En direct
Best of
Best of du 21 au 27 novembre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Regardez bien cette affiche : Auschwitz est de retour…

02.

Ce que le nouveau record atteint par le Bitcoin préfigure pour l’avenir du système bancaire

03.

Les 5 plus grosses fortunes mondiales préfigurent ce que sera notre mode de vie sur la planète au cours du 21e siècle

04.

Michel Onfray a contracté la Covid-19

05.

"Covid partouze" dans le centre de Bruxelles: la police a interpellé 25 personnes dont un député européen qui a tenté de fuir

06.

Covid-19 : Et si la première cible à convaincre de l’efficacité du vaccin étaient les médecins et soignants eux-mêmes ?

07.

Valery Giscard d’Estaing aura donné son dernier grand entretien à…

01.

Elections américaines : derrière les suspicions de fraude, une lutte totale opposant "Patriotes" et "mondialistes" à l'échelle occidentale?

02.

"Covid partouze" dans le centre de Bruxelles: la police a interpellé 25 personnes dont un député européen qui a tenté de fuir

03.

Karine Le Marchand & Stéphane Plaza s’installent ensemble (elle pète, il ronfle); Jalil & Laeticia Hallyday aussi (mais sont moins bruyants); Yannick Noah retrouve l’amour; Geneviève de Fontenay : petite retraite mais grosse dent (contre Sylvie Tellier)

04.

Emmanuel Macron et la majorité sont-ils en train de perdre à vitesse grand V l’argument de leur supériorité morale et démocratique face au RN ?

05.

Violences et police : quand la droite confond l'ordre et les libertés et se tire une balle dans le pied (électoral)

06.

Explosif : la dette française, 2700 milliards à la fin 2020. Mais qui va payer, quand et comment ?

01.

Violences et police : quand la droite confond l'ordre et les libertés et se tire une balle dans le pied (électoral)

02.

Covid-19 : Et si la première cible à convaincre de l’efficacité du vaccin étaient les médecins et soignants eux-mêmes ?

03.

Noël : Emmanuel Macron envisage des « mesures restrictives et dissuasives » pour les Français qui voudraient skier à l'étranger

04.

Emmanuel Macron et la majorité sont-ils en train de perdre à vitesse grand V l’argument de leur supériorité morale et démocratique face au RN ?

05.

Filmés en train de violenter un producteur de musique dans l'entrée d'un studio 3 policiers parisiens (qui l'ont accusé, à tort, de rébellion) suspendus

06.

Socle citoyen : l’Assemblée nationale vote pour l’exploration d’un revenu universel qui ne dit pas son nom mais demeure une très bonne idée

ça vient d'être publié
décryptage > Europe
Vision européenne

Valéry Giscard d'Estaing : « Brexit ou pas, l'Europe à 28 n’est pas gouvernable sans réformes profondes... »

il y a 29 min 14 sec
pépites > Finance
L'après coronavirus
Coronavirus et économie : la fin du «quoi qu’il en coûte» divise l'entourage présidentiel
il y a 1 heure 22 sec
décryptage > International
En avant-première pour vous

Le dernier film du Mossad : « Bons baisers de Téhéran »

il y a 1 heure 25 min
décryptage > Economie
Atlantico Business

Crise économique : l‘OCDE prévoit que la planète va se redresser en 2021... sauf l’Europe qui restera à la traîne. Mais pas par hasard

il y a 1 heure 34 min
pépites > Politique
Disparition
Mort de l'ancien président de la République Valéry Giscard d'Estaing à l’âge de 94 ans
il y a 10 heures 45 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Voir le jour" de Marion Laine : si le quotidien du personnel hospitalier m’était conté…

il y a 15 heures 8 min
pépites > Société
L’amour aux temps du Coronavirus
Covid-19 : un Français sur trois serait sur un site de rencontres depuis le premier confinement
il y a 15 heures 50 min
pépites > Santé
« The Wuhan files »
La rédaction de CNN dévoile le contenu de documents chinois confidentiels qui révèlent les erreurs commises par la Chine lors de l’apparition du Covid-19
il y a 17 heures 22 min
pépites > France
Dissolution
BarakaCity dénonce le gel « illégal » de ses avoirs par l'Etat
il y a 20 heures 16 min
pépites > Santé
Covid-19
Coronavirus ; la commission d’enquête parlementaire évoque des manquements des pouvoirs publics avant et pendant la crise sanitaire
il y a 21 heures 36 min
décryptage > Politique
Mort de l'ancien chef de l'Etat

Valéry Giscard d’Estaing, le plus grand président de la Ve République après De Gaulle

il y a 57 min 10 sec
décryptage > Politique
Restrictions et nouvelles mesures

Et maintenant les skieurs... Qui arrêtera le gouvernement dans sa folle (et sanitairement vaine) dérive sur les libertés publiques ?

