En direct
Best of
Best of du 9 au 15 janvier
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Covid-19 : les modèles d’efficacité sanitaire asiatiques, impossibles à reproduire en Europe ? 5 arguments pour démonter une imposture intellectuelle

01.

La fatigue de l’épidémie, cet élément historiquement documenté, qu’ignore superbement le gouvernement français

02.

Alerte aux nouveaux variants du Coronavirus : l’Occident peut-il encore échapper à un bilan humain tragique sans adopter les méthodes asiatiques face à l’épidémie ?

03.

Mais qui peut encore stopper les magistrats dans les dommages qu’ils infligent (inconsciemment) à la démocratie française ?

04.

Emmanuel Macron, victime d’impuissance ?

05.

Alerte au variant du Coronavirus : ce qu’on sait vraiment du risque de contamination en extérieur (et que le gouvernement devrait méditer avant d’envisager de restreindre la liberté de promenade)

06.

Il paraît qu'on ne peut pas accueillir toute la misère du monde. Mais qui est responsable de toute la misère du monde ?

01.

Affaire Olivier Duhamel : Alain Finkielkraut, ne sera plus chroniqueur de l’émission 24h Pujadas, diffusée sur LCI

02.

Alerte aux nouveaux variants du Coronavirus : l’Occident peut-il encore échapper à un bilan humain tragique sans adopter les méthodes asiatiques face à l’épidémie ?

03.

Ne dites plus "amen" mais "awomen"

04.

Éviction d’Alain Finkielkraut : les bienfaits de la condamnation des dérapages, les dangers de l’épuration

05.

Il paraît qu'on ne peut pas accueillir toute la misère du monde. Mais qui est responsable de toute la misère du monde ?

06.

Communication politique : Jean Castex et Olivier Veran, perdus pour la France

ça vient d'être publié
pépites > Politique
« Cher Tayyip »
Emmanuel Macron et Recep Tayyip Erdogan s'écrivent pour apaiser les tensions
il y a 4 jours 1 heure
pépites > Justice
Révélations de Mediapart
Justice : enquête ouverte contre Nicolas Sarkozy pour « trafic d’influence » dans le cadre d’activités de conseil pour le groupe russe Reso-Garantia
il y a 4 jours 6 heures
pépites > Politique
Jupiter
Nouvelle colère d'Emmanuel Macron, cette fois contre certains ministres
il y a 4 jours 7 heures
décryptage > International
Démocratie américaine en danger

Assaut sur le Capitole : autopsie de trois jours de folies américaines

il y a 4 jours 7 heures
pépite vidéo > Santé
Eviter la pénurie
Le PDG de Moderna, Stéphane Bancel, alerte sur la question de l'approvisionnement des vaccins pour l'hiver prochain
il y a 4 jours 8 heures
décryptage > International
Université de Bogazici

Révolte étudiante à Istanbul ou les prémices d’un printemps turc

il y a 4 jours 9 heures
pépites > Santé
Coronavirus
Bruno Le Maire et Gabriel Attal indiquent qu'un confinement est toujours possible
il y a 4 jours 9 heures
décryptage > Santé
Espoir

Une étude démontre que les crises cardiaques pourraient être détectées des années à l’avance en surveillant le niveau de calcium dans les artères

il y a 4 jours 10 heures
décryptage > Environnement
instrumentalisation judiciaire

Procès contre l’inaction de l’Etat : l’affaire du siècle est aussi la pire imaginable pour... le climat lui-même

il y a 4 jours 10 heures
décryptage > Santé
Urgence sanitaire

Face à la Covid-19, finissons-en avec l’amateurisme public ! Le diagnostic implacable de fonctionnaires de la santé

il y a 4 jours 10 heures
rendez-vous > Consommation
Atlantic-tac
Quand les billes précisent le moment et quand les disques détournent les heures : c’est l’actualité hivernale des montres
il y a 4 jours 4 heures
pépites > Santé
Pénurie
Le maire de Neuilly-sur-Seine déplore que les quantités de vaccins annoncées ne soient pas au rendez-vous
il y a 4 jours 6 heures
pépites > Santé
Coronavirus
La présence du virus dans les eaux usées de l'Ile-de-France en forte augmentation
il y a 4 jours 7 heures
pépites > Santé
Bug
Après avoir été volontairement fermé hier le site Santé.fr de rendez-vous pour les vaccinations est ouvert en version simplifiée aujourd'hui
il y a 4 jours 8 heures
décryptage > France
Couvre-feu à 18h

