En direct
Best of
Best of du 9 au 15 janvier
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

La fatigue de l’épidémie, cet élément historiquement documenté, qu’ignore superbement le gouvernement français

02.

Il paraît qu'on ne peut pas accueillir toute la misère du monde. Mais qui est responsable de toute la misère du monde ?

03.

Covid-19 : les modèles d’efficacité sanitaire asiatiques, impossibles à reproduire en Europe ? 5 arguments pour démonter une imposture intellectuelle

04.

Révolte étudiante à Istanbul ou les prémices d’un printemps turc

05.

Procès contre l’inaction de l’Etat : l’affaire du siècle est aussi la pire imaginable pour... le climat lui-même

06.

Communication politique : Jean Castex et Olivier Veran, perdus pour la France

01.

Il paraît qu'on ne peut pas accueillir toute la misère du monde. Mais qui est responsable de toute la misère du monde ?

02.

Communication politique : Jean Castex et Olivier Veran, perdus pour la France

03.

Justice : enquête ouverte contre Nicolas Sarkozy pour « trafic d’influence » dans le cadre d’activités de conseil pour le groupe russe Reso-Garantia

04.

La fatigue de l’épidémie, cet élément historiquement documenté, qu’ignore superbement le gouvernement français

05.

Face à la Covid-19, finissons-en avec l’amateurisme public ! Le diagnostic implacable de fonctionnaires de la santé

06.

Procès contre l’inaction de l’Etat : l’affaire du siècle est aussi la pire imaginable pour... le climat lui-même

ça vient d'être publié
pépites > Politique
« Cher Tayyip »
Emmanuel Macron et Recep Tayyip Erdogan s'écrivent pour apaiser les tensions
il y a 6 jours 10 heures
pépites > Justice
Révélations de Mediapart
Justice : enquête ouverte contre Nicolas Sarkozy pour « trafic d’influence » dans le cadre d’activités de conseil pour le groupe russe Reso-Garantia
il y a 6 jours 15 heures
pépites > Politique
Jupiter
Nouvelle colère d'Emmanuel Macron, cette fois contre certains ministres
il y a 6 jours 16 heures
décryptage > International
Démocratie américaine en danger

Assaut sur le Capitole : autopsie de trois jours de folies américaines

il y a 6 jours 17 heures
pépite vidéo > Santé
Eviter la pénurie
Le PDG de Moderna, Stéphane Bancel, alerte sur la question de l'approvisionnement des vaccins pour l'hiver prochain
il y a 6 jours 17 heures
décryptage > International
Université de Bogazici

Révolte étudiante à Istanbul ou les prémices d’un printemps turc

il y a 6 jours 18 heures
pépites > Santé
Coronavirus
Bruno Le Maire et Gabriel Attal indiquent qu'un confinement est toujours possible
il y a 6 jours 18 heures
décryptage > Santé
Espoir

Une étude démontre que les crises cardiaques pourraient être détectées des années à l’avance en surveillant le niveau de calcium dans les artères

il y a 6 jours 19 heures
décryptage > Environnement
instrumentalisation judiciaire

Procès contre l’inaction de l’Etat : l’affaire du siècle est aussi la pire imaginable pour... le climat lui-même

il y a 6 jours 19 heures
décryptage > Santé
Urgence sanitaire

Face à la Covid-19, finissons-en avec l’amateurisme public ! Le diagnostic implacable de fonctionnaires de la santé

il y a 6 jours 20 heures
rendez-vous > Consommation
Atlantic-tac
Quand les billes précisent le moment et quand les disques détournent les heures : c’est l’actualité hivernale des montres
il y a 6 jours 13 heures
pépites > Santé
Pénurie
Le maire de Neuilly-sur-Seine déplore que les quantités de vaccins annoncées ne soient pas au rendez-vous
il y a 6 jours 15 heures
pépites > Santé
Coronavirus
La présence du virus dans les eaux usées de l'Ile-de-France en forte augmentation
il y a 6 jours 16 heures
pépites > Santé
Bug
Après avoir été volontairement fermé hier le site Santé.fr de rendez-vous pour les vaccinations est ouvert en version simplifiée aujourd'hui
il y a 6 jours 17 heures
décryptage > France
Couvre-feu à 18h