il y a 1 heure 6 min
décryptage > Sport
Ligue des Champions

Manchester United - PSG : 1-3 Paris s'impose dans le théâtre des rêves et reprend la tête de son groupe

il y a 1 heure 26 min
décryptage > Politique
VGE

Valery Giscard d’Estaing aura donné son dernier grand entretien à…

il y a 1 heure 39 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Mindhunter" de David Fincher : entretiens avec des tueurs en série

il y a 14 heures 48 min
light > Culture
Monuments parisiens
Déconfinement : la Tour Eiffel va rouvrir dès le 16 décembre
il y a 15 heures 23 min
pépites > Santé
Endiguer la pandémie
Vaccin contre la Covid-19 : Boris Johnson attendra son tour
il y a 16 heures 19 min
light > Santé
Etat de santé
Michel Onfray a contracté la Covid-19
il y a 18 heures 35 min
pépites > Economie
Pas de cadeau
Le gouvernement ne devrait pas revaloriser pas le Smic en plus de la hausse automatique selon Jean Castex
il y a 20 heures 51 min
décryptage > Société
Moyen de transport idéal pendant la crise du Covid ?

Les e-scooters et autres trottinettes électriques sont-ils une bonne affaire pour l’environnement (et pour les entreprises qui les louent ) ?

il y a 21 heures 50 min
© ludovic MARIN / POOL / AFP
© ludovic MARIN / POOL / AFP
Masque national

Hommage aux Invalides : le discret double discours d’Emmanuel Macron

Publié le 29 mars 2018
Avec Herdé
Dans son poignant discours d’hommage au colonel Arnaud Beltrame, le président s’est élevé au-delà de son habituel mélange de catéchisme centriste et de vocabulaire managérial. Mais que penser alors de ses autres discours, ceux qu’il tenait durant sa campagne et qu’il continue de tenir aujourd’hui en d’autres occasions ? Est-ce bien le même Emmanuel Macron qui nous vantait la “start-up nation”, et qui nous parle aujourd’hui de l’attachement à la France éternelle, celle qui va “de Jeanne d’Arc au Général De Gaulle” ?
Herdé
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Herdé est le pseudonyme d’un haut-fonctionnaire français proche des Républicains, jeune énarque, normalien et agrégé de lettres.
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Dans son poignant discours d’hommage au colonel Arnaud Beltrame, le président s’est élevé au-delà de son habituel mélange de catéchisme centriste et de vocabulaire managérial. Mais que penser alors de ses autres discours, ceux qu’il tenait durant sa campagne et qu’il continue de tenir aujourd’hui en d’autres occasions ? Est-ce bien le même Emmanuel Macron qui nous vantait la “start-up nation”, et qui nous parle aujourd’hui de l’attachement à la France éternelle, celle qui va “de Jeanne d’Arc au Général De Gaulle” ?
Avec Herdé

Emmanuel Macron a su trouver les mots. Dans son poignant discours d’hommage au colonel Arnaud Beltrame, le président de la République s’est élevé au-delà de son habituel mélange de catéchisme centriste et de vocabulaire managérial. Il a donné à sa parole la hauteur et la coloration nationale que méritait l’événement. Il a, enfin, renoué avec les grands orateurs de la République. Quand on l’entend déclamer : “Soudain se levèrent obscurément dans l’esprit de tous les Français les ombres chevaleresques des cavaliers de Reims et de Patay, des héros anonymes de Verdun et des Justes, des compagnons de Jeanne et de ceux de Kieffer”, on songe à la fameuse et exaltante énumération d’André Malraux devant les cendres de Jean Moulin : “À côté de celles de Carnot avec les soldats de l'an II, de celles de Victor Hugo avec les Misérables, de celles de Jaurès veillées par la Justice, qu'elles reposent avec leur long cortège d'ombres défigurées…

Pour une fois, Emmanuel Macron n’a pas hésité à nommer l’ennemi. “Hydre islamiste” : enfin, avec force et clarté, le mot terrible est prononcé. A cet égard, il va plus loin qu’il n’avait jamais été dans ses discours précédents : “Ce ne sont pas seulement les organisations terroristes, les armées de Daesh, les imams de haine et de mort que nous combattons. Ce que nous combattons, c’est aussi cet islamisme souterrain [...] qui, sur notre sol, endoctrine par proximité et corrompt au quotidien.” On peut applaudir des deux mains ; jusqu’ici, seul Manuel Valls peut-être avait osé décrire cette réalité dans un discours officiel. Il était temps.

Il faut saluer, enfin, le bel hommage personnel qu’il rend à Arnaud Beltrame. Il savait, dit-il, que “son destin ne lui appartenait pas tout à fait, qu’il avait partie liée avec quelque chose de plus élevé que lui-même,” c’est-à-dire le service de la France. Dans une société toujours plus amollie par l’extension indéfinie des droits et libertés individuels, il est bon d’entendre dire qu’il existe aussi, parfois, des devoirs envers la patrie.

