En direct
Best of
Best of du 9 au 15 janvier
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

La fatigue de l’épidémie, cet élément historiquement documenté, qu’ignore superbement le gouvernement français

02.

Alerte aux nouveaux variants du Coronavirus : l’Occident peut-il encore échapper à un bilan humain tragique sans adopter les méthodes asiatiques face à l’épidémie ?

03.

Mais qui peut encore stopper les magistrats dans les dommages qu’ils infligent (inconsciemment) à la démocratie française ?

04.

Emmanuel Macron, victime d’impuissance ?

05.

Alerte au variant du Coronavirus : ce qu’on sait vraiment du risque de contamination en extérieur (et que le gouvernement devrait méditer avant d’envisager de restreindre la liberté de promenade)

06.

Il paraît qu'on ne peut pas accueillir toute la misère du monde. Mais qui est responsable de toute la misère du monde ?

01.

Affaire Olivier Duhamel : Alain Finkielkraut, ne sera plus chroniqueur de l’émission 24h Pujadas, diffusée sur LCI

02.

Ne dites plus "amen" mais "awomen"

03.

Éviction d’Alain Finkielkraut : les bienfaits de la condamnation des dérapages, les dangers de l’épuration

04.

Alerte aux nouveaux variants du Coronavirus : l’Occident peut-il encore échapper à un bilan humain tragique sans adopter les méthodes asiatiques face à l’épidémie ?

05.

Il paraît qu'on ne peut pas accueillir toute la misère du monde. Mais qui est responsable de toute la misère du monde ?

06.

Communication politique : Jean Castex et Olivier Veran, perdus pour la France

ça vient d'être publié
pépites > Politique
« Cher Tayyip »
Emmanuel Macron et Recep Tayyip Erdogan s'écrivent pour apaiser les tensions
il y a 4 jours 14 heures
pépites > Justice
Révélations de Mediapart
Justice : enquête ouverte contre Nicolas Sarkozy pour « trafic d’influence » dans le cadre d’activités de conseil pour le groupe russe Reso-Garantia
il y a 4 jours 19 heures
pépites > Politique
Jupiter
Nouvelle colère d'Emmanuel Macron, cette fois contre certains ministres
il y a 4 jours 20 heures
décryptage > International
Démocratie américaine en danger

Assaut sur le Capitole : autopsie de trois jours de folies américaines

il y a 4 jours 20 heures
pépite vidéo > Santé
Eviter la pénurie
Le PDG de Moderna, Stéphane Bancel, alerte sur la question de l'approvisionnement des vaccins pour l'hiver prochain
il y a 4 jours 21 heures
décryptage > International
Université de Bogazici

Révolte étudiante à Istanbul ou les prémices d’un printemps turc

il y a 4 jours 21 heures
pépites > Santé
Coronavirus
Bruno Le Maire et Gabriel Attal indiquent qu'un confinement est toujours possible
il y a 4 jours 22 heures
décryptage > Santé
Espoir

Une étude démontre que les crises cardiaques pourraient être détectées des années à l’avance en surveillant le niveau de calcium dans les artères

il y a 4 jours 23 heures
décryptage > Environnement
instrumentalisation judiciaire

Procès contre l’inaction de l’Etat : l’affaire du siècle est aussi la pire imaginable pour... le climat lui-même

il y a 4 jours 23 heures
décryptage > Santé
Urgence sanitaire

Face à la Covid-19, finissons-en avec l’amateurisme public ! Le diagnostic implacable de fonctionnaires de la santé

il y a 4 jours 23 heures
rendez-vous > Consommation
Atlantic-tac
Quand les billes précisent le moment et quand les disques détournent les heures : c’est l’actualité hivernale des montres
il y a 4 jours 17 heures
pépites > Santé
Pénurie
Le maire de Neuilly-sur-Seine déplore que les quantités de vaccins annoncées ne soient pas au rendez-vous
il y a 4 jours 19 heures
pépites > Santé
Coronavirus
La présence du virus dans les eaux usées de l'Ile-de-France en forte augmentation
il y a 4 jours 20 heures
pépites > Santé
Bug
Après avoir été volontairement fermé hier le site Santé.fr de rendez-vous pour les vaccinations est ouvert en version simplifiée aujourd'hui
il y a 4 jours 20 heures
décryptage > France
Couvre-feu à 18h