La fatigue de l’épidémie, cet élément historiquement documenté, qu’ignore superbement le gouvernement français

il y a 6 jours 17 heures
décryptage > International
Guerre de l'information

A propos d’infox : la tentation de Joe Biden de suivre la politique des néoconservateurs

il y a 6 jours 18 heures
décryptage > Santé
Mesures efficaces contre le virus

Covid-19 : les modèles d’efficacité sanitaire asiatiques, impossibles à reproduire en Europe ? 5 arguments pour démonter une imposture intellectuelle

il y a 6 jours 18 heures
décryptage > Economie
Impact économique de la pandémie

Records à l’export : la Chine est-elle en train de gagner une bataille... ou la guerre des puissances commerciales ?

il y a 6 jours 19 heures
décryptage > France
"Je ne livre pas les Juifs"

Il paraît qu'on ne peut pas accueillir toute la misère du monde. Mais qui est responsable de toute la misère du monde ?

il y a 6 jours 19 heures
pépites > Politique
Voile
Aurore Bergé dépose un amendement interdisant le port du voile aux petites filles
il y a 6 jours 20 heures
© FRED TANNEAU / AFP
© FRED TANNEAU / AFP
Greenpeace part en vrille

Sécurité des centrales nucléaires : la dérive anti-démocratique de Greenpeace

Publié le 06 mai 2018
L'ONG écologiste Greenpeace, connue pour ces actions coup de poing dans les centrales nucléaires, a porté plainte contre une députée LREM qui demandait l'autorisation du tirer sur les individus qui s'introduisaient illégalement dans ces sites sécurisés. Une offensive qui atteste de la candeur de l'organisation vis-à-vis du défi sécuritaire auquel la France a affaire dans un contexte de menace terroriste.
Vincent Tournier
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Vincent Tournier est maître de conférence de science politique à l’Institut d’études politiques de Grenoble.
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
L'ONG écologiste Greenpeace, connue pour ces actions coup de poing dans les centrales nucléaires, a porté plainte contre une députée LREM qui demandait l'autorisation du tirer sur les individus qui s'introduisaient illégalement dans ces sites sécurisés. Une offensive qui atteste de la candeur de l'organisation vis-à-vis du défi sécuritaire auquel la France a affaire dans un contexte de menace terroriste.

Le 22 mars dernier, à l’occasion d’un débat en commission parlementaire sur la sécurité des centrales nucléaires, la députée Perrine Goulet (LREM) a tenu des propos qui ont fait bouillir l’organisation écologiste Greenpeace : « Pourquoi nous ne ferions pas, un peu comme aux Etats-Unis, avec une sécurisation par mirador, et une possibilité effectivement de ne pas se poser de question, et quand il y a une intrusion, de tirer ». Concernée au premier chef par ces intrusions illégales dans les centrales, Greenpeace a aussitôt annoncé son intention de porter plainte pour « incitation au meurtre ». Un mois plus tard, c’est chose faite : l’organisation vient effectivement de passer à l’acte. On imagine que, s’il a fallu un moispour prendre cette décision, c’est que le sujet a dû susciterd’intenses débats internes. On comprend pourquoi : avec une telle plainte, n’y a-t-il pas le risque de se ridiculiser, ou pire de scandaliser ?

Le fait que Greenpeace ait finalement assumé de courir un tel risque incite à prendre au sérieux cette décision. Et effectivement, loin d’être folklorique, celle-ci en dit certainement long sur une certaine idéologie qui prévaut dans les cercles militants.

En disant cela, il ne s’agit pas de se lancer dans un dénigrement facile de Greenpeace. Quoiqu’on en pense, une association comme celle-ci a toute son utilité. Comme toutes les organisations engagées dans la défense d’une cause, Greenpeace peut apporter une voix, une manière de voir le monde, de poser les problèmes, et contribuer ainsi à la vitalité démocratique. Les tentatives d’intrusion dans les centrales sont évidemment très discutables, mais on doit admettre qu’elles ne sont pas en soi dénuées de tout intérêt : si on est optimiste, on retiendra qu’elles ont pu démontrer l’absence de véritables failles dans la sécurité des centrales (puisque les activistes ne sont pas parvenus à accéder aux endroits stratégiques ou sensibles), sinon on dira qu’elles ont permis de pointer les limites des dispositifs de sécurité, forçant ainsi les responsables à vérifier leurs protocoles, à envisager d’autres scénarios de crise, à trouver de nouvelles parades.Tout ceci n’est pas négligeable : aucun système de sécurité n’est infaillible et il est toujours bon de savoir se remettre en cause.

