En direct
Best of
Best of du 14 au 20 novembre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Elon Musk est devenu le 2ème homme le plus riche au monde et voilà pourquoi la France aurait singulièrement besoin de s'en inspirer

02.

Filmés en train de violenter un producteur de musique dans l'entrée d'un studio 3 policiers parisiens (qui l'ont accusé, à tort, de rébellion) suspendus

03.

Haro sur le nucléaire et l'hydraulique: l’Europe frappée d’imbécillité énergétique ?

04.

Le veganisme bon pour la santé ? Pas pour les os en tous cas, une large étude révèle un risque nettement supérieur de fracture

05.

« La France aimez-la ou quittez-la ». Et qui a dit ça ? Le secrétaire général de la Ligue islamique mondiale !

06.

70.000 euros par mois en 2019, une Bentley, un bateau, des appartements et maisons, le ministre de la Justice dévoile son patrimoine

07.

À la veille du Black Friday, des employés d'Amazon Allemagne se mettent en grève

01.

Julie Gayet tente de sauver son couple, Ingrid Chauvin liquide le sien, celui de Nabilla tangue; Sophie Marceau fait des câlins aux arbres, Aya Nakamura se la pète; Meghan Markle & Katy Perry, voisines et ennemies, Kylie & Kendall Jenner soeurs et idem

02.

Boycott de CNews : quand Decathlon veut faire du profit sur le dos de la liberté d’expression

03.

PSG-LEIPZIG : 1-0 Les Parisiens préservent leurs chances en remportant une victoire inquiétante

04.

Le veganisme bon pour la santé ? Pas pour les os en tous cas, une large étude révèle un risque nettement supérieur de fracture

05.

Carnage en vue sur les banques européennes ?

06.

Migrants de la place de la République : "damned if you do, damned if you don't"

01.

Immigration : les dernières statistiques révèlent l'ampleur des flux vers la France. Mais qui saurait les contrôler ?

02.

Covid-19 : Emmanuel Macron annonce enfin (et sans en avoir l’air) un changement de stratégie

03.

Barbara Pompili et Eric Dupond-Moretti annoncent la création d'un "délit d'écocide"

04.

Aucun lien entre le terrorisme et l'immigration !

05.

Migrants de la place de la République : "damned if you do, damned if you don't"

06.

« La France aimez-la ou quittez-la ». Et qui a dit ça ? Le secrétaire général de la Ligue islamique mondiale !

ça vient d'être publié
décryptage > High-tech
Usage d'Internet

Nos e-mails sont-ils vraiment une menace pour l'environnement ?

il y a 23 min 20 sec
pépite vidéo > Politique
"Images insoutenables"
Producteur tabassé : Agnès Pannier-Runacher estime que les policiers "ont franchi la ligne rouge"
il y a 1 heure 24 min
décryptage > Justice
Législation

Haine en ligne : à Bruxelles comme à Paris, une réponse législative pas à la hauteur du défi sociétal

il y a 1 heure 38 min
light > Culture
Star
Isabelle Huppert meilleure actrice du monde au XXIe siècle selon le New York Times
il y a 2 heures 10 min
décryptage > Terrorisme
Justice

Procès de l’attentat de Villepinte : l’Iran en ligne de mire

il y a 2 heures 46 min
pépites > International
Petit pas
Donald Trump a déclaré hier qu'il partirait de la Maison Blanche après l'intronisation de son rival mais il aura du mal car il y a eu une "fraude massive"
il y a 3 heures 6 min
décryptage > Europe
Wirecard, Volkswagen...

Peut-on encore avoir confiance dans le capitalisme allemand ? Une série de scandales laissent planer le doute

il y a 3 heures 41 min
décryptage > Economie
Solutions pour sauver les emplois

Voilà comment le Covid-19 a exacerbé la fracture entre travailleurs qualifiés et non qualifiés malgré les dispositifs de chômage partiel

il y a 4 heures 7 min
décryptage > Santé
Lutte contre la pandémie

Recul du Covid : ces (mauvais) chiffres qui relativisent le satisfecit que décerne Olivier Véran à la France

il y a 4 heures 50 min
light > Insolite
Aux décibels
Si le comptoir vous manque, vous pouvez toujours écouter le brouhaha des cafés en streaming
il y a 20 heures 57 min
décryptage > Politique
Stratégie de lutte contre le virus

