En direct
Best of
Best of du 14 au 20 novembre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Elon Musk est devenu le 2ème homme le plus riche au monde et voilà pourquoi la France aurait singulièrement besoin de s'inspirer

02.

Filmés en train de violenter un producteur de musique dans l'entrée d'un studio 3 policiers parisiens (qui l'ont accusé, à tort, de rébellion) suspendus

03.

Le veganisme bon pour la santé ? Pas pour les os en tous cas, une large étude révèle un risque nettement supérieur de fracture

04.

70.000 euros par mois en 2019, une Bentley, un bateau, des appartements et maisons, le ministre de la Justice dévoile son patrimoine

05.

« La France aimez-la ou quittez-la ». Et qui a dit ça ? Le secrétaire général de la Ligue islamique mondiale !

06.

À la veille du Black Friday, des employés d'Amazon Allemagne se mettent en grève

07.

Et le navire de la gauche vint se briser sur l’écueil de l’Islam…

01.

Julie Gayet tente de sauver son couple, Ingrid Chauvin liquide le sien, celui de Nabilla tangue; Sophie Marceau fait des câlins aux arbres, Aya Nakamura se la pète; Meghan Markle & Katy Perry, voisines et ennemies, Kylie & Kendall Jenner soeurs et idem

02.

Boycott de CNews : quand Decathlon veut faire du profit sur le dos de la liberté d’expression

03.

PSG-LEIPZIG : 1-0 Les Parisiens préservent leurs chances en remportant une victoire inquiétante

04.

Le veganisme bon pour la santé ? Pas pour les os en tous cas, une large étude révèle un risque nettement supérieur de fracture

05.

Carnage en vue sur les banques européennes ?

06.

Migrants de la place de la République : "damned if you do, damned if you don't"

01.

Quand Barack Obama démontre que Nicolas Sarkozy est juif

02.

Covid-19 : Emmanuel Macron annonce enfin (et sans en avoir l’air) un changement de stratégie

03.

Immigration : les dernières statistiques révèlent l'ampleur des flux vers la France. Mais qui saurait les contrôler ?

04.

Barbara Pompili et Eric Dupond-Moretti annoncent la création d'un "délit d'écocide"

05.

Aucun lien entre le terrorisme et l'immigration !

06.

Martin Gurri : "Les vents de révolte ne sont pas prêts d’arrêter de souffler en Occident car nos élites et institutions ne sont plus adaptées au monde actuel"

ça vient d'être publié
light > Insolite
Aux décibels
Si le comptoir vous manque, vous pouvez toujours écouter le brouhaha des cafés en streaming
il y a 9 heures 34 min
pépites > Justice
Bavure
Filmés en train de violenter un producteur de musique dans l'entrée d'un studio 3 policiers parisiens (qui l'ont accusé, à tort, de rébellion) suspendus
il y a 10 heures 42 min
pépites > France
Justice
Quatre adolescents placés en garde à vue dans le cadre de l'enquête de l'assassinat de Samuel Paty
il y a 11 heures 41 min
décryptage > Economie
Atlantico Business

Macron : tout faire pour éviter une contamination de la grogne sociale et surtout une résurgence poujadiste.

il y a 14 heures 13 min
décryptage > France
Derrière les annonces

Ce qui se cache vraiment derrière "l'inégal sens des responsabilités" évoqué par Emmanuel Macron à propos des failles françaises face au Covid

il y a 14 heures 53 min
pépites > Style de vie
Cash
70.000 euros par mois en 2019, une Bentley, un bateau, des appartements et maisons, le ministre de la Justice dévoile son patrimoine
il y a 16 heures 2 min
décryptage > Religion
Enfin Allah devient sélectif

« La France aimez-la ou quittez-la ». Et qui a dit ça ? Le secrétaire général de la Ligue islamique mondiale !

il y a 16 heures 22 min
pépites > Politique
Communication
Voici ce qu'il faut retenir du discours de Jean Castex sur l'allègement du confinement
il y a 16 heures 41 min
décryptage > Environnement
Coeur de l'atome

Haro sur le nucléaire et l'hydraulique: l’Europe frappée d’imbécillité énergétique ?

