En direct
Best of
Best of du 9 au 15 janvier
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Il paraît qu'on ne peut pas accueillir toute la misère du monde. Mais qui est responsable de toute la misère du monde ?

02.

La fatigue de l’épidémie, cet élément historiquement documenté, qu’ignore superbement le gouvernement français

03.

Une étude démontre que les crises cardiaques pourraient être détectées des années à l’avance en surveillant le niveau de calcium dans les artères

04.

Communication politique : Jean Castex et Olivier Veran, perdus pour la France

05.

Nouvelle colère d'Emmanuel Macron, cette fois contre certains ministres

06.

La Cour européenne des droits de l’homme (CEDH) confirme l’illégalité de la publication d’enregistrements de Mme Bettencourt par Mediapart

07.

Covid-19 : les modèles d’efficacité sanitaire asiatiques, impossibles à reproduire en Europe ? 5 arguments pour démonter une imposture intellectuelle

01.

Ces impensés de l’affaire Duhamel que masque son intense médiatisation

02.

La fatigue de l’épidémie, cet élément historiquement documenté, qu’ignore superbement le gouvernement français

03.

Comment basculer vos groupes de conversations WhatsApp sur Signal

04.

Les complotistes et autres trumpistes ou Gilets jaunes radicalisés, enfants monstrueux de la déconstruction, de la cancel culture et des guérilleros de la justice sociale

05.

Vers une nouvelle grande vague de froid sibérien sur la France ?

06.

La grande épuration : mais pourquoi la Silicon Valley se comporte-t-elle comme si elle voulait donner raison aux complotistes à la QAnon ?

01.

Ces impensés de l’affaire Duhamel que masque son intense médiatisation

02.

Affaire Olivier Duhamel : Alain Finkielkraut, ne sera plus chroniqueur de l’émission 24h Pujadas, diffusée sur LCI

03.

La grande épuration : mais pourquoi la Silicon Valley se comporte-t-elle comme si elle voulait donner raison aux complotistes à la QAnon ?

04.

Les complotistes et autres trumpistes ou Gilets jaunes radicalisés, enfants monstrueux de la déconstruction, de la cancel culture et des guérilleros de la justice sociale

05.

Olivier Duhamel bénéficiait d'un réseau d'influence et de puissantes protections

06.

Il donne un coup de boule au principal de son collège. Ouf il ne l’a pas décapité…

ça vient d'être publié
pépites > Politique
« Cher Tayyip »
Emmanuel Macron et Recep Tayyip Erdogan s'écrivent pour apaiser les tensions
il y a 1 jour 7 heures
pépites > Justice
Révélations de Mediapart
Justice : enquête ouverte contre Nicolas Sarkozy pour « trafic d’influence » dans le cadre d’activités de conseil pour le groupe russe Reso-Garantia
il y a 1 jour 12 heures
pépites > Politique
Jupiter
Nouvelle colère d'Emmanuel Macron, cette fois contre certains ministres
il y a 1 jour 13 heures
décryptage > International
Démocratie américaine en danger

Assaut sur le Capitole : autopsie de trois jours de folies américaines

il y a 1 jour 13 heures
pépite vidéo > Santé
Eviter la pénurie
Le PDG de Moderna, Stéphane Bancel, alerte sur la question de l'approvisionnement des vaccins pour l'hiver prochain
il y a 1 jour 14 heures
décryptage > International
Université de Bogazici

Révolte étudiante à Istanbul ou les prémices d’un printemps turc

il y a 1 jour 15 heures
pépites > Santé
Coronavirus
Bruno Le Maire et Gabriel Attal indiquent qu'un confinement est toujours possible
il y a 1 jour 15 heures
décryptage > Santé
Espoir

Une étude démontre que les crises cardiaques pourraient être détectées des années à l’avance en surveillant le niveau de calcium dans les artères

il y a 1 jour 16 heures
décryptage > Environnement
instrumentalisation judiciaire

