En direct
Best of
Best of du 12 au 18 septembre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Et si la nouvelle la plus importante pour l’avenir du climat de la planète venait de passer quasi inaperçue

02.

J’aime les sapins de Noël : je suis un facho

03.

Nouvelles mesures face au Covid-19 : Gribouille gouvernemental à la barre

04.

Tenue libre exigée : les dangereuses impasses du néo-féminisme

05.

Brexit : ces 50 milliards de frais de divorce que Boris Johnson est tenté de ne pas payer à l’UE

06.

L’Allemagne mobilise 1300 milliards d’euros pour se sortir de la crise... La France 3 fois moins, cherchez l’erreur

07.

Les troubles obsessionnels compulsifs d’Erdogan : Le panislamisme, la résurgence de la grandeur ottomane… et incidemment attaquer la France

01.

Les Milices islamistes internationales de la Turquie d'Erdogan

02.

Capitalisme de connivence : d’Edouard Philippe à Jean-Marie Le Guen, tous administrateurs

03.

Comment les industries pétrolières nous ont fait croire que le plastique serait recyclé

04.

Le (presque) dernier cri d’Olivier Véran : "ave Macron morituri te salutant" !

05.

Séparatisme : LREM pris dans les phares de la voiture de l’islam politique

06.

Journée mondiale d’Alzheimer : comment nos rythmes de sommeil peuvent prédire le moment de l'apparition de la maladie

01.

Névrose collective : l’Europe pétrifiée face à la crise des migrants qui se noue à ses portes

02.

Le (presque) dernier cri d’Olivier Véran : "ave Macron morituri te salutant" !

03.

"L'islam est la religion avec laquelle la République a eu le moins de problèmes dans l'Histoire". Là, Darmanin en fait un peu trop

04.

Édouard Philippe ou le vrai-faux espoir de la droite : radioscopie d’un malentendu idéologique

05.

"Le plaisir sexuel est simplement divin" a déclaré le pape François. Il nous étonnera toujours…

06.

Emmanuel Macron, le président sans parti : pas (nécessairement) de quoi perdre 2022 mais mauvais coup garanti pour la démocratie

ça vient d'être publié
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Comédies françaises" de Eric Reinhardt : un magnifique roman d’initiation, itinéraire d’un millénial gâté

il y a 44 min 39 sec
light > Culture
Ministère de la Culture
Gabriel Matzneff est définitivement privé d'aide publique
il y a 2 heures 33 min
pépites > Europe
Vers de nouvelles sanctions de l'UE ?
Biélorussie : l'Union européenne refuse de reconnaître Alexandre Loukachenko comme président malgré sa "prestation de serment"
il y a 4 heures 19 min
pépites > Justice
Justice
Financement libyen : la cour d'appel de Paris rejette les recours de Nicolas Sarkozy et de ses proches
il y a 4 heures 55 min
décryptage > International
Influence de la Turquie

Les troubles obsessionnels compulsifs d’Erdogan : Le panislamisme, la résurgence de la grandeur ottomane… et incidemment attaquer la France

il y a 6 heures 42 min
décryptage > France
Il m’a démasqué

J’aime les sapins de Noël : je suis un facho

il y a 7 heures 14 min
décryptage > Environnement
Transition écologique

Et si la nouvelle la plus importante pour l’avenir du climat de la planète venait de passer quasi inaperçue

il y a 7 heures 56 min
décryptage > Economie
Atlantico Business

L’Allemagne mobilise 1300 milliards d’euros pour se sortir de la crise... La France 3 fois moins, cherchez l’erreur

il y a 8 heures 41 min
décryptage > Politique
Candidat idéal ?

Édouard Philippe ou le vrai-faux espoir de la droite : radioscopie d’un malentendu idéologique

il y a 9 heures 22 min
light > Culture
Icône de la chanson française
La chanteuse Juliette Gréco est morte à l'âge de 93 ans
il y a 22 heures 13 min
pépites > Santé
Désengorger les SERVICES
Covid-19 : les Hôpitaux de Paris vont reporter 20% des opérations chirurgicales dès ce week-end
il y a 2 heures 1 min
pépites > Santé
Health Data Hub
Santé : l’Assurance maladie met son avis en suspens sur le mégafichier de données individuelles
il y a 2 heures 58 min
rendez-vous > Politique
Revue de presse des hebdos
Covid : les épargnants devront payer la facture; Bayrou trouble la coordination gouvernementale; Les bonnes affaires d’Édouard Philippe : payé 50 000€ pour se former au numérique...; La fraude sociale sert (aussi) à financer le terrorisme islamiste
il y a 4 heures 41 min
décryptage > France
Loi

