En direct
Best of
Best of du 17 au 23 octobre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Rachida Dati souhaite supprimer l’acquisition automatique de la nationalité française par mariage

02.

La Corée du nord craint que des nuages de sable venant de Chine ne soient porteurs du coronavirus

03.

Et le vilain petit secret des athlètes des épreuves d'ultra-endurance n'est pas de savoir mieux supporter la douleur

04.

La dette européenne s’arrache comme des petits pains. Mais il y a une très mauvaise nouvelle derrière la bonne

05.

Le gouvernement fait peser la totalité du poids de l’épidémie sur les soignants et sur les Français. Y a-t-il un moyen de le forcer à assumer enfin ses responsabilités ?

06.

COVID-19 : mais où en est la Chine ?

07.

Trump Biden : vers une élection beaucoup plus serrée qu’il n’y paraît ?

01.

Coronavirus : L’Etat freine-t-il des médicaments français qui pourraient être efficaces ?

02.

Gérald Darmanin & Brad Pitt bientôt papas, M. Pokora bientôt marié; Voici pense que le bébé de Laura Smet s'appelle Léo, Closer Jean-Philippe; Adele aurait succombé au charme de l'ex (cogneur) de Rihanna; Kanye West propose l'union libre à Kim Kardashian

03.

Comment les islamistes ont réussi à noyauter la pensée universitaire sur... l’islamisme

04.

Décapitation islamiste : est-il encore temps d’arrêter la spirale infernale… et comment ?

05.

Islamisme : la République de la complaisance

06.

La France maltraite ses profs et devra en payer le prix

01.

Décapitation islamiste : est-il encore temps d’arrêter la spirale infernale… et comment ?

02.

Professeur décapité : voilà ce que nous coûtera notre retard face à l’islamisme

03.

Islamisme : la République de la complaisance

04.

Professeur décapité : souvenons-nous de la phrase d'Arletty

05.

Non, la République ne peut pas protéger les musulmans de l’islam radical et voilà pourquoi

06.

Professeur décapité : "je crains plus le silence des pantoufles que le bruit des bottes"

ça vient d'être publié
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Sublime royaume" de Yaa Gyasi : de la relation mère-fille entre science et spiritualité, un roman qui ne peut laisser indifférent

il y a 10 heures 9 min
pépites > Santé
IHU Mediterranée
Covid-19 : l’Agence du médicament refuse d’autoriser massivement l’hydroxychloroquine
il y a 11 heures 42 min
pépites > Politique
Nouvelles mesures
Jean Castex intensifie la lutte contre la haine en ligne avec le renforcement de la plateforme Pharos et de nouvelles sanctions
il y a 13 heures 59 min
décryptage > France
Liberté d'expression

Les islamistes tuent ? Qu’à cela ne tienne, les autorités s’en prennent aux libertés publiques

il y a 17 heures 51 min
pépites > Politique
Séculier
Des ministres considèrent que plutôt que la défendre, l'Observatoire de la laïcité se concentre sur la lutte contre l'islamophobie avec des alliés pas toujours fréquentables
il y a 18 heures 21 min
Sécurité
Île-de-France : hausse importante des cambriolages de pharmacies
il y a 19 heures 32 sec
décryptage > Sport
N'ayez plus honte d'être des petites natures…

Et le vilain petit secret des athlètes des épreuves d'ultra-endurance n'est pas de savoir mieux supporter la douleur

il y a 19 heures 42 min
Pollution
La Corée du nord craint que des nuages de sable venant de Chine ne soient porteurs du coronavirus
il y a 20 heures 7 min
décryptage > Environnement
Effet bénéfique ?

Si vous pensez que la pollution des villes va décroître grâce au télétravail cet hiver, vous vous trompez

il y a 20 heures 41 min
décryptage > France
Lutte contre le séparatisme

La nouvelle bataille de France

il y a 20 heures 55 min
light > Politique
"Make America Great Again"
L'expert en sécurité Victor Gevers serait parvenu à se connecter au compte Twitter de Donald Trump en devinant son mot de passe
il y a 11 heures 7 min
pépites > Société
Extension
Congé paternité : l'Assemblée nationale vote le passage à 28 jours
il y a 12 heures 4 min
rendez-vous > Consommation
Atlantic-tac
Quand un gros œil surveille les minutes et quand le ricin tisse les bracelets : c’est l’actualité des montres
il y a 14 heures 55 min
décryptage > Santé
Mesures contre la Covid-19

Demi-confinement, demi-mesures et omnipotence de l’Etat : la soviétisation de la France

il y a 18 heures 13 min
pépite vidéo > Politique
Election américaine
Ultime débat : Joe Biden focalise ses attaques contre Donald Trump sur sa gestion du coronavirus
il y a 18 heures 59 min
pépites > Justice
Terrorisme
Des obstacles juridiques affaiblissent, voire paralysent, la lutte contre l’islamisme selon l’ancien secrétaire général du Conseil constitutionnel, Jean-Éric Schoettl
il y a 19 heures 15 min
décryptage > Santé
Stratégie contre la Covid-19

Le gouvernement fait peser la totalité du poids de l’épidémie sur les soignants et sur les Français. Y a-t-il un moyen de le forcer à assumer enfin ses responsabilités ?

il y a 19 heures 59 min
décryptage > Santé
Inquiétudes face à la pandémie

Covid-19 : faut-il que les parents se testent lorsque leurs enfants ont (peut-être juste) un rhume ?

il y a 20 heures 19 min
pépites > Politique
Immigration
Rachida Dati souhaite supprimer l’acquisition automatique de la nationalité française par mariage
il y a 20 heures 42 min
décryptage > Politique
Un effort SVP

