En direct
Best of
Best of du 2 au 8 janvier
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

La fatigue de l’épidémie, cet élément historiquement documenté, qu’ignore superbement le gouvernement français

02.

Il paraît qu'on ne peut pas accueillir toute la misère du monde. Mais qui est responsable de toute la misère du monde ?

03.

Communication politique : Jean Castex et Olivier Veran, perdus pour la France

04.

La Cour européenne des droits de l’homme (CEDH) confirme l’illégalité de la publication d’enregistrements de Mme Bettencourt par Mediapart

05.

Nouvelle colère d'Emmanuel Macron, cette fois contre certains ministres

06.

Une étude démontre que les crises cardiaques pourraient être détectées des années à l’avance en surveillant le niveau de calcium dans les artères

07.

Emmanuel Macron, victime d’impuissance ?

01.

Affaire Duhamel : les inavouables secrets des bourgeois de la gauche caviar

02.

Trump banni de Twitter : « Nous, Français, ne pouvons accepter ce qui se joue en ce moment pour la liberté du monde »

03.

Trump, le plus détesté des présidents mais celui qui a fait une des politiques les plus profitables à tous les Américains

04.

Ces impensés de l’affaire Duhamel que masque son intense médiatisation

05.

Diam's bientôt de retour, Alain Chabat bientôt papy; Grand froid entre Charlène & Albert de Monaco, grand frais entre Emmanuel Macron & sa famille; Divorce imminent chez les Kardashian West; Ben Affleck se gave de doughnuts, Laura Smet prend un coach

06.

Comment basculer vos groupes de conversations WhatsApp sur Signal

01.

Ces impensés de l’affaire Duhamel que masque son intense médiatisation

02.

Trump banni de Twitter : « Nous, Français, ne pouvons accepter ce qui se joue en ce moment pour la liberté du monde »

03.

Affaire Olivier Duhamel : Alain Finkielkraut, ne sera plus chroniqueur de l’émission 24h Pujadas, diffusée sur LCI

04.

Affaire Duhamel : les inavouables secrets des bourgeois de la gauche caviar

05.

Les complotistes et autres trumpistes ou Gilets jaunes radicalisés, enfants monstrueux de la déconstruction, de la cancel culture et des guérilleros de la justice sociale

06.

La grande épuration : mais pourquoi la Silicon Valley se comporte-t-elle comme si elle voulait donner raison aux complotistes à la QAnon ?

ça vient d'être publié
rendez-vous > Consommation
Atlantic-tac
Quand les billes précisent le moment et quand les disques détournent les heures : c’est l’actualité hivernale des montres
il y a 2 heures 26 min
pépites > Santé
Pénurie
Le maire de Neuilly-sur-Seine déplore que les quantités de vaccins annoncées ne soient pas au rendez-vous
il y a 4 heures 19 min
pépites > Santé
Coronavirus
La présence du virus dans les eaux usées de l'Ile-de-France en forte augmentation
il y a 5 heures 16 min
pépites > Santé
Bug
Après avoir été volontairement fermé hier le site Santé.fr de rendez-vous pour les vaccinations est ouvert en version simplifiée aujourd'hui
il y a 5 heures 48 min
décryptage > France
Couvre-feu à 18h

La fatigue de l’épidémie, cet élément historiquement documenté, qu’ignore superbement le gouvernement français

il y a 6 heures 24 min
décryptage > International
Guerre de l'information

A propos d’infox : la tentation de Joe Biden de suivre la politique des néoconservateurs

il y a 7 heures 5 min
décryptage > Santé
Mesures efficaces contre le virus

Covid-19 : les modèles d’efficacité sanitaire asiatiques, impossibles à reproduire en Europe ? 5 arguments pour démonter une imposture intellectuelle

il y a 7 heures 19 min
décryptage > Economie
Impact économique de la pandémie

Records à l’export : la Chine est-elle en train de gagner une bataille... ou la guerre des puissances commerciales ?

il y a 8 heures 14 min
décryptage > France
"Je ne livre pas les Juifs"

Il paraît qu'on ne peut pas accueillir toute la misère du monde. Mais qui est responsable de toute la misère du monde ?

