En direct
Best of
Best of du 9 au 15 janvier
En direct
ça vient d'être publié
pépites > Politique
« Cher Tayyip »
Emmanuel Macron et Recep Tayyip Erdogan s'écrivent pour apaiser les tensions
il y a 1 semaine 3 jours
pépites > Justice
Révélations de Mediapart
Justice : enquête ouverte contre Nicolas Sarkozy pour « trafic d’influence » dans le cadre d’activités de conseil pour le groupe russe Reso-Garantia
il y a 1 semaine 4 jours
pépites > Politique
Jupiter
Nouvelle colère d'Emmanuel Macron, cette fois contre certains ministres
il y a 1 semaine 4 jours
décryptage > International
Démocratie américaine en danger

Assaut sur le Capitole : autopsie de trois jours de folies américaines

il y a 1 semaine 4 jours
pépite vidéo > Santé
Eviter la pénurie
Le PDG de Moderna, Stéphane Bancel, alerte sur la question de l'approvisionnement des vaccins pour l'hiver prochain
il y a 1 semaine 4 jours
décryptage > International
Université de Bogazici

Révolte étudiante à Istanbul ou les prémices d’un printemps turc

il y a 1 semaine 4 jours
pépites > Santé
Coronavirus
Bruno Le Maire et Gabriel Attal indiquent qu'un confinement est toujours possible
il y a 1 semaine 4 jours
décryptage > Santé
Espoir

Une étude démontre que les crises cardiaques pourraient être détectées des années à l’avance en surveillant le niveau de calcium dans les artères

il y a 1 semaine 4 jours
décryptage > Environnement
instrumentalisation judiciaire

Procès contre l’inaction de l’Etat : l’affaire du siècle est aussi la pire imaginable pour... le climat lui-même

il y a 1 semaine 4 jours
décryptage > Santé
Urgence sanitaire

Face à la Covid-19, finissons-en avec l’amateurisme public ! Le diagnostic implacable de fonctionnaires de la santé

il y a 1 semaine 4 jours
rendez-vous > Consommation
Atlantic-tac
Quand les billes précisent le moment et quand les disques détournent les heures : c’est l’actualité hivernale des montres
il y a 1 semaine 4 jours
pépites > Santé
Pénurie
Le maire de Neuilly-sur-Seine déplore que les quantités de vaccins annoncées ne soient pas au rendez-vous
il y a 1 semaine 4 jours
pépites > Santé
Coronavirus
La présence du virus dans les eaux usées de l'Ile-de-France en forte augmentation
il y a 1 semaine 4 jours
pépites > Santé
Bug
Après avoir été volontairement fermé hier le site Santé.fr de rendez-vous pour les vaccinations est ouvert en version simplifiée aujourd'hui
il y a 1 semaine 4 jours
décryptage > France
Couvre-feu à 18h

La fatigue de l’épidémie, cet élément historiquement documenté, qu’ignore superbement le gouvernement français

il y a 1 semaine 4 jours
décryptage > International
Guerre de l'information

A propos d’infox : la tentation de Joe Biden de suivre la politique des néoconservateurs

il y a 1 semaine 4 jours
décryptage > Santé
Mesures efficaces contre le virus

Covid-19 : les modèles d’efficacité sanitaire asiatiques, impossibles à reproduire en Europe ? 5 arguments pour démonter une imposture intellectuelle

il y a 1 semaine 4 jours
décryptage > Economie
Impact économique de la pandémie

Records à l’export : la Chine est-elle en train de gagner une bataille... ou la guerre des puissances commerciales ?

il y a 1 semaine 4 jours
décryptage > France
"Je ne livre pas les Juifs"

Il paraît qu'on ne peut pas accueillir toute la misère du monde. Mais qui est responsable de toute la misère du monde ?

il y a 1 semaine 4 jours
pépites > Politique
Voile
Aurore Bergé dépose un amendement interdisant le port du voile aux petites filles
il y a 1 semaine 4 jours
© Reuters
© Reuters
Bonnes feuilles

Comment l’époque d’aujourd’hui rend la situation du couple intenable

Publié le 08 avril 2018
Dans un monde devenu précaire, n’est-il pas temps de parier sur l’amour au long cours et d’en renouveler régulièrement la décision libre et lucide, plutôt que de courir après un enchantement qui se retourne trop rapidement en déception et mène à la solitude ? Jean-Paul Mialet, psychiatre, spécialiste en psychologie expérimentale et cognitive, nous invite à nous interroger sur ce qui pousse à vivre à deux et à réfléchir à la profondeur du lien lorsqu’il se déploie dans la durée. Extrait de "L'amour à l'épreuve du temps" de Jean-Paul Mialet, chez Albin Michel (2/2).
Jean-Paul Mialet
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean-Paul Mialet est psychiatre, ancien Chef de Clinique à l’Hôpital Sainte-Anne et Directeur d’enseignement à l’Université Paris V.Ses recherches portent essentiellement sur l'attention, la douleur, et dernièrement, la différence des sexes.Ses...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Dans un monde devenu précaire, n’est-il pas temps de parier sur l’amour au long cours et d’en renouveler régulièrement la décision libre et lucide, plutôt que de courir après un enchantement qui se retourne trop rapidement en déception et mène à la solitude ? Jean-Paul Mialet, psychiatre, spécialiste en psychologie expérimentale et cognitive, nous invite à nous interroger sur ce qui pousse à vivre à deux et à réfléchir à la profondeur du lien lorsqu’il se déploie dans la durée. Extrait de "L'amour à l'épreuve du temps" de Jean-Paul Mialet, chez Albin Michel (2/2).

