En direct
Best of
Best of du 12 au 18 septembre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Brexit : ces 50 milliards de frais de divorce que Boris Johnson est tenté de ne pas payer à l’UE

02.

Attentats islamistes en France : la menace se reprécise

03.

Ce que la dernière photo prise par la NASA nous révèle de Jupiter

04.

Ne dites plus "séparatisme" (c'est stigmatisant) dites "séparatismes" (ça ne veut rien dire)

05.

Tenue libre exigée : les dangereuses impasses du néo-féminisme

06.

La France se créolise-t-elle autant que le croit Jean-Luc Mélenchon ? L’analyse de 40 ans d’évolutions des valeurs des Français suggère que non

07.

Covid-19 : Alexandre Benalla transféré à l'hôpital Cochin à Paris

01.

Lettre au Professeur Raoult d'un "petit" médecin généraliste

02.

Les Milices islamistes internationales de la Turquie d'Erdogan

03.

Capitalisme de connivence : d’Edouard Philippe à Jean-Marie Le Guen, tous administrateurs

04.

Le (presque) dernier cri d’Olivier Véran : "ave Macron morituri te salutant" !

05.

Comment les industries pétrolières nous ont fait croire que le plastique serait recyclé

06.

Séparatisme : LREM pris dans les phares de la voiture de l’islam politique

01.

Lettre au Professeur Raoult d'un "petit" médecin généraliste

02.

Névrose collective : l’Europe pétrifiée face à la crise des migrants qui se noue à ses portes

03.

Le (presque) dernier cri d’Olivier Véran : "ave Macron morituri te salutant" !

04.

"L'islam est la religion avec laquelle la République a eu le moins de problèmes dans l'Histoire". Là, Darmanin en fait un peu trop

05.

L'Europe gruyère d'Ursula von der Leyen

06.

55% des Français favorables au rétablissement de la peine de mort : il est terrible ce sondage mais à qui la faute ?

ça vient d'être publié
pépites > Santé
Lutte contre le virus
Olivier Véran dévoile de nouvelles mesures dans le cadre de la lutte contre la Covid-19 et précise que "la situation continue globalement de se dégrader"
il y a 2 heures 43 min
light > France
Monument de la gastronomie
Mort de Pierre Troisgros, le légendaire chef trois étoiles
il y a 6 heures 6 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"L’Ours et Une demande en mariage" de Anton Tchekhov : de biens étranges déclarations d’amour

il y a 8 heures 29 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Blackbird" de Roger Michell : par le réalisateur de "Coup de foudre à Notting Hill", un drame bouleversant sur les adieux d’une mère à sa famille… Avec une Susan Sarandon au sommet…

il y a 9 heures 9 min
décryptage > Terrorisme
Menace terroriste

Daech au grand Sahel : l’assassinat des Français au Niger, une preuve de plus de sa résistance

il y a 11 heures 21 min
décryptage > Economie
Projet de fusion

Suez – Veolia : le mythe toxique du "champion national"

il y a 11 heures 31 min
décryptage > France
"Le Livre noir de l'autisme"

Autisme : les cobayes de la honte

il y a 11 heures 49 min
pépite vidéo > Politique
LREM
Aurore Bergé révèle qu'il existe un "malaise profond" au sein de La République en marche
il y a 12 heures 23 min
décryptage > Science
Univers

Ce que la dernière photo prise par la NASA nous révèle de Jupiter

il y a 13 heures 4 min
décryptage > Finance
Impact de la crise du Covid-19

Retour à la réalité sanitaire sur les marchés financiers : attention aux secousses sur les marchés

il y a 13 heures 28 min
light > Culture
Icône de la chanson française
La chanteuse Juliette Gréco est morte à l'âge de 93 ans
il y a 3 heures 54 min
pépites > Société
Evolution
Emmanuel Macron annonce "7 jours obligatoires" dans le cadre du congé paternité d'un mois
il y a 6 heures 30 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Les pôles, une aventure française" de Dominique Le Brun : "il y a trois sortes d’hommes : les vivants, les morts et ceux qui vont sur la mer". Aristote

il y a 8 heures 42 min
décryptage > International
Espoir

Un processus de paix en Afghanistan, quelle issue et à quel prix ?

il y a 11 heures 4 min
Futur
Elon Musk espère produire une voiture électrique coûtant 25.000 dollars d'ici trois ans
il y a 11 heures 27 min
décryptage > Europe
Union européenne

La force : question de taille ou d’agilité ?

il y a 11 heures 38 min
light > People
People
Le prince Harry et Meghan Markle critiqués pour avoir donné leur avis sur la prochaine élection présidentielle américaine
il y a 12 heures 12 min
décryptage > France
Un pluriel apaisant

Ne dites plus "séparatisme" (c'est stigmatisant) dites "séparatismes" (ça ne veut rien dire)

il y a 12 heures 57 min
pépites > Justice
Enquête
Une dizaine d’ADN inconnus trouvés sur un matelas de Michel Fourniret
il y a 13 heures 6 min
pépites > International
Russie
Alexei Navalny, opposant politique russe, a quitté l'hôpital allemand où il était soigné
il y a 13 heures 35 min
© PHILIPPE HUGUEN / AFP
© PHILIPPE HUGUEN / AFP
Nos régions ont du talent

"Il faut retrouver une organisation sur tous les territoires", a indiqué le président sur TF1. Mais quels sont les facteurs de réussite et d'attractivité des régions?