il y a 16 heures 48 min
décryptage > France
Première vague

Immigration : les dernières statistiques révèlent l'ampleur des flux vers la France. Mais qui saurait les contrôler ?

il y a 17 heures 7 min
pépites > Politique
Bien installé
Selon un sondage, Laurent Wauquiez remporterait largement les régionales en Auvergne-Rhône-Alpes
il y a 10 heures 22 min
pépites > International
Problème Européen
À la veille du Black Friday, des employés d'Amazon Allemagne se mettent en grève
il y a 11 heures 21 min
rendez-vous > Politique
Revue de presse des hebdos
L’actualité grise Macron dans « sa vision romanesque de la vie »; Le PS clarifie sa ligne sur la laïcité, EELV s’embrouille sur la sienne; Hidalgo s’inquiète de l’impact du gauchisme des Verts (sur son image); Mélenchon peu présidentiable aux yeux des Fra
il y a 12 heures 2 min
décryptage > Environnement
Ecologie

Ecocide : entre impensés, mal-pensé et arrières pensées, un nouveau délit à l’application piégée

il y a 14 heures 25 min
pépite vidéo > Sport
R.I.P
Maradona s'en va, les Argentins célèbrent leur héros national
il y a 15 heures 40 min
décryptage > International
Les yeux ouverts

Le grand défi d’Aliyev

il y a 16 heures 13 min
décryptage > Politique
Fluctuat et mergitur

Et le navire de la gauche vint se briser sur l’écueil de l’Islam…

il y a 16 heures 30 min
décryptage > Sport
Dieu du football

Maradona, l’immortalité haut le pied

il y a 16 heures 42 min
décryptage > France
Aimons nous les uns les autres

Après la résilience, la bienveillance : peut-on gouverner efficacement un pays avec des objectifs de développement personnel ?

il y a 16 heures 57 min
décryptage > France
Génie

Elon Musk est devenu le 2ème homme le plus riche au monde et voilà pourquoi la France aurait singulièrement besoin de s'inspirer

il y a 17 heures 18 min
© CHRISTOPHE ARCHAMBAULT / AFP
© CHRISTOPHE ARCHAMBAULT / AFP
Fiasco

Mais pourquoi le PS est-il descendu dans la rue aux côtés des grévistes après avoir mené la même politique en substance - si ce n’est en degré - qu’Emmanuel Macron depuis 1983 ?

Publié le 24 mars 2018
Olivier Faure, qui sera bientôt intronisé secrétaire du Parti socialiste, a manifesté jeudi, à Paris. Chahuté, il a été obligé de quitter le cortège.
Éric Verhaeghe
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Éric Verhaeghe est le fondateur du cabinet Parménide et président de Triapalio. Il est l'auteur de Faut-il quitter la France ? (Jacob-Duvernet, avril 2012). Son site : www.eric-verhaeghe.fr Il vient de créer un nouveau site : www...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Olivier Faure, qui sera bientôt intronisé secrétaire du Parti socialiste, a manifesté jeudi, à Paris. Chahuté, il a été obligé de quitter le cortège.

Atlantico : Alors que le nouveau premier secrétaire du PS, Olivier Faure, a été obligé de quitter le cortège de la mobilisation de ce 22 mars, ce que l'Obs a qualifié de "fiasco", en quoi ce fait peut-il révéler une forme de mort intellectuelle d'un parti incapable de se différencier, auprès des manifestants, de la politique d'Emmanuel Macron, eu égard au "virage libéral" de 83, mais surtout du quinquennat de François Hollande ? 

Éric Verhaeghe : Il faut reconnaître que la première sortie médiatique d'Olivier Faure à la tête du parti socialiste n'est pas une grande réussite. Il aurait définitivement voulu illustrer le divorce entre le parti socialiste et le monde ouvrier (au sens symbolique du terme), il ne s'y serait pas pris autrement. On a pu vérifier que la reconstruction du lien entre les socialistes et les héritiers du prolétariat serait très longue. En l'espèce, il y avait une hypocrisie à participer à une manifestation qui proteste contre une mesure initialement prise par un gouvernement porté par le parti socialiste. C'est en effet la majorité de François Hollande qui a décidé de transposer en droit français l'obligation européenne d'ouvrir le transport ferroviaire de voyageurs. Cette décision est à l'image de nombreuses autres mesures prises ou portées par le parti socialiste depuis une trentaine d'années. Elle est à rebours du protectionnisme de la "France profonde". Pour le Parti socialiste, ce sera une véritable gageure que d'échapper à cette ornière. 