Monsieur le président, pourriez vous - de temps en temps au moins - dire "France" au lieu de "République" ?

il y a 21 heures 4 min
© JACQUES DEMARTHON / AFP
© JACQUES DEMARTHON / AFP
Enjeux

Présidence du Medef : élection décisive entre David et Goliath à l’UIMM

Publié le 13 avril 2018
La fédération de la métallurgie cherche un remplaçant à Alexandre Saubot. Deux candidats, que tout oppose, sont en lice. Du résultat de ce scrutin, plus ouvert qu’il n’y paraît, dépendra aussi l’élection à la présidence du Medef.
Jeff Dentreprise
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jeff Dentreprise est un fin connaisseur des arcanes du Medef souhaitant garder son anonymat sous peine de ne plus l’être
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
La fédération de la métallurgie cherche un remplaçant à Alexandre Saubot. Deux candidats, que tout oppose, sont en lice. Du résultat de ce scrutin, plus ouvert qu’il n’y paraît, dépendra aussi l’élection à la présidence du Medef.

À l'Union des industries et métiers de la métallurgie (UIMM), les grandes manœuvres ont commencé. La puissante fédération va élire son futur président le 19 avril.

Alexandre Saubot, à la tête de l'UIMM depuis 2015, renonce à se présenter à sa propre succession, tout absorbé qu'il est par sa campagne pour ravir le fauteuil de Pierre Gattaz à la tête du Medef. Deux candidats se sont lancés dans la course, Paul Rolland et Philippe Darmayan. Deux profils que tout oppose.

Paul Rolland, l’autodidacte des territoires

Sur le papier, Paul Rolland n’a rien d’une « star ». Dirigeant d’une PME familiale de 25 salariés, dans le département du Rhône, il préside aussi, depuis 2012, l’antenne lyonnaise de l’UIMM. Autodidacte – il détient plusieurs CAP, dont celui de fraiseur et de mécanicien tourneur –, attaché à son territoire, on le dit très apprécié localement. Sa très bonne connaissance du tissu industriel régional n’est pas pour rien dans cette bonne impression. Soutien de la première heure de Pierre Gattaz en 2013, Paul Rolland incarne le profil type des adhérents de l’UIMM, majoritairement issus de PME.

Alors certes, Paul Rolland fait un peu figure de Petit Poucet. Il ne ressemble en rien à ces technocrates ou patrons de grands groupes, bardés de diplômes prestigieux, qui accèdent traditionnellement aux commandes de la fédération de la métallurgie. Mais ce défaut pourrait se retourner à son avantage, compte tenu du système électoral en cours à l’UIMM. Les deux tiers des voix du conseil de l’organisation patronale (soit 70 votants) appartiennent, en effet, à des chefs d’entreprise issus, comme lui, des territoires. Une confortable réserve de voix, donc, qui pourrait faire basculer le scrutin en sa faveur.

Philippe Darmayan, le technocrate parisien

De son côté, Philippe Darmayan affiche le profil type des dirigeants de la métallurgie hexagonale. Pur produit de la méritocratie à la française, ce diplômé d’HEC est passé par la crème des groupes industriels du pays : Péchiney, Framatome, Arcelor puis ArcelorMittal, dont il préside les activités françaises depuis 2015. Dans la plus pure tradition technocratique, il cumule ces fonctions avec la vice-présidence de France Industrie, tout en étant administrateur du Conseil national de l’industrie. Un homme très occupé, en somme. 

Philippe Darmayan a d’autres atouts dans sa manche. A commencer par sa proximité affichée avec Alexandre Saubot, qui le considère comme son dauphin légitime. En revanche, s’il fréquente les hauts responsables du Medef, sa connaissance de l’appareil reste lacunaire. Et c’est là où le bât blesse. Comme on l’a vu, le Conseil de l’UIMM est sociologiquement très marqué : l’entregent et les réseaux parisiens de Philippe Darmayan lui seront de peu d’intérêt pour convaincre les petits patrons, issus des territoires, de lui accorder leur confiance.

Si Darmayan venait à perdre son pari, sa défaite rejaillirait indiscutablement sur son mentor, Alexandre Saubot, dont la position au Medef – dont il vise la présidence – s’en trouverait très affaiblie. La chute de son poulain viendrait confirmer ce que beaucoup d’observateurs disent à voix basse, à savoir que sa présidence de l’UIMM a été un semi-échec. En interne, Philippe Darmayan a été vertement critiqué pour sa complaisance dans certaines négociations sociales (compte pénibilité, UNEDIC, etc.), de même que pour son style parfois arrogant et sa volonté de tout centraliser autour de lui. 

Vers un séisme à la tête de l’UIMM ?

Minces sur le papier, les chances que Paul Rolland soit élu à la tête de l’UIMM sont, dans les faits, loin d’être négligeables. Sa seule candidature témoigne de ce qu’une page se tourne peut-être dans la métallurgie française. Les électeurs ne veulent plus de ces scrutins pipés, dont les vainqueurs sont désignés en petit comité par les sortants et les apparatchiks du système. Ils veulent de vrais patrons, des chefs d’entreprise qui leur ressemblent. Un séisme est donc possible à la tête de l’UIMM. Avec, comme lors de tout séisme, des répliques : si son poulain venait à perdre l’élection de l’UIMM, la candidature d’Alexandre Saubot pour la présidence du Medef aurait du plomb dans l’aile.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (1)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
zelectron
- 14/04/2018 - 03:47
Vive les PMI de l'UIMM !
Espérons que ce sera Paul Rolland.