servent aussi à financer des augmentations de salaires pour attirer des meilleurs talents.

En clair, l’argent de ce premier semestre va d’abord en financement d’investissement. Et sans doute en épargne qui, elle s’investit en assurance-vie laquelle vient financer le budget. 

Par conséquent, les résultats d’entreprise de ce semestre montrent que la situation économique s’est très nettement améliorée, mais la majorité des populations n’en a pas profité. Le chômage n’a pas baissé, la consommation n’a pas progressé faute de pouvoir d’achat. Ce qui explique la grogne de l’opinion publique à qui on a beaucoup parlé de réformes, mais à qui on a présenté assez peu de résultats.  D’où la fragilité politique du président de la République. La promesse avait été entendue, elle n’a pas été encore tenue. 

Il faut qu’à la fin de l’année, cette amélioration de la conjoncture et de l’activité des entreprises se voient à trois niveaux 

 

Un, au niveau de l’emploi.

Deux, au niveau du pouvoir d’achat.

Trois, au niveau fiscal. 

 

 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (0)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Pas d'autres commentaires