En direct
Best of
Best of du 17 au 23 octobre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Malika Sorel : "Emmanuel Macron commet une grave erreur dans sa stratégie face à l’islamisme"

02.

Plus odieuse que les caricatures de Mahomet, la caricature d'Erdogan

03.

Stratégie de la tension ? Ce piège dans lequel Erdogan tente d’entraîner la France pour s’imposer comme le nouveau sultan au yeux du monde musulman

04.

Un islamiste radical armé d'un couteau a été interpellé dans le centre de Lyon

05.

Pénuries de (re)confinement : voilà ce que vous devriez acheter pour affronter novembre (et non, on ne vous parle pas de papier toilette)

06.

Un sondage dévastateur pour Macron et aussi, hélas, pour la France

07.

Lutte anti-terroriste : un problème nommé DGSI

01.

L‘épargne des Français va nous sauver de la ruine et financer l’argent magique de la relance : démonstration

02.

Stéphane Plaza se fait larguer pour un plus jeune; Laeticia Hallyday plaque Pascal; Sia adopte des adultes; Kylian Mbappé récupère l'ex de Neymar; Marlène Schiappa aime les hommes, Britney Spears profite

03.

Une certaine gauche s’étrangle des accusations de complicité avec l’islamisme mais sera-t-elle capable d’en tirer des leçons sur ses propres chasses aux fachos imaginaires ?

04.

Bahar Kimyongür : "Dans sa fuite en avant, Erdogan n'hésitera pas à faire flamber le danger islamiste en France"

05.

Ce qui s'est vraiment passé au sein du ministère de l'Education nationale dans les jours ayant précédé la mort de Samuel Paty

06.

« Qu'est-ce que ce pays qui a perdu la tête ? » Clémentine Autain a fait mine d'oublier que c'est Samuel Paty qui avait perdu la sienne

01.

François Hollande : "une partie minoritaire de la gauche a pu manifester une étrange tolérance envers l’islam"

02.

Un sondage dévastateur pour Macron et aussi, hélas, pour la France

03.

Islamisme : pour Alain Juppé, "plus que du séparatisme, c'est un esprit de conquête"

04.

Mais qu’est ce qu’ont vraiment loupé les partis pour que 79% des Français soient désormais prêts à un vote anti-système ?

05.

Islamo-gauchisme : les lendemains ne chantent plus, c'est interdit

06.

Voici comment et pourquoi Hollande et le CFCM sont bizarrement devenus islamophobes

ça vient d'être publié
rendez-vous > Consommation
Atlantic-tac
Quand l’émail est semé de fleurs de sel et quand il neige sur la toundra : c’est l’actualité reconfinée des montres
il y a 15 min 8 sec
pépites > Consommation
Confiné
La France reconfinée pour au moins 4 semaines : ce qui est ouvert ou fermé
il y a 2 heures 9 min
pépite vidéo > Terrorisme
Face à l'info
Attaques terroristes : l'échec du renseignement français ?
il y a 2 heures 52 min
décryptage > France
Lutte contre le séparatisme

Malika Sorel : "Emmanuel Macron commet une grave erreur dans sa stratégie face à l’islamisme"

il y a 3 heures 33 min
pépites > Politique
Reconfinement
Sept Français interrogés sur dix (sondage Odoxa pour Figaro et France Info) se disent favorables au nouveau confinement qui vient de débuter
il y a 3 heures 56 min
décryptage > Politique
Maison Blanche

Le chemin de la victoire de Donald Trump est étroit mais il existe encore

il y a 4 heures 34 min
décryptage > Politique
Manque de pot

Covid 19 – Macron 1 : 0

il y a 5 heures 14 min
décryptage > Terrorisme
Méthode

Lutte anti-terroriste : un problème nommé DGSI

il y a 5 heures 58 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Les Roses fauves" de Carole Martinez : les femmes attirent et piquent autant que les roses... un conte envoûtant, merveilleux et cruel

il y a 17 heures 11 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

Exposition "Aubrey Beardsley (1872-1898)" au Musée d'Orsay : 1re monographie en France de l’étrange et virtuose illustrateur

il y a 17 heures 34 min
rendez-vous > Terrorisme
Géopolitico-scanner
La guerre indiscriminée des jihadistes contre la France : du "blasphémateur" Samuel Paty aux chrétiens respectueux de la Basilique niçoise
il y a 44 min 14 sec
pépites > Terrorisme
Religion
Des milliers de manifestants anti-Macron au Bangladesh, au Pakistan, en Afghanistan signale le Daily Mail
il y a 2 heures 45 min
light > Science
Singes
Les gorilles de montagne n'oublient pas leurs amis et sont amicaux avec eux quand ils se retrouvent même après une décennie de séparation
il y a 3 heures 20 min
décryptage > International
Paris - Ankara

