En direct
Best of
Best of du 19 au 25 septembre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Yannick Noah se fait plaquer; Julien Doré réfléchit à l'adoption d'un enfant avec Francis Cabrel, Jean Dujardin & Nathalie Péchalat en attendent un 2éme: Kanye West pense être le Moïse du peuple noir, Carla Bruni que Nicolas S. écrit comme Balzac

02.

Un rapport officiel allemand souligne que l’agriculture biologique n’est absolument pas plus durable que l’agriculture conventionnelle

03.

Les Suisses ont dit "non" à la fin de la libre circulation avec l'Union européenne

04.

"Olivier véreux de mes c***lles" : Jean-Marie Bigard insulte le ministre de la Santé

05.

Darmanin sait tout sur la taqiya. Et il n'aime pas du tout

06.

Nous aurons la Chine de nos mérites

07.

La Turquie, un enjeu existentiel pour l'Europe et pour le monde arabo-musulman

01.

Un rapport officiel allemand souligne que l’agriculture biologique n’est absolument pas plus durable que l’agriculture conventionnelle

02.

Yannick Noah se fait plaquer; Julien Doré réfléchit à l'adoption d'un enfant avec Francis Cabrel, Jean Dujardin & Nathalie Péchalat en attendent un 2éme: Kanye West pense être le Moïse du peuple noir, Carla Bruni que Nicolas S. écrit comme Balzac

03.

Un militant communiste assassiné à Saint-Ouen *

04.

Séparatisme : LREM pris dans les phares de la voiture de l’islam politique

05.

Santé mentale : ces millions de Français que la pandémie fait chanceler ou s’écrouler en silence

06.

Journée mondiale d’Alzheimer : comment nos rythmes de sommeil peuvent prédire le moment de l'apparition de la maladie

01.

Névrose collective : l’Europe pétrifiée face à la crise des migrants qui se noue à ses portes

02.

Eric Zemmour condamné pour injure et provocation à la haine

03.

Édouard Philippe ou le vrai-faux espoir de la droite : radioscopie d’un malentendu idéologique

04.

Nouvelles mesures face au Covid-19 : Gribouille gouvernemental à la barre

05.

J’aime les sapins de Noël : je suis un facho

06.

Emmanuel Macron, le président sans parti : pas (nécessairement) de quoi perdre 2022 mais mauvais coup garanti pour la démocratie

ça vient d'être publié
décryptage > High-tech
Espionnage

Alerte aux grandes oreilles chinoises : voilà pourquoi vous devriez tourner 7 fois votre pouce avant de poster quelque chose sur les réseaux sociaux...

il y a 15 min 24 sec
pépites > Economie
Votation
Les Suisses ont dit "non" à la fin de la libre circulation avec l'Union européenne
il y a 17 heures 19 min
pépites > International
Crise
Bélarus : Loukachenko "doit partir", affirme Emmanuel Macron
il y a 18 heures 29 min
rendez-vous > Science
Atlantico Sciences
Débris spatiaux : la Station spatiale a évité la catastrophe pour la 3e fois cette année ; Un détecteur de vie extraterrestre qui tient dans une boîte à chaussures !
il y a 20 heures 3 min
décryptage > Politique
Biographie

Louis Hausalter : "L'histoire de Marion Maréchal éclaire l’état de décomposition et de recomposition du paysage politique"

il y a 21 heures 39 min
décryptage > International
Relever le nez du guidon

Nous aurons la Chine de nos mérites

il y a 21 heures 54 min
décryptage > Politique
Claque en vue

Sénatoriales : petit panorama des enjeux à surveiller

il y a 22 heures 9 min
décryptage > Science
Inventées ou découvertes ?