La France, paradis des squatteurs et qui entend bien le rester

il y a 5 heures 58 min
décryptage > France
Drame humain

Santé mentale : ces millions de Français que la pandémie fait chanceler ou s’écrouler en silence

il y a 6 heures 57 min
pépite vidéo > Société
Fermeture des bars et des restaurants
Covid-19 : l'incompréhension de la maire de Marseille, Michèle Rubirola, suite aux annonces d'Olivier Véran
il y a 7 heures 25 min
décryptage > Economie
Industrie

Sauver Bridgestone à tout prix ? Et si on parlait de ces emplois industriels qui ne trouvent pas preneurs...

il y a 8 heures 13 min
décryptage > Santé
Lutte contre le virus

Nouvelles mesures face au Covid-19 : Gribouille gouvernemental à la barre

il y a 8 heures 58 min
pépites > Santé
Lutte contre le virus
Olivier Véran dévoile de nouvelles mesures dans le cadre de la lutte contre la Covid-19 et précise que "la situation continue globalement de se dégrader"
il y a 21 heures 1 min
light > France
Monument de la gastronomie
Mort de Pierre Troisgros, le légendaire chef trois étoiles
il y a 1 jour 24 min
Atlantico Business

Airbus, PSA Peugeot-Citroën, Renault, Total, BNP ou Accor... toutes prises au piège de Trump sur l’Iran

Publié le 12 mai 2018
Les entreprises occidentales ont six mois pour déménager et sortir d’Iran. La décision américaine de se retirer de l’accord sur le nucléaire iranien est déjà difficile à accepter pour des raisons morales, politiques et stratégiques, mais elle prend en otage la plupart des entreprises de la planète.
Jean-Marc Sylvestre
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean-Marc Sylvestre a été en charge de l'information économique sur TF1 et LCI jusqu'en 2010 puis sur i>TÉLÉ. ...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Les entreprises occidentales ont six mois pour déménager et sortir d’Iran. La décision américaine de se retirer de l’accord sur le nucléaire iranien est déjà difficile à accepter pour des raisons morales, politiques et stratégiques, mais elle prend en otage la plupart des entreprises de la planète.

Les entreprises occidentales et parmi elles, beaucoup de françaises, sont amenées à sortir d’Iran d’ici 3 à 6 mois. L’affaire iranienne est évidemment très grave. Parce que non seulement, les Etats-Unis s’assoient sur un accord négocié et signé par le président précédent mais parce qu’indirectement le président Trump utilise une jurisprudence américaine qui revient à sanctionner sévèrement les entreprises, quelque soit leur nationalité, qui ne respecteraient pas la décision américaine.

La pratique américaine brandie par le président Trump revient à prendre les entreprises en otage.

De deux choses l’une, ou bien une entreprise qui travaille en Iran se couche et s’aligne sur l’embargo décidé par la Maison Blanche, ou alors si elle refuse de respecter l’injonction américaine, elle se voit pénaliser par l’Amérique dans ses activités sur le marché US. Bref, elle se voit infliger des sanctions, et même être interdite de rentrer ses produits et ses services sur le territoire.

La Banque BNP Paribas en sait quelque chose. Le grand public n’a pas su l’ampleur du désastre, mais la banque française a été accusée en 2014 d’avoir violé les embargos décidés par les américains, en Iran, à Cuba, et au Soudan. Le résultat est que BNP Paribas a été condamné à verser au Trésor américain pour 9 milliards de dollars de pénalités, de changer l’essentiel de son staff américain, et une partie de ses dirigeants à Paris. Sinon, elle se voyait retirer sa licence bancaire, autant déménager des Etats-Unis. Pour la BNP, cette affaire a failli lui être fatale. Alors, il y a sans doute eu des défaillances humaines du côté des personnels dirigeants. Un peu de naïveté ou d’arrogance, mais on ne saura jamais ce qui s’est réellement passé sauf que le groupe a payé et qu’il a eu du mal à digérer la facture.

