En direct
Best of
Best of du 8 au 14 août
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

"Pourquoi les Africains qui se disent victimes du racisme en France ne retournent-ils pas en Afrique ?"

02.

Ces 40% de contaminés asymptomatiques qui pourraient être la clé contre la Covid-19

03.

Covid-19 : Jérôme Salomon estime que le "virus sera toujours là" à la rentrée et confirme une baisse du prix des masques

04.

Pourquoi une élection de Joe Biden ne rétablirait pas les relations transatlantiques du monde d’avant

05.

La haine de l'Occident : des BLM à la Turquie néo-ottomane d'Erdogan, entretien avec Pierre Rehov

06.

Alerte à la pseudo justice sociale : cette culture de l’excuse qui (co)produit la violence qui nous envahit

07.

Rimbaud était une "caillera" ! C’est un prestigieux spécialiste de son œuvre du nom de Yassine Belattar qui nous l’apprend

01.

La dégringolade de la France dans le top 10 des puissances économiques mondiales est-il purement mécanique (lié à notre démographie et au développement des pays sous-développés à forte population) ou le reflet d’un déclin ?

02.

Explosion de la violence en France : comment expliquer la faillite de l’Etat (puisque le Hezbollah n’y est pour rien ici...) ?

03.

Vaccin contre la Covid-19 : pourquoi les pérégrinations de la recherche russe pourraient se révéler crédibles

04.

Du glyphosate concentré utilisé comme arme chimique pour détruire une exploitation bio

05.

Canicule : petite liste des aliments les plus risqués à la consommation quand le thermomètre monte

06.

"Pourquoi les Africains qui se disent victimes du racisme en France ne retournent-ils pas en Afrique ?"

01.

Explosion de la violence en France : comment expliquer la faillite de l’Etat (puisque le Hezbollah n’y est pour rien ici...) ?

02.

Masques et crise de la masculinité : les ingrédients du cocktail explosif de violences en série

03.

Zemmour est « sous-humain » (c'est à dire un sous-homme) ! Et c’est un surhomme qui le dit…

04.

La dégringolade de la France dans le top 10 des puissances économiques mondiales est-il purement mécanique (lié à notre démographie et au développement des pays sous-développés à forte population) ou le reflet d’un déclin ?

05.

Ce qui se passe pour notre corps quand on arrête l’alcool

06.

Cancel culture : pourquoi les pires dérives du XXe siècle nous menacent à nouveau

ça vient d'être publié
light > Religion
Contexte particulier
Pèlerinage du 15 août à Lourdes : des milliers de pèlerins sont attendus, le masque sera obligatoire
il y a 7 heures 57 min
pépite vidéo > France
Vive émotion
Retrouvez l’hommage de Jean Castex aux six humanitaires français tués au Niger
il y a 10 heures 13 min
pépites > International
Noms d'oiseaux
La Turquie accuse la France de se comporter "comme un caïd" en Méditerranée
il y a 11 heures 24 min
pépites > Politique
Couple franco-allemand
Emmanuel Macron va recevoir Angela Merkel au Fort de Brégançon le 20 août prochain
il y a 13 heures 58 min
pépites > Santé
Endiguer l'épidémie
Covid-19 : Jérôme Salomon estime que le "virus sera toujours là" à la rentrée et confirme une baisse du prix des masques
il y a 15 heures 35 min
décryptage > Santé
Nouvel espoir

Ces 40% de contaminés asymptomatiques qui pourraient être la clé contre la Covid-19

il y a 17 heures 42 min
décryptage > Société
Nihilisme sociétal

Alerte à la pseudo justice sociale : cette culture de l’excuse qui (co)produit la violence qui nous envahit

il y a 18 heures 53 min
décryptage > International
Maison Blanche

Pourquoi une élection de Joe Biden ne rétablirait pas les relations transatlantiques du monde d’avant