il y a 8 heures 23 min
pépites > Politique
Voile
Aurore Bergé dépose un amendement interdisant le port du voile aux petites filles
il y a 8 heures 45 min
pépites > Justice
Révélations de Mediapart
Justice : enquête ouverte contre Nicolas Sarkozy pour « trafic d’influence » dans le cadre d’activités de conseil pour le groupe russe Reso-Garantia
il y a 4 heures 6 min
pépites > Politique
Jupiter
Nouvelle colère d'Emmanuel Macron, cette fois contre certains ministres
il y a 4 heures 55 min
décryptage > International
Démocratie américaine en danger

Assaut sur le Capitole : autopsie de trois jours de folies américaines

il y a 5 heures 32 min
pépite vidéo > Santé
Eviter la pénurie
Le PDG de Moderna, Stéphane Bancel, alerte sur la question de l'approvisionnement des vaccins pour l'hiver prochain
il y a 6 heures 10 min
décryptage > International
Université de Bogazici

Révolte étudiante à Istanbul ou les prémices d’un printemps turc

il y a 6 heures 47 min
pépites > Santé
Coronavirus
Bruno Le Maire et Gabriel Attal indiquent qu'un confinement est toujours possible
il y a 7 heures 16 min
décryptage > Santé
Espoir

Une étude démontre que les crises cardiaques pourraient être détectées des années à l’avance en surveillant le niveau de calcium dans les artères

il y a 7 heures 56 min
décryptage > Environnement
instrumentalisation judiciaire

Procès contre l’inaction de l’Etat : l’affaire du siècle est aussi la pire imaginable pour... le climat lui-même

il y a 8 heures 17 min
décryptage > Santé
Urgence sanitaire

Face à la Covid-19, finissons-en avec l’amateurisme public ! Le diagnostic implacable de fonctionnaires de la santé

il y a 8 heures 43 min
décryptage > Politique
Stratégie du gouvernement

Communication politique : Jean Castex et Olivier Veran, perdus pour la France

il y a 9 heures 27 sec
© CHRISTIAN HARTMANN / POOL / AFP
© CHRISTIAN HARTMANN / POOL / AFP
Bonnes feuilles

Affaire Fillon : "la mise en examen est la condamnation des présumés innocents, supprimons-la"

Publié le 17 mars 2018
Le 23 avril 2017, François Fillon est éliminé au premier tour de l’élection présidentielle. C’est la conclusion d’un long dévissage alliant déchaînement médiatique, célérité de la justice et basculement de l’opinion. Accusé, François Fillon répond en accusant. Comment départager le vrai du faux ? Doit-on croire au fameux Cabinet noir de l’Élysée ? À une manipulation de la magistrature ? À un complot d’État ? Extrait de "Le procès Fillon" de Hervé Lehman, publié aux Editions du Cerf. (1/2)
Hervé Lehman
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Ancien juge d’instruction, avocat au barreau de Paris, Hervé Lehman est l’auteur de Justice, une lenteur coupable (2002). Il a participé à la rédaction du rapport de l’Institut Montaigne sur la réforme de la Justice (Pour la Justice). Il est l'auteur du...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Le 23 avril 2017, François Fillon est éliminé au premier tour de l’élection présidentielle. C’est la conclusion d’un long dévissage alliant déchaînement médiatique, célérité de la justice et basculement de l’opinion. Accusé, François Fillon répond en accusant. Comment départager le vrai du faux ? Doit-on croire au fameux Cabinet noir de l’Élysée ? À une manipulation de la magistrature ? À un complot d’État ? Extrait de "Le procès Fillon" de Hervé Lehman, publié aux Editions du Cerf. (1/2)

