En direct
Best of
Best of du 24 au 30 octobre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Laeticia Hallyday craque pour Jalil Lespert; Laetitia Casta attend son 4ème; Kim Kardashian fête ses 40 ans en string; Jennifer Lawrence invite ses copines dans le lit conjugal; la maitresse de Brad Pitt le plaque pour un vieux; Loana va mieux; Louane bof

02.

Grand remplacement : la double intimidation qui nous empêche de regarder la réalité en face

03.

Plus odieuse que les caricatures de Mahomet, la caricature d'Erdogan

04.

Menace terroriste : "On affronte des masses qui veulent nous détruire", alertent les services de renseignement

05.

On est chez nous ? Non, ils sont chez nous !

06.

Caricatures : Justin Trudeau veut un débat sur des "exceptions" à la liberté d'expression

07.

Malika Sorel : "Emmanuel Macron commet une grave erreur dans sa stratégie face à l’islamisme"

01.

Laeticia Hallyday craque pour Jalil Lespert; Laetitia Casta attend son 4ème; Kim Kardashian fête ses 40 ans en string; Jennifer Lawrence invite ses copines dans le lit conjugal; la maitresse de Brad Pitt le plaque pour un vieux; Loana va mieux; Louane bof

02.

Une certaine gauche s’étrangle des accusations de complicité avec l’islamisme mais sera-t-elle capable d’en tirer des leçons sur ses propres chasses aux fachos imaginaires ?

03.

Bahar Kimyongür : "Dans sa fuite en avant, Erdogan n'hésitera pas à faire flamber le danger islamiste en France"

04.

Ce qui s'est vraiment passé au sein du ministère de l'Education nationale dans les jours ayant précédé la mort de Samuel Paty

05.

Malika Sorel : "Emmanuel Macron commet une grave erreur dans sa stratégie face à l’islamisme"

06.

Grand remplacement : la double intimidation qui nous empêche de regarder la réalité en face

01.

Un sondage dévastateur pour Macron et aussi, hélas, pour la France

02.

Islamisme : pour Alain Juppé, "plus que du séparatisme, c'est un esprit de conquête"

03.

Mais qu’est ce qu’ont vraiment loupé les partis pour que 79% des Français soient désormais prêts à un vote anti-système ?

04.

Plus odieuse que les caricatures de Mahomet, la caricature d'Erdogan

05.

Voici comment et pourquoi Hollande et le CFCM sont bizarrement devenus islamophobes

06.

Reconfinement généralisé : les failles (masquées) de la détermination affichée par Emmanuel Macron

ça vient d'être publié
pépites > France
Attaque
Lyon : un prêtre orthodoxe blessé par balle ; l'assaillant en fuite
il y a 7 heures 54 min
pépite vidéo > Culture
Disparition
15 des meilleures scènes de Sean Connery en Bond, James Bond
il y a 11 heures 43 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"Le Menhir d'or" : Du pur Goscinny et Uderzo, en images et en sons

il y a 13 heures 39 min
pépite vidéo > Religion
Religions
L'archevêque de Toulouse, Robert Le Gall, se dit contre le droit au blasphème
il y a 14 heures 39 min
pépites > Terrorisme
Débandade
Seuls 26% des Français font confiance au gouvernement pour lutter contre le terrorisme
il y a 15 heures 42 min
décryptage > France
Justice

Le fondement juridique des amendes liées aux violations bénignes du reconfinement est-il solide ?

il y a 16 heures 34 min
décryptage > Economie
Atlantico Business

L’économique française a rebondi de 18 % au 3ème trimestre, preuve que le système de production peut tenir, à condition qu’on lui fiche la paix...

il y a 17 heures 4 min
décryptage > Justice
Bonnes feuilles

Pierre Gide : le quotidien difficile d’un avocat sous l’Occupation

il y a 17 heures 14 min
décryptage > International
J-4

Bidenomics : quel impact pour l’économie d’un (éventuel) président démocrate ?