Le PS peut-il aujourd’hui prétendre incarner autre chose qu'un parti social-libéral tout en se voulant se voir et se vivre comme l'héritier de Jaurès ou de Rosa Luxembourg ? 

​Je ne suis pas sûr que l'héritage de Rosa Luxembourg soit encore revendiqué par le parti socialiste. Celui de Jaurès l'est, mais comme un Nicolas Sarkozy pouvait lui-même le revendiquer. Il s'agit plus d'un héritage moral et symbolique que d'un héritage idéologique. Le Parti Socialiste s'est en effet constitué depuis une trentaine d'années comme un parti de notables portant les valeurs des notables et des élites. Son ancrage est profondément du côté de l'Union Européenne, de l'espérance attachée à un marché unique, mais aussi du côté des grandes entreprises et de leurs intérêts. C'est plus un parti de domination sociale qu'un parti social libéral, avec la conviction que les plaies du capitalisme doivent être soignées à coup de politiques sociales qui renforcent l'emprise de l'Etat sur la société. D'un côté, dispositions favorisant l'émergence d'une économie du grand capital, de l'autre pression fiscale pour en financer les inconvénients. Telle est la vision du parti socialiste depuis 30 ans, et c'est cette vision qui en constitue l'identité politique.

En quoi ce changement d'orientation politique initiée en 1983 a-til pu produire une modification structurelle de l'électorat du parti, de la perte des classes populaires, et de l'attrait qu'il a pu représenter pour des classes supérieures ? En quoi ce changement peut-il empêcher un retour du parti sur ses bases, et expliquer le rejet d'Olivier Faure ? 

​Le tournant de 1983 fut largement porté par Jacques Delors, plus sur le principe de la fameuse désinflation compétitive que de la rigueur. Jacques Delors voulait rompre le cycle de l'augmentation des salaires qui nourrissait une inflation élevée et favorisait donc l'Allemagne, dont les prix à la production évoluaient peu, et qui gagnait ainsi en compétitivité. L'idée était qu'il fallait rapprocher, faire converger les conditions de compétitivité de la France et de l'Allemagne. D'où des mesures difficiles de modération salariale qui ont fait entrer la crise économique dans la vie des Français. Ce fut la grande rupture entre le "prolétariat" et les élites. A cette époque, les ouvriers français n'avaient pas encore clairement compris ce qui les attendait. Les productions manufacturières ont en effet entamé une lente mais inexorable phase de délocalisation, du fait de l'ouverture des frontières et de la constitution d'un marché unique. La France a ouvert ses frontières à ses voisins, a supprimé ses barrières douanières, et a mis en concurrence directe des usines avec celles des pays à plus bas coûts ou à qualité difficile à contester. Les ravages furent terribles, notamment dans le secteur textile, puis dans la métallurgie. Ce sont ces choix stratégiques, d'une ouverture des frontières couplée à une dégradation des termes de la compétitivité due à une amélioration constante des protections dont bénéficient les salariés, qui ont condamné les classes populaires à une précarité. 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (2)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Deudeuche
- 25/03/2018 - 09:42
Oui excellent article
Qui se termine sur l’inadéquation “de la protection constante des salariés” et donc de l’abandon des autres à l’ouverture des frontières. C’est un problème que les vieux croûtons 68ards du PS quasi tous fonctionnaires ne peuvent pas comprendre. Super Macron libertaire va régler leur statut.doucement mais sûrement!
Ganesha
- 24/03/2018 - 15:28
Pravda ! Glasnost ! Perestroïka !
Il y a des jours ''comme cela'', où un chroniqueur se décide subitement à dire ''tout simplement'', la Vérité ! La lecture de cet article devrait être imposée, de façon quotidienne, comme celle de la Bible ou du Coran, aux nombreux vieux croûtons au cerveau ratatiné qui végètent sur ce site en radotant sans relâche que l'unique cause de la Crise dans notre pays, c'est ''la politique gauchiste'' menée par les gouvernements successifs depuis plus de trente ans !