En direct
Best of
Best of du 17 au 23 octobre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Plus odieuse que les caricatures de Mahomet, la caricature d'Erdogan

02.

Parcs, plages et autres interdictions de promenade : ces mesures du premier confinement qu’aucune efficacité sanitaire ne justifie

03.

Un sondage dévastateur pour Macron et aussi, hélas, pour la France

04.

Les investissements s’effondrent et signent la fin d’une mondialisation effrénée… Sauf pour la Chine, grande gagnante de la crise

05.

Voici comment et pourquoi Hollande et le CFCM sont bizarrement devenus islamophobes

06.

Reconfinement généralisé : les failles (masquées) de la détermination affichée par Emmanuel Macron

07.

COVID-19 : mais où en est la Chine ?

01.

L‘épargne des Français va nous sauver de la ruine et financer l’argent magique de la relance : démonstration

02.

Stéphane Plaza se fait larguer pour un plus jeune; Laeticia Hallyday plaque Pascal; Sia adopte des adultes; Kylian Mbappé récupère l'ex de Neymar; Marlène Schiappa aime les hommes, Britney Spears profite

03.

Bahar Kimyongür : "Dans sa fuite en avant, Erdogan n'hésitera pas à faire flamber le danger islamiste en France"

04.

Ce qui s'est vraiment passé au sein du ministère de l'Education nationale dans les jours ayant précédé la mort de Samuel Paty

05.

« Qu'est-ce que ce pays qui a perdu la tête ? » Clémentine Autain a fait mine d'oublier que c'est Samuel Paty qui avait perdu la sienne

06.

Le gouvernement fait peser la totalité du poids de l’épidémie sur les soignants et sur les Français. Y a-t-il un moyen de le forcer à assumer enfin ses responsabilités ?

01.

François Hollande : "une partie minoritaire de la gauche a pu manifester une étrange tolérance envers l’islam"

02.

Un sondage dévastateur pour Macron et aussi, hélas, pour la France

03.

Islamisme : pour Alain Juppé, "plus que du séparatisme, c'est un esprit de conquête"

04.

Mais qu’est ce qu’ont vraiment loupé les partis pour que 79% des Français soient désormais prêts à un vote anti-système ?

05.

Islamo-gauchisme : les lendemains ne chantent plus, c'est interdit

06.

Voici comment et pourquoi Hollande et le CFCM sont bizarrement devenus islamophobes

ça vient d'être publié
décryptage > Sport
Moïse prophète en son Paris

Basaksehir/PSG : Paris, sauvé des eaux par Moïse

il y a 4 min 52 sec
décryptage > Consommation
Leçons du 1er confinement

Pénuries de (re)confinement : voilà ce que vous devriez acheter pour affronter novembre (et non, on ne vous parle pas de papier toilette)

il y a 56 min 37 sec
décryptage > France
Pression sur l'exécutif

Meurtre de Samuel Paty, islam et liberté d’expression : réseaux sociaux arabes, élites anglo-saxonnes, l’étau fatal qui étrangle la France

il y a 1 heure 51 min
décryptage > Economie
"Quoi qu'il en coûte"

Reconfinement : le prix que nous sommes prêts à payer pour sauver une vie est-il en train de flamber ?

il y a 2 heures 49 min
décryptage > Santé
"Tester, alerter, protéger"

Reconfinement généralisé : les failles (masquées) de la détermination affichée par Emmanuel Macron

il y a 3 heures 44 min
décryptage > France
Non, non et non

La phrase terrible du président du CFCM : "il faut savoir renoncer à certains droits"...

il y a 4 heures 22 min
pépites > France
Coronavirus
La France et l'Europe débordées par le virus : l'Hexagone se reconfine mais laisse ses établissements scolaires ouverts, nouvelles restrictions en Allemagne pendant un mois
il y a 4 heures 41 min
pépite vidéo > France
Pays confiné jusqu’au 1er décembre
Reconfinement et nouvelles mesures : retrouvez l’intégralité de l’intervention d’Emmanuel Macron
il y a 14 heures 51 min
pépites > Economie
Impact de la crise
Celio va fermer 102 magasins en France, 383 emplois sont menacés
il y a 18 heures 53 min
light > Culture
Amoureux des mots
Mort d'Alain Rey à l'âge de 92 ans
il y a 20 heures 54 min
pépite vidéo > France
Pensées aux victimes
Attaque à Nice : l’Assemblée nationale observe une minute de silence
il y a 30 min 30 sec
décryptage > Société
Second Impact du Covid-19

Petits conseils pour gérer son anxiété face à une actualité déprimante et angoissante

il y a 1 heure 12 min
décryptage > Santé
Bis repetita

Isolement des cas positifs : le ratage massif qu’Emmanuel Macron feint de ne pas voir (et qui pourrait faire échouer le 2ème déconfinement)

il y a 2 heures 21 min
pépites > France
Enquête en cours
Attaque à l'arme blanche à Nice, l'auteur a été interpellé
il y a 2 heures 58 min
décryptage > International
Mais qu'est-ce qu'ils allaient faire dans cette galère ?