La fatigue de l’épidémie, cet élément historiquement documenté, qu’ignore superbement le gouvernement français

il y a 4 jours 8 heures
décryptage > International
Guerre de l'information

A propos d’infox : la tentation de Joe Biden de suivre la politique des néoconservateurs

il y a 4 jours 9 heures
décryptage > Santé
Mesures efficaces contre le virus

Covid-19 : les modèles d’efficacité sanitaire asiatiques, impossibles à reproduire en Europe ? 5 arguments pour démonter une imposture intellectuelle

il y a 4 jours 9 heures
décryptage > Economie
Impact économique de la pandémie

Records à l’export : la Chine est-elle en train de gagner une bataille... ou la guerre des puissances commerciales ?

il y a 4 jours 10 heures
décryptage > France
"Je ne livre pas les Juifs"

Il paraît qu'on ne peut pas accueillir toute la misère du monde. Mais qui est responsable de toute la misère du monde ?

il y a 4 jours 10 heures
pépites > Politique
Voile
Aurore Bergé dépose un amendement interdisant le port du voile aux petites filles
il y a 4 jours 10 heures
© BERTRAND GUAY / AFP
© BERTRAND GUAY / AFP
Toucher le fond

Blocage de Sciences Po : la goutte de délire qui fait déborder le vase de la chienlit

Publié le 20 avril 2018
Une minorité dans le mimétisme révolutionnaire - de la farce, comme aurait dit Karl Marx - occupe "Sciences Po parce que Macron en est sorti et que nous ne voulons pas finir comme lui".
Philippe Bilger
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Philippe Bilger est président de l'Institut de la parole. Il a exercé pendant plus de vingt ans la fonction d'avocat général à la Cour d'assises de Paris, et est aujourd'hui magistrat honoraire. Il a été amené à requérir dans des grandes affaires qui...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Une minorité dans le mimétisme révolutionnaire - de la farce, comme aurait dit Karl Marx - occupe "Sciences Po parce que Macron en est sorti et que nous ne voulons pas finir comme lui".

On a tellement atteint le fond qu'il faut applaudir parce que le directeur de Sciences Po Paris a réussi à obtenir de la soixantaine d'étudiants excités qui occupaient le bâtiment principal et y faisaient n'importe quoi qu'ils laissent entrer l'ensemble des étudiants pour participation à l'assemblée générale le 19 avril à 19 heures.

Je commence ce billet par cet épisode parce que je le trouve révélateur du délire qui affecte, infecte cette école emblématique qui ne sera plus une ambition mais deviendra un cauchemar. Cette minorité dans le mimétisme révolutionnaire - de la farce, comme aurait dit Karl Marx - occupe " Sciences Po parce que Macron en est sorti et que nous ne voulons pas finir comme lui".

Elle distribue aussi un communiqué de presse qui nous apprend que "occuper Sciences Po est fortement symbolique : en tant que fac où ont étudié Emmanuel Macron et de nombreux membres de la majorité parlementaire... le principal relais académique de cette idéologie... Notre école est pleine de ces modules visant à former les hauts fonctionnaires zélés du régime libéral et autoritaire...".

Ailleurs une banderole : "Ici sont formés ceux qui sélectionnent. Bloquons la fabrique à élite..." et le président de la République et son gouvernement mènent "une vaste entreprise néolibérale et raciste".