Publié le 13 avril 2018
Macron a répondu aux critiques qui le considèrent comme le "président des villes" au détriment des régions rurales, en affirmant qu' "il n’y a pas de fatalité", et qu'il fallait “retrouver une organisation sur tous les territoires". Pourquoi certains territoires réussissent-ils mieux ? Quels sont les facteurs de leur dynamisme et de leur attractivité?
Vincent Bénard
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Ingénieur et économiste, Vincent Bénard analyse depuis plus de 15 ans l’impact économique et sociétal des décisions publiques, pour le compte de plusieurs think tanks et partis politiques promouvant les libertés économiques et individuelles. ...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Macron a répondu aux critiques qui le considèrent comme le "président des villes" au détriment des régions rurales, en affirmant qu' "il n’y a pas de fatalité", et qu'il fallait “retrouver une organisation sur tous les territoires". Pourquoi certains territoires réussissent-ils mieux ? Quels sont les facteurs de leur dynamisme et de leur attractivité?

Atlantico : Aujourd'hui, qu'est-ce qui remet en cause la cohésion des territoires (mondialisation...) en France et que faire pour l'améliorer ?

Vincent Bénard : Le problème c'est de savoir comment empêcher certains territoires de devenir des "déserts économiques" alors que quelques pôles territoriaux vont attirer tous les investissements.

Ce qu'il faudrait faire, c'est donner plus d'autonomie à chaque territoire et renforcer la concurrence entre eux. Beaucoup de choses sont décidés par l'Etat central. On dit que les collectivités locales s'administrent librement mais elles ne se gouvernent pas librement pour autant. Elles sont tenues d'appliquer un certain nombre de politique, de voter à l'échelon national… Le résultat est que ces politiques obligatoires consomment des budgets énormes pour une efficacité très variable. Conséquence : les plus petites régions, une fois qu'elles ont fait face à ces obligations, n'ont plus beaucoup de moyens pour faire autre chose. Donc le fait de pouvoir dire à ces collectivités "à vous de définir vos priorités", leur permettrait d'essayer d'identifier leurs points forts et de se développer sur ces points. Et pas de consacrer quelques miettes de budgets à cela après avoir dépensé des millions et des millions sur les politiques obligatoires décidait par l'Etat.

 

C'est complètement contre intuitif puisque quand on parle de cohésion on pense tout de suite à de la coordination et je pense au contraire que la cohésion est une sorte d'ordre spontanée. Globalement, une collectivité qui va se retrouver dans une position d'autonomie va essayer de se positionner en fonction de ce qui se fait autour d'elle. A quel moment a-t-elle intérêt d'être en compétition avec ses voisines ? À quel moment doit-t-elle coopérer ? Je crois que la solution pour permettre à toutes les collectivités de trouver leur place dans un monde qui bouge extrêmement vite, c'est de laisser chaque collectivité trouver ses forces.

 

A mes yeux, la cohésion n'est pas forcément connotée positivement. Aujourd'hui vous avez des grandes entreprises qui ont des capacités d'investissement très importantes, qui vont créer des emplois et qui vont rechercher de l'effet réseau. Du coup des grandes métropoles peuvent avoir des avantages et attirer des investisseurs. Mais un petit territoire n'est pas totalement démuni face à ça à condition qu'il ait la possibilité et l'autonomie nécessaire pour trouver comment s'insérer dans ces ensembles-là. Il faut, je pense, faut une refonte complète de l'organisation institutionnelle au niveau français.

 

Est-ce que les solutions institutionnelles qui sont apportées aujourd'hui (réduction des dépenses publiques...) sont suffisantes pour pallier aux inégalités entre les Français ? 

La réduction des dépenses publiques est une très bonne chose. Pat contre sur l'égalité entre territoire, il n'y a pas énormément d'incidence. À partir du  moment où l'Etat va réduire les moyens d'une collectivité mais pas certaines dépenses obligatoires, il va réduire encore plus la marche de manœuvre, la base financière réellement disponible  pour les communes pour faire des choix.

Ce qui me gêne avec les grandes politiques nationales, c'est que les problèmes de Paris ne sont pas ceux d'autres villes en règle générale. Les problèmes ne sont pas les mêmes en fonction de la situation de chaque territoire. Même s'il y a des mêmes familles, il n'y a pas de cause unique. Et les cas de figure différents supposent des réponses différentes.

