En direct
Best of
Best of du 9 au 15 janvier
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
ça vient d'être publié
pépites > Politique
« Cher Tayyip »
Emmanuel Macron et Recep Tayyip Erdogan s'écrivent pour apaiser les tensions
il y a 1 semaine 1 jour
pépites > Justice
Révélations de Mediapart
Justice : enquête ouverte contre Nicolas Sarkozy pour « trafic d’influence » dans le cadre d’activités de conseil pour le groupe russe Reso-Garantia
il y a 1 semaine 1 jour
pépites > Politique
Jupiter
Nouvelle colère d'Emmanuel Macron, cette fois contre certains ministres
il y a 1 semaine 1 jour
décryptage > International
Démocratie américaine en danger

Assaut sur le Capitole : autopsie de trois jours de folies américaines

il y a 1 semaine 1 jour
pépite vidéo > Santé
Eviter la pénurie
Le PDG de Moderna, Stéphane Bancel, alerte sur la question de l'approvisionnement des vaccins pour l'hiver prochain
il y a 1 semaine 1 jour
décryptage > International
Université de Bogazici

Révolte étudiante à Istanbul ou les prémices d’un printemps turc

il y a 1 semaine 2 jours
pépites > Santé
Coronavirus
Bruno Le Maire et Gabriel Attal indiquent qu'un confinement est toujours possible
il y a 1 semaine 2 jours
décryptage > Santé
Espoir

Une étude démontre que les crises cardiaques pourraient être détectées des années à l’avance en surveillant le niveau de calcium dans les artères

il y a 1 semaine 2 jours
décryptage > Environnement
instrumentalisation judiciaire

Procès contre l’inaction de l’Etat : l’affaire du siècle est aussi la pire imaginable pour... le climat lui-même

il y a 1 semaine 2 jours
décryptage > Santé
Urgence sanitaire

Face à la Covid-19, finissons-en avec l’amateurisme public ! Le diagnostic implacable de fonctionnaires de la santé

il y a 1 semaine 2 jours
rendez-vous > Consommation
Atlantic-tac
Quand les billes précisent le moment et quand les disques détournent les heures : c’est l’actualité hivernale des montres
il y a 1 semaine 1 jour
pépites > Santé
Pénurie
Le maire de Neuilly-sur-Seine déplore que les quantités de vaccins annoncées ne soient pas au rendez-vous
il y a 1 semaine 1 jour
pépites > Santé
Coronavirus
La présence du virus dans les eaux usées de l'Ile-de-France en forte augmentation
il y a 1 semaine 1 jour
pépites > Santé
Bug
Après avoir été volontairement fermé hier le site Santé.fr de rendez-vous pour les vaccinations est ouvert en version simplifiée aujourd'hui
il y a 1 semaine 1 jour
décryptage > France
Couvre-feu à 18h

La fatigue de l’épidémie, cet élément historiquement documenté, qu’ignore superbement le gouvernement français

il y a 1 semaine 2 jours
décryptage > International
Guerre de l'information

A propos d’infox : la tentation de Joe Biden de suivre la politique des néoconservateurs

il y a 1 semaine 2 jours
décryptage > Santé
Mesures efficaces contre le virus

Covid-19 : les modèles d’efficacité sanitaire asiatiques, impossibles à reproduire en Europe ? 5 arguments pour démonter une imposture intellectuelle

il y a 1 semaine 2 jours
décryptage > Economie
Impact économique de la pandémie

Records à l’export : la Chine est-elle en train de gagner une bataille... ou la guerre des puissances commerciales ?

il y a 1 semaine 2 jours
décryptage > France
"Je ne livre pas les Juifs"

Il paraît qu'on ne peut pas accueillir toute la misère du monde. Mais qui est responsable de toute la misère du monde ?

il y a 1 semaine 2 jours
pépites > Politique
Voile
Aurore Bergé dépose un amendement interdisant le port du voile aux petites filles
il y a 1 semaine 2 jours
© JACQUES DEMARTHON / AFP
© JACQUES DEMARTHON / AFP
Réforme

Vers des Harvard professionnels : Jean-Michel Blanquer s’attaque pour de bon à l’enseignement pro

Publié le 28 mai 2018
Jean-Michel Blanquer, ministre de l'Education Nationale veut, à travers sa réforme de l'apprentissage dont les détails seront connus ce lundi 28 mai, créer des "Harvard professionnels" en France et redorer l'image de ces filières encore trop souvent négligées.
Bertrand Martinot
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Bertrand Martinot, collaborateur de l'Institut Montaigne, est économiste, ancien délégué général à l'emploi et à la formation professionnelle. Co-auteur notamment, avec Franck Morel, de "Un autre droit du travail est possible" (Fayard, mai 2016). 
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean-Michel Blanquer, ministre de l'Education Nationale veut, à travers sa réforme de l'apprentissage dont les détails seront connus ce lundi 28 mai, créer des "Harvard professionnels" en France et redorer l'image de ces filières encore trop souvent négligées.

Atlantico : Jean-Michel Blanquer va présenter ses mesures pour réformer l'enseignement professionnel ce 28 mai pour redorer l'images du secteur. Comment on explique que l'image de "second choix" de ces filières perdure

Bertrand Martinot : Cette image est liée à une vieille tradition française. L'enseignement professionnel a toujours été méprisé par les élites politiques en France ainsi que par l'université qui elle-même forme les enseignants. Les formations professionnelles ont toujours été dévalorisées et c'est le discours qui prévaut depuis toujours d'abord au sein de l'Education Nationale et plus largement dans nos sociétés. Partant de là il ne faut pas s'étonner que les parents et les élèves réagissent en fonction du discours dominant qui n'est pas forcément en faveur de la formation professionnelle.