La mise en examen signifie qu’il existe des indices graves ou concordants rendant vraisemblable la participation de la personne à l’infraction ; la décision de renvoi devant le tribunal correctionnel (ou devant la cour d’assises pour un crime), signifie que le juge estime qu’il existe des charges ; la condamnation résulte de ce que le tribunal juge que la preuve de la culpabilité est établie. Ce crescendo subtil, indices de vraisemblance, charges, preuves, a tout son sens dans les différentes étapes de la procédure, avec les filtres qui garantissent le mieux possible que la décision finale n’amène pas la condamnation d’un innocent. Pour simplifier, on pourrait dire qu’au niveau du jugement, le doute profite au prévenu alors qu’au niveau de la mise en examen le doute profite à l’accusation : des « indices rendant vraisemblable », c’est bien éloigné de la preuve d’une culpabilité. Mais ce crescendo est évidemment trop complexe pour l’opinion publique : ce qu’elle retient, c’est qu’un juge indépendant a considéré que la personne était vraisemblablement coupable, et vraisemblablement au sens de probablement. Et pourtant, des indices de vraisemblance, n’est-ce pas une expression qui rappelle celle de Coluche qui disait « dans les milieux autorisés, on s’autorise à penser... » ? Non pas que les juges d’instruction prononcent les mises en examen à la légère, mais le degré de certitude que leur demande la loi pour y procéder s’arrête à la vraisemblance.

La jurisprudence Balladur a grandement contribué, en 1993, juste après le changement de terminologie substituant la mise en examen à l’inculpation, à donner à la mise en examen un sens qu’elle n’a pas juridiquement et ne devrait pas avoir socialement. Exiger d’un ministre qu’il démissionne dès lors qu’il est mis en examen revient à donner à cette vraisemblance de culpabilité constatée par un juge souvent seul, et qui peut être démentie par l’avenir, la même force qu’une condamnation prononcée par un tribunal à l’issue d’un procès à armes égales entre l’accusation et la défense. C’est une « jurisprudence », en réalité une pratique politique, qui pervertit le sens de la mise en examen. Il est vrai que la lenteur extrême des procédures d’instruction fait que la décision finale sur la culpabilité interviendra des années plus tard, mais peut-on se satisfaire alors d’une vraisemblance de culpabilité pour sanctionner quelqu’un ? Il faut encore relever qu’il peut y avoir des mises en examen pour des faits peu graves et que mettre toutes les mises en examen dans le même panier est déraisonnable. En bas de l’échelle des mises en examen se trouve celle pour diffamation : pour des raisons tenant à la procédure très particulière du droit de la presse, la mise en examen est automatique dès lors qu’il y a une plainte avec constitution de partie civile. C’est dire qu’il y a mise en examen et mise en examen.

Bien sûr, cela ne signifie pas qu’un ministre, ou un responsable politique ne doit pas démissionner dans certaines circonstances, lorsque la pression médiatique ou judiciaire est trop forte, ou qu’un candidat à la présidence de la République ne doit pas renoncer dans les mêmes circonstances. Mais c’est un choix politique et ne devrait pas être un automatisme lié à une mise en examen. Lorsqu’Hervé Gaymard démissionne parce que la presse révèle qu’il bénéficie d’un appartement de fonction trop coûteux, sa démission tient à l’impact sur l’opinion publique et pas à une mise en examen qui n’interviendra jamais puisqu’il ne lui était pas reproché un délit mais un abus. Si une démission peut être politiquement nécessaire en l’absence de mise en examen, il est regrettable que la mise en examen d’un ministre entraîne obligatoirement sa démission. On l’a vu à la suite de l’élection présidentielle lorsque les trois ministres Modem, Sylvie Goulard, ministre des Armées, François Bayrou, garde des Sceaux et Marielle de Sarnez, ministre des Affaires européennes, ont dû renoncer à rester au gouvernement parce qu’une information était ouverte sur les assistants parlementaires des députés Modem et qu’une mise en examen dans les prochains mois était possible. Peut-être ne seront-ils jamais condamnés, mais une hypothétique mise en examen, dans une affaire où il ne s’agit pas d’emplois fictifs mais de confusion entre le travail d’assistant parlementaire et celui d’assistant politique, a suffi pour qu’ils doivent quitter le gouvernement. Le message ainsi donné est que la mise en examen est une précondamnation, ce qu’elle ne doit pas être.