il y a 19 heures 45 min
pépites > France
Acted
Français tués au Niger : Jean Castex va présider une cérémonie d’hommage ce vendredi
il y a 1 jour 9 heures
pépites > International
Diplomatie
Donald Trump annonce un "accord de paix historique" entre Israël et les Emirats arabes unis
il y a 1 jour 10 heures
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Lectures d'été" : "A crier dans les ruines" d'Alexandra Koszelyk, un roman féerique et gracieux sur Tchernobyl

il y a 8 heures 37 min
rendez-vous > International
Géopolitico-scanner
La haine de l'Occident : des BLM à la Turquie néo-ottomane d'Erdogan, entretien avec Pierre Rehov
il y a 10 heures 45 min
pépites > International
Vague de critiques
L'Autorité palestinienne, l’Iran et la Turquie rejettent l'accord entre Israël et les Emirats arabes unis
il y a 13 heures 14 min
light > Culture
Succès fou
Le livre de Nicolas Sarkozy, Le Temps des tempêtes, devient officiellement le best-seller de l'été 2020
il y a 15 heures 3 min
pépite vidéo > Europe
Distanciation sociale
Interdiction en Galice : la fumée de cigarette peut-elle transmettre le coronavirus ?
il y a 17 heures 16 min
décryptage > France
Ecoutons-là

"Pourquoi les Africains qui se disent victimes du racisme en France ne retournent-ils pas en Afrique ?"

il y a 18 heures 27 min
décryptage > Economie
Résilience face au climat

Canicules, inondations et tempêtes : la vulnérabilité humaine et économique diminue avec les années

il y a 19 heures 30 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Lectures d'été" : "Les Jungles rouges" de Jean-Noël Orengo, les rêves suscités par l’Indochine et l’Extrême-Orient, de 1924 à 1951

il y a 1 jour 8 heures
pépite vidéo > Consommation
Parfums de l'été
Paris : Matthieu Carlin, le chef pâtissier du Crillon, propose les glaces du célèbre palace dans un food truck
il y a 1 jour 10 heures
light > France
Lieu mythique
Covid-19 : Sénéquier, le célèbre établissement de Saint-Tropez, ferme temporairement
il y a 1 jour 11 heures
© AFP
© AFP
C’est peut-être un détail pour vous mais pour eux ça veut dire beaucoup

Les armateurs des transports maritimes mondiaux signent un accord pour réduire leurs émissions carbone et voila pourquoi c’est his-to-ri-que

Publié le 18 avril 2018
Le transport maritime rejoint les autres secteurs de transport dans la lutte contre les émissions de CO2.
Emilie Alberola
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Head of « politiques climatiques et mécanismes de marché » au sein du département R&D d’Eco-Act depuis janvier 2018, Emilie Alberola possède une expérience de plus de 10 ans dans l’analyse des politiques et des stratégies climat-énergie d’acteurs...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Le transport maritime rejoint les autres secteurs de transport dans la lutte contre les émissions de CO2.

Atlantico : En négociation depuis 2007, le transport maritime est le dernier secteur de l’économie mondiale à s’engager dans la réduction des émissions de CO2, après l’aviation en 2016. Cet accord annonce-t-il la décarbonisation du transport maritime  ?

Emilie Alberola : Cet accord marque une étape politique significative pour encourager la décarbonation maritime, qui représente 90 % du transport des marchandises. Il contribue aujourd'hui à  3% des émissions mondiales mais Si rien n’est fait, son empreinte atteindra 17 % d'ici 2050. C'est une première étape, qui lance une dynamique de travail pour la décarbonation du transport maritime international d’ici la fin du siècle.  

En matière d’ambition climatique, c'est la première fois que cette industrie se fixe des objectifs chiffrés en matière de lutte contre le changement climatique : au moins 50% de réduction d'ici 2050 par rapport à 2008. Même si ce secteur n'était pas directement concerné par l'Accord de Paris signé en décembre 2015, cet accord de l’OMI (Organisation Maritime Internationale) était très attendu.  L’aviation internationale (à travers l’OACI) avait déjà établi son accord mondial sur le climat en octobre 2016. De manière concrète, il signe la fin des combustibles fossiles dans le secteur du transport maritime..

