En direct
Best of
Best of du 19 au 25 septembre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

COVID-19 : mais où en est la Chine ?

02.

La délinquance de jeunes venus pour la plupart du Maghreb explose à Paris

03.

Les écologistes ont oublié qu'il faut du vent pour faire tourner les éoliennes

04.

COVID-19 : mais pourquoi le gouvernement est-il incapable de communiquer sur le véritable indicateur de gravité de l’épidémie ?

05.

Le risque d’une généralisation de l’épidémie à toute la France est pris très au sérieux par les chefs d’entreprise, mais pas par les Français. Alors pourquoi ?

06.

La coupe est pleine. Insurrection ? Désobéissance ? Révolte ? Les PME et TPE ont-elles encore le choix ?

07.

Malaise au poignet ? Le nouvel bracelet connecté de santé d'Amazon analyse votre voix et vos émotions

01.

Un rapport officiel allemand souligne que l’agriculture biologique n’est absolument pas plus durable que l’agriculture conventionnelle

02.

Yannick Noah se fait plaquer; Julien Doré réfléchit à l'adoption d'un enfant avec Francis Cabrel, Jean Dujardin & Nathalie Péchalat en attendent un 2éme: Kanye West pense être le Moïse du peuple noir, Carla Bruni que Nicolas S. écrit comme Balzac

03.

Un militant communiste assassiné à Saint-Ouen *

04.

Santé mentale : ces millions de Français que la pandémie fait chanceler ou s’écrouler en silence

05.

Ce que la dernière photo prise par la NASA nous révèle de Jupiter

06.

Alerte aux grandes oreilles chinoises : voilà pourquoi vous devriez tourner 7 fois votre pouce avant de poster quelque chose sur les réseaux sociaux...

01.

Eric Zemmour condamné pour injure et provocation à la haine

02.

Édouard Philippe ou le vrai-faux espoir de la droite : radioscopie d’un malentendu idéologique

03.

Louis Hausalter : "L'histoire de Marion Maréchal éclaire l’état de décomposition et de recomposition du paysage politique"

04.

Nouvelles mesures face au Covid-19 : Gribouille gouvernemental à la barre

05.

Plongée dans les coulisses de l’organisation de la Convention de la droite : l'engagement de Marion Maréchal et Eric Zemmour en faveur de l’union des droites

06.

J’aime les sapins de Noël : je suis un facho

ça vient d'être publié
pépites > Société
Solidarité
Le congé du proche aidant indemnisé va entrer en vigueur ce jeudi
il y a 8 heures 1 min
light > Santé
Coronavirus
Covid-19 : Alexandre Benalla est sorti de l'hôpital après une semaine en réanimation
il y a 8 heures 58 min
pépites > Politique
Organigramme
LREM : Aurore Bergé est nommée "présidente déléguée" des députés marcheurs
il y a 10 heures 53 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Le Nez" de Nikolaï Gogol : une farce nasale et masquée

il y a 11 heures 55 min
Faune
La ministre de l'Ecologie annonce la fin des animaux sauvages dans les cirques itinérants et dans les parcs aquatiques
il y a 14 heures 14 min
décryptage > Santé
Evolution de la pandémie

COVID-19 : mais pourquoi le gouvernement est-il incapable de communiquer sur le véritable indicateur de gravité de l’épidémie ?

il y a 15 heures 8 min
décryptage > Société
Distanciation sociale

Bulle sociale ou cérémonies restreintes : petits conseils pour bien choisir ses proches sans se fâcher