Le paradoxe est que la personne mise en examen est dans une position plus difficile que celle qui a été condamnée. Avec un certain cynisme, Alain Juppé, qui a été condamné pour les emplois fictifs de la ville de Paris à une peine qui comprenait quand même une inéligibilité temporaire, proclamait pendant la campagne des primaires, en visant clairement Nicolas Sarkozy : « Il vaut mieux avoir un passé judiciaire qu’un avenir judiciaire. » De fait, les gouvernements de François Hollande comprenaient des ministres qui avaient un passé judiciaire sans que personne ne s’en émeuve : Jean-Marc Ayrault, Harlem Désir, sans compter le secrétaire général du Parti socialiste Jean-Christophe Cambadélis, deux fois condamnés pour avoir bénéficié d’emplois fictifs et qui expliquait qu’à la place de François Fillon il se retirerait de la présidentielle. C’est là une inversion des principes qui sont, faut-il le rappeler : le mis en examen est présumé innocent, le condamné est coupable. Un fonctionnement sain des institutions serait que la personne non condamnée, fut-elle ministre, ne soit pas considérée comme coupable et que la personne condamnée ne soit pas « blanchie » par la condamnation ; un système sain serait que les tribunaux jugent, et que ce soient leurs sentences, en ce compris les peines d’inéligibilité prononcées, qui fassent autorité, et pas l’appréciation provisoire d’un juge d’instruction qui se prononce sur une vraisemblance.

 

llons plus loin : au fond, à quoi sert la mise en examen ? Le rôle du juge d’instruction est de rechercher la vérité dans les affaires pénales qui lui sont confiées, c’est-à-dire identifier les auteurs et rassembler les preuves à charge et à décharge. Une fois qu’il a identifié ceux contre lesquels pèsent des charges suffisantes, il les renvoie devant la juridiction de jugement qui décide s’ils sont ou non coupables. Certes, le juge d’instruction fait un « tri », en ne renvoyant devant le tribunal que ceux contre lesquels il existe des charges suffisantes. Mais dans ce cheminement du juge d’instruction, de recherche de la vérité, d’identification des suspects et de renvoi devant le tribunal de ceux contre lesquels pèsent des charges suffisantes, il n’est nullement nécessaire de faire passer les suspects par le statut intermédiaire de mis en examen. Il est parfaitement possible de conserver le statut de témoin assisté jusqu’au moment où le juge d’instruction décide de renvoyer la personne suspecte devant le tribunal. Ce statut assure les droits de la défense et n’implique pas de pré-jugement, là où la notification officielle par un juge d’un statut intermédiaire de mis en examen a les effets que l’on a vus, qui sont les mêmes que l’inculpation du code Napoléon. Aujourd’hui, pour toutes les affaires qui ne sont pas confiées au juge d’instruction, et on a vu que le Parquet privilégiait quand il le peut les enquêtes préliminaires, il n’y a pas de statut officiel pour les suspects, avant que le tribunal soit saisi officiellement par une citation directe. Sans doute, lorsque le juge d’instruction renverra une personne devant le tribunal correctionnel, celle-ci deviendra prévenue (ou accusé pour la cour d’assises), avec peut-être les mêmes effets que l’actuelle mise en examen. Mais, d’une part, cette décision interviendra à la fin de l’instruction, après que toutes les investigations à charge et à décharge auront été faites, et s’appuiera sur des charges sérieuses plutôt que sur des indices de vraisemblance, et d’autre part le délai entre l’ordonnance de renvoi du juge d’instruction et le jugement par le tribunal ne s’étendra pas sur des années comme c’est le cas aujourd’hui entre la mise en examen et le jugement. Puisque, décidément, la mise en examen est la condamnation des présumés innocents, supprimons-la.

Extrait de "Le procès Fillon" de Hervé Lehman, publié aux Editions du Cerf

Pour commander le livre, cliquez sur l'image

"Le procès Fillon" de Hervé Lehman

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (6)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Lazydoc
- 18/03/2018 - 12:31
Dans 3 ans
Brigitte sera à l’attaque tout azimut, pour la réélection de Minet. Publi—reportages sur Paris Match et hagiographies sur BFM!
KOUTOUBIA56
- 18/03/2018 - 00:37
en se retirant on avait le
en se retirant on avait le crane en peau de fesse de bordeaux!!!!! sans parler des médias qui n'en avaient que pour Macron ( bfm devenu bf macron en tête sans aucune vergogne). on va donc se farcir jusqu'en 2022 le freluquet et on tachera de lui mettre un coup de pied au cul dans 4 ans
cerimo
- 17/03/2018 - 18:42
TOUT VA BIEN ...ENFIN PRESQUE
La misère est a venir et ont ne va pas rigoler ; comme 2 et 2 = 4