En direct
Best of
Best of du 21 au 27 novembre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Record de cagnotte pour l’EuroMillions : et au fait, voilà ce que font les vrais riches quand ils ont 200 millions devant eux

02.

L'Union européenne envisage d'exclure la Hongrie et la Pologne du fonds européen de relance

03.

Pour une Charte de l'Islam de France : la primauté des lois françaises sur la charia n'est pas négociable

04.

Macron skie français

05.

Loi de Dieu ou loi de la République ? Ce que Jean-Luc Mélenchon feint de ne pas comprendre sur la différence entre l’islam politique et les autres religions

06.

Trois étranges monolithes métalliques de 3 m de haut sont apparus aux Etats-Unis et en Roumanie

07.

Crise économique : l'OCDE prévoit que la planète va se redresser en 2021... sauf l'Europe qui restera à la traîne. Mais pas par hasard

01.

"Covid partouze" dans le centre de Bruxelles: la police a interpellé 25 personnes dont un député européen qui a tenté de fuir

02.

Karine Le Marchand & Stéphane Plaza s’installent ensemble (elle pète, il ronfle); Jalil & Laeticia Hallyday aussi (mais sont moins bruyants); Yannick Noah retrouve l’amour; Geneviève de Fontenay : petite retraite mais grosse dent (contre Sylvie Tellier)

03.

Emmanuel Macron et la majorité sont-ils en train de perdre à vitesse grand V l’argument de leur supériorité morale et démocratique face au RN ?

04.

Violences et police : quand la droite confond l'ordre et les libertés et se tire une balle dans le pied (électoral)

05.

Explosif : la dette française, 2700 milliards à la fin 2020. Mais qui va payer, quand et comment ?

06.

La France et l’Allemagne tentent de rallier l’Europe à sa folie. Ils résistent pour protéger l’économie. Tant mieux 

01.

Valéry Giscard d’Estaing, le plus grand président de la Ve République après De Gaulle

02.

Violences et police : quand la droite confond l'ordre et les libertés et se tire une balle dans le pied (électoral)

03.

Covid-19 : Et si la première cible à convaincre de l’efficacité du vaccin étaient les médecins et soignants eux-mêmes ?

04.

Noël : Emmanuel Macron envisage des « mesures restrictives et dissuasives » pour les Français qui voudraient skier à l'étranger

05.

Emmanuel Macron et la majorité sont-ils en train de perdre à vitesse grand V l’argument de leur supériorité morale et démocratique face au RN ?

06.

Socle citoyen : l’Assemblée nationale vote pour l’exploration d’un revenu universel qui ne dit pas son nom mais demeure une très bonne idée

ça vient d'être publié
rendez-vous > Consommation
Atlantic-tac
Quand les bracelets se noient dans le marc de raisin et quand les tortues ont l’accent italien : c’est l’actualité décembriste des montres
il y a 12 min 38 sec
light > Loisirs
Bingo
La popularité croissante de “All I Want for Christmas is You” montre que l'industrie de la musique valorise les vieilles chansons
il y a 2 heures 44 min
light > Insolite
Bizarre
Trois étranges monolithes métalliques de 3 m de haut sont apparus aux Etats-Unis et en Roumanie
il y a 4 heures 47 min
light > Social
Convivial et efficace
Une recherche en psychologie montre l'intérêt des discussions devant la machine à café
il y a 5 heures 15 min
pépites > Economie
Coronavirus
Le Fonds de solidarité universel s'arrêtera le 31 décembre annonce Bruno Le Maire
il y a 5 heures 58 min
décryptage > France
Vive nous

Macron skie français

il y a 6 heures 16 min
décryptage > Société
Placements privilégiés

Record de cagnotte pour l’EuroMillions : et au fait, voilà ce que font les vrais riches quand ils ont 200 millions devant eux

il y a 6 heures 25 min
décryptage > Politique
Héritage politique

Mort de VGE : mais qu’est devenue la droite libérale en France ?

il y a 7 heures 3 min
décryptage > Religion
Séparatisme

Loi de Dieu ou loi de la République ? Ce que Jean-Luc Mélenchon feint de ne pas comprendre sur la différence entre l’islam politique et les autres religions

il y a 7 heures 41 min
pépites > Santé
Conférence de presse
Covid-19 : Jean Castex confirme que « la vaccination sera gratuite pour tous »
il y a 18 heures 25 min
décryptage > Europe
Négociations

Brexit : qui de Londres ou de Bruxelles (et de Paris...) prend le plus grand risque dans le bras de fer ?

il y a 1 heure 41 min
décryptage > France
Article 24

Police, manifestants et libertés publiques : les images de violence servent-elles la Vérité... ou de munitions aux combattants de nos guerres idéologiques ?

il y a 4 heures 40 min
pépite vidéo > Economie
Commerçants face à la crise
Nouveau calendrier : Bruno Le Maire confirme le report des soldes d'hiver au 20 janvier prochain
il y a 5 heures 7 min
rendez-vous > Religion
Géopolitico-scanner
Pour une Charte de l'Islam de France : la primauté des lois françaises sur la charia n'est pas négociable
il y a 5 heures 52 min
pépites > Economie
Voyage moins cher
La SNCF envisage de plafonner le prix des billets de TGV en seconde classe
il y a 6 heures 11 min
pépites > Politique
Scandale
Dominique Strauss-Kahn annonce la sortie d'un documentaire sur sa vie à l'automne 2021
il y a 6 heures 25 min
décryptage > Science
Espace

ClearSpace-1 : l’opération anti-débris spatiaux qui sauvera nos satellites (et nos GPS)

il y a 6 heures 43 min
décryptage > High-tech
Course aux vaccins

IBM détecte des cyber-attaques en cours contre la distribution des vaccins anti-Covid dans le monde : alerte écarlate ou rouge pâle ?

il y a 7 heures 24 min
Montrer l’exemple
Covid-19 : les anciens présidents américains Barack Obama, George W. Bush et Bill Clinton sont prêts à se faire vacciner en direct
il y a 17 heures 58 min
pépite vidéo > Politique
Allocution présidentielle
Retrouvez l’intégralité du discours d’Emmanuel Macron en hommage à Valéry Giscard d’Estaing
il y a 18 heures 51 min
© LUDOVIC MARIN / AFP
© LUDOVIC MARIN / AFP
Zone de turbulences

Érosion dans les sondages : derrière le marketing des réformes à plein régime, Emmanuel Macron est-il en train de tomber dans un piège à la Hollande ?

Publié le 02 mars 2018
Plusieurs sondages successifs ont confirmé le net recul du président de la République et de son Premier ministre dans l'opinion. Une érosion qui sanctionne le manque de profondeur de la stratégie macronienne.
Éric Verhaeghe
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Éric Verhaeghe est le fondateur du cabinet Parménide et président de Triapalio. Il est l'auteur de Faut-il quitter la France ? (Jacob-Duvernet, avril 2012). Son site : www.eric-verhaeghe.fr Il vient de créer un nouveau site : www...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Plusieurs sondages successifs ont confirmé le net recul du président de la République et de son Premier ministre dans l'opinion. Une érosion qui sanctionne le manque de profondeur de la stratégie macronienne.

Atlantico : Au cours des derniers jours, plusieurs instituts de sondage ont pu faire état de la baisse de popularité d'Emmanuel Macron auprès des Français, le dernier en date, le baromètre yougov pour le Huffington post de ce 1er mars indