En direct
Best of
Best of du 9 au 15 janvier
En direct
ça vient d'être publié
pépites > Politique
« Cher Tayyip »
Emmanuel Macron et Recep Tayyip Erdogan s'écrivent pour apaiser les tensions
il y a 1 semaine 3 jours
pépites > Justice
Révélations de Mediapart
Justice : enquête ouverte contre Nicolas Sarkozy pour « trafic d’influence » dans le cadre d’activités de conseil pour le groupe russe Reso-Garantia
il y a 1 semaine 3 jours
pépites > Politique
Jupiter
Nouvelle colère d'Emmanuel Macron, cette fois contre certains ministres
il y a 1 semaine 4 jours
décryptage > International
Démocratie américaine en danger

Assaut sur le Capitole : autopsie de trois jours de folies américaines

il y a 1 semaine 4 jours
pépite vidéo > Santé
Eviter la pénurie
Le PDG de Moderna, Stéphane Bancel, alerte sur la question de l'approvisionnement des vaccins pour l'hiver prochain
il y a 1 semaine 4 jours
décryptage > International
Université de Bogazici

Révolte étudiante à Istanbul ou les prémices d’un printemps turc

il y a 1 semaine 4 jours
pépites > Santé
Coronavirus
Bruno Le Maire et Gabriel Attal indiquent qu'un confinement est toujours possible
il y a 1 semaine 4 jours
décryptage > Santé
Espoir

Une étude démontre que les crises cardiaques pourraient être détectées des années à l’avance en surveillant le niveau de calcium dans les artères

il y a 1 semaine 4 jours
décryptage > Environnement
instrumentalisation judiciaire

Procès contre l’inaction de l’Etat : l’affaire du siècle est aussi la pire imaginable pour... le climat lui-même

il y a 1 semaine 4 jours
décryptage > Santé
Urgence sanitaire

Face à la Covid-19, finissons-en avec l’amateurisme public ! Le diagnostic implacable de fonctionnaires de la santé

il y a 1 semaine 4 jours
rendez-vous > Consommation
Atlantic-tac
Quand les billes précisent le moment et quand les disques détournent les heures : c’est l’actualité hivernale des montres
il y a 1 semaine 3 jours
pépites > Santé
Pénurie
Le maire de Neuilly-sur-Seine déplore que les quantités de vaccins annoncées ne soient pas au rendez-vous
il y a 1 semaine 4 jours
pépites > Santé
Coronavirus
La présence du virus dans les eaux usées de l'Ile-de-France en forte augmentation
il y a 1 semaine 4 jours
pépites > Santé
Bug
Après avoir été volontairement fermé hier le site Santé.fr de rendez-vous pour les vaccinations est ouvert en version simplifiée aujourd'hui
il y a 1 semaine 4 jours
décryptage > France
Couvre-feu à 18h

La fatigue de l’épidémie, cet élément historiquement documenté, qu’ignore superbement le gouvernement français

il y a 1 semaine 4 jours
décryptage > International
Guerre de l'information

A propos d’infox : la tentation de Joe Biden de suivre la politique des néoconservateurs

il y a 1 semaine 4 jours
décryptage > Santé
Mesures efficaces contre le virus

Covid-19 : les modèles d’efficacité sanitaire asiatiques, impossibles à reproduire en Europe ? 5 arguments pour démonter une imposture intellectuelle

il y a 1 semaine 4 jours
décryptage > Economie
Impact économique de la pandémie

Records à l’export : la Chine est-elle en train de gagner une bataille... ou la guerre des puissances commerciales ?

il y a 1 semaine 4 jours
décryptage > France
"Je ne livre pas les Juifs"

Il paraît qu'on ne peut pas accueillir toute la misère du monde. Mais qui est responsable de toute la misère du monde ?

il y a 1 semaine 4 jours
pépites > Politique
Voile
Aurore Bergé dépose un amendement interdisant le port du voile aux petites filles
il y a 1 semaine 4 jours
© Flickr / Megan Tedrow
© Flickr / Megan Tedrow
Déterminisme meurtrier

Y-a-t-il des tueurs nés ? Quand les scientifiques se demandent si les pulsions de meurtre sont génétiques

Publié le 09 mars 2018
Les chercheurs tentent de rapprocher les comportement violents et prédisposition depuis la deuxième moitié du XIXème siècle. Ces études ont donné des résultats, mais une distinction est observée entre tendance et passage à l'acte.
Pierre Roubertoux
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Pierre Roubertoux est professeur de génétique et de neurosciences à Marseille. Il a créé et dirigé le laboratoire "Génétique, neurogénétique, comportement" du CNRS et a travaillé au laboratoire "Génomique fonctionnelle, comportements et pathologies" du...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Les chercheurs tentent de rapprocher les comportement violents et prédisposition depuis la deuxième moitié du XIXème siècle. Ces études ont donné des résultats, mais une distinction est observée entre tendance et passage à l'acte.