Mais au fait, c'est quoi les maths ? Et la petite question candide posée par une ado sur Tik Tok déclencha un grand débat entre scientifiques et philosophes

il y a 22 heures 32 min
décryptage > Economie
Pensée magique

Relance made in France : les impasses du techno-colbertisme

il y a 22 heures 59 min
décryptage > Politique
Bonnes feuilles

Plongée dans les coulisses de l’organisation de la Convention de la droite : l'engagement de Marion Maréchal et Eric Zemmour en faveur de l’union des droites

il y a 1 jour 16 min
pépites > International
Poudrière
Violents affrontements au Haut-Karabakh : l'Arménie et l’Azerbaïdjan au bord de la guerre
il y a 16 heures 31 min
pépites > International
Etats-Unis
Cour suprême : Donald Trump nomme Amy Coney Barrett
il y a 17 heures 52 min
décryptage > International
Suprêmement explosif

Trump a nommé à la Cour suprême une juge extrêmement conservatrice : normal, les États-Unis sont le pays des extrêmes

il y a 20 heures 2 min
décryptage > Culture
Atlantico Litterati

Tel est sur toi le sceau de ma haine, ou les possédés

il y a 21 heures 29 min
décryptage > Economie
Business

Bourse : les nouveaux gagnants et perdants post-Covid

il y a 21 heures 47 min
décryptage > International
Géopolitique

La Turquie, un enjeu existentiel pour l'Europe et pour le monde arabo-musulman

il y a 22 heures 3 min
rendez-vous > Environnement
Atlantico Green
Poser des plaques de verre sur la banquise pourrait-il sauver les glaces de l’Arctique ?
il y a 22 heures 23 min
décryptage > Société
La responsabilité du gouvernement… et la nôtre...

Covid-19 : à quelles libertés sommes-nous réellement prêts à renoncer pour enrayer l'épidémie ?

il y a 22 heures 52 min
décryptage > Santé
Bonnes feuilles

Les aidants, ces soutiens vitaux au quotidien pour les personnes âgées et dont la France aura cruellement besoin face au vieillissement de la population

il y a 1 jour 16 min
décryptage > Politique
Il a lu attentivement le Coran

Darmanin sait tout sur la taqiya. Et il n'aime pas du tout

il y a 1 jour 16 min
© STRINGER / AFP
© STRINGER / AFP
Bonnes feuilles

Le Costa Concordia, une vraie tour de Babel : comment les incompréhensions linguistiques ont mené au drame

Publié le 14 juillet 2018
Les difficultés de compréhension liées au langage ont pu engendrer des catastrophes dignes des récits bibliques. La tragédie du Costa Concordia en est un exemple frappant. Extrait du livre de Christian Morel "Les décisions absurdes III, L'enfer des règles, Les pièges relationnels", aux éditions Gallimard. (1/2)
Christian Morel
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Christian Morel, a effectué une carrière de cadre dans des grands groupes français. Il a terminé cette carrière comme directeur des ressources humaines. Parallèlement à ces fonctions, il a mené une réflexion dans le domaine de la sociologie des...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Les difficultés de compréhension liées au langage ont pu engendrer des catastrophes dignes des récits bibliques. La tragédie du Costa Concordia en est un exemple frappant. Extrait du livre de Christian Morel "Les décisions absurdes III, L'enfer des règles, Les pièges relationnels", aux éditions Gallimard. (1/2)

Le langage — la parole, la langue, orale ou écrite — n’est pas un sujet dans les organisations. On y part du principe que les individus finissent toujours par se comprendre. Or la mondialisation et le développement exponentiel des terminologies techniques ont créé des espaces d’incompréhension le plus souvent insoupçonnés mais d’importance majeure. À cela s’ajoute la difficulté même des individus à utiliser le langage pour se coordonner, c’est-à-dire verbaliser. 

Les nouvelles tours de Babel linguistique 

Avant la mondialisation, la multiplicité des langues ne constituait pas un problème insurmontable. Les échanges étaient peu nombreux, les frontières plutôt fermées et les populations peu mobiles. Pour établir les ponts, il suffisait de faire appel à des interprètes et à des traducteurs. Il en va tout autrement aujourd’hui. L’ouverture des frontières et la mondialisation des échanges multiplient les situations, dans lesquelles une foule d’acteurs de langues différentes doivent coopérer, longtemps, dans des activités complexes. Les communications internationales deviennent si intensives que les activités traditionnelles de traduction ne peuvent plus suivre. Il en résulte de grands dysfonctionnements qui peuvent être désastreux pour la sécurité, la qualité et la performance. C’est un aspect largement sous-estimé, réduit à une question logistique secondaire. On organise des activités avec des acteurs de langues différentes en se disant qu’ils se débrouilleront, qu’à l’occasion quelques interprètes les aideront et qu’ils se feront à de nouvelles langues comme les enfants apprennent à parler. Mais ce n’est pas du tout le cas, comme les deux exemples suivants, entre autres, vont le montrer : le naufrage du Costa Concordia de 2012 et le désastre de l’ascension du K2 en 2008. La diversité des langues a joué un grand rôle dans ces deux catastrophes. 