Le problème est cependant que les actions de Greenpeace ne sont pas menées dans un esprit positif et constructif. Le but des militants n’est pas de contribuer à améliorer ce qui existe :il s’agit juste de démontrer que le roi est nu, que la sécurité est illusoire, bref que les centrales doivent être fermées. Les opérations d’intrusion ne sont pas menées de bonne foi : elles relèvent d’une démarche engluée dans une vision idéologique dont la finalité n’est pas le progrès. Le but n’est pas d’engager un débat sur l’optimisation de la sécurité : pour Greenpeace, nul besoin de réfléchir sur la manière de contrer les éventuelles menaces. Les jeux sont déjà faits, il n’y a donc rien à discuter. Le nucléaire est un mal en soi, et ce mal doit être éradiqué. Il ne s’agit pas de chercher les solutions pour résoudre un problème, il s’agit de se débarrasser du problème.

Ce refus d’entrer dans une démarche constructive explique la virulence des réactions face à la proposition de Perrine Goulet. Le paradoxe saute ici aux yeux : Greenpeace entend montrer que les centrales ne sont pas sécurisées mais refuse la mise en œuvre de mesures draconiennes qui pourraient résoudre le problème. Pire : en décidant de porter plainte contre la députée de la Nièvre, Greenpeace confirme son manque de considération pour lesinstitutions démocratiques elles-mêmes. Car comment interpréter autrement cette volonté d’interdire à un député de s’exprimer dans l’enceinte parlementaire, instancedémocratique par excellence ? Que signifie cette volonté de censurer le débat là où celui-ci doit au contraire être le plus libre et le plus ouvert possible, y compris et surtout sur les questions qui concernent l’ordre et la sécurité ? On se doute qu’il règne, chez les militants de Greenpeace, un vieux fond de culture anarcho-contestataire hérité de Mai-68 qui les pousse à être spontanément allergiques envers tout ce qui touche à l’exercice de l’autorité. Pourtant, les questionsqui concernent l’emploi de la force sont parmi les plus essentielles pour un Etat, et la meilleure façon d’éviter toute dérive vers la tyrannie est précisément de faire en sorte que ces questions soient débattues et tranchées par le Parlement.

En temps ordinaire, cette posture de Greenpeace est déjà problématique en soi. Mais elle l’est encore plus dans le contexte actuel. En effet, par ces temps de menaces terroristes, le fait de s’insurger contre l’instauration de mesures sécuritaires dans les centrales nucléaires relève d’un déni de réalité qui confine à une forme de négationnisme. Comme le demandait la députée Perrine Goulet, qui s’est empressée de préciser qu’elle n’appelle évidemment pas à tuer des militants, ne doit-on pas s’attendre à ce que de malicieux djihadistes se fassent passer pour des militants écologistes, bénéficiant ainsi que l’indulgence de l’Etat ?

En refusant d’envisager ce genre d’éventualité, donc de prendre en compte le contexte terroriste, les militants de Greenpeace montrent que, pour eux,le monde n’a pas changé. La Bataclan n’a pas eu lieu, l’islamisme ne s’est pas imposé dans nos vies. A leurs yeux, il est encore possible dejouer à la gué-guerre avec les services de sécurité, de s’amuser à sauter en parachute sur les centrales, denarguer les autorités en leur criant « chat » sitôt l’opération réussie. Au fond, avec cette plainte, Greenpeace affirme qu’il est possible de continuer comme avant, que l’insouciance peut perdurer. Tel est le message résolument (et dangereusement) optimiste que semblent clamer aujourd’hui bon nombre de militants. Ne devraient-ils pas pourtant méditer ce slogan oublié de Mai-68,dont l’actualité paraît plus brûlante que jamais : « cours camarade, le vieux monde est derrière toi ».

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (3)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
vangog
- 07/05/2018 - 13:14
Une grosse daube noyautée par les fascistes rouges...
et Vincent Tournier vient de comprendre ce qu'était devenu greenpeace...il aurait dû demander aux patriotes: on l’aurait mis au parfum...
Deudeuche
- 07/05/2018 - 08:17
Une balle tirée sur un militant rouge verdâtre
Ne sera pas le Rainbow Warrior. La force publique n’est pas là comme faire valoir pour des militants petits bourgeois qui se tournent un film permanent de gentils face aux forces du Mal. Une balle ça fait mal et c’est fait pour ça !
lexxis
- 07/05/2018 - 07:01
GREEN QUOI?
Une de ces multiples associations qui se font connaître davantage par leur sectarisme, leurs coups de com' et leur capacité de nuisance que par leur apport effectif à un meilleur ordre de vie.