Oui, cette fois, Emmanuel Macron a su trouver les mots. Les mots de nation, de devoir, d’islamisme, de patrie. Mais que penser alors de ses autres discours, ceux qu’il tenait durant sa campagne et qu’il continue de tenir aujourd’hui en d’autres occasions ? Est-ce bien le même Emmanuel Macron qui nous vantait la “start-up nation”, et qui nous parle aujourd’hui de l’attachement à la France éternelle, celle qui va “de Jeanne d’Arc au Général De Gaulle” ? Est-ce bien le même qui incitait les jeunes à suivre leur “propre voie” et à “devenir milliardaires”, et qui nous parle aujourd’hui d’un destin qui, sans nous appartenir, renvoie à plus élevé que nous-même, le service de la patrie ? Est-ce bien lui qui nous parle aujourd’hui de lutter fermement contre l’islamisme, mais nous affirmait hier à peine que la solution se trouve tout entière dans une “école de la bienveillance” ?

Alors on reprend le discours, et on lit entre les lignes. Derrière le discours de fermeté, de grandeur national, il y a un autre discours. Emmanuel Macron nous parle d’islamisme, mais il nous parle surtout d’un meurtrier “avide de néant”. “Adeptes du néant,” vraiment, ces francs-tireurs de l’Etat islamique si pénétrés de leur foi, de leurs convictions, de leur idéologie qu’ils sont prêts à mourir pour elles ? L’Etranger d’Albert Camus, peut-être, était “avide de néant,” lui qui assassinait un homme un peu par hasard, “à cause du soleil”. Ceux qui nous massacrent aujourd’hui ne le sont pas : ils sont remplis d’un fanatisme convaincu qui n’a rien à voir avec le néant.

Emmanuel Macron proclame que “les atours religieux dont [l’islamisme] se pare ne sont que le dévoiement de toute spiritualité” ; comme si la partie religieuse du djihadisme était une simple couverture, sans lien avec l’acte lui-même. Implicitement, habilement, sans en avoir l’air, le président revient au vieux mantra du “ça n’a rien à voir avec l’islam.” Il oublie volontairement que l’islamisme ne peut surgir que de l’islam. Penser que le terrorisme islamiste n’est issu que d’une pulsion de mort nihiliste, c’est reposant, parce qu’alors personne n’est responsable. Reconnaître qu’il plonge ses racines dans les quartiers islamisés de France, voilà qui serait plus difficile à avouer.

Mais qu’importent les débats sur la cause, si nous avions au moins une réponse à apporter au djihadisme ? Malheureusement, c’est la grande absente du discours présidentiel. Emmanuel Macron n’a pas de solution. Sa seule réponse, c’est la patience. “Nous l’emporterons grâce au calme et à la résilience des Français,” par la confiance “dans le triomphe ultime du droit et de la justice,” assure-t-il. Beaux sentiments en apparence, mais que signifient-ils au fond ? Que rien ne va changer. Notre droit ne sera pas adapté à la menace islamiste, et les Français devront simplement souffrir en silence, en attendant que “ça” passe. Emmanuel Macron ne peut que s’adresser aux potentiels islamistes, à ces “jeunes” à qui il faisait auparavant miroiter la vie de milliardaire, et faire appel à leur bonne volonté : plutôt que de devenir islamistes, devenez gendarmes. Il n’est pas certain que la requête soit entendue.

Le président réalise donc l’exploit de tenir un double langage dans le même discours. A travers certains mots, certaines expressions, il s’est permis des audaces qui vont dans la bonne direction, celle de la fierté nationale et de la fermeté dans la lutte. Mais au fond, rien n’a changé : entre les lignes, à voix basse mais avec clarté, il nous dit qu’il ne s’attaquera jamais frontalement à l’islamisme, alors que c’est précisément là qu’il faudrait mener le combat.

On comprend alors pourquoi, sachant parfois trouver les mots, Emmanuel Macron ne trouve jamais les actes. Depuis son arrivée au pouvoir, il a demandé à ses préfets et aux services de renseignement de faire le maximum en matière de sécurité et de lutte contre le terrorisme. Mais le meilleur préfet du monde ne peut donner que ce qu’il a. Le président ne leur a donné aucun nouveau moyen, ni matériel, ni législatif. Contre le terrorisme, notre administration roule en deux chevaux. Le président lui demande d’accélérer, mais sans changer de voiture. Or devant la menace islamiste, aucun discours, aussi poignant soit-il, ne pourra jamais lutter contre la montée inexorable de la réalité.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (21)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
l'enclume
- 30/03/2018 - 18:48
Sorry
Sorry
Au lieu de vous fatiguer
l'enclume
- 30/03/2018 - 18:48
Faut pas tout confondre
Au lieu de vous fatiguez à commenter les discours de Macron. Faites comme moi, dès que je vois sa tronche à la télé, je zappe. Depuis Mai 2017, je n'écoute plus aucune radio.
MIMINE 95
- 30/03/2018 - 08:59
Macron est un jésuite, il acommandé un discours de circonstances
à ses nèg..s .Le lyrisme, le théâtre , l'hypocrisie .... c'est la base . Il fallait le voir le petit durant sa campagne, débiter des phrases vides en moulinant l'air avec ses petits bras, tandis que le fan club à un neurone du premier rang beugler sur ordre ...et que croyez vous qu'il arriva ?...Faut croire que les français adôôôrent qu'on les prennent pour des C..s. Il a , presque !, nommer l'ennemi , encore 1000 morts et il dira peut être islam- "ique "...