Pour protéger mamie du Covid, le gouvernement veut la pousser dans les orties

il y a 58 min 34 sec
pépites > Politique
Couac
Article 24 : le ministre des Relations avec le Parlement déclare que les députés auront le dernier mot
il y a 1 heure 37 min
décryptage > France
Appel aux autorités

Dans la peau d’un autiste

il y a 2 heures 2 min
pépites > Politique
Police
Emmanuel Macron aurait été choqué par la vidéo montrant un producteur de musique frappé, et aurait recadré Gérald Darmanin
il y a 2 heures 35 min
décryptage > International
Opérations américaines en Afrique

Un Officier de la CIA mort au combat en Somalie

il y a 3 heures 1 min
rendez-vous > International
Géopolitico-scanner
Elections américaines : derrière les suspicions de fraude, une lutte totale opposant "Patriotes" et "mondialistes" à l'échelle occidentale?
il y a 3 heures 18 min
pépites > Société
Couac
A peine voté, l'article 24 de la loi sécurité globale va être réécrit par une commission indépendante : la majorité est énervée
il y a 4 heures 5 min
décryptage > France
Forces de l'ordre

Violences contre un producteur : ce problème d’encadrement de la police nationale auquel doit absolument s’attaquer le gouvernement

il y a 4 heures 32 min
décryptage > International
Attractivité

Shanghai remplace Londres comme ville la plus connectée au reste du monde : l’Asie a-t-elle définitivement supplanté l’Occident avec le Covid ?

il y a 5 heures 15 min
pépites > Politique
Bien installé
Selon un sondage, Laurent Wauquiez remporterait largement les régionales en Auvergne-Rhône-Alpes
il y a 21 heures 46 min
© Thomas SAMSON / AFP
© Thomas SAMSON / AFP
Opération médiatique

Alexandre Benalla au 20h de TF1 : une façon de ramener ce sujet à une affaire d'homme, et non une affaire d'Etat

Publié le 28 juillet 2018
Alexandre Benalla était ce vendredi invité dans le 20h de TF1. "Je ne considère pas avoir commis d'acte répréhensible par la loi, je considère juste avoir été confronté à des gens qui sont des casseurs", a-t-il dit.
Gaël Nofri
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Gaël Nofri est historien et essayiste, ainsi que conseiller municipal et métropolitain de la Ville de Nice.  Son dernier ouvrage paru est "Une histoire des révolutions en France" (éditions du Cerf, juin 2018).
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Alexandre Benalla était ce vendredi invité dans le 20h de TF1. "Je ne considère pas avoir commis d'acte répréhensible par la loi, je considère juste avoir été confronté à des gens qui sont des casseurs", a-t-il dit.

Atlantico : Alexandre Benalla s’est longuement expliqué sur TF1 vendredi soir, à la suite de l’affaire qui ébranle toute la classe politique en ce moment. Il a estimé que les faits qui lui sont reprochés ne sont pas répréhensibles : êtes-vous de son avis ? L’affaire Benalla est-elle imputable à Benalla lui-même, ou à Emmanuel Macron en ce qu’elle révèle une facette sombre de l’Elysée ?

Gaël Nofri : Juridiquement, Alexandre Benalla a une stratégie de défense consistant à dire qu'il a aidé des policiers victimes d'agressions causées par des casseurs violents. C'est sa défense et il appartiendra à la justice de dire ce qu'il en est. L'espèce d'enquête hystérique et cathodique que mène le pays sur les faits du 1er mai reprochés à Alexandre Benalla a quelque chose de totalement disproportionné: ce n'est pas là que doit se porter le débat politique qui doit nous intéresser. Ce sont des faits qui sont incontestablement propres à ce Monsieur, je ne vois là ni débat politique ni matière à fantasmer sur une responsabilité du Chef de l'Etat en la matière.

Si on ne positionne pas le débat là où il doit être, on en arrive au genre de masturbation intellectuelle à heures de grande écoute à laquelle on a pu assister ce soir: des coups ou des gestes vigoureux ? 6.000 ou 10.000 euros de salaire ? Proche ou collaborateur du Président ? Présent dans les déplacements du Chef de l'Etat ou organisateur d'événements à l'Elysée... si c'est pour de telles subtilités sémantiques que la vie institutionnelle française est bloquée depuis 10 jours, il y a de quoi s'inquiéter !

La vraie question que pose en réalité cette histoire est comment en est-on arrivé là ? Comment le comportement personnel, répréhensible, d'un homme a-t-il pu prendre un tel écho dans le pays et paralyser à ce point un pouvoir qui passait, chez beaucoup, comme l'un des plus solidement établis qu'ait eu la France depuis Nicolas Sarkozy au moins.

