En direct
Best of
Best of du 10 au 16 octobre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Coronavirus : L’Etat freine-t-il des médicaments français qui pourraient être efficaces ?

02.

Le général Pierre de Villiers estime "qu'il y a désormais un risque de guerre civile en France"

03.

Hommage à Samuel Paty : Emmanuel Macron dénonce les lâches qui ont livré le professeur aux barbares mais oublie de cibler le "pas-de-vagues"

04.

Non, la République ne peut pas protéger les musulmans de l’islam radical et voilà pourquoi

05.

Recep Tayyip Erdogan estime qu'Emmanuel Macron veut "régler ses comptes avec l'islam et les musulmans"

06.

Covid-19 : plusieurs départements vont basculer en alerte maximale jeudi

07.

Et Idriss Sihamedi décida d’entrer en guerre contre Gérald Darmanin…

01.

Gérald Darmanin & Brad Pitt bientôt papas, M. Pokora bientôt marié; Voici pense que le bébé de Laura Smet s'appelle Léo, Closer Jean-Philippe; Adele aurait succombé au charme de l'ex (cogneur) de Rihanna; Kanye West propose l'union libre à Kim Kardashian

02.

Coronavirus : L’Etat freine-t-il des médicaments français qui pourraient être efficaces ?

03.

Comment les islamistes ont réussi à noyauter la pensée universitaire sur... l’islamisme

04.

Décapitation islamiste : est-il encore temps d’arrêter la spirale infernale… et comment ?

05.

Islamisme : la République de la complaisance

06.

La France maltraite ses profs et devra en payer le prix

01.

Décapitation islamiste : est-il encore temps d’arrêter la spirale infernale… et comment ?

02.

Professeur décapité : voilà ce que nous coûtera notre retard face à l’islamisme

03.

Islamisme : la République de la complaisance

04.

Professeur décapité : souvenons-nous de la phrase d'Arletty

05.

Professeur décapité à Conflans-Sainte-Honorine : "Il a été assassiné parce qu'il apprenait à des élèves la liberté d'expression"

06.

Professeur décapité : "je crains plus le silence des pantoufles que le bruit des bottes"

ça vient d'être publié
light > Culture
Enchères
Une oeuvre de Banksy parodiant Monet a été vendue 8,5 millions d'euros chez Sotheby's à Londres
il y a 1 heure 14 min
pépites > Santé
46 millions de personnes concernées
Covid-19 : Jean Castex annonce l'instauration du couvre-feu pour 38 nouveaux départements et la Polynésie dès samedi
il y a 2 heures 16 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Man Ray et la mode" : quand un photographe surréaliste magnifie les femmes... Une exposition d'une suprême élégance

il y a 3 heures 16 min
pépites > International
Réformes attendues
Liban : Saad Hariri a été officiellement désigné Premier ministre
il y a 4 heures 47 min
rendez-vous > Media
Revue de presse des hebdos
Boualem Sansal alerte sur la guérilla islamiste qui nous menace, le recteur de la mosquée de Paris sur l’entrisme des radicaux; Bertrand cherche à s’attirer les bonnes grâces de Sarkozy, Bayrou ménage Le Maire; Le Drian organise les macronistes de gauche
il y a 6 heures 11 min
décryptage > France
Séparatisme

Les impensés de l’attentat terroriste de Conflans

il y a 8 heures 9 min
décryptage > Santé
Coronavirus

Covid-19 : l’Allemagne investit massivement dans un plan de ventilation et la France serait bien inspirée de l’imiter

il y a 8 heures 45 min
pépite vidéo > France
"Réparer la France"
Le général Pierre de Villiers estime "qu'il y a désormais un risque de guerre civile en France"
il y a 9 heures 33 min
décryptage > International
Conflit au Haut-Karabagh

Il faut sauver les Karabaghiotes, pas le groupe de Minsk

il y a 10 heures 54 min
décryptage > Société
Islam vaincra !

Et Idriss Sihamedi décida d’entrer en guerre contre Gérald Darmanin…

il y a 11 heures 18 min
pépites > Politique
Calendrier électoral
François Bayrou, haut-commissaire au Plan, est favorable à un report des élections régionales
il y a 1 heure 37 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Féministe pour Homme" de Noémie de Lattre : rira bien qui rira la dernière

il y a 2 heures 54 min
pépites > International
Tensions
Recep Tayyip Erdogan estime qu'Emmanuel Macron veut "régler ses comptes avec l'islam et les musulmans"
il y a 4 heures 19 min
pépite vidéo > Politique
Idéologie
Jean-Michel Blanquer : "Ce qu'on appelle l'islamo-gauchisme fait des ravages"
il y a 5 heures 36 min
décryptage > International
Campagne électorale

Election présidentielle en Côte d’Ivoire : ne pas rejouer les luttes du passé

il y a 7 heures 53 min
décryptage > Politique
A l’Ouest, rien de nouveau

Le terrorisme fait-il encore bouger les lignes chez les électeurs ?

il y a 8 heures 34 min
décryptage > High-tech
Menace incontrôlable en vue ?