il y a 15 heures 28 min
pépite vidéo > Economie
Mesures contre le virus
Bruno Le Maire évoque son expérience du Covid-19 : "Une fois qu'on y est passé, on voit les choses différemment"
il y a 15 heures 45 min
pépites > Société
Sécurité
La délinquance de jeunes venus pour la plupart du Maghreb explose à Paris
il y a 16 heures 32 min
Poison
Cueillette de champignons : ne pas faire confiance aux applications de reconnaissance sur téléphone mobile
il y a 17 heures 5 min
pépites > Politique
Signatures
Pétitions citoyennes : l'Assemblée nationale lance officiellement sa plateforme
il y a 8 heures 31 min
pépites > France
Craintes pour les rémunérations
Covid-19 : des agents de la SNCF testés positifs auraient continué à travailler
il y a 10 heures 30 min
pépites > Terrorisme
Profil
Attaque devant les anciens locaux de Charlie Hebdo : l'assaillant a reconnu être âgé de 25 ans et non de 18
il y a 11 heures 30 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Nuit sombre et sacrée" de Michael Connelly : une enquête minutieuse au suspens garanti

il y a 12 heures 15 min
light > Science
Loin
Nouvelle découverte d'eau sur Mars : plusieurs lacs sur des milliers de km2
il y a 14 heures 42 min
pépites > Santé
Succès
Coronavirus : plus de 12 millions de téléchargements pour l'application britannique officielle de traçage
il y a 15 heures 14 min
décryptage > Economie
Compétitivité

Veut-on vraiment être compétitifs ?

il y a 15 heures 34 min
décryptage > Politique
Impact sur l'opinion

Des Français déboussolés et désemparés

il y a 16 heures 11 min
décryptage > Consommation
Craintes chez les consommateurs

Reconfinement non exclu : avec le recul, faut-il se jeter sur le papier toilettes au cas où ?

il y a 16 heures 42 min
décryptage > Politique
La France a-t-elle les moyens de ses ambitions (à lui)...?

Emmanuel Macron et les tentations dangereuses

il y a 17 heures 7 min
© CHRISTOPHE PETIT TESSON / POOL / AFP
© CHRISTOPHE PETIT TESSON / POOL / AFP
Diplomatie

Une rencontre Netanyahu-Macron marquée par l’annonce par Téhéran de sa volonté de reprendre l’enrichissement de l’uranium

Publié le 06 juin 2018
La rencontre entre Emmanuel Macron et Benjamin Netanyahou, ce mardi 5 juin à Paris, menée dans le cadre d'une tournée européenne par le Premier ministre israélien, a été dominée par la question iranienne. Benjamin Netanyahou a ainsi essayé de convaincre le président français de la nécessité de contenir l'influence iranienne au Moyen-Orient.
Jean-Sylvestre Mongrenier
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean-Sylvestre Mongrenier est docteur en géopolitique, professeur agrégé d'Histoire-Géographie, et chercheur à l'Institut français de Géopolitique (Université Paris VIII Vincennes-Saint-Denis).Il est membre de l'Institut Thomas More.Jean...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
La rencontre entre Emmanuel Macron et Benjamin Netanyahou, ce mardi 5 juin à Paris, menée dans le cadre d'une tournée européenne par le Premier ministre israélien, a été dominée par la question iranienne. Benjamin Netanyahou a ainsi essayé de convaincre le président français de la nécessité de contenir l'influence iranienne au Moyen-Orient.
  1. La rencontre entre Emmanuel Macron et Benjamin Netanyahou, ce mardi 5 juin à Paris, menée dans le cadre d'une tournée européenne par le Premier ministre israélien, a été dominée par la question iranienne. Benjamin Netanyahou a ainsi essayé de convaincre le président français de la nécessité de contenir l'influence iranienne au Moyen-Orient. Cette rencontre a-t-elle pu produire une évolution des positions de l'une ou l'autre des parties ?

  2.  

 

Jean-Sylvestre Mongrenier : De fait, c’est la question essentielle. D’autant plus que le jour même, Téhéran notifiait à l’AIEA sa volonté de reprendre l’enrichissement de l’uranium au-delà de 3,67%. D’aucun font un parallèle avec la décision de Donald Trump de sortir les Etats-Unis de l’accord nucléaire, mais il doit être rappelé que Téhéran est signataire du Traité de non-prolifération (1968). Ce texte ne reconnaît pas un quelconque droit à l’enrichissement de l’uranium et le régime irano-chiite n’en respecte pas les termes. Il suffit pour s’en convaincre de se reporter au texte dudit traité d’une part, de l’autre au contenu des différentes résolutions qui ont été votées par le Conseil de sécurité au long de cette crise nucléaire rampante. Le chef du gouvernement israélien est très déterminé à faire respecter un certain nombre de « lignes rouges » et l’armée israélienne s’y emploie.