Ces inepties ont été proférées et écrites dans ce qui était perçu comme un haut lieu préparant l'administration française qui nous a longtemps été enviée pour son excellence et son intégrité.

Et Sciences Po est devenu cela et l'ironie ne consolera pas : "S'ils ne voulaient pas intégrer l'élite, il ne fallait pas passer le concours d'entrée" (Le Figaro).

La coagulation des luttes tant rêvée et ressassée par ceux que le désordre attire et que l'idée d'un Grand Soir stimule, n'est pas à l'ordre du jour : les lycéens n'ont pas rejoint les étudiants qui eux-mêmes laissent les cheminots indifférents. Il y a des protestations collectives, des envies d'en découdre, un prurit de contestations dont on ne sait plus trop bien ce qu'elles dénoncent, des casseurs qui reviennent pour dévoyer, en tout cas à Paris, les manifestations interprofessionnelles de la CGT le 19 avril avec un succès relatif malgré une mobilisation ayant réuni cheminots, postiers, fonctionnaires et personnel hospitalier entre autres.

Il y a une dizaine de facultés et de campus occupés par un petit nombre d'étudiants prétendus et d'agitateurs gauchistes qui violent les droits d'une majorité désirant passer ses partiels en lui refusant le vote démocratique qu'elle réclame.

Au site de Tolbiac, c'est "drogue, sexe et violence" et une situation "pré-insurrectionnelle" selon le courageux président de l'Université, Georges Haddad, auquel on reproche évidemment d'exagérer. Celui-ci est confronté à ce paradoxe d'un président de la République qui l'a approuvé dans son constat et sa demande d'intervention de la police mais a souligné aussi l'impossibilité pour cette dernière d'agir à cause de la configuration du lieu.

On a bien compris la volonté du gouvernement de faire respecter autant que possible, directement ou indirectement, l'autorité de l'Etat mais au fil des jours celle-ci qui s'était affirmée de manière éclatante - notamment à Notre-Dame-des-Landes - se délite au point qu'on a usé Nicolas Hulot pour rien en l'envoyant assister la Préfète mais il n'a fait aucun miracle.

Il y a quelque chose qui est presque aussi grave qu'une autorité qui ne s'exerce pas. Une autorité qui commence bien puis qui connaît clairement des ratés, où ceux qui devaient se soumettre à la loi, par leur résistance, contraignent peu ou prou l'Etat à se déjuger. Cet enlisement est la rançon probable d'une action qui malgré la présence de nombreux gendarmes, dont certains ont été blessés, a cherché si scrupuleusement à éviter le pire qu'en définitive elle n'a pas atteint ses objectifs.

Le gouvernement - avec le président de la République allant au contact, autant qu'il le peut, des colères et des inquiétudes - fuit l'affolement et semble maîtriser cette multiplication de désordres, de violences et d'insupportables dérèglements sociaux et professionnels. Mais on ne peut les traiter sans avoir conscience de leur gravité ni en prendre la mesure. L'autorité n'est déjà plus ce qu'elle avait promis d'être.

L'absolu ridicule de Sciences Po Paris peut faire rire ou indigner.

Mais ce n'est jamais qu'une goutte d'eau qui fait déborder la chienlit !

Cet article a été initialement publié sur le blog de Phillipe Bilger

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Commentaires (8)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Deudeuche
- 21/04/2018 - 09:49
@Ganesha
Question radotage, vous êtes le papy trotskyste en chef!
pale rider
- 20/04/2018 - 21:42
Bon je serais djihadiste je me frotterais les mains et
je prendrais des notes . La république est tellement mûre qu'elle va tomber dans leurs bras sans même avoir à lutter . "Sept cavaliers quittèrent la ville au crépuscule par la porte de l'Ouest qui n'était plus gardée ... "
vangog
- 20/04/2018 - 20:40
Science pipologie des gauchistes...
ou l’illusion que le fascisme peut se reconstruire sur les cendres du gauchisme!