En direct
Best of
Best of du 12 au 18 septembre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Et si la nouvelle la plus importante pour l’avenir du climat de la planète venait de passer quasi inaperçue

02.

J’aime les sapins de Noël : je suis un facho

03.

Nouvelles mesures face au Covid-19 : Gribouille gouvernemental à la barre

04.

Tenue libre exigée : les dangereuses impasses du néo-féminisme

05.

Brexit : ces 50 milliards de frais de divorce que Boris Johnson est tenté de ne pas payer à l’UE

06.

L’Allemagne mobilise 1300 milliards d’euros pour se sortir de la crise... La France 3 fois moins, cherchez l’erreur

07.

Les troubles obsessionnels compulsifs d’Erdogan : Le panislamisme, la résurgence de la grandeur ottomane… et incidemment attaquer la France

01.

Les Milices islamistes internationales de la Turquie d'Erdogan

02.

Capitalisme de connivence : d’Edouard Philippe à Jean-Marie Le Guen, tous administrateurs

03.

Le (presque) dernier cri d’Olivier Véran : "ave Macron morituri te salutant" !

04.

Comment les industries pétrolières nous ont fait croire que le plastique serait recyclé

05.

Séparatisme : LREM pris dans les phares de la voiture de l’islam politique

06.

Journée mondiale d’Alzheimer : comment nos rythmes de sommeil peuvent prédire le moment de l'apparition de la maladie

01.

Névrose collective : l’Europe pétrifiée face à la crise des migrants qui se noue à ses portes

02.

Le (presque) dernier cri d’Olivier Véran : "ave Macron morituri te salutant" !

03.

"L'islam est la religion avec laquelle la République a eu le moins de problèmes dans l'Histoire". Là, Darmanin en fait un peu trop

04.

Édouard Philippe ou le vrai-faux espoir de la droite : radioscopie d’un malentendu idéologique

05.

"Le plaisir sexuel est simplement divin" a déclaré le pape François. Il nous étonnera toujours…

06.

L’islamisme, cette lèpre qu'Emmanuel Macron ignore

ça vient d'être publié
light > Santé
Des propos "à l'emporte-pièce"
Olivier Véran répond à Nicolas Bedos suite à son appel sur l'arrêt du port du masque et des gestes barrières
il y a 2 min 27 sec
pépites > Santé
Désengorger les SERVICES
Covid-19 : les Hôpitaux de Paris vont reporter 20% des opérations chirurgicales dès ce week-end
il y a 2 heures 5 min
pépites > Santé
Health Data Hub
Santé : l’Assurance maladie met son avis en suspens sur le mégafichier de données individuelles
il y a 3 heures 3 min
rendez-vous > Politique
Revue de presse des hebdos
Covid : les épargnants devront payer la facture; Bayrou trouble la coordination gouvernementale; Les bonnes affaires d’Édouard Philippe : payé 50 000€ pour se former au numérique...; La fraude sociale sert (aussi) à financer le terrorisme islamiste
il y a 4 heures 46 min
décryptage > France
Loi

La France, paradis des squatteurs et qui entend bien le rester

il y a 6 heures 3 min
décryptage > France
Drame humain

Santé mentale : ces millions de Français que la pandémie fait chanceler ou s’écrouler en silence

il y a 7 heures 1 min
pépite vidéo > Société
Fermeture des bars et des restaurants
Covid-19 : l'incompréhension de la maire de Marseille, Michèle Rubirola, suite aux annonces d'Olivier Véran
il y a 7 heures 29 min
décryptage > Economie
Industrie

Sauver Bridgestone à tout prix ? Et si on parlait de ces emplois industriels qui ne trouvent pas preneurs...