Ces deepfakes de photos de (vraies) femmes nues que des bots génèrent à la chaîne

il y a 8 heures 54 min
décryptage > Société
Lutte contre le séparatisme

Non, la République ne peut pas protéger les musulmans de l’islam radical et voilà pourquoi

il y a 10 heures 17 min
décryptage > France
Lutte contre le séparatisme

Dissolution des organisations salafistes : le temps des actes

il y a 11 heures 13 min
décryptage > Economie
Atlantico Business

Syndicats et patronat main dans la main pour s’opposer au gouvernement

il y a 11 heures 22 min
© TED ALJIBE / AFP
© TED ALJIBE / AFP
Tous les mêmes

Rôle sexuel, rôle social : le sondage qui montre que le quotidien des couples d’hommes gay n’échappe pas aux rapports inégalitaires observés chez les hétéros

Publié le 14 juillet 2018
François Kraus
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
François Kraus est Directeur des études politiques au département Opinion de l'Ifop.   
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»

Atlantico : Selon un sondage et une analyse réalisé par l'IFOP pour Garçon magazine, vous constatez un lien entre "domination sexuelle" et "domination sociale". Quels sont les éléments de l'étude qui permettent d'aboutir à une telle conclusion ? 

François Kraus : Il faut dans un premier temps remonter aux représentations antiques de l'homosexualité, notamment à l'époque romaine durant laquelle les rapports entre hommes étaient admis à la condition qu'ils s'incluent dans des schémas sociaux distincts et encadrés : un homme relativement âgé et libre avec un autre homme plus jeune, esclave ou affranchi. Dans ce cadre-là, les rôles d'actifs et de passifs étaient des rôles sociaux acceptés socialement. Transgresser ce schéma traditionnel constituait alors une remise en cause du statut d'Homme plus largement. Cette configuration a longtemps fonctionné dans "l'acceptabilité" des rapports entre hommes mais également dans les représentations plus générales que les gens pouvaient avoir à l'égard des couples de gay. Pour ces couples-là, il était courant de penser que les rapports et les rôles sexuels joués par chacun pouvaient également traduire des rôles sociaux différents en terme par exemple de disparité d'âge, de revenu entre les deux membres du couple amoureux.

Aujourd'hui, cette corrélation entre ces deux types de domination est extrêmement compliquée à cerner dans la mesure où la proportion d'hommes en couple avec un autre homme est relativement faible. Il nous faudrait sans aucun doute explorer ces données sur des échantillons plus solides que ceux dont nous disposons aujourd'hui. Toutefois, ce que montrent ces résultats, c'est que l'on ne peut connaitre la réelle causalité : est-ce la domination sociale qui implique une domination sexuelle ou est-ce la domination sexuelle qui entraine une domination sociale ?

Or, ce que nous montre l'enquête, c'est  que la division des rôles sexuels entre hommes reflète encore des disparités dans d’autres champs de la vie conjugale comme le niveau de revenus ou la répartition des tâches ménagères. Il existerait toujours une relation entre la position de type pénétrant // dominé qu'il existe dans les relations sexuelles et des positions sociales dominantes (le fait d'être âgé, aisé, d'occuper des postes à responsabilité). Les actifs occupent plus régulièrement des positions sociales élevées et qualifiées alors que les passifs ont quant à eux des positions –culturellement et socialement parlant – imprégnées de clichés intemporels mais qui se voient toutefois confirmés par cette étude.  

Pour illustrer, une variable concrète que représente la répartition des tâches ménagères au quotidien est flagrante. Confirmant des études qualitatives sur le sujet, cette enquête montre en effet que les couples de même sexe ont tendance à répartir les tâches domestiques au sein du foyer en fonction des rôles perçus comme masculins ou féminins adoptés dans leur sexualité. Ainsi, les hommes majoritairement actifs sont deux fois plus nombreux chez les hommes faisant moins de tâches ménagères que leur conjoint (44%) que chez les hommes en faisant beaucoup plus (25%). A l’inverse, les hommes majoritairement passifs sont surreprésentés dans les rangs des hommes faisant beaucoup plus de taches que leur partenaire (49%), comme si la part de féminité accolée à la passivité sexuelle favorisait la prise en charge des tâches domestiques perçues comme féminine.

