En direct
Best of
Best of du 19 au 25 septembre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Yannick Noah se fait plaquer; Julien Doré réfléchit à l'adoption d'un enfant avec Francis Cabrel, Jean Dujardin & Nathalie Péchalat en attendent un 2éme: Kanye West pense être le Moïse du peuple noir, Carla Bruni que Nicolas S. écrit comme Balzac

02.

Un rapport officiel allemand souligne que l’agriculture biologique n’est absolument pas plus durable que l’agriculture conventionnelle

03.

"Olivier véreux de mes c***lles" : Jean-Marie Bigard insulte le ministre de la Santé

04.

Emmanuel Macron s’est souvenu qu’il avait une mère et un père

05.

Darmanin sait tout sur la taqiya. Et il n'aime pas du tout

06.

Nous aurons la Chine de nos mérites

07.

Louis Hausalter : "L'histoire de Marion Maréchal éclaire l’état de décomposition et de recomposition du paysage politique"

01.

Un rapport officiel allemand souligne que l’agriculture biologique n’est absolument pas plus durable que l’agriculture conventionnelle

02.

Yannick Noah se fait plaquer; Julien Doré réfléchit à l'adoption d'un enfant avec Francis Cabrel, Jean Dujardin & Nathalie Péchalat en attendent un 2éme: Kanye West pense être le Moïse du peuple noir, Carla Bruni que Nicolas S. écrit comme Balzac

03.

Un militant communiste assassiné à Saint-Ouen *

04.

Séparatisme : LREM pris dans les phares de la voiture de l’islam politique

05.

Santé mentale : ces millions de Français que la pandémie fait chanceler ou s’écrouler en silence

06.

Journée mondiale d’Alzheimer : comment nos rythmes de sommeil peuvent prédire le moment de l'apparition de la maladie

01.

Névrose collective : l’Europe pétrifiée face à la crise des migrants qui se noue à ses portes

02.

"L'islam est la religion avec laquelle la République a eu le moins de problèmes dans l'Histoire". Là, Darmanin en fait un peu trop

03.

Édouard Philippe ou le vrai-faux espoir de la droite : radioscopie d’un malentendu idéologique

04.

Nouvelles mesures face au Covid-19 : Gribouille gouvernemental à la barre

05.

Eric Zemmour condamné pour injure et provocation à la haine

06.

J’aime les sapins de Noël : je suis un facho

ça vient d'être publié
pépites > Economie
Votation
Les Suisses ont dit "non" à la fin de la libre circulation avec l'Union européenne
il y a 1 min 25 sec
pépites > International
Crise
Bélarus : Loukachenko "doit partir", affirme Emmanuel Macron
il y a 1 heure 11 min
rendez-vous > Science
Atlantico Sciences
Débris spatiaux : la Station spatiale a évité la catastrophe pour la 3e fois cette année ; Un détecteur de vie extraterrestre qui tient dans une boîte à chaussures !
il y a 2 heures 45 min
décryptage > Politique
Biographie

Louis Hausalter : "L'histoire de Marion Maréchal éclaire l’état de décomposition et de recomposition du paysage politique"

il y a 4 heures 21 min
décryptage > International
Relever le nez du guidon

Nous aurons la Chine de nos mérites

il y a 4 heures 36 min
décryptage > Politique
Claque en vue

Sénatoriales : petit panorama des enjeux à surveiller

il y a 4 heures 51 min
décryptage > Science
Inventées ou découvertes ?

Mais au fait, c'est quoi les maths ? Et la petite question candide posée par une ado sur Tik Tok déclencha un grand débat entre scientifiques et philosophes

il y a 5 heures 15 min
décryptage > Economie
Pensée magique

Relance made in France : les impasses du techno-colbertisme

il y a 5 heures 41 min
décryptage > Politique
Bonnes feuilles

Plongée dans les coulisses de l’organisation de la Convention de la droite : l'engagement de Marion Maréchal et Eric Zemmour en faveur de l’union des droites

il y a 6 heures 58 min
décryptage > Politique
Bonnes feuilles

Emmanuel Macron où l'art de la mondialisation heureuse

il y a 6 heures 58 min
pépites > International
Etats-Unis
Cour suprême : Donald Trump nomme Amy Coney Barrett
il y a 34 min 41 sec
décryptage > International
Suprêmement explosif

Trump a nommé à la Cour suprême une juge extrêmement conservatrice : normal, les États-Unis sont le pays des extrêmes

il y a 2 heures 45 min
décryptage > Culture
Atlantico Litterati

Tel est sur toi le sceau de ma haine, ou les possédés

il y a 4 heures 11 min
décryptage > Economie
Business

Bourse : les nouveaux gagnants et perdants post-Covid

il y a 4 heures 29 min
décryptage > International
Géopolitique

La Turquie, un enjeu existentiel pour l'Europe et pour le monde arabo-musulman

il y a 4 heures 45 min
rendez-vous > Environnement
Atlantico Green
Poser des plaques de verre sur la banquise pourrait-il sauver les glaces de l’Arctique ?
il y a 5 heures 5 min
décryptage > Société
La responsabilité du gouvernement… et la nôtre...