il y a 8 heures 17 min
décryptage > Santé
Lutte contre le virus

Nouvelles mesures face au Covid-19 : Gribouille gouvernemental à la barre

il y a 9 heures 3 min
pépites > Santé
Lutte contre le virus
Olivier Véran dévoile de nouvelles mesures dans le cadre de la lutte contre la Covid-19 et précise que "la situation continue globalement de se dégrader"
il y a 21 heures 6 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Comédies françaises" de Eric Reinhardt : un magnifique roman d’initiation, itinéraire d’un millénial gâté

il y a 49 min 12 sec
light > Culture
Ministère de la Culture
Gabriel Matzneff est définitivement privé d'aide publique
il y a 2 heures 37 min
pépites > Europe
Vers de nouvelles sanctions de l'UE ?
Biélorussie : l'Union européenne refuse de reconnaître Alexandre Loukachenko comme président malgré sa "prestation de serment"
il y a 4 heures 23 min
pépites > Justice
Justice
Financement libyen : la cour d'appel de Paris rejette les recours de Nicolas Sarkozy et de ses proches
il y a 4 heures 59 min
décryptage > International
Influence de la Turquie

Les troubles obsessionnels compulsifs d’Erdogan : Le panislamisme, la résurgence de la grandeur ottomane… et incidemment attaquer la France

il y a 6 heures 46 min
décryptage > France
Il m’a démasqué

J’aime les sapins de Noël : je suis un facho

il y a 7 heures 19 min
décryptage > Environnement
Transition écologique

Et si la nouvelle la plus importante pour l’avenir du climat de la planète venait de passer quasi inaperçue

il y a 8 heures 1 min
décryptage > Economie
Atlantico Business

L’Allemagne mobilise 1300 milliards d’euros pour se sortir de la crise... La France 3 fois moins, cherchez l’erreur

il y a 8 heures 46 min
décryptage > Politique
Candidat idéal ?

Édouard Philippe ou le vrai-faux espoir de la droite : radioscopie d’un malentendu idéologique

il y a 9 heures 26 min
light > Culture
Icône de la chanson française
La chanteuse Juliette Gréco est morte à l'âge de 93 ans
il y a 22 heures 17 min
© JUSTIN SULLIVAN / GETTY IMAGES NORTH AMERICA / AFP
© JUSTIN SULLIVAN / GETTY IMAGES NORTH AMERICA / AFP
Atlantico Business

Facebook : Mark Zuckerberg va devoir retrouver son génie pour échapper aux sanctions européennes

Publié le 24 mai 2018
Mardi soir, devant les députés européens, Mark Zuckerberg s’est une nouvelle fois confondu en excuses. Il est en ce moment en visite à Paris. Histoire de sauver son groupe et éviter son démantèlement ?
Aude Kersulec
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Diplômée de l'Essec, Aude Kersulec est specialiste de la banque et des questions monétaires. Elle est chroniqueuse économique et blogueuse. 
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Mardi soir, devant les députés européens, Mark Zuckerberg s’est une nouvelle fois confondu en excuses. Il est en ce moment en visite à Paris. Histoire de sauver son groupe et éviter son démantèlement ?

Mark Zuckerberg est en visite en Europe pour une vaste opération de relations publiques. De passage à Paris mercredi et jeudi, où il a d’abord été reçu à l’Elysée pour la réunion « Tech for Good » - autrement dit la technologie au service du bien commun - Mark Zuckerberg a rencontré des européens assez remontés sur l’impérialisme des GAFA américains. Le président français en a profité pour défendre devant un parterre de patrons de la Silicon Valley, son projet phare de taxation des entreprises du numérique. « For Good » comme il dit, il n’empêche qu’il sera confronté à un public plus porté par le business que par l’éthique (les Facebook, Uber, Microsoft…), mais aussi à fort pouvoir d’investissement. Du coup, le président français, qui a aussi pour objectif de cueillir quelques grands coups pour la France, a quand même adouci son discours.

Finalement, c’est surement devant les députés européens, pendant son audition mardi soir, que Mark Zuckerberg a été confronté à la plus grande résistance.