L’époque d’aujourd’hui rend donc la situation du couple intenable. L’idéalisation de l’amour d’un côté, l’injonction au plaisir de l’autre, la sourcilleuse aspiration à la liberté de chacun, les multiples tentations d’accès aisé se présentant comme des jeux dénués de suite : tout cela impose à chacun des partenaires du lien un véritable effort de funambule pour maintenir l’équilibre du couple.

Comme on l’a répété, le cadre d’aujourd’hui est devenu autocentré : c’est soi- même. Les exigences ne se situent qu’à ce seul niveau : le respect de soi, formulé avec les valeurs d’aujourd’hui – sincérité, liberté. L’autre n’existe que comme un double de soi- même auquel on prête les mêmes attentes. La confusion des sexes aggrave la situation, puisque hommes et femmes se considèrent aujourd’hui en tous points semblables, ce qui ne va pas sans des malentendus, comme je l’ai développé ailleurs 1. On aura noté que ce cadre autoréférencé tient peu compte des enfants : le couple se construit aujourd’hui sur la base des valeurs qui viennent d’être citées, sa responsabilité se mesure au respect de ces valeurs, mais la progéniture occupe là- dedans une place secondaire. Ce n’est pas qu’on n’en tienne pas compte. Bien au contraire, les parents d’aujourd’hui se mettent en quatre pour leurs enfants, ils ont le souci de leurs loisirs et de leur formation, ils en font une préoccupation centrale. Ils sont sans doute plus proches d’eux que les parents que je connaissais autrefois, comme ce père résolu à envoyer son fi ls chez les parachutistes : ils leur parlent davantage, s’expliquent avec eux, s’imposent aussi peu que possible. Les valeurs démocratiques et le « management participatif » – pour employer une expression à la mode – font aujourd’hui partie intégrante de la culture familiale. Mais la responsabilité des parents se limite à ces efforts et non à se maintenir en couple. Il leur a été expliqué pendant plusieurs décades que les enfants souffraient quand les parents souffraient, et qu’ils ne devaient jamais servir de prétexte pour rester ensemble. Dans cette perspective, le respect des enfants apparaît donc comme une question subsidiaire par rapport au respect de soi.

Mes couples d’autrefois respectaient donc un cadre qu’ils plaçaient au- dessus d’eux. Ce cadre incluait sans aucun doute des impératifs sociaux, des conventions qui peuvent paraître absurdes aujourd’hui. Mais il impliquait aussi l’habitude de placer au- dessus de soi, au- dessus de sa propre existence, des objectifs qui semblaient indiscutables. Parmi ces objectifs, les enfants occupaient une place à part : être un couple, c’était avoir été attiré l’un par l’autre au point de vouloir partager une existence et, dans la plupart des cas, de fonder une famille. Lorsque les enfants apparaissaient, la responsabilité vis-à- vis de cette descendance prenait la priorité sur les libertés individuelles ou celles du couple : le cadre que chacun des partenaires plaçait alors au- dessus de soi était celui de l’œuvre familiale qu’il fallait mener à son terme le mieux possible. Gagne- t-on aujourd’hui à caler sur soi- même sa boussole ? N’y aurait- il pas avantage à suivre, comme autrefois, un chemin qui, étant au- dessus de soi, représente un sens partagé par tous ?

Extrait de "L'amour à l'épreuve du temps" de Jean-Paul Mialet, chez Albin Michel

Pour acheter ce livre, cliquez sur l'image ci-dessous

"L'amour à l'épreuve du temps" de Jean-Paul Mialet

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Mots-clés :
amour, couple, famille, enfants, Parents
Thématiques :
Commentaires (1)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Deudeuche
- 09/04/2018 - 21:31
Bon article
La récréation est terminée, il est temps de revenir à des réalités simples. Donner avant de demander. S’engager et non hésiter ou spéculer sur les émotions, en bref rétablir les fondements. La génération ado jouisseuse vit sa fin (retraite oblige) et nous enmerde encore avec ses exigences 68ardes. Ces héritiers ont tout cramé, maintenant il faut reconnecter au sens commun de ces 2000 dernières années.