Procès contre l’inaction de l’Etat : l’affaire du siècle est aussi la pire imaginable pour... le climat lui-même

il y a 1 jour 16 heures
décryptage > Santé
Urgence sanitaire

Face à la Covid-19, finissons-en avec l’amateurisme public ! Le diagnostic implacable de fonctionnaires de la santé

il y a 1 jour 17 heures
rendez-vous > Consommation
Atlantic-tac
Quand les billes précisent le moment et quand les disques détournent les heures : c’est l’actualité hivernale des montres
il y a 1 jour 10 heures
pépites > Santé
Pénurie
Le maire de Neuilly-sur-Seine déplore que les quantités de vaccins annoncées ne soient pas au rendez-vous
il y a 1 jour 12 heures
pépites > Santé
Coronavirus
La présence du virus dans les eaux usées de l'Ile-de-France en forte augmentation
il y a 1 jour 13 heures
pépites > Santé
Bug
Après avoir été volontairement fermé hier le site Santé.fr de rendez-vous pour les vaccinations est ouvert en version simplifiée aujourd'hui
il y a 1 jour 14 heures
décryptage > France
Couvre-feu à 18h

La fatigue de l’épidémie, cet élément historiquement documenté, qu’ignore superbement le gouvernement français

il y a 1 jour 14 heures
décryptage > International
Guerre de l'information

A propos d’infox : la tentation de Joe Biden de suivre la politique des néoconservateurs

il y a 1 jour 15 heures
décryptage > Santé
Mesures efficaces contre le virus

Covid-19 : les modèles d’efficacité sanitaire asiatiques, impossibles à reproduire en Europe ? 5 arguments pour démonter une imposture intellectuelle

il y a 1 jour 15 heures
décryptage > Economie
Impact économique de la pandémie

Records à l’export : la Chine est-elle en train de gagner une bataille... ou la guerre des puissances commerciales ?

il y a 1 jour 16 heures
décryptage > France
"Je ne livre pas les Juifs"

Il paraît qu'on ne peut pas accueillir toute la misère du monde. Mais qui est responsable de toute la misère du monde ?

il y a 1 jour 16 heures
pépites > Politique
Voile
Aurore Bergé dépose un amendement interdisant le port du voile aux petites filles
il y a 1 jour 17 heures
© Reuters
© Reuters
2e round

Sarkozy contre la Justice : l'ancien président reprend le dessus... pour l'instant

Publié le 23 mars 2018
Sur TF1, l'ex-chef de l'Etat est venu défendre longuement son honneur, pour convaincre les Français qu'il "n’a jamais trahi leur confiance".
Anita Hausser
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Anita Hausser, journaliste, est éditorialiste à Atlantico, et offre à ses lecteurs un décryptage des coulisses de la politique française et internationale. Elle a notamment publié Sarkozy, itinéraire d'une ambition (Editions l'Archipel, 2003)....
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Sur TF1, l'ex-chef de l'Etat est venu défendre longuement son honneur, pour convaincre les Français qu'il "n’a jamais trahi leur confiance".

"O rage, ô désespoir !... Qu'ai-je donc fait pour mériter tant d'infamie", aurait pu clamer Nicolas Sarkozy au 20H de TF1. Mis en examen pour corruption passive, financement illégal de campagne électorale et recel de détournement de fonds publics libyens, l'ancien président est un homme indigné, blessé et en colère qui s'estime traité injustement, et attaqué dans son honneur. C'est cet honneur d'ancien chef de l'Etat qui a représenté la France pendant cinq ans qu'il est venu défendre longuement à la télévision afin de convaincre les Français qu"'il n’a jamais trahi leur confiance". Un plaidoyer qui a laissé peu  de place au présentateur Gilles Bouleau, pour "creuser" les détails d'un sujet qui a connu de nombreux rebondissements depuis que les premières allégations libyennes ont été lancées à travers Mediapart, au moment où Nicolas Sarkozy a reçu l'opposition libyenne à l'Elysée en 2011, avant de lancer l'offensive contre le régime de Kadhafi. L'ancien président n'a pas de mots assez durs contre le patron de Mediapart.