En quoi cette décarbonisation du secteur est-elle un enjeu écologique majeur ?

C'est un enjeu sanitaire international, car les carburants utilisés ont une forte teneur en soufre, jusqu'à 3 500 fois plus élevée que le diesel des voitures. Ils sont à l’origine de 400 000 décès prématurés chaque année dans le monde, les zones côtières étant particulièrement touchées. Or il est techniquement possible de décarboner le secteur à l’horizon 2035, en utilisant biocarburants et énergies renouvelables, en améliorant l’efficacité énergétique des navires ou encore en réduisant la vitesse des bateaux.

Les efforts de réduction du transport maritime ont été négociés de manière volontaire, cela explique-t-il une certaine lenteur dans ce processus?

Au contraire, un compromis politique entre états aurait  été plus difficile à atteindre. Parvenir à un accord contraignant nécessiterait certainement encore des années, alors que l’urgence climatique appelle à une action immédiate. Il est plus facile d’engager les Etats dans une démarche volontaire et de construire un compromis solide avec un groupe limité de pays pour enclencher une dynamique gagnante à long –terme... Sur la base de cet accord, l’OMI dispose désormais de 5 ans pour en définir le contenu exact jusqu’à la mise en œuvre d’une phase obligatoire.

Il s'agit d'un accord provisoire,  auquel les États-Unis, l'Arabie saoudite et le Brésil sont opposés. Peut-il être remis en cause?

Effectivement, les Etats-Unis et l'Arabie Saoudite s'étaient opposés aux versions précédant l'accord définitif. Ces deux pays témoignent très souvent une opposition dans les négociations liées au changement climatique car ils s’inquiètent des conséquences de ce type d’accord sur leurs économies reposant fortement sur les énergies fossiles et le commerce international. Malgré leur opposition, une majorité de pays a soutenu ce compromis. Certains pays du Pacifique et l'Union européenne poussaient pour adopter une réduction de 70% à 100 % des émissions de CO2 d'ici 2050. A l'inverse, d'autres, comme le Japon, ne souhaitaient pas imposer la réduction de 50% des émissions avant 2060. L’OMI devra ainsi certainement fournir des mesures de compensation ou d’aides qui puissent aider les pays les plus réfractaires à la mise en œuvre de cette stratégie de décarbonation du secteur du transport maritime.

 

 
 
L'objectif d’une réduction de 50 % des émissions de CO2  en 2050 par rapport au niveau de 2008 est-il réaliste?
 
Pour atteindre leur objectif, l’innovation technologique et l’introduction de carburants alternatifs seront des composantes majeures de cette ambition climatique. Cela signifie de manière plus concrète que la plupart des navires construits après 2030 devront utiliser exclusivement des carburants renouvelables. Mais il est néanmoins trop tôt pour connaître les stratégies envisagées. D'autres options existent, telles que les mécanismes basés sur le marché et le prix du carbone. Il peut permettre aux compagnies de rentabiliser leurs investissements vers des carburants ou des technologiques bas-carbone plus chers, et de lever des fonds pour financier la R & D, par exemple. Le recours à des mécanismes de crédits carbone ou mécanismes de compensation sera certainement exploré pour permettre d'atteindre la neutralité carbone comme l'a prévu l'OACI pour le secteur de l'aviation international. D'autres mesures politiques seront également explorées, de sorte qu'un prix du carbone n'est pas certain. En conclusion, l’objectif de -50% dans le secteur du transport maritime internationale est nécessaire pour s’aligner à l’objectif de Paris. La question majeure est de savoir si les futures réunions de l'OMI pourront définir des mesures politiques d’ici 2023 pour rendre cette stratégie initiale opérationnelle.
Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (1)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
J'accuse
- 18/04/2018 - 12:32
La vérité est ailleurs
L'objectif des armateurs est évidement de gagner de l'argent, ou de réduire les dépenses, et certainement pas de réduire la quantité de CO2 rejeté, ce dont ils n'ont rien à foutre: l'argument est juste pour occulter les réalités à la mode écolo, et cet article ne dit rien de celle-ci.