A plusieurs reprises, Tsahal a bousculé Moscou, en frappant sur le sol syrien des cibles iraniennes ou autres. On n’imagine donc pas Benjamin Netanyahou se rallier aux arguments d’Emmanuel Macron qui semblent assez faibles et dépassés par la dynamique de la situation. Il est vain d’expliquer que cet accord est la moins mauvaise des solutions lorsque, sur le terrain, c’est bien une guerre qui est amorcée. Il est certes possible de nuancer le diagnostic - en parlant de « conflit de faible intensité », d’« incidents » ou encore de « frappes » -, mais les faits sont là : l’impérialisme irano-chiite et ses agissements provoquent des chocs en retour. Faut-il s’en étonner ? Si l’on a une vision dialectique de l’Histoire, on comprend que toute actualisation d’un phénomène potentialise sa contradiction.

Il est d’ailleurs frappant de constater que le discours français et européen, une fois avoir rappelé de manière rituelle l’importance de cet accord, se déplace très vite sur le terrain économique et commercial. Les parts de marché seraient-elles plus importantes que les intérêts de sécurité de nos alliés régionaux et, à brève échéance, les nôtres ? Faudrait-il faire cause commune avec le régime irano-chiite, contre les Etats-Unis, Israël et les régimes irano-chiites ? Ce n’est certainement pas ce que pensent le chef de l’Etat et la quai d’Orsay, mais il serait bon de ne pas embrouiller l’opinion publique avec de vaine rhétoriques et des postures inadéquates.

Comment interpréter la position européenne, notamment suite à la rencontre entre Benjamin Netanyahou et Angela Merkel ce 4 juin ? Peut-on parler de front uni européen, ou existe-t-il des divergences entre les capitales européennes ?

La position « européenne » est celle du trio Paris-Londres-Berlin, partie prenante des accords signés dans le cadre des « 5 + 1 » (les cinq membres permanents du Conseil de sécurité plus l’Allemagne), avec le soutien officiel de l’UE et de son Haut Représentant pour la PSDC (Politique de défense et de sécurité commune), Madame Mogherini. Officiellement, l’UE-3 (le trio mentionné plus haut) est à l’origine des négociations et de cet accord, ce qui explique en partie l’attachement « européen » à ce texte. Cela dit, Barack Obama avait son propre canal de négociation avec Téhéran (des négociations secrètes ont notamment été organisées à Oman). C’est sa volonté de conclure un accord historique– au point de laisser toute latitude d’action aux Pasdarans en Syrie et de renoncer à faire appliquer ses « lignes rouges » sur les armes chimiques -, qui explique l’aboutissement des négociations.

On peut aussi penser qu’un certain nombre d’Etats européens, notamment parmi ceux qui sont favorables à la reconnaissance de Jérusalem comme capitale d’Israël, ne constituent pas des appuis très solides. D’une manière générale, la faiblesse de la position du trio réside dans le fait que ces gouvernements n’ont absolument rien obtenu de l’Iran sur l’après-2025 (prolongation d’un certain nombre de clauses), la limitation du programme balistique ou l’expansionnisme irano-chiite. Ces trois capitales avalisent le diagnostic américain sur les graves insuffisances de l’accord de 2015, à raison, mais elles se contentent d’invoquer sa perpétuation.