Michael Mosley, journaliste pour la BBC, s'est penché dans un documentaire sur les raisons scientifiques qui peuvent conduire des personnes à commettre des meurtres. Il rappelle que dès les années 1870 le Docteur Cesare Lombroso s'était penché sur le cas de criminels emprisonnés à Turin. Selon lui, les meurtriers se caractérisaient par une forme de visage particulière et des bras plus long que la normale. Il leur reconnaissait globalement des traits proches de celui du singe, le conduisant à les cataloguer dans une classe d'humains inférieurs.

Atlantico : On a le sentiment que Monsieur Lombroso, plutôt que de pratiquer une méthode déductive, mettait la science au service de ses convictions de départ. Comment interprétez-vous cette envie, voire ce besoin, d'expliquer scientifiquement et de manière déterministe l'acte de tuer ?

Pierre Roubertoux : Ce n'est pas seulement l'acte de tuer qui est ainsi interprété de façon déterministe, mais pratiquement tous les faits humains, et ce depuis plus d’une centaine d'années. La physiologie et la génétique sont mises au service cette volonté. Mais dans cette démarche, il y a une erreur de départ : comment peut-on penser qu'avec des caractéristiques physiques on va pouvoir prédire des faits ? C’est comme remplacer les signes du zodiaque ou la boule de cristal par la science. En réalité ce ne sont pas les actes qui sont prédictibles, mais les tendances. Par exemple, une personne peut avoir une tendance biologique à la prise de boisson, mais si elle vit dans un endroit où l’alcool est prohibé, voire totalement inexistant, elle n’en consommera pas. Il peut donc y avoir des tendances, mais si l’occasion ne se présente pas, il n’y aura pas d’acte.

Le neuroscientifique britannique Adrian Raine a scanné à partir des années 1980 le cerveau de nombreuses personnes condamnées au Etats-Unis pour des homicides. Il avait choisi la Californie comme lieu d'étude pour son "grand nombre d'individus très violents et coupables de meurtres". Dans presque tous les cas, il a observé une activité réduite dans le cortex préfrontal, c’est-à-dire la partie du cerveau qui contrôle les pulsions émotionnelles, et une suractivité dans le complexe amygdalien, qui génère les émotions. Statistiquement, en dehors des implications éthiques de ce genre d'étude, les meurtres et les actes de violence seraient donc en partie le fait de personnes qui, physiquement, sont plus sensibles à la colère, et moins capables de se contrôler ?

Qu’elles soient moins capables de se contrôler, c'est certain. Parmi les nombreuses personnes qui sont hélas victimes d'une condamnation à mort – une autre forme de meurtre – beaucoup sont des déficients intellectuels. Des études ont montré que chez les jeunes qui manifestent des violences gestuelles, ces tendances violentes sont d'autant plus fortes que leurs possibilités de verbalisation sont faibles. C’est-à-dire que sans le verbe, on compense la difficulté à s’exprimer avec des actes physiques brutaux. On peut corréler cela avec le grand nombre de meurtriers qui manifestent un déficit mental. C’est ce qui rend la peine de mort encore plus absurde.

Pour Adrian Raine, ces différences au niveau du cerveau s'expliqueraient en grande partie par les abus dont les personnes devenues criminelles ont fait l'objet dans leur enfance. Cependant, toutes les personnes qui ont été maltraitées n'en viennent pas à tuer des gens. Pourrait-il donc y avoir d'autres facteurs qui prédisposent au passage à l'acte ?

Je ne pense pas qu'il y ait d'autres facteurs, car les tendances observables ne permettent pas, de toute façon, de prédire les faits. On peut tout au plus envisager une potentialité, qui dépend en grande partie de l’environnement dans lequel les personnes évoluent. Mais ne donnons pas à la science le même statut qu’un horoscope du dimanche.