C’est le député belge Guy Verhofstadt qui a ouvert les hostilités : « Il y a le fait que vous ayez moins, voire pas du tout de contrôle sur votre entreprise. Cela se voit parce que vous ne cessez de vous excuser, vous vous êtes excusé au moins quinze ou seize fois ces dix dernières années. »

Ca a été le premier point de défense pour Mark Zuckerberg : annoncer qu’il avait corrigé les erreurs du passé et de montrer que le problème du respect des données et de la sécurité avait été pris au sérieux par Facebook. Parmi les mesures qui ont été mises en place, il a notamment cité un meilleur contrôle des applications qui utilisent les données de Facebook, la possibilité́ de ne pas avoir ses données personnelles stockées chez Facebook, ou l’arrivée de l’intelligence artificielle pour repérer les fraudes, fake news et tentatives de manipulation. 20 000 employés, au lieu des 10 000 auparavant, seront consacrés à ce meilleur contrôle.

Deuxième point : il a du faire face aux menaces de démantèlement pour conserver l’entité de son groupe.

A la question « que pouvez- vous faire pour me convaincre de ne pas démanteler Facebook? », posée par le député allemand Manfred Weber qui s’inquiète du pouvoir grandissant du réseau social, Mark Zuckerberg n’a pas répondu directement. Il a préféré détourner la question en évoquant les nombreux concurrents qui fleurissent chaque jour. Or, pas une semaine ne passe sans que la position dominante de l’entreprise ne pose problème et qu’une nouvelle organisation, lobby ou même des politiques ne propose de démanteler la firme – même Emmanuel Macron s’était dit ouvert à la question dans une récente interview, les trouvant « trop gros pour être gouvernés ».

Rappelons que Facebook possède plusieurs entités, plusieurs réseaux sociaux différents. Après les rachats d’Instagram, de Messenger et de WhatsApp, sa position dominante sur les réseaux sociaux et les systèmes de messagerie est incontestable. Sans compter que Facebook s’est aussi lancé dans la publicité et partage maintenant le secteur avec Google. Eux seuls raflent les ¾ du marché de la publicité. Pour la concurrence, il faudra repasser plus tard.

Tout ça interroge forcément sur la nécessité de réguler, voire de démanteler une telle position dominante.

Alors, les américains ont plus d’expérience et d’exigence en la matière. La législation américaine est très sévère à l’encontre des abus des positions dominantes. La loi Antitrust date des années 1890 et a vu plusieurs grands groupes se faire taper sur les doigts. A commencer en 1911 où l’empire de John Rockfeller, Standard Oil, avait du être démantelé en pas moins de 30 sociétés. Microsoft avait fait l’objet d’une procédure à la fin des années 90. Mais il faut signaler que depuis l’avènement des GAFA, ni Amazon sur le e-commerce, ni Facebook sur les données ne semblent encore éveiller les soupçons.

L’Europe n’a pas le même historique, mais face au retard dont elle fait preuve dans le domaine technologique, elle pourrait agir. Suffira-t-il à l’Europe de menacer d’un surplus de régulation ? Guy Verhofstadt menace de sanctions le géant: « voici ce que nous allons faire en tant que Parlement européen parce que nous en avons la compétence: premièrement, renforcer les règles notamment en ce qui concerne les compensations financières en cas de manquement, et ensuite déclencher les institutions européennes compétentes pour lutter contre les monopoles, car c'est ce qu'est Facebook." Comme devant les parlementaires américains, le patron de Facebook s'est dit prêt à accepter un minimum de régulation, et a promis de s'y conformer, sans plus de détails.

Quel tournant prendra Facebook dans les prochaines semaines ? Celle d’ «un des géants d'internet ou (…) un génie raté ayant créé un monstre numérique qui détruit nos démocraties » ? L’avenir nous dira si la question des données, cruciale en cette semaine de mise en route de la RGPD, a été prise au sérieux.

 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (1)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
J'accuse
- 24/05/2018 - 18:29
La meilleure raison pour ne pas démanteler Facebook, ...
... c'est que beaucoup d'électeurs sont adhérents ! Et aussi beaucoup d'élus et de fonctionnaires. Ils ont chopé le virus, et c'est incurable: ils sont les esclaves de Zuckerberg, mais ils ne le savent pas encore, et ceux qui l'ont compris ne veulent rien dire.