De fait, elles n’ont guère autre chose à proposer que d’attendre un illusoire geste de bonne volonté des dirigeants iraniens. A tout le moins, il leur faudrait envisager des moyens de rétorsion à l’encontre de l’Iran, en raison de son programme balistique et de sa politique de domination de la zone, du golfe Arabo-Persique à la Méditerranée orientale. Leur refus du conflit avec l’Iran débouche sur la paralysie : cet accord nous dissuade d’agir. Pendant ce temps, les alliés régionaux, de l’UE-3, d’Israël au golfe Arabo-Persique, se mettent en ligne avec Washington. Comment prétendre peser dans la région si l’on ne sait pas prendre en compte les intérêts de sécurité de ses alliés ? Dans une alliance ou un partenariat stratégique, un minimum de réciprocité est requis.

 

La question palestinienne a pu être reléguée au second plan lors de cette rencontre, malgré les protestations politiques qui y sont liées par certains membres de l'opposition. Comment mesurer la position française sur cette question ?
 

Il est vrai que la France est discrète sur la question. Un simple rappel des positions de la diplomatie française à propos de la création d’un Etat palestinien. Progressivement, la question est devenue secondaire, aussi bien aux yeux des capitales arabes - accaparées par d’autres problèmes géopolitiques (menace irano-chiite, islamisme, terrorisme) et les conséquences du mal-développement - que ceux des capitales européennes. La France comme les autres Etats européens n’ont tout simplement pas la volonté et la capacité d’influencer positivement la situation locale, moins encore de « remodeler » le Proche-Orient. Les Européens sont accaparés par leurs problèmes propres et ont d’autres priorités sur le plan extérieur.

Peut-être faudrait-il enfin admettre que la question palestinienne, d’une ampleur limitée par rapport aux conflits régionaux, n’est pas « la mère de toutes les guerres ».  L’expansionnisme irano-chiite, le djihadisme global, l’irrédentisme kurde et, au total, le risque d’une grande guerre interétatique au Moyen-Orient, avec de graves prolongements internationaux, ont éclipsé la question palestinienne. Même les Etats de l’ancien « front du refus » - un regroupement qui avait pris forme après l’accord de paix israélo-égyptien (depuis renforcé par l’accord israélo-jordanien) -, se désintéressent de la question palestinienne.

 

 

 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (7)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
gerint
- 06/06/2018 - 21:52
L’Iran est maître de l’art du double jeu
On ne peut pas l’ignôter.
Paul Emiste
- 06/06/2018 - 18:46
Refusé sur le Fig, la vérité est hors charte!
L´Iran est dirigé par un "guide", "Führer" en allemand, ils ont les gardiens de la révolution, véritable "SturmAbteilung" en allemand, et une police religieuse, véritables "ShutzStaffel" en allemand. Après vous faites votre choix, le miens est fait!
Marie Esther
- 06/06/2018 - 16:52
Netanyahu
Corrompu ? J'en sais rien pas plus que vous, nous n'en sommes qu'à la fin des enquêtes. Criminel de guerre ? Je n'en sais rien car la Cpi saisie par les Palestiniens regarde si un dossier peut être ouvert. Si on compare avec d'autres premiers ministres il est plutôt en retrait sur la décision de faire la guerre : voir l' Iran en 2011, voir les discussions sur le Golan en 2010, voir le gel de la construction en Judée Samarie pendant 10 mois, voir l'aide à la Jordanie (hélicoptères et manœuvres communes aux Usa), voir l'aide à l'Égypte (accord pour remilitarisatiln partielle du Sinaï pour lutter contre Daech).. En quoi est il menteur ? Parce que depuis 2015il dit que l'accord avec l'Iran est un mauvais accord et qu'il a prouvé que les ayatollahs avaient menti sur la période précédente avec le nucléaire militaire. Les autres Européens restent prudents : ah bon il est reçu par Merkel et May, t il en a déjà vu d'autres. Quant à Trump, il discute avec lui mais il discute aussi avec Poutine : tout le monde sauf les Russes va quitter la Syrie Iraniens, supplétifs afghans et pakistanais et Hezbollah. Netanyahu est un homme d'état qui défend son pays et qui est écouté dans le monde.