Covid-19 : à quelles libertés sommes-nous réellement prêts à renoncer pour enrayer l'épidémie ?

il y a 5 heures 34 min
décryptage > Santé
Bonnes feuilles

Les aidants, ces soutiens vitaux au quotidien pour les personnes âgées et dont la France aura cruellement besoin face au vieillissement de la population

il y a 6 heures 58 min
décryptage > Politique
Il a lu attentivement le Coran

Darmanin sait tout sur la taqiya. Et il n'aime pas du tout

il y a 6 heures 58 min
pépites > International
Jeter l'éponge
Liban : le Premier ministre désigné renonce à former un gouvernement et démissionne
il y a 22 heures 7 min
© Reuters
© Reuters
Le coeur a ses raisons

Pourquoi l’intérêt des sites de rencontres en ligne est rarement le même que celui de ceux qui cherchent l’amour

Publié le 17 juillet 2018
Une étude de l'Insead remet en cause le bon fonctionnement des sites de rencontres. Entre marketing et résultats réels, l'écart est très marqué.
Nathalie Nadaud-Albertini
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nathalie Nadaud-Albertini est docteure en sociologie de l’Ecole des Hautes Etudes en Sciences Sociales et correspondante au Centre de Recherche sur les Médiations de l’Université de Lorraine.  
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Une étude de l'Insead remet en cause le bon fonctionnement des sites de rencontres. Entre marketing et résultats réels, l'écart est très marqué.

Atlantico : Quel est le mécanisme lucratif se dissimulant derrière ces projets de mise en relation d'autrui à autrui enclenché par ces applications de rencontres ? N'y a-t-il pas un conflit important entre les intérêts de l'utilisateur et ceux du concepteur de l'application ?

Nathalie Nadaud-Albertini : Si l’on suit la récente étude réalisée par l’INSEAD sur les contradictions de la logique marketing des applications de rencontres, on s’aperçoit qu’il  y a bien un conflit important entre les intérêts de l’utilisateur et ceux du concepteur de l’application. Et ce, pour quatre raisons.

La première tient à la compétition. En effet, dans un contexte où la concurrence est de mise entre les applications de rencontres, les concepteurs vont avoir tendance à harmoniser leurs tarifs voire à proposer les tarifs les plus bas possibles. De fait, une stratégie dans laquelle on propose une technologie plus performante mais plus chère peut s’avérer contreproductive, car les clients potentiels vont avoir tendance à se diriger vers les applications les moins onéreuses.

La deuxième tient à l’effet de réseau. En effet, un service qui permet de rencontrer quelqu’un rapidement et avec l’intention d’avoir une relation à long terme réduit le nombre de clients et nuit à la constitution d’un important vivier de célibataires qui est l’un des arguments de vente des applis de rencontres.

La troisième tient aux attentes réelles des clients de ces applis. En effet, quand une personne s’inscrit, rien ne permet au concepteur de savoir ce qu’elle cherche réellement (une relation durable ou éphémère), en dépit de ce qu’elle affirme en remplissant son profil. Il faut donc proposer un service qui rende les deux options possibles : un engagement sur le long terme ou une succession de relations à court terme. Or, si les clients qui recherchent des relations à long terme sont prêts à débourser des sommes relativement élevées, ce n’est pas le cas pour ceux qui sont à la recherche de relations épisodiques.  Là encore, proposer un service permettant une rencontre rapide quitte à s’acquitter de tarifs plus élevés s’avère contreproductif pour les concepteurs de l’application.  

La quatrième tient à la particularité du marché : la même personne est à la fois cliente et un élément du « produit » dans une mise en relation de deux catégories d’utilisateurs (un homme et une femme dans un contexte hétérosexuel). L’intérêt du concepteur n’est pas d’attirer le plus de clients de chaque catégorie, mais le plus de clients que l’autre catégorie va considérer comme désirable, quitte à faire payer des frais plus élevés à une catégorie qu’à une autre. Selon l’étude de l’INSEAD, il s’agit de proposer des tarifs moins onéreux aux femmes en considérant qu’elles sont les plus attractives et que ce sont les hommes qui ont le pouvoir d’achat le plus important. À nouveau, proposer un service qui permet des rencontres rapides et à long terme est contreproductif, car il est une nouvelle fois question de constituer un vivier.

La recherche effrénée de rentabilité et d'optimisation de la marge effectuée par ces applications supplante de fait les éventuelles relations amoureuses. Cela révèle-t-il à quel point nous sommes inconsciemment sous l'emprise d'une idéologie privilégiant le court terme au long terme ?

Avec ce type d’applications, on est en effet sur une logique de court terme, en partie à cause des impératifs marketing que je viens d’exposer, mais aussi pour d’autres raisons qui sont davantage liées à la façon dont notre imaginaire collectif se représente à la fois les médias digitaux et la rencontre amoureuse.