En 1993 une étude menée sur une famille hollandaise dans laquelle tous les hommes avaient des antécédents violents montrait qu'il leur manquait le gène MAO-A, ce qui les prédisposait davantage à des actes répréhensibles. 30 % des hommes possèderaient ce "gène de la violence". Dans quelle mesure peut-on dire que l'on naît meurtrier, ou qu'à tout le moins on a plus de risques que d'autres de le devenir ?

Cet article a fait beaucoup de bruit à l'époque. Il s'agissait d'une forme particulière de violence qui se traduisait par une connotation sexuelle très forte. Ce qui est important dans ce travail, et qui subsiste, c’est qu’il permet de savoir que ce gène interagit avec beaucoup de neuromédiateurs. Cette mutation, reproduite chez l'animal, déclenche des anomalies de fonctionnement du cerveau, dont des violences. On ne peut cependant pas dire qu’il s’agit d’un "gène de la violence" stricto sensu, car ce serait se limiter à un seul de ses effets : en réalité des anomalies sont déclenchées non seulement au niveau du cerveau, mais aussi dans l’ensemble du physique. La trisomie 21 peut elle aussi pousser à une certaine violence, et ce n’est pas pour autant qu’on la qualifie par cette caractéristique, qui n'en est qu'une parmi d'autres.

Le psychiatre Jim Fallon, de l'université de Californie, a procédé à des tests génétiques sur lui-même après avoir découvert un nombre étonnamment important de meurtriers parmi ses ancêtres. C'est ainsi qu'il s'est rendu compte qu'il avait tout d'un psychopathe. S'il n'est jamais passé à l'acte, c'est parce que selon lui il a eu une enfance heureuse. Quels enseignements en tirer ?

C’est très gentil pour ses parents, mais j’ai une autre piste d’explication : Fallon est remarquablement intelligent, il a acquis des degrés universitaires, il a fait avancer la recherche. C’est grâce à cette capacité de compréhension qu’il s'est rendu compte qu'à la moindre bêtise il risquait de perdre tout ce qu’il avait construit. En outre, ce niveau d’intelligence lui permet de verbaliser son ressenti, sans verser dans la violence.

Il existe un mal très français, qui consiste à mettre en doute tout ce qui peut être à l’origine d’une certaine orientation biologique de nos comportements. Ces derniers sont pourtant la manifestation de notre cerveau, et donc d’un organisme. Il faut bien admettre que la prédiction que l'on peut obtenir se fait davantage à partir de la biologie que de l'environnement. Regardez l'échec de la psychodynamique, dont la psychanalyse : on nous a présenté cela comme une science, on nous a dit qu’on pouvait prévoir le comportement humain au travers du vécu. La caricature de ce courant de pensée, c'est la mère mortifère, qui aurait été à l'origine de certaines formes d'autisme. On sait aujourd’hui que c'est une imposture totale. Mais en France la biologie envisagée comme facteur déterminant fait peur, les gens craignent souvent de tomber dans un totalitarisme. C’est l’un des torts du sens commun.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Commentaires (14)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
cloette
- 09/03/2018 - 15:55
gènes ou environnement ?
et aussi, intellect déficient ? ce dernier point est faux : le criminel danois dont on a parlé récemment est très intelligent . Pour l'environnement, c'est probable , pour les gènes ??? Plutôt sur les drogues , les médicaments, la chimie qui modifie le cerveau
moneo
- 09/03/2018 - 11:08
maladies mentales
Heureusement qu'il existe des médicaments ( même sil y a énormément de progrès à faire) . En effet , la psychanalyse ça nourrit le Docteur mais ça ne fait pas sortir de la clinique spécialisée....
Dans ce domaine et celui des addictions on peut espérer des progrès majeurs mais qui seront combattus car le cerveau c'est touche pas au Grisbi et ça touche au problème philosophique qu'est ce qu'un homme ?donc on tombe sur la métaphysique donc sur les religions vaste domaine du conditionnement humain...dur dur
evinrude
- 09/03/2018 - 10:12
Prurit
C’est étrange quand on se revendique de mouvance d’une telle puissance, de tels budget que sont es neurosciences et mouvance comportementale d’avoir besoin de médire de la psychanalyse. C’est quoi votre problème ?