En direct
Best of
Best of du 9 au 15 janvier
En direct
ça vient d'être publié
pépites > Politique
« Cher Tayyip »
Emmanuel Macron et Recep Tayyip Erdogan s'écrivent pour apaiser les tensions
il y a 3 jours 15 heures
pépites > Justice
Révélations de Mediapart
Justice : enquête ouverte contre Nicolas Sarkozy pour « trafic d’influence » dans le cadre d’activités de conseil pour le groupe russe Reso-Garantia
il y a 3 jours 20 heures
pépites > Politique
Jupiter
Nouvelle colère d'Emmanuel Macron, cette fois contre certains ministres
il y a 3 jours 21 heures
décryptage > International
Démocratie américaine en danger

Assaut sur le Capitole : autopsie de trois jours de folies américaines

il y a 3 jours 21 heures
pépite vidéo > Santé
Eviter la pénurie
Le PDG de Moderna, Stéphane Bancel, alerte sur la question de l'approvisionnement des vaccins pour l'hiver prochain
il y a 3 jours 22 heures
décryptage > International
Université de Bogazici

Révolte étudiante à Istanbul ou les prémices d’un printemps turc

il y a 3 jours 23 heures
pépites > Santé
Coronavirus
Bruno Le Maire et Gabriel Attal indiquent qu'un confinement est toujours possible
il y a 3 jours 23 heures
décryptage > Santé
Espoir

Une étude démontre que les crises cardiaques pourraient être détectées des années à l’avance en surveillant le niveau de calcium dans les artères

il y a 4 jours 9 min
décryptage > Environnement
instrumentalisation judiciaire

Procès contre l’inaction de l’Etat : l’affaire du siècle est aussi la pire imaginable pour... le climat lui-même

il y a 4 jours 30 min
décryptage > Santé
Urgence sanitaire

Face à la Covid-19, finissons-en avec l’amateurisme public ! Le diagnostic implacable de fonctionnaires de la santé

il y a 4 jours 56 min
rendez-vous > Consommation
Atlantic-tac
Quand les billes précisent le moment et quand les disques détournent les heures : c’est l’actualité hivernale des montres
il y a 3 jours 18 heures
pépites > Santé
Pénurie
Le maire de Neuilly-sur-Seine déplore que les quantités de vaccins annoncées ne soient pas au rendez-vous
il y a 3 jours 20 heures
pépites > Santé
Coronavirus
La présence du virus dans les eaux usées de l'Ile-de-France en forte augmentation
il y a 3 jours 21 heures
pépites > Santé
Bug
Après avoir été volontairement fermé hier le site Santé.fr de rendez-vous pour les vaccinations est ouvert en version simplifiée aujourd'hui
il y a 3 jours 22 heures
décryptage > France
Couvre-feu à 18h

La fatigue de l’épidémie, cet élément historiquement documenté, qu’ignore superbement le gouvernement français

il y a 3 jours 22 heures
décryptage > International
Guerre de l'information

A propos d’infox : la tentation de Joe Biden de suivre la politique des néoconservateurs

il y a 3 jours 23 heures
décryptage > Santé
Mesures efficaces contre le virus

Covid-19 : les modèles d’efficacité sanitaire asiatiques, impossibles à reproduire en Europe ? 5 arguments pour démonter une imposture intellectuelle

il y a 3 jours 23 heures
décryptage > Economie
Impact économique de la pandémie

Records à l’export : la Chine est-elle en train de gagner une bataille... ou la guerre des puissances commerciales ?

il y a 4 jours 27 min
décryptage > France
"Je ne livre pas les Juifs"

Il paraît qu'on ne peut pas accueillir toute la misère du monde. Mais qui est responsable de toute la misère du monde ?

il y a 4 jours 36 min
pépites > Politique
Voile
Aurore Bergé dépose un amendement interdisant le port du voile aux petites filles
il y a 4 jours 57 min
© JEAN-FRANCOIS MONIER / AFP
© JEAN-FRANCOIS MONIER / AFP
Polémique

Affaire Benalla : bien plus qu’un fait divers, l’indicateur d’une décomposition française

Publié le 20 juillet 2018
Alors que la polémique médiatique se concentre sur les violences honteuses commises par Alexandre Benalla, le garde du corps d'Emmanuel Macron, Alexis Carré s'interroge sur l'identité de l'homme qui filme la scène. Taha Bouhafs, militant insoumis proche de Jean-Luc Mélenchon, est connu pour avoir déjà été présent lors de nombreuses scènes d'agitation similaire.
Alexis Carré
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Alexis Carré est doctorant en philosophie politique à l'ENS (travaillant sur le libéralisme et la question de la guerre).
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Alors que la polémique médiatique se concentre sur les violences honteuses commises par Alexandre Benalla, le garde du corps d'Emmanuel Macron, Alexis Carré s'interroge sur l'identité de l'homme qui filme la scène. Taha Bouhafs, militant insoumis proche de Jean-Luc Mélenchon, est connu pour avoir déjà été présent lors de nombreuses scènes d'agitation similaire.

Atlantico.fr : L'ampleur que prend "l'affaire Benalla" vous surprend-elle ?

Alexis Carré : Les faits qui sont reprochés à ce chargé de mission de l'Élysée sont difficilement justifiables. C'est aussi le cas de la manière dont sa hiérarchie semble les avoir traités.
 
Il est toutefois difficile de suivre les nombreuses voix qui voudraient faire de cet incident l'illustration d'un appareil d'État globalement arbitraire, violent et inégalitaire. Et c'est en définitive la conséquence la plus grave de cette affaire, qui menace de ternir dans son ensemble l'action des forces de l'ordre chargées d'encadrer ces manifestations violentes. Or leur comportement lors de ces événements est, compte tenu de la situation, largement exemplaire.
 