Plus odieuse que les caricatures de Mahomet, la caricature d'Erdogan

il y a 4 heures 21 min
décryptage > Economie
Atlantico Business

Les investissements s’effondrent et signent la fin d’une mondialisation effrénée… Sauf pour la Chine, grande gagnante de la crise

il y a 4 heures 24 min
pépites > Europe
UE
L’eurodéputé Pierre Larrouturou débute une grève de la faim pour réclamer une taxe sur la spéculation financière
il y a 14 heures 39 min
pépites > Politique
"Tester, alerter, protéger"
Covid-19 : Emmanuel Macron annonce l’instauration d’un reconfinement national dès vendredi
il y a 15 heures 38 min
light > France
Festivités annulées
Lyon : la Fête des Lumières 2020 n'aura pas lieu
il y a 20 heures 28 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Impossible" de Erri de Luca : huis-clos entre un accusé et son juge. Un roman puissant lu par deux comédiens talentueux

il y a 21 heures 46 min
© LOIC VENANCE / AFP
© LOIC VENANCE / AFP
Bonnes feuilles

Comment les géant du net ont imposé un nouveau puritanisme progressiste

Publié le 18 mars 2018
L’hypocrisie est mal comprise. En la classant dans la catégorie des maladies sociales, nous passons à côté de sa véritable valeur. Nous oublions qu’elle est le socle de notre société. Une méprise d’autant plus inquiétante que le monde actuel est en train de se bâtir sur son déni. Extrait de "Éloge de l’hypocrisie" d'Olivier Babeau, aux éditions du Cerf (2/2).
Olivier Babeau
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Olivier Babeau est essayiste et professeur à l’université de Bordeaux. Il s'intéresse aux dynamiques concurrentielles liées au numérique. Parmi ses publications:   Le management expliqué par l'art (2013, Ellipses), et La nouvelle ferme des...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
L’hypocrisie est mal comprise. En la classant dans la catégorie des maladies sociales, nous passons à côté de sa véritable valeur. Nous oublions qu’elle est le socle de notre société. Une méprise d’autant plus inquiétante que le monde actuel est en train de se bâtir sur son déni. Extrait de "Éloge de l’hypocrisie" d'Olivier Babeau, aux éditions du Cerf (2/2).

La photo est assez innocente : on y voit une jeune femme en maillot de bain au bord d’un lac. Face à elle, un homme souriant, son fiancé, lui touche légèrement un sein. Elle vaudra à Laraine Cook, l’infortunée protagoniste du cliché posté sur Facebook en 2013, d’être renvoyée par le lycée de l’Idaho où elle entraînait l’équipe de basket.

Si Internet symbolisait à ses débuts la liberté de tout dire, la possibilité de transgresser à son gré, ce n’est déjà plus le cas.

La censure a fourbi ses armes. Un temps dépassés, les États ont fini par réagir et se doter de moyens inédits pour contrôler les discours autant, et peut-être même plus, que les actions.

La censure prend d’abord la forme de cette pudibonderie imbécile qui, au nom d’une supposée protection de l’enfance, exclut automatiquement toute image qui pourrait s’apparenter à de la nudité. Ont été censurées par Facebook les images représentant la petite Sirène de Copenhague, L’Origine du Monde de Gustave Courbet et une statue de Neptune située – comme le nom l’indique – sur la Piazza del Nettuno à Bologne. Mais les œuvres d’art ne font pas seules les frais de la pudeur nouvelle d’Internet. Des publicités pour le cancer du sein, des photos historiques – comme la petite fille brûlée au napalm – sont de la même façon interdites de réseau. À chaque fois, le réseau social adresse son message type :

L’utilisation de cette image n’a pas été approuvée car elle constitue une violation des directives de Facebook en matière de publicité. Le contenu de cette image est sexuellement explicite et montre le corps de façon excessive, en se concentrant de façon superflue sur certaines parties du corps.

On pourra arguer de l’imperfection de l’algorithme pour expliquer ces censures intempestives – réparées depuis. Mais elles montrent malgré tout ce que chacun de nous sait désormais : le Web n’est pas une fenêtre sur le monde, c’est un écran où nous est servi ce que l’on veut que nous voyions. Un écran particulier de plus, puisque comme le télécran de 1984 d’Orwell, il est aussi une caméra qui nous scrute en permanence.

À travers les géants du Net, c’est en fait un nouveau puritanisme progressiste, comme l’appelle Frédéric Mas, qui s’impose au monde entier(1) . Dans Coming apart, le politologue Charles Murray décrit la nouvelle forme de ségrégation sociale qui isole les élites politiques, économiques et intellectuelles aux États-Unis et leur permet de développer une bulle sociale où l’idéologie progressiste est hégémonique(2) . Tous issus des mêmes universités et lieux de formation, ce groupe de milliardaires a les moyens d’étendre son emprise grâce aux entreprises qu’ils contrôlent. Il s’agit aujourd’hui de la plus puissante force de diffusion de la bien-pensance contemporaine.

Petit à petit, notre société devient une maison de verre. Le développement accéléré de l’hypersurveillance est sans doute le phénomène le plus frappant de ces vingt dernières années. On peut même dire que, bien avant de servir à la communication, les nouvelles technologies numériques ont été employées à deux choses : satisfaire le besoin de sexe des individus – j’en ai parlé – et permettre aux États et aux entreprises de nous surveiller plus étroitement que jamais. À l’heure où j’écris ces lignes, chaque jour apporte son lot de nouvelles pratiques de surveillances, de nouvelles technologies intrusives. Chaque jour, des digues réglementaires cèdent, les lignes de la tolérance bougent.

1. Voir son article sur le blog Contrepoints du 10 août 2017 : « Google au service du nouveau puritanisme progressiste ? »

2. C. Murray, Coming Apart : The State of White America, 1960-2010, Crown Forum, 2013.

Extrait de "Éloge de l’hypocrisie" d'Olivier Babeau, aux éditions du Cerf

"Éloge de l'hypocrisie" d'Olivier Babeau

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (0)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Pas d'autres commentaires