En direct
Best of
Best of du 9 au 15 janvier
En direct
ça vient d'être publié
pépites > Politique
« Cher Tayyip »
Emmanuel Macron et Recep Tayyip Erdogan s'écrivent pour apaiser les tensions
il y a 1 semaine 3 jours
pépites > Justice
Révélations de Mediapart
Justice : enquête ouverte contre Nicolas Sarkozy pour « trafic d’influence » dans le cadre d’activités de conseil pour le groupe russe Reso-Garantia
il y a 1 semaine 3 jours
pépites > Politique
Jupiter
Nouvelle colère d'Emmanuel Macron, cette fois contre certains ministres
il y a 1 semaine 3 jours
décryptage > International
Démocratie américaine en danger

Assaut sur le Capitole : autopsie de trois jours de folies américaines

il y a 1 semaine 3 jours
pépite vidéo > Santé
Eviter la pénurie
Le PDG de Moderna, Stéphane Bancel, alerte sur la question de l'approvisionnement des vaccins pour l'hiver prochain
il y a 1 semaine 3 jours
décryptage > International
Université de Bogazici

Révolte étudiante à Istanbul ou les prémices d’un printemps turc

il y a 1 semaine 3 jours
pépites > Santé
Coronavirus
Bruno Le Maire et Gabriel Attal indiquent qu'un confinement est toujours possible
il y a 1 semaine 3 jours
décryptage > Santé
Espoir

Une étude démontre que les crises cardiaques pourraient être détectées des années à l’avance en surveillant le niveau de calcium dans les artères

il y a 1 semaine 3 jours
décryptage > Environnement
instrumentalisation judiciaire

Procès contre l’inaction de l’Etat : l’affaire du siècle est aussi la pire imaginable pour... le climat lui-même

il y a 1 semaine 3 jours
décryptage > Santé
Urgence sanitaire

Face à la Covid-19, finissons-en avec l’amateurisme public ! Le diagnostic implacable de fonctionnaires de la santé

il y a 1 semaine 3 jours
rendez-vous > Consommation
Atlantic-tac
Quand les billes précisent le moment et quand les disques détournent les heures : c’est l’actualité hivernale des montres
il y a 1 semaine 3 jours
pépites > Santé
Pénurie
Le maire de Neuilly-sur-Seine déplore que les quantités de vaccins annoncées ne soient pas au rendez-vous
il y a 1 semaine 3 jours
pépites > Santé
Coronavirus
La présence du virus dans les eaux usées de l'Ile-de-France en forte augmentation
il y a 1 semaine 3 jours
pépites > Santé
Bug
Après avoir été volontairement fermé hier le site Santé.fr de rendez-vous pour les vaccinations est ouvert en version simplifiée aujourd'hui
il y a 1 semaine 3 jours
décryptage > France
Couvre-feu à 18h

La fatigue de l’épidémie, cet élément historiquement documenté, qu’ignore superbement le gouvernement français

il y a 1 semaine 3 jours
décryptage > International
Guerre de l'information

A propos d’infox : la tentation de Joe Biden de suivre la politique des néoconservateurs

il y a 1 semaine 3 jours
décryptage > Santé
Mesures efficaces contre le virus

Covid-19 : les modèles d’efficacité sanitaire asiatiques, impossibles à reproduire en Europe ? 5 arguments pour démonter une imposture intellectuelle

il y a 1 semaine 3 jours
décryptage > Economie
Impact économique de la pandémie

Records à l’export : la Chine est-elle en train de gagner une bataille... ou la guerre des puissances commerciales ?

il y a 1 semaine 3 jours
décryptage > France
"Je ne livre pas les Juifs"

Il paraît qu'on ne peut pas accueillir toute la misère du monde. Mais qui est responsable de toute la misère du monde ?

il y a 1 semaine 3 jours
pépites > Politique
Voile
Aurore Bergé dépose un amendement interdisant le port du voile aux petites filles
il y a 1 semaine 3 jours
© STRINGER / AFP
© STRINGER / AFP
Bonnes feuilles

Le Costa Concordia, une vraie tour de Babel : comment les incompréhensions linguistiques ont mené au drame

Publié le 14 juillet 2018
Les difficultés de compréhension liées au langage ont pu engendrer des catastrophes dignes des récits bibliques. La tragédie du Costa Concordia en est un exemple frappant. Extrait du livre de Christian Morel "Les décisions absurdes III, L'enfer des règles, Les pièges relationnels", aux éditions Gallimard. (1/2)
Christian Morel
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Christian Morel, a effectué une carrière de cadre dans des grands groupes français. Il a terminé cette carrière comme directeur des ressources humaines. Parallèlement à ces fonctions, il a mené une réflexion dans le domaine de la sociologie des...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Les difficultés de compréhension liées au langage ont pu engendrer des catastrophes dignes des récits bibliques. La tragédie du Costa Concordia en est un exemple frappant. Extrait du livre de Christian Morel "Les décisions absurdes III, L'enfer des règles, Les pièges relationnels", aux éditions Gallimard. (1/2)

Le langage — la parole, la langue, orale ou écrite — n’est pas un sujet dans les organisations. On y part du principe que les individus finissent toujours par se comprendre. Or la mondialisation et le développement exponentiel des terminologies techniques ont créé des espaces d’incompréhension le plus souvent insoupçonnés mais d’importance majeure. À cela s’ajoute la difficulté même des individus à utiliser le langage pour se coordonner, c’est-à-dire verbaliser. 