En effet, d’un côté, on associe les outils numériques à l’immédiateté, et d’un autre, on a la représentation d’une relation amoureuse qui s’installe et se construit dans la durée. Même si la façon d’envisager les applis de rencontre a changé, on a toujours dans un coin de l’esprit qu’une technologie de l’instantané et le « grand amour » sont incompatibles. Quelque part, cette technologie de l’immédiat semble trop simple ou trop prosaïque, trop éloigné de l’idée d’une rencontre avec « l’âme sœur » qui aurait quelque chose de « magique ». Admettre que cette technologie de l’instant permette de trouver réellement une compagne ou un compagnon serait une sorte de désenchantement de la rencontre amoureuse trop difficile à accepter pour notre idéal collectif de l’amour.

De fait, on opère une sorte de compromis entre nos représentations de la rencontre amoureuse et la façon dont on considère la technologie numérique. Ce compromis fait que la confiance que l’on place dans ces applis est limitée. On y reste faute de mieux, plus ou moins en attendant « LA » rencontre, la « vraie », celle qui serait inattendue, providentielle, qui fait battre le cœur et redevenir adolescent, bref « LA » rencontre d’une vie. Par conséquent, avec de telles normes de l’amour, les utilisateurs ne sont pas disposés à débourser des sommes importantes pour les applis de rencontres. Ces plateformes alignent alors leurs services sur les attentes et représentations plus ou moins conscientes de leurs clients en proposant des prestations qui privilégient la logique du court terme pour des tarifs relativement modiques.

Quel pourrait être la finalité idéologique de ces nouveaux outils de rencontre ?

Ces outils de rencontre obéissent surtout à la logique du marché en tenant compte de leur environnement concurrentiel, de la spécificité de la prestation qu’ils fournissent, et des attentes plus ou moins conscientes de leurs utilisateurs, et cela dans le but de dégager le plus de profit possible. Même si elles officient dans le domaine de la relation et du sentiment, ce sont des entreprises avant tout. Et, en tant que telles, elles répondent à la logique d’une entreprise telle qu’on la définit dès les premiers cours de marketing et d’économie, à savoir : l’objectif d’une entreprise est de dégager du profit.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (3)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Alix007
- 17/07/2018 - 14:43
Que d'affirmations !
Ah bon ? Les gens sont prêts à payer beaucoup pour une relation durable et pas pour des relations éphémères ? On a des chiffres pour sortir une telle affirmation ? Par ailleurs, prétendre que le vivier s'épuiserait si les gens se mettaient en couple c'est oublier, que chaque année, comme dans chaque marché, une nouvelle génération arrive. Qui peut croire que tout le monde a été intéressé par ce "service" (ou avait l'âge requis) le jour de son apparition? Quant à la conclusion, surprise : figurez-vous que l'objectif des sites de rencontre est de faire de l'argent ! Non ! Quelle déception ! Heureusement qu'on a des sociologues pour nous mettre en garde. Et que l'Etat finance l' EHESS pour cette mission de service public de la plus haute importance.
kelenborn
- 17/07/2018 - 12:52
(suite)
Attractive World travaille sur un créneau théoriquement haut de gamme: cooptation des membres donc pas de "sans-dents"! Mais un type raconte sur les avis des forums ( que la dame aurait du visiter) qu'il a réussi à coller un profil avec photo d'une ministre de la République (Socialiste sans doute) et que... c'est passé à l'as. Et ne parlons pas du summum en matière de pratique mafieuse: BE2 , qui fabrique de faux profils et dont 95% de l'offre est fictive! Je me suis même amusé à créer 2 profils féminins (Slivka et Morka - Prune et Dinde en Slovaque) qui, reçoivent toujours des messages de prétendants! Alors, que la dame se renseigne et qu'Atlantico en fasse autant avant de laisser des "logues" brasser du vent!
kelenborn
- 17/07/2018 - 12:47
ah oui
S'il fallait établir qu'il faut faire appel à tout sauf aux "logues" pour expliquer un phénomène de société, en voila la preuve! Non seulemnt c'est de la bouillie pour les chats mais la seule chose que l'on retient est la contradiction entre l'objectif de l'officine et l'attente des clients. Or cette dame n'a manifestement jamais mis les pieds sur un site de rencontre
1 Une grande partie des hommes sont à la recherche d'une relation éphémère et donc le vivier se renouvelle
2 Chez les femmes l'objectif est différent mais...comme elles se font larguer, elles restent! Au surplus il y a une part non négligeable de l'offre qui correspond à des narcissiques frustrées qui sont la, juste pour tirer un plaisir de ce qu'on les contacte
3 Tous les sites ont trouvé la parade à des degrés divers; Les profils sont conservés et l'abondance apparente cache la faiblesse du vivier réel. On trouve des photos de clients désinscrits depuis longtemps mais dont le profil est toujours la. Et ne parlons pas des faux profils ( voir suite)