il y a 17 heures 15 min
rendez-vous > People
Revue de presse people
Laeticia Hallyday craque pour Jalil Lespert; Laetitia Casta attend son 4ème; Kim Kardashian fête ses 40 ans en string; Jennifer Lawrence invite ses copines dans le lit conjugal; la maitresse de Brad Pitt le plaque pour un vieux; Loana va mieux; Louane bof
il y a 17 heures 16 min
pépites > France
On en a gros
Reconfinement : des maires refusent la fermeture des commerces non-alimentaires
il y a 10 heures 21 min
light > Culture
Disparition
L'acteur Sean Connery est décédé à l'âge de 90 ans
il y a 12 heures 8 min
pépites > Terrorisme
Danger
Menace terroriste : "On affronte des masses qui veulent nous détruire", alertent les services de renseignement
il y a 14 heures 19 min
pépites > International
Soumission
Caricatures : Justin Trudeau veut un débat sur des "exceptions" à la liberté d'expression
il y a 15 heures 52 sec
décryptage > France
Pour nous sonne le glas

On est chez nous ? Non, ils sont chez nous !

il y a 16 heures 27 min
décryptage > Santé
Apéros vidéo

Comment gérer la consommation d’alcool pendant le confinement ?

il y a 16 heures 45 min
décryptage > France
Bonnes feuilles

GIGN - RAID : aux origines de la création des unités d’élite

il y a 17 heures 13 min
décryptage > Société
Bonnes feuilles

Savoir repérer les manipulateurs : comment dire non à une personne malveillante et manipulatrice ?

il y a 17 heures 14 min
décryptage > International
Exemple

Petites leçons venues des Etats-Unis pour les conservateurs français

il y a 17 heures 16 min
décryptage > Société
Changement de visage

Grand remplacement : la double intimidation qui nous empêche de regarder la réalité en face

il y a 17 heures 18 min
© Pixabay
© Pixabay
Danger

Ces (nombreux) médicaments qui peuvent vous faire plonger dans la dépression sans que votre médecin le sache vraiment

Publié le 14 juin 2018
37% des médicaments prescrits sur ordonnance présentent la dépression comme un effet secondaire possible, selon une étude relayée par la BBC.
Sauveur Boukris
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Sauveur Boukris est médecin enseignant à l'université Diderot (Paris VII). Il est l'auteur de nombreux livres médicaux dont Ces médicaments qui nous rendent malades (Le Cherche Midi, 2009). Chroniqueur médical, il participe à différentes...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
37% des médicaments prescrits sur ordonnance présentent la dépression comme un effet secondaire possible, selon une étude relayée par la BBC.

Atlantico : Un article de la BBC rapporte que d'après une étude publiée dans le Journal of the American Medical Association, 37% des médicaments prescrits sur ordonnance présentent la dépression comme un effet secondaire possible. Le lien entre dépression et médication, est-il avéré ? Dans quelle mesure ?

Sauveur Boukris : Oui, bien sûr. C'est quelque chose de connu depuis longtemps. Cela concerne par exemple les médicaments pour l'hypertension à base de réserpine, comme l'Aldomet ; les médicaments antalgiques qui sont à base à de Tramadol, qui peuvent entraîner un effet sédatif et un effet dépressif. D'autres médicaments encore, comme ceux servant à traiter la maladie de Parkinson, à base de dopamine, ont aussi un effet secondaire dépressif. C'est quelque chose de fréquent. Le chiffre d'un tiers des médicaments, avancé par l'étude, parait élevé. La question est : s'agit-il de dépressions majeures, mineures ? Tout dépend de ce que les chercheurs nomment "dépression". La dépression est un terme un peu galvaudé qui peut désigner une vraie dépression ou, comme dans certaines études, un coup de déprime passager.

Il y a deux types de médicaments. Ceux qui sont donnés à courte durée peuvent entraîner un petit effet dépressif momentané. Il s'agit, par exemple, des traitements pour la douleur. En revanche, en ce qui concerne les traitements à plus longue durée, comme ceux pour la maladie de Parkinson ou l'hypertension, qui sont des médicaments que l'ont prescrits pendant toute une vie, cela peut entraîner une dépression.