Or, dans les couples gays, il existe des difficultés pour les hommes qui ont tous deux été socialisés dans un genre identique, c’est-à-dire un rapport aux tâches ménagères similaires dans lequel on considère que certaines d'entre elles sont perçues plus féminines que d'autres. Cela peut poser un problème dans la mesure où si en plus d'avoir un rôle passif "perçu" comme féminin ou dominé se retrouve également socialement dans une position subalterne.

Dans le cadre des témoignages des études qualitatives, on ressent parfois un certain malaise et un certain mécontentement des hommes qui sont dans cette situation car ils cumulent des positions symboliques de domination. Ce qui peut être perçu comme une forme de domination sexuelle est aussi une forme de domination sociale lié d'un côté à des facteurs de revenus économique mais aussi lié à un statut incarné au sein du couple qui rendrait  le pénétrant l'actif dans un rôle de type masculin et rendrait de fait le passif dans un rôle de type féminin.

Ainsi, même si les couples de même sexe s’inscrivent dans un modèle conjugal plus égalitaire dans la mesure où les deux membres de la dyade amoureuse occupent la même place dans la hiérarchie de genre, leur quotidien conjugal n’échappe pas aux rapports inégalitaires observés dans tous les couples.

 

Cependant, votre sondage indique également que les relations ente couples du même sexe ne se limitent pas à une polarité de genre dominant-dominé ou actif-passif. En effet, la versatilité semble être la situation la plus courante. Vous constatez pourtant un fort attachement à l'organisation des relations entre hommes autour du modèle actif/passif. Comment expliquez-vous ce paradoxe ?

Ce que démonte dans un premier temps cette enquête ce sont les idées reçues sur le fait que dans la communauté homosexuelle il n'existerait que des actifs ou que des passifs, et qu'il y aurait de fait une distinction nette avec les couples hétérosexuels. C'est une nouveauté, on voit que selon que l'on soit homosexuel ou bisexuel, on a une très forte proportion de versatilité dans les rapports entre hommes, les rapports sexuels ne s'inscrivent pas ni dans une dualité, ni dans une bipolarité totale ce qui est symptomatique de l’idéal de sexualité égalitaire et réciproque qui imprègne désormais aussi bien les couples hétérosexuels qu’homosexuels.

Il n'empêche qu'il subsiste un certain attachement à une "rigidité" de genre dans les rapports sexuels masculins. Par exemple, chez les hommes n’ayant joué qu’un seul rôle dans leur vie - soit 25% des gays et des bis ayant eu des rapports avec des hommes -, la disposition à changer de statut reste minoritaire : moins d’un tiers (31%) se disent disposés à changer un jour de statut et ceci quel que soit le rôle qu’ils sont habitués à jouer (29% chez ceux ayant été uniquement passifs, 32% chez ceux ayant été uniquement actifs). Il persiste donc encore et toujours un attachement à ces statuts, certes minoritaires au regard de la norme mais toutefois non négligeable.

Ce clivage actif / passif structure donc encore les rapports. Les gays assument plus facilement la passivité que les actifs, ce qui est moins vrai pour les bisexuels et encore moins pour les hétérosexuels. Cela est sans doute dû au fait que la part de féminité associé à la passivité sexuelle est plus facilement admissible par des personnes qui assument leur homosexualité avec le stigmate social que cela implique. Alors que pour des hétérosexuels qui distinguent leur identité en disant "je suis un hétérosexuel mais il peut m'arriver d'avoir des rapports avec de hommes" et bien cela représente pour eux une remise en cause trop forte de leur image qui serait susceptible de discréditer leur qualité d'homme aux yeux des autres.

Quelles sont les principales différences observées en comparaison des couples hétérosexuels ? 

Les rares données disponibles montrent que les couples de mêmes sexes s'inscrivent dans un modèle conjugal plus égalitaire dans la mesure où les deux membres du couple occupent la même place dans la hiérarchie du genre et  surtout qu'ils ont été sociabilisé en vertu des mêmes principes et des mêmes normes liés à leur genre. Il faut ensuite prendre en considération la différence qu'il existe entre les couples de femmes et les couples d'hommes, puisque la notion de passif et d'actif est, chez les femmes, généralement moins facteur de structuration du couple et porteuse de moins de traductions symboliques  et formelles. En revanche chez les hommes, ce clivage, cette variable est conséquemment structurante et présente dans le choix du conjoint.

Nier que ce critère est un critère fondamental du choix du conjoint  par les couples de même sexe c'est nier la réalité, et c'est d'ailleurs sur ce point que certaines critique ont été émises à l'égard de cette enquête.

 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (0)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Pas d'autres commentaires