Seulement certains journalistes, on l'a vu avec Yann Moix à Calais, conçoivent effectivement la police comme un instrument d'État de nature essentiellement répressive et non comme une force de sécurité et de protection de la population. Dans cette mesure, ils voient dans toutes les bavures, qui sont statistiquement très rares, le signe d'une pratique générale ; ce qu'aucun élément concret ne confirme.
 

L'homme qui a filmé le garde du corps d'Emmanuel Macron en train de rouer de coups un manifestant est Taha Bouhafs, un militant de la France insoumise qui s'est fait déjà connaître pour de nombreuses violences lors de manifestations. Si cette vidéo est accablante pour le garde du corps d'Emmanuel Macron, ne l'est-elle pas au moins autant pour les militants insoumis qui ont provoqué les forces de l'ordre violemment ?

La manière dont communiquent les mouvements violents vise à présenter leurs membres comme des jeunes laissant exploser leur colère. Le phénomène serait donc spontané et passionnel. Cette violence est en réalité méthodique et renvoie à une longue tradition de pratiques dites subversives. Les partis ou groupes révolutionnaires veulent renverser l'ordre établi. Pour justifier leur propre violence il leur faut prouver que l'ordre qu'ils combattent est illégitime, qu'il est lui-même violent et injuste. Pour ce faire il leur faut exposer les forces de l'ordre à des situations où leurs concepts opérationnels deviennent inopérants et où elles sont donc amenées à commettre des erreurs et exercer la force de manière excessive ou sur des innocents. Le black block constitue un exemple typique de cette technique. Le public comprend que la police soit habilitée à faire un usage proportionnel de la force contre les manifestants violents. L'objectif du black block est donc d'attirer l'action de la police en dehors de ce cadre. Pour cela les militants ne vont pas créer une manifestation séparée mais au contraire s'immiscer au milieu des manifestants pacifiques. Les organisations ou individus non violents, mais favorables à la cause ou aux moyens d'action du black block, vont quant à eux tâcher d'empêcher l'identification des éléments violents. Par exemple en s'interposant entre le black block et la police ou encore en portant le même genre de vêtements noirs que ces derniers. 
 
Les forces de sécurité sont alors confrontées à une alternative. Soit elles agissent et prennent alors le risque de provoquer des victimes collatérales. Soit elles n'agissent pas et laissent faire les violences. En sachant que même lorsqu'elles interviennent, les techniques citées plus haut rendent impossible le rassemblement des preuves ou l'identification des auteurs.
 

Comment se fait-il que les exactions des policiers soient si systématiquement filmées par les mêmes militants ? L'extrême gauche, d'une certaine manière, ne cherche-t-elle pas à susciter les violences pour mieux se victimiser ?

Le perfectionnement des téléphones portables a rendu possible une mise en scène de la violence policière qui consiste à capter les images des réactions policières en omettant le travail préalable de harcèlement et de provocation effectué par certains militants violents.
 

En somme, les insoumis ont adopté le 1er mai une stratégie proche de la guerre civile ?

Pour faire une guerre civile, il faut être deux. Étant donné la détermination de ces groupes violents à provoquer des incidents, on peut au contraire saluer le professionnalisme des forces de sécurité. Avec la prise vidéo systématique des interventions par les "journalistes indépendants", le petit nombre d'incidents justifiant des sanctions à l'égard des policiers montre que le portrait d'une institution violente et raciste est très éloigné de la réalité. Aussi navrante que soit l'affaire Benalla, elle ne doit pas servir de prétexte afin de discréditer le difficile travail des forces de l'ordre.
Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (43)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
lasenorita
- 22/07/2018 - 09:47
Le laxisme et la lâcheté de nos gouvernants...
..mettent la vie des Français en danger!Les délinquants musulmans ne sont pas punis,ni RENVOYES dans ''leur'' pays!Pendant notre fête nationale et la célébration de notre victoire sur les Bleus:1000 voitures ont été brûlées,des viols,des atteintes sexuelles ont été commis,des vitrines de magasins démolies,des policiers caillassés..Ces muzz sont des sauvages qui ne savent pas s'adapter et qui installent le communautarisme islamiste chez nous..Nos politiciens laissent TOUT FAIRE de peur de perdre quelques voix aux élections...ils ont une pseudo-tolérance pour ''des jeunes'' musulmans qui ne respectent pas nos institutions,qui créent des zones de non -droits,qui bouchent la circulation dans nos rues par des ''prières dans la rue''..Pour ne ''pas stigmatiser'':on leur laisse instaurer un climat de violence!Macron laisse le chaos se dégrader..la présidente de la Pologne lui a dit:''Un président,qui ne sait pas faire respecter l'ordre chez lui,n'est pas un interlocuteur crédible''..Ces musulmans viennent foutre le désordre,en France,après avoir chassé de leur pays natal TOUS les non-musulmans et leur avoir volé leurs biens...et ils sont bien accueillis par nos politicards corrompus..
Pharamond
- 21/07/2018 - 19:42
@cloette
"cette affaire n'est pas montée en épingle..."?Je demande à voir.Comment, des images filmées de sa fenêtre par un quidam qui aujourd'hui au journal TF1 de 13 heures, dit qu'il ignorait qui était qui,se retrouvent au Monde,qui décide de publier?
cloette
- 21/07/2018 - 16:25
Au sujet des "textes"
Je les trouve contradictoires, "pénurie, et en même temps pour tous" ( j'ai résumé le plus court possible.)