On ne fait pas toujours le lien entre médicaments et dépression parce qu'on considère, quelques fois, que la maladie peut être en soi un facteur de dépression. Dans le cas d'une dépression, on peut recourir à traitement substitutif et remplacer le médicament qui provoque la dépression par un autre. Mais quelques fois, il n'y a pas de traitement de remplacement et on prescrit le médicament en l'associant à un antidépresseur. Quelques fois aussi, quand les gens sont malades de tumeurs ou d'autres maladies graves, on considère que la gravité de la maladie, et le traitement de la douleur de cette maladie, sont supérieurs à la dépression, et l'on considère alors que la dépression fait partie du contexte de la maladie.

Les patients qui souffrent déjà de troubles psychiques comme l'anxiété et la dépression présentent-ils un risque beaucoup plus élevé ?

Les effets sont majorés, bien sûr. Chez les gens qui ont tendance à être dépressifs ou présentent des tendances anxieuses, ces médicaments accentuent ces effets. Les sont alors plus réceptifs et sensibles à ces effets.

Les contraceptifs oraux engendrent des risques de dépression et de troubles de l'humeur. Les patients sont-ils suffisamment informés ?

Non, les patients ne sont pas informés. Et les médecins ne sont d'ailleurs ni formés ni informés sur ce sujet. Il y a des patients sous contraceptif, souvent des femmes, qui se trouvent tristes, déprimés, etc. Certains contraceptifs présentent un risque de dépression plus élevé. Cela se traduit par une fatigue, une baisse de la libido, un manque d'élan vital. Les patients le constatent lorsqu'ils commencent à prendre un contraceptif ou lorsqu'ils en changent.

Si chacun doit se responsabiliser, lire les notices n'est pas un réflexe courant. Quelle est la part de responsabilité des médecins, des fabricants, des agences nationales du médicament ?

Les fabricants ont tendance à minimiser les effets secondaires, à les cacher ou à les sous-évaluer. Les laboratoires ont donc une part de responsabilité dans cette méconnaissance des effets secondaires des médicaments. Le médecin qui prescrit, lui, n'est pas toujours au courant des risques de dépression. Et s'il est courant et qu'il l'explique au patient, ce dernier va bien souvent refuser le médicament.

Toutes les informations que l'on voie sur le Vidal (sorte de bible du médecin pour les médicaments) sont des informations qui sont données par l'industrie pharmaceutique elle-même. Les fiches techniques publiées dans le Vidal ne sont pas publiées par le ministère de la Santé, elles sont émises par les laboratoires. Et ces derniers dressent tout une lite d'effets indésirables pour lesquels ils indiquent "peu fréquent", "fréquent", "rare", etc. En général, les médecins ne connaissent que les effets indésirables les plus fréquents. Or, même un effet indésirable rare peut être important pour le malade.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (6)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
venise
- 16/06/2018 - 23:26
stop
de propager la panique avec les effets secondaires des médicaments surtout quand une erreur grossière se glisse dans les affirmations, je parle des agonistes dopaminergiques et de la L dopa dans la maladie de parkinson, ils tentent de compenser le déficit en dopamine maîtresse du mouvement de la motivation du plaisir...... et ces médicaments sont tout sauf dépresseurs, ce serait plus tôt le contraire, mais par pitié la meilleure façon de marcher étant leur mission laissez les parkinsoniens en paix
nobobo
- 14/06/2018 - 22:52
Démagogie
Travaillant dans la recherche pharmaceutique, je suis sidéré par certaines manipulations médiatiques. Bien sûr les médicaments peuvent avoir des effets secondaires (graves sur une minorité de patients). Mais en regard du bénéfice rendu , prouvé scientifiquement contrairement aux médecines dites alternatives, il n'y a pas photo.
L' espérance de vie actuelle n'aurait rien à voir avec la découverte des médicaments révolutionnaires de la médecine occidentale?
Ce n'est pas parce qu 'il y a quelques brebis galeuses dans l'industrie pharmaceutique qu'il faut jeter le bébé avec l 'eau du bain.
Le retour de l 'obscurantisme nous guette.
Benvoyons
- 14/06/2018 - 11:48
Il y en a un, en plein délire,
car pas du tout, j'ai été fait dans les latrines de Dieu,Satan & St Pierre, le Saint Esprit Kelenborn étant en train de nettoyer le cul des ci-dessus.
La suffisance narcissique du Saint Esprit Kelenborn ne pouvant voir & nettoyer que ces surfaces là.