Depuis quelques années les gouvernements successifs essayent de revaloriser l'apprentissage avec un discours très favorable mais cet arrière fond culturel perdure. Malgré les discours officiels il y a en plus de temps en temps des dérapages comme celui du patron de Véolia qui expliquait que ses enfants étaient "trop intelligents" pour l'apprentissage. C'est un dérapage d'autant plus ahurissant que Veolia est en pointe sur l'apprentissage au sens général.

On accuse pourtant souvent ces filières d'un manque de clarté quant aux diplômes qu'elles délivrent. Quels sont les défauts de cette formation ?

Au-delà de l'aspect culturel que nous avons cité, il y a effectivement des éléments objectifs qui font que les parents privilégient l'enseignement général. Les contenus des diplômes de l'enseignement professionnel  sont parfois obsolètes dans les matières technique en retard avec l'évolution des techniques, pas assez en lien avec la pratique professionnelle une fois en entreprise. De ce point de vue, la réforme prévue par le gouvernement va dans le bon sens vu qu'elle prévoit la co-construction des diplômes avec les professionnels. C'est une bonne chose mais en plus de la loi il faudra une implication forte des branches. Pour l'instant ces branches ne sont que consultatives en la matière et force est de constater qu'elles n'envoient pas des professionnels toujours en prise avec les nouvelles techniques. Les pratiques doivent donc évoluer de ce côté-là.

Une autre raison de la dévalorisation : les rémunérations des enseignants dans l'enseignement professionnel sont en dessous de celles de leurs collègues qui exercent dans l'enseignement général. C'est un marqueur particulier qui fait que les enseignants (et in extenso les formations) sont dévalorisés. Une réforme souhaitable serait de revaloriser les salaires quitte à augmenter le temps de travail en lycée professionnel, actuellement plus faible que pour les formateurs de CFA.

Le ministre a déclaré vouloir "développer, en lien avec les Régions, de grands campus consacrés aux thèmes d'avenir : la révolution numérique, la transition écologique, les savoir-faire à la française… Il est temps de créer de véritables "Harvard professionnels". Cette ambition vous semble-t-elle crédible ?

C'est exactement ce qu'il faut faire. Il faut regrouper sur de vrais campus des filières professionnelles, regrouper des établissements secondaires et d'enseignement supérieur dans le domaine technique et mélanger la voie scolaire et l'apprentissage. Il est toutefois curieux de parler de cela aux régions alors que parallèlement 'on leur retire la compétence sur l’apprentissage.

D'un côté vous supprimez (dans l’actuel projet de loi sur la formation professionnelle) la notion de carte des formations professionnelles initiales (aujourd'hui pilotée par les régions) et en même temps vous voulez localiser géographiquement des établissements de manière volontariste. Je ne sais pas comment l'on gère la contradiction. La région perdant toute capacité d'action je ne vois pas ce qu'elle pourra faire concrètement après une réforme qui remet les clés de l’apprentissage aux branches professionnelles.

Serait-ce un moyen de résoudre le problème du manque de qualification des jeunes dont se plaignent souvent les employeurs ?

Tout à fait. Dans l'idée de Jean-Michel Blanquer il y a l'idée d'associer à la gouvernance de ces établissements aussi bien des professionnels, des fédérations que des entreprises. Ces dernières connaissent le marché et sont lucides sur leurs besoins et pourront donc orienter les contenus des formations pour arriver au résultat souhaité : que les élèves qui sortent de ces formations soient directement opérationnels et aient des qualifications utiles dans l'exercice de leurs métiers.

A noter qu'il y a déjà des filières pour lesquelles cela se passe mieux qu'ailleurs. Les lycées agricoles par exemple ont beaucoup mieux intégré les représentants du monde professionnel  que les lycées professionnels des autres secteurs (…). L'enseignement est donc beaucoup plus en prise avec les réalités des métiers que dans d'autres filières et c'est un exemple dont on pourrait s'inspirer.

Si ces nouveaux campus sont un levier pour faire ce rapprochement fécond, la réforme de l'enseignement professionnel ira dans le bon sens.

 
Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (2)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Atlante13
- 28/05/2018 - 12:11
Peut-être faudrait-il
voir un peu ce qui se passe en Suisse, ou chez les Compagnons. Et commencer a foutre tous les parasites de l'EN au chômage, histoire de leur faire comprendre ce que c'est.
vangog
- 28/05/2018 - 10:01
Les macronistes sont désorientés par l’ideologie gauchiste...
S’ils abordaient les choses avec pragmatisme, et non sous le coup de l’idéologie, ils trouveraient la solution pour régénérer l’apprentissage, détruit par les socialistes...mais il y a d’un côté Macrouille qui augmente systématiquement le périmètre (et le budget) de l’état technocrate, en rognant sur le régalien, et en rognant sur les collectivités locales, et il y a, de l’autre, des transferts de compétences sans budget qui asphyxient les collectivités locales -vieux réflexe socialiste qui se defausse sur les autres des responsabilités budgétaires de ses décisions- la solution est encore celle du Front National, en réduisant les strates administratives créées par gauche et droite archaïque, et en fournissant à celles qui subsistent (les seuls importantes: département, commune...soit moins de la moitié!) une véritable autonomie budgétaire. Ensuite il faudra demander au département, qui gère déjà les lycées d'élargir son action a l’apprentissage, car il en a la compétence ...les gaucho-macronistes ont des bonnes idée’, en l’occurence, mais sont incapables de les mettre en œuvre, par idéologie ringarde...