Beaucoup d’autres entreprises se sont fait prendre dans cette procédure infernale et on n’était pas sous l’administration Trump. On était sous administration Obama et la plupart des pays occidentaux ont assumé cette pratique, parce qu’ils avaient eux aussi voulu l’embargo pour faire pression sur l’Iran. Il s’agissait d’un accord international.

Aujourd’hui, l’Amérique de Trump prend la décision de façon unilatérale de se retirer d’un accord international. Il n’y a donc plus continuité de l’Etat américain, ce qui va poser (entre autres) des problèmes juridiques.

Les autres pays signataires entendent sauver cet accord. Emmanuel Macron et Angela Merkel ont demandé à ce que cet accord ne soit pas cassé, ils ont proposé à Donald Trump de le réformer, de l’améliorer, mais pour l’instant, il n’y a pas de réponses du côté américain. Donald Trump campe sur cette décision.

Toutes les entreprises occidentales qui ont engagé des relations commerciales avec l’Iran et qui travaillent beaucoup avec depuis que les relations s’étaient pacifiées, sont donc en risque de se voir sortir du marché américain avec des pénalités importantes. Alors, il y a beaucoup d’entreprises occidentales qui travaillent en Iran, dans l’automobile, Peugeot-Citroën (30% du marché iranien), Renault, Volkswagen, Airbus et Boeing qui ont signé 400 avions de commandes avec Iranair, British Airways, Lufthansa et même Accor, sans parler des banques et assurances françaises qui étaient revenues sur la pointe des pieds et qui en théorie vont devoir choisir et sans doute se retirer, à moins que les européens s’entendent pour garantir leur activité.

1er point, la décision américaine d’appliquer l'embargo sera effective en novembre. Il peut donc se passer beaucoup de choses d’ici là. Mais certainement pas un revirement de la position américaine.

2e point, tous les opérateurs économiques alliés à leurs gouvernements vont sans doute se battre sur le terrain juridique pour que les acteurs non américains ne soient pas tenus par la nécessité de respecter l’embargo.

Cette position est tenable si l’Iran de son côté respecte l’accord sur le nucléaire. Mais l’Iran le respectera si et seulement si elle ne pâtit pas dans son évolution économique de l’embargo. Bref, cette équation est insoluble.

3e point, l’Europe en général et la France en particulier ont assez peu de marge de manoeuvre pour garantir l’activité de leurs entreprises. D’abord parce que les membres ne sont pas totalement unis sur la décision. Leurs décisions sont divergentes parce que leurs intérêts ne sont pas équivalents.

4e point, cette affaire est pour l’Amérique une formidable occasion de faire du protectionnisme, parce que le but du jeu c’est évidemment d’affaiblir des concurrents.

Entre le poids politique, le poids militaire et le poids monétaire avec un dollar qui est la monnaie mondiale, Donald Trump profite de la faiblesse européenne pour asseoir cette influence sur le monde. Hier, la Corée, aujourd’hui le Moyen Orient, et demain la Chine.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (6)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
aristide41
- 14/05/2018 - 07:11
Question d'habitude
Il va falloir s'habituer aux méthodes mafieuses de ce triste personnage.Même sa femme ne le supporte pas. Attendons les midterm pour prendre le pouls des américains. Mais je ne me fais pas d'illusion, il saura baratiner son monde pour se faire réélire.
marc92
- 12/05/2018 - 14:35
1984 suite
Parmi nos Maîtres du Monde, il doit y avoir des adeptes de George Orwell, 1984 (1949) et de son organisation mondiale: "Océania, Eurasia et Estasia"...
vangog
- 12/05/2018 - 13:04
OMC, ONU...sont les responsables!
...Ces organisations internationales, noyautées par les gauchistes, ont créé des déséquilibres dangereux...Chine socialiste manipulant sa monnaie et interdisant aux entreprises de s’implanter en Chine (sauf en étant parrainées par un apparatchik de la nomenklatura socialiste...), Iran terroriste manipulant les inspecteurs de l’AIEA (tiens! Il a démissionné de honte, le directeur de l’AIEA?...). Comme pour les fascistes bloqueurs d’examens en France, ce sont ceux qui débloquent qui sont sanctionnés par l’injustice gauchiste...et les roquets aboient en meute! Mais les roquets aboient, et la caravane Trump passe..