Nicolas Sarkozy  nie depuis toujours avec la plus grande énergie avoir bénéficié d'argent libyen pour financer sa campagne de 2007 et fait valoir que les accusations dont il est l'objet portent uniquement sur des témoignages  émanant d'anciens dignitaires libyens , dont le fils de Mouammar Kadhafi, la "bande Kadhafi" et de l'intermédiaire Ziad Takiedine, "un escroc" selon Nicolas Sarkozy, car l'authenticité d'un document attestant d'un  transfert d'argent est un faux. En fait cette authenticité est controversée, mais le caractère "faux" n'est pas établi. "Il n'y a pas  une preuve matérielle, il n'y a que la haine, la boue, la médiocrité, la calomnie", a lancé avec véhémence Nicolas Sarkozy. Quant à l'argent liquide qui a circulé pendant sa campagne, on ne parle pour l'heure que de 38.000 euros, une paille par rapport aux cinquante millions dont il aurait bénéficié. Nicolas Sarkozy a beau jeu de faire valoir qu'il n'a été questionné que là dessus et non sur les pseudo cinquante millions que la Libye aurait versé ... Ce qui met Nicolas Sarkozy hors de lui, c'est que l'on mette sur le même plan sa parole , celle "d'un ancien Président de la République" et celle d'"assassins, de criminels, de délinquants", des mots que les Français peuvent entendre .

L'ancien Président est-il traité de manière inéquitable ? Il s'efforce de montrer que c'est le cas... ." Je  ne suis pas au dessus des lois, je ne suis pas en dessous non plus". Excepté le fait qu'il ait pu rentrer dormir chez lui pendant quelques heures durant sa garde à vue, Nicolas Sarkozy raconte qu'il n'a été prévenu que dix minutes avant le début de sa garde à vue, que les juges lui ont  refusé le statut de témoin assisté, et  il s'indigne contre le contrôle judiciaire qui lui est infligé, (-D'ailleurs il va faire appel de ce contrôle, Thierry Herzog, son avocat l'a annoncé sur RTL ce vendredi matin), avec une mention particulière pour l'interdiction  de rencontrer l'ancien secrétaire général de l'Elysée Claude Guéant  (soupçonné d'avoir acquis son appartement à travers des circuits opaques ) ,et Brice Hortefeux , son ami de quarante ans: " qu'est ce qui justifie de ne plus le voir?", questionne-t-il avant de prendre les Français à témoin : " Quand vous pensez que l'instruction a commencé il y a cinq ans... si j'avais eu à me mettre d'accord sur quoi que ce soit avec eux,(ndlr Guéant et Hortefeux), j'avais cinq ans pour le faire". Mais en même temps il a pris soin de se démarquer de ces deux protagonistes, ce qui laisse entendre que Nicolas Sarkozy érige une barrière entre sa personne et sa campagne électorale et que si procès il doit y avoir, ce sera chacun pour soi. De toute façon, a-t-il prévenu, "cela me prendra un an, cinq ans, dix ans, je pourfendrai cette bande et je ferai triompher mon honneur". Des mots quelque peu grandiloquents destinés à émouvoir autant qu'à convaincre et à rassurer les 48,5% des Français qui ont voté pour lui en 2012, même si aujourd'hui "la politique c'est fini" pour lui.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (12)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
l'enclume
- 24/03/2018 - 10:22
Les mythes ont la vie dure
Cher(e)s toutes et tous, vous connaissez la dernière ? Ganesha a touché 5 millions de la part des mafieux Lybiens pour enfoncer Sarkopzy.
Pharamond
- 24/03/2018 - 09:31
Une Commission
Le doute s'est installé, qu'on le veuille ou non, sur le fonctionnement de la justice,tout au moins dans les affaires politico-finançières. Il est temps de constituer une Commission d'étude,d'enquête,appelons la comme on voudra,composée de politiques,de journalistes spécialisés dans les affaires judiciaires,voire même de juristes d'autres pays européens qui analysera en profondeur ce problème, sans a-priori. Le sentiment de la prédominance des opinions politiques dans l'application de la Loi chez certains magistrats est trop présente pour l'ignorer. Il en va de la confiance et du respect que l'on éprouve à leur égard.
Ganesha
- 24/03/2018 - 09:24
Cloette, et quelques autres... fascination ?
Vous avez avoué un jour votre fascination envers le personnage du tueur en série Nordhal Lelandais. Vous faites donc partie de ces femmes qui fantasment sur les menteurs et les assassins ? Vous vous obstinerez à vouloir croire à l'innocence complète de Nicolas Sarkozy, malgré le tintamarre épouvantable de toutes les casseroles qu'il traîne derrière lui, jusqu'à ce qu'on retrouve son adn sur une liasse de billets ?