 

Sur la taxe d'habitation, je pense que c'est une taxe épouvantable et que sa suppression ne serait pas une mauvaise chose.  Mais… SI je supprime un impôt mais ne supprime pas de dépenses derrière, je suis obligé de créer un autre impôt. C'est exactement ce qu'il s'est passé avec la taxe professionnelle. Le gouvernement a annoncé qu'il allait compenser la suppression de la taxe d'habitation mais avec quelle ressource, avec quel impôt ? Ce n'est clairement pas une réponse à la hauteur des enjeux. Le problème c'est qu'aujourd'hui pour une commune, moins du tiers de son budget provient des impôts qu'elle a décidé elle-même. Le reste vient des dotations ou d'impôts décidés par l'Etat sur lequel elle n'a aucune prise. Je pense qu'il faudrait à l'instar de notre voisin Allemand que l'Etat prélève ce dont il a besoin mais sans donner de subventions aux collectivités. Chaque collectivité votant elle-même son impôt et doit moduler ses dépenses en fonction de ce qu'elle reçoit. Mais cela ne se conçoit que dans un système dans lequel elle est autonome évidemment. Le système de compensation entre départements qui a pour but d'aider les départements en grande difficulté financière est en fait une prime au département mal géré. Eux reçoivent plus de dotations pour rééquilibrer leurs comptes, ce qui leur permet de continuer à voter les budgets au détriment des départements qui eux ont fait des efforts de gestion. Très souvent beaucoup de collectivités de rang supérieur ne sont que des tiroirs caisse pour financer ceux qui sont inférieurs. Beaucoup de ces collectivités et l'Etat fait pareil adoptent un principe, pervers selon moi, qui est que moins le potentiel est élevé, plus on va financer derrière. C'est une erreur grave, si on est pauvre, il faut se sortir soi-même de la pauvreté et ne pas attendre que l'échelon supérieur déverse des dotations.  Il vaut mieux essayer de s'améliorer pour trouver soi-même ses propres ressources. Pour moi c'est bien là le drame des collectivités.

 

Comment s'en sortent les autres pays dans le cadre de modèles comparables ? 

La clé pour moi se trouve dans le modèle Allemand ou Suisse. C’est-à-dire le couple entre responsabilité fiscale et responsabilité de la dépense. En gros, un canton suisse décide lui-même les impôts dont il va bénéficier et bénéficie de très peu de subventions fédérales. L'électeur suisse, au centre de la décision peut mettre en relation la performance budgétaire de son canton, la qualité de la dépense qu'il y a en face. Les Allemands ont un système qui, sans être identique est quand même pas mal, c’est-à-dire qu'ils n'ont qu'un seul échelon intermédiaire entre les communes et l'Etat fédéral, c'est les lands. Là-bas, le calcul de l'impôt est fait au niveau national par contre ils savent à l'avance l'enveloppe qu'ils ont et pas la peine de demander des subventions au niveau supérieur, il y en a très peu.  Quand une région décide de prendre une politique, il la prend et la paye, ce qui incite d'ailleurs à travailler avec le secteur privé.

Un modèle où chaque niveau de collectivité est responsable de l'enveloppe qu'il a à gérer et ne va pas quémander des subventions extérieures, c'est pour moi une clé essentielle de la réussite pour permettre aux territoires, notamment les moins favorisés, de retrouver une force.

 
Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (2)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Guy Bernard
- 14/04/2018 - 08:27
à chacun son metier
On n'alimente pas en ressources un système qui ne fonctionne pas sans avoir fait un etat de l'existant.
les ressources sont au niveau national et local, mais aussi européennes avec des objectifs cibles ; si ces différentes allocations vont à des budget de fonctionnement, c'est à dire en salaires de personnes rigoureusement incompétentes et allant même jusqu’à s'approprier des fonds, par exemple destines aux PMI-PME, cela ne sert à rien.
le point central est de considérer le pays sur le plan global, avec ses atouts et ses handicaps, et de traiter ses faiblesses ; par exemple consstater que les performances des entreprises de l'est sont dus à leur proximité des ports les plus performants d’Europe, ce qui traduit une faiblesse des nôtres : donc un Hub à Nantes, en liaison avec le coeur de l’Europe, au lieu d'un aéroport permettrait de dynamiser le nord-ouest en liaison avec le commerce américain.
tout cela pour dire que c'est un métier, que c'est le mien, et qu'il a été monopolisé par des pseudo-financiers.
Paulquiroulenamassepasmousse
- 13/04/2018 - 18:19
La véritable autonomie
La véritable autonomie nécessaire des régions passe par la diminution de moitié des mandats nationaux ( députés et sénateurs)....Pas d'autre solution.