La réalité, c'est que beaucoup n'ont pas voulu voir combien ce pouvoir est, non pas faible, mais fragile. Fragile parce que les attentes qu'a fait naître l'élection du Président Macron sont à la fois de formidables moteurs d'espoir mais aussi de grandes causes de frustrations : le nouveau monde, plus jeune, voulu plus proche de la société civile et présenté comme plus moral, que l'on nous avait vendu se révèle à l'usage ne pas être la recette miracle espérée. Au contraire, il s'avère une source de fragilités, d'inexpérience, d'amateurisme et surtout de désillusions. Non d'ailleurs que l'ancien monde soit meilleur que le nouveau, mais parce qu'en réalité il y a un monde tel qu'il est et c'est lui qu'il convient de chercher à améliorer, non à nier en ventant les mérites d'un nouveau produit miracle, ou devrait-on dire, d'un produit forcément miracle parce que nouveau.

A travers cette affaire, est-ce bien après Macron que tout le monde en a, comme l’a affirmé ce soir Benalla ?

"Que tout le monde en a", l'expression semble forte. Elle a un aspect "victime immolée" qui ne rend pas compte de la faute personnelle de ce Monsieur Benalla. En revanche, à travers l'affaire, ce qui interroge évidemment c'est l'entourage présidentiel, l'ossature de ce nouveau monde promis... C'est évidemment la fonction de Monsieur Benalla au coeur du Cabinet du Président de la République qui rend son cas si épidermique. Sur ce point d'ailleurs tout le monde se retrouve : Alexandre Benalla, l'opposition qui essaie de donner corps à une "affaire Macron" et le Chef de l'Etat lui même qui a recruté Benalla. Le Président Macron ne s'en est d'ailleurs pas caché en se désignant lui même comme "le seul responsable".

Ce choix du Chef de l'Etat est d'ailleurs à souligner. Rappelons nous que le Président de la République vient de renoncer, du fait de cette affaire, à la réforme constitutionnelle qu'il ambitionnait. Cette réforme devait aboutir à une présidentialisation du régime et un encadrement important des pouvoirs du Parlement et de l'opposition. A ce titre ces déboires représentent une opportunité qu'a su saisir l'opposition et une chance pour le maintien du complexe équilibre institutionnel porté par la Ve République. Pour autant, le fait qu'Emmanuel Macron ait choisi, au même moment, de tout assumer, de façon aussi claire, devant des députés de La République En Marche prostrés et apeurés depuis le début de l'affaire, n'est pas anodin. La faiblesse et les failles d'une partie du personnel politique qui s'est inscrit dans le sillage de l'élection présidentielle de 2017 obligent et obligeront le Président de la République a repenser l'action gouvernementale et politique qu'il a vocation à impulser.

A ce titre il y aura nécessairement un avant et un après l'affaire Benalla en cela que les paradigmes qui ont fait le succès électorale du macronisme de 2017 sont morts et pour les quatre ans qui viennent il faudra bien pour le Chef de l'État construire une nouvelle dynamique. Celle-ci ne pourra s'appuyer que sur ce qui a tenu dans la crise, sur ce qu'il a mis en avant dans la crise, c'est dire lui et sa détermination à être chef... le Président Macron n'a plus d'autres choix que de s'émanciper du candidat Macron.

Cette interview sur TF1 vous semble-t-elle appropriée ? Est-ce sain qu’un homme mis en cause par la justice attire autant à lui les projecteurs, au point d’enchaîner les interviews dans les grands médias ?

Cette surexposition médiatique, alors même que la Justice enquête, peut apparaître choquante, cependant cela reste son choix de défense et il est libre de le faire. On peut toutefois parier que cela ne manquera évidemment pas de relancer les suspicions quant aux éventuels commanditaires de cette opération médiatique. Réels ou fantasmés, ces doutes alimentent de nouveau une machine à scandales, des médias d'information en continu et des réseaux sociaux déjà en surchauffe.

Mais là est peut être aussi l'intérêt de l'interview: ramener cette affaire à une affaire d'homme. Car ce n'est qu'une affaire d'homme et ceux qui veulent y voir une affaire d'État font à mon sens une erreur d'interprétation majeure. C'est parce que ce n'est justement qu'une affaire d'homme que la dimension prise par cette affaire révèle quelque chose de préoccupant.

 

 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (0)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Pas d'autres commentaires