Stratégie de la tension ? Ce piège dans lequel Erdogan tente d’entraîner la France pour s’imposer comme le nouveau sultan au yeux du monde musulman

il y a 3 heures 50 min
décryptage > Santé
Barrière contre le virus

Zorro contre le Covid-19 : le masque comme solution efficace et peu coûteuse

il y a 3 heures 59 min
décryptage > Politique
Le roi est nu

Non, l’unité nationale ne peut plus être invoquée par les élites françaises pour masquer leurs faillites

il y a 5 heures 2 min
décryptage > Politique
Freiner l'épidémie

Reconfinement : ces pulsions mauvaises qui paraissent plus guider le gouvernement que la rationalité sanitaire

il y a 5 heures 40 min
pépites > Economie
Coronavirus
La barre des 36.000 morts franchie en France, premier jour de confinement, quel effet sur l'économie ?
il y a 6 heures 33 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Avant la retraite" de Thomas Bernhard : il est encore fécond le ventre…

il y a 17 heures 21 min
pépites > Politique
Réalité du confinement
Jean Castex et les ministres du gouvernement ont dévoilé les différentes mesures et aménagements liés au reconfinement
il y a 17 heures 58 min
© LUDOVIC MARIN / AFP
© LUDOVIC MARIN / AFP
Une histoire de contexte

1995 - 2018 : quand la question du modèle français se profile derrière les grèves

Publié le 08 avril 2018
Les différences, en termes de contexte politique mais aussi économique et syndical, sont nombreuses entre 1995 et 2018. Pourtant, plusieurs leçons peuvent en être tirées.
Bruno Cautrès
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Bruno Cautrès est chercheur CNRS et a rejoint le CEVIPOF en janvier 2006. Ses recherches portent sur l’analyse des comportements et des attitudes politiques. Au cours des années récentes, il a participé à différentes recherches françaises ou européennes...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Les différences, en termes de contexte politique mais aussi économique et syndical, sont nombreuses entre 1995 et 2018. Pourtant, plusieurs leçons peuvent en être tirées.

Atlantico : 23 ans après, et dans le contexte de la mobilisation sociale actuelle, quel regard peut-on porter sur les grèves de 1995 ? Comment l'opinion des Français s'est-elle former avant, pendant, et après ce conflit ? Quels en ont été les déterminants ?

Bruno Cautrès : Il y a d’importantes différences de contexte politique mais aussi économique et syndical entre 1995 et 2018. En 1995, c’est l’écart entre la promesse de lutter contre « la fracture sociale » faite par Jacques Chirac pendant la campagne présidentielle et les annonces de réformes sur le front social par Alain Juppé qui font prendre le mouvement d’opposition dans l’opinion. 1995 c’est également trois ans seulement après le Traité de Maastricht et c’est le tout début d’un discours politique sur l’adaptation de la France à la compétition économique mondialisée. L’opinion, qui au début de l’annonce de réforme de la SNCF semble majoritairement favorable, va progressivement se retourner : d’une part les syndicats, CGT et FO notamment, vont montrer un front unitaire et d’autre part l’idée va progressivement s’imposer que les cheminots défendent, à travers leur opposition à la réforme de la SNCF, le « modèle social français ». C’est la fameuse « grève par procuration » dont parle le politologue Stéphane Rozès. Rétrospectivement on peut voir la grève de 1995 et le soutien dont elle a bénéficié dans l’opinion comme l’un des premiers signes d’une prise de conscience de la part des Français de l’ampleur des changements qui s’annoncent pour le pays dans un contexte d’ouverture économique européenne et internationale.

Quels en ont été les déterminants politiques ? L'opposition a-t-elle pu, contrairement à ce qui peut avoir lieu aujourhui, s'unir dans la protestation et se servir ainsi du mouvement social ?

N’oublions pas qu’à la présidentielle de 1995 Lionel Jospin crée la surprise en faisant le meilleur score au premier tour alors que le PS avait subi une très lourde défaite aux législatives de 1993. Il se qualifie pour le second tour face à Jacques Chirac et deux après, en 1997, il deviendra premier ministre en situation de cohabitation avec ce même Jacques Chirac suite à la dissolution ratée de l’Assemblée nationale. L’opposition de 1995 n’est donc pas du tout dans le même état qu’aujourdhui. Par ailleurs l’opposition en 1995 n’est pas configurée comme celle d’aujourd’hui : en 1995 on est toujours, à gauche, dans un schéma politique de type « union de la gauche », qui deviendra en 1997 « la gauche plurielle » sous l’effet du basculement des écologistes des Verts dans cette stratégie d’union de la gauche. La protestation de 1995 va donc rentrer en résonance plus facilement avec les logiques d’oppositions politiques.

Quelles sont les leçons à en tirer pour le conflit actuel ?

J’en tirerais deux conclusions : d’une part que 2018 n’est pas 1995, notamment quant au contexte syndical car la CGT de l’époque ne connait pas la même situation qu’aujourd’hui; d’autre part qu’il serait néanmoins imprudent de considérer cette différence des deux contextes comme la preuve que rien ne va se passer en 2018, que le gouvernement pourra passer entre les gouttes sans encombres. On voit d’ailleurs dans les récents sondages deux signes : d’une part, le pourcentage de ceux qui disent comprendre les raisons des cheminots augmente ; d’autre part, malgré un soutien à la réforme du statut des cheminots, une courte majorité des Français souhaite que le gouvernement les écoute et fasse des ouvertures, notamment si la grève se durcit et se prolonge. Last but not least : à travers la réforme de la SNCF, plusieurs segments de l’électorat commencent à lire les réformes à venir des retraites et de la fonction publique. Un peu comme en 1995, c’est à terme la question du « modèle français » qui va se poser.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (1)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
ajm
- 08/04/2018 - 23:52
Modèle Français que le monde nous envie.
Le modelé Français de service public : mauvaises prestations, faible productivité, grèves fréquentes, coût élevé et deficits chroniques, prix non compétitifs. .Tout pour réussir en somme.