La tour de Babel du Costa Concordia 

Les médias et l’opinion se sont polarisés sur la désinvolture et les négligences du capitaine pour expliquer le naufrage du bateau de croisière Costa Concordia le 13 janvier 2012 sur les côtes italiennes. Ils ont ignoré la vraie cause, la cause profonde : la diversité linguistique, dont le rapport d’enquête souligne l’ampleur. L’équipage provenait de 38 nationalités et les passagers appartenaient à 26 pays différents. Dans un tel contexte, on conclura spontanément que l’anglais est la langue de travail officielle, même si ce n’est pas la solution idéale. Non ! C’est l’italien. L’étonnement des enquêteurs s’exprime dans un langage diplomatique : « Le choix d’une langue répandue, internationale, connue et partagée aurait apporté des avantages concrets à la communication entre les membres d’équipage, et entre ces derniers et les passagers, surtout dans les situations où la compréhension mutuelle est de première importance (Ministry of Infrastructures and Transports, Marine Casualties Investigative Body, Cruise Ship Costa Concordia, Marine Casualty on January 13, 2012, Report on the safety technical investigation). » Le rapport dresse toute une liste de défauts de communication qui se sont produits à des instants décisifs du fait de la diversité des langues : 

— Le chef mécanicien, responsable de tous les équipements, de nationalité bulgare, témoigna qu’il n’avait pas bien compris les ordres donnés en italien (la langue de travail officielle) lors de la crise. 

— Beaucoup de passagers témoignèrent que plusieurs membres d’équipage ne comprenaient pas l’anglais. 

— Le timonier déclara aux enquêteurs qu’il n’avait pas compris les ordres du capitaine, bien qu’ils aient été en anglais. D’autres sources ont confirmé qu’à deux reprises, il n’avait pas compris les instructions d’urgence données en anglais. Rappelons que le timonier est celui qui tient la barre. 

— Le maître d’équipage, pour la descente des canots de sauvetage, donna les instructions en anglais et en italien aux hommes d’équipage, alors qu’ils étaient latino-américains. 

— Le responsable de la sécurité n’a pas su dire aux enquêteurs quelle était la langue de travail requise dans le système de management de la sécurité. 

— Le responsable de la formation à la sécurité déclara que l’italien et l’anglais étaient les deux langues de travail, mais que c’était l’anglais dans les exercices. 

Quand un chef mécanicien, un timonier, des membres d’équipage chargés de tâches essentielles ne comprennent pas les ordres, parce qu’ils ne connaissent pas la langue dans laquelle ils sont donnés, nul besoin d’un capitaine désinvolte pour aller à la catastrophe. Les problèmes de langues affectent tous les bateaux. Sur tel porte-conteneurs, l’équipage se compose d’une douzaine de personnes : les trois officiers sont allemands, tous les autres, sud-asiatiques, ne parlent pas l’anglais ou très mal, avec une prononciation quasi incompréhensible. 

Ce cas montre combien la question de la langue de travail est négligée, avec de graves conséquences : sur le Costa Concordia, l’italien est la langue officielle, l’anglais est utilisé à l’occasion, mais personne ne sait quelle est la norme. Le fait que la majorité de l’équipage ne comprend ni l’une ni l’autre langue n’est pas pris en considération. Le Costa Concordia est une tour de Babel, le timonier ne comprend ni l’italien ni l’anglais et nul ne s’en inquiète. R.A.S.

Extrait du livre de Christian Morel "Les décisions absurdes III, L'enfer des règles, Les pièges relationnels", aux éditions Gallimard

 
Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (1)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
vangog
- 14/07/2018 - 15:36
Pareil pour la galère gaucho-macroniste!...
Plus les socialauds-macroniste veulent le diriger vers la gauche, plus il se dirige vers la droite...vers le populisme! Ah putain, le peuple! Quelle horreur!... Sans doute dû à une inversion du sens des mots par les gauchistes...