Les nouvelles tours de Babel linguistique 

Avant la mondialisation, la multiplicité des langues ne constituait pas un problème insurmontable. Les échanges étaient peu nombreux, les frontières plutôt fermées et les populations peu mobiles. Pour établir les ponts, il suffisait de faire appel à des interprètes et à des traducteurs. Il en va tout autrement aujourd’hui. L’ouverture des frontières et la mondialisation des échanges multiplient les situations, dans lesquelles une foule d’acteurs de langues différentes doivent coopérer, longtemps, dans des activités complexes. Les communications internationales deviennent si intensives que les activités traditionnelles de traduction ne peuvent plus suivre. Il en résulte de grands dysfonctionnements qui peuvent être désastreux pour la sécurité, la qualité et la performance. C’est un aspect largement sous-estimé, réduit à une question logistique secondaire. On organise des activités avec des acteurs de langues différentes en se disant qu’ils se débrouilleront, qu’à l’occasion quelques interprètes les aideront et qu’ils se feront à de nouvelles langues comme les enfants apprennent à parler. Mais ce n’est pas du tout le cas, comme les deux exemples suivants, entre autres, vont le montrer : le naufrage du Costa Concordia de 2012 et le désastre de l’ascension du K2 en 2008. La diversité des langues a joué un grand rôle dans ces deux catastrophes. 

La tour de Babel du Costa Concordia 

Les médias et l’opinion se sont polarisés sur la désinvolture et les négligences du capitaine pour expliquer le naufrage du bateau de croisière Costa Concordia le 13 janvier 2012 sur les côtes italiennes. Ils ont ignoré la vraie cause, la cause profonde : la diversité linguistique, dont le rapport d’enquête souligne l’ampleur. L’équipage provenait de 38 nationalités et les passagers appartenaient à 26 pays différents. Dans un tel contexte, on conclura spontanément que l’anglais est la langue de travail officielle, même si ce n’est pas la solution idéale. Non ! C’est l’italien. L’étonnement des enquêteurs s’exprime dans un langage diplomatique : « Le choix d’une langue répandue, internationale, connue et partagée aurait apporté des avantages concrets à la communication entre les membres d’équipage, et entre ces derniers et les passagers, surtout dans les situations où la compréhension mutuelle est de première importance (Ministry of Infrastructures and Transports, Marine Casualties Investigative Body, Cruise Ship Costa Concordia, Marine Casualty on January 13, 2012, Report on the safety technical investigation). » Le rapport dresse toute une liste de défauts de communication qui se sont produits à des instants décisifs du fait de la diversité des langues : 

— Le chef mécanicien, responsable de tous les équipements, de nationalité bulgare, témoigna qu’il n’avait pas bien compris les ordres donnés en italien (la langue de travail officielle) lors de la crise. 

— Beaucoup de passagers témoignèrent que plusieurs membres d’équipage ne comprenaient pas l’anglais. 

— Le timonier déclara aux enquêteurs qu’il n’avait pas compris les ordres du capitaine, bien qu’ils aient été en anglais. D’autres sources ont confirmé qu’à deux reprises, il n’avait pas compris les instructions d’urgence données en anglais. Rappelons que le timonier est celui qui tient la barre. 

— Le maître d’équipage, pour la descente des canots de sauvetage, donna les instructions en anglais et en italien aux hommes d’équipage, alors qu’ils étaient latino-américains. 

— Le responsable de la sécurité n’a pas su dire aux enquêteurs quelle était la langue de travail requise dans le système de management de la sécurité. 

— Le responsable de la formation à la sécurité déclara que l’italien et l’anglais étaient les deux langues de travail, mais que c’était l’anglais dans les exercices. 

Quand un chef mécanicien, un timonier, des membres d’équipage chargés de tâches essentielles ne comprennent pas les ordres, parce qu’ils ne connaissent pas la langue dans laquelle ils sont donnés, nul besoin d’un capitaine désinvolte pour aller à la catastrophe. Les problèmes de langues affectent tous les bateaux. Sur tel porte-conteneurs, l’équipage se compose d’une douzaine de personnes : les trois officiers sont allemands, tous les autres, sud-asiatiques, ne parlent pas l’anglais ou très mal, avec une prononciation quasi incompréhensible. 

Ce cas montre combien la question de la langue de travail est négligée, avec de graves conséquences : sur le Costa Concordia, l’italien est la langue officielle, l’anglais est utilisé à l’occasion, mais personne ne sait quelle est la norme. Le fait que la majorité de l’équipage ne comprend ni l’une ni l’autre langue n’est pas pris en considération. Le Costa Concordia est une tour de Babel, le timonier ne comprend ni l’italien ni l’anglais et nul ne s’en inquiète. R.A.S.

Extrait du livre de Christian Morel "Les décisions absurdes III, L'enfer des règles, Les pièges relationnels", aux éditions Gallimard

 
Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (1)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
vangog
- 14/07/2018 - 15:36
Pareil pour la galère gaucho-macroniste!...
Plus les socialauds-macroniste veulent le diriger vers la gauche, plus il se dirige vers la droite...vers le populisme! Ah putain, le peuple! Quelle horreur!... Sans doute dû à une inversion du sens des mots par les gauchistes...