La fatigue de l’épidémie, cet élément historiquement documenté, qu’ignore superbement le gouvernement français

il y a 4 jours 21 heures
décryptage > International
Guerre de l'information

A propos d’infox : la tentation de Joe Biden de suivre la politique des néoconservateurs

il y a 4 jours 22 heures
décryptage > Santé
Mesures efficaces contre le virus

Covid-19 : les modèles d’efficacité sanitaire asiatiques, impossibles à reproduire en Europe ? 5 arguments pour démonter une imposture intellectuelle

il y a 4 jours 22 heures
décryptage > Economie
Impact économique de la pandémie

Records à l’export : la Chine est-elle en train de gagner une bataille... ou la guerre des puissances commerciales ?

il y a 4 jours 23 heures
décryptage > France
"Je ne livre pas les Juifs"

Il paraît qu'on ne peut pas accueillir toute la misère du monde. Mais qui est responsable de toute la misère du monde ?

il y a 4 jours 23 heures
pépites > Politique
Voile
Aurore Bergé dépose un amendement interdisant le port du voile aux petites filles
il y a 4 jours 23 heures
© wikipédia
© wikipédia
Finances locales

Contrat de maîtrise de la dépense publique : pourquoi l’Etat ne pourra rien attendre de majeur des collectivités locales s’il ne leur donne pas les moyens juridiques et politiques de gérer leur masse salariale

Publié le 07 juin 2018
Le Premier ministre a entamé mercredi une longue visite à Toulouse où il "délocalise" à nouveau les services de Matignon. Il signera avec le maire LR Jean-Luc Moudenc le contrat "de la maîtrise de la dépense locale". L'État entend conclure des contrats avec les 322 plus importantes collectivités territoriales pour réduire leurs dépenses de 13 milliards d'euros d'ici 2022.
Éric Verhaeghe
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Éric Verhaeghe est le fondateur du cabinet Parménide et président de Triapalio. Il est l'auteur de Faut-il quitter la France ? (Jacob-Duvernet, avril 2012). Son site : www.eric-verhaeghe.fr Il vient de créer un nouveau site : www...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Le Premier ministre a entamé mercredi une longue visite à Toulouse où il "délocalise" à nouveau les services de Matignon. Il signera avec le maire LR Jean-Luc Moudenc le contrat "de la maîtrise de la dépense locale". L'État entend conclure des contrats avec les 322 plus importantes collectivités territoriales pour réduire leurs dépenses de 13 milliards d'euros d'ici 2022.

La mise en  place des intercommunalités a entraîné des doublons, au lieu de donner lieu à des économies  d’échelle. Entre 2008 et 2015, les  dépenses de personnel ont augmenté de 23% ; le  nombre des agents  a fait un bond de plus de quatre cents mille entre 2002 et 2013. Quels sont les moyens et les leviers sur lesquels les collectivités locales peuvent s'appuyer pour maîtriser leurs dépenses ?

 
Éric Verhaeghe : Pour réduire leurs dépenses, il faut évidemment que les collectivités en aient envie. C'est le premier sujet politique que nous ayons. Trop d'élus locaux ont un rapport extrêmement dilettante et arrogant vis-à-vis de la dépense publique. Pour beaucoup d'élus, l'essentiel de la politique consiste à "mener des politiques", c'est-à-dire à prendre des décisions qui leur donnent une notoriété et le sentiment d'un pouvoir sur la réalité. Ils se posent ensuite la question de l'incidence financière de leur décision. Autrement dit, les élus sont largement dépendants d'une vision d'une monde où les finances publiques sont un moyen, et pas une fin en soi. Le premier levier à mettre en action consiste donc à placer l'équilibre des finances publiques et la diminution des dépenses au coeur des préoccupations politiques locales. Dès lors que ce point est acquis, les leviers ne manquent pas pour agir. Il y a notamment celui que vous évoquez: la simplification des structures, qu'on appellerait la réduction des coûts dans le secteur privé. Dans la simplification des structures, on mettra la lutte contre les doublons, le développement des guichets uniques et le passage systématique de rabot sur les services qui sous-performent.
 
 
 

Les collectivités ne peuvent pas réduire les effectifs des fonctionnaires territoriaux, sauf à ne pas remplacer les départs. Comment l'Etat pourrait-il leur permettre une évolution dans ce domaine?

 
Je pense, si vous me le permettez, que vous commettez une confusion ou une erreur. Le statut de la fonction publique territoriale permet de supprimer des emplois. Autrement dit, s'il est difficile de licencier un fonctionnaire pour des raisons économiques, il est toujours possible de supprimer son emploi. Il incombe alors à la collectivité de lui proposer une solution de sortie. C'est l'objet même de l'article 96 du statut. Mais le fait que vous ne le releviez pas illustre bien le problème qui se pose. En réalité, le statut de la fonction publique est beaucoup plus souple qu'on ne le croit ou qu'on ne le répète. Il offre de vraies marges de manoeuvre. Le problème, ce sont les managers publics, et les élus qui ont rarement le courage d'assumer ces dispositions et de prendre les mesures qui vont bien pour diminuer les dépenses. En matière de personnel, on comprend le problème: souvent, les élus sont à la te^te d'équipes dont ils connaissent chaque membre. Leur annoncer des déplacements ou des mutations d'office n'est pas toujours simple. Quand vous devez expliquer à un fonctionnaire que vous connaissez et qui vote probablement pour vous que vous supprimez son emploi et que vous lui proposez une reclassement à cinquante kilomètres de chez lui, vous ne vous rendez pas très populaire... Surtout s'il sait sur vous des choses gênantes, par exemple des petits compromis avec les règles, ou des petites manies qui pourraient vous porter préjudice si elles étaient connues.
 
 

 

Comment ce contrat de "maîtrise de la dépense publique" peut-il s'appliquer dans les départements, qui ont déjà des difficultés à assurer leur rôle dans l'aide sociale ?

 
Ils peuvent s'appliquer dans les départements comme ils s'appliqueraient dans une entreprise. D'abord en mettant à plat toutes les dépenses pour bien les comprendre. S'agissant des départements et des politiques sociales, des économies pourraient être facilement et sans douleur réalisées par une simple reprise en main des services. Je me souviens d'avoir passé quelques jours, à une époque, dans des équipes sociales d'un département. Il suffisait d'y faire la somme de l'absentéisme des travailleurs sociaux pour mesurer la perte colossale de denier public. Cet absentéisme était producteur de pertes en cascade: dossiers de demandes d'aide mal ficelés, familles demandeuses mal évaluées, et donc forcément pertes, fraudes, mais aussi dérives sociales de certaines familles qui grossissent tôt ou tard les rangs de la délinquance. Quand vous avez, dans une famille, des soupçons répétés d'inceste et que le travailleur social affecté au secteur est absent pour dépression depuis 6 mois, vous mesurez les dégâts que ce genre de "trou dans la raquette" produit dix ou quinze ans plus tard dans le destin de l'enfant victime qui n'est pas correctement pris en charge. La recommandation à faire dans ce genre de choses, c'est le développement de la culture managériale dans les départements, c'est-à-dire la capacité à dégager de la performance dans les services.
 
 
 

Réduire les investissements est certes un levier important pour maîtriser leurs dépenses, mais est-ce vraiment souhaitable ?

 
La notion d'investissement recouvre tout et n'importe quoi. S'il s'agit d'investissements qui activent la dépense publique (par exemple une mise au bon gabarit d'un pont, d'une route, d'un canal, pour permettre l'augmentation des tonnages qui passent), il faut à tout prix les maintenir. Ils sont en effet ce que Keynes appellent le multiplicateur d'investissements, c'est-à-dire des investissements collectifs qui encourageront les acteurs privés à investir à leur tour. Ils ont une action positive sur la croissance économique générale. En revanche, certains investissements sont en réalité des diviseurs d'investissements. Ils pèsent sur le niveau de vie par la pression fiscale qu'ils causent, et ils n'encouragent personne, ou alors seulement très peu de gens, à investir. On prendra l'exemple de la piétonisation des voies sur berge à Paris, qui bouche complètement la circulation dans les artères du centre, augmente de ce fait la pollution, et appauvrit globalement l'Ile-de-France en freinant les communications. Ces investissements-là doivent être débusqués et arrêtés immédiatement. 
 
 
Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (2)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
J'accuse
- 07/06/2018 - 16:02
La République barbichette
Je te tiens, tu me tiens. Les élus et les fonctionnaires se tiennent comme des mafieux: je t'accorde des avantages, tu ne dis rien sur mes détournements; je te donne de l'avancement, tu sers mes intérêts politiques, etc. Tout va toujours dans le même sens: on plume le contribuable, qui paye toujours plus pour recevoir toujours moins en services publics. Pas la peine de voter pour d'autres en espérant que ça changera: ce sera exactement pareil.
vangog
- 07/06/2018 - 13:31
Deux fois trop de couches de mille-feuille!
Les solutions du Rassemblement National sont simples: revenir au gâteau originel et historique, qui était beaucoup moins gras, beaucoup moins dispendieux, et beaucoup plus efficace! Deux strates fondamentales, les communes et les départements, les communes pouvant mettre en commun leurs moyens par des syndicats de communes, point! Toutes les autres couches du mille-feuille, Régions (celles qui ont le plus grossi leurs effectifs), communautés d’agglo, grandes agglomérations, sont inutiles, surnuméraires, notoirement inefficaces, et excessivement coûteuses...les politiques des derniers mandats Sarko-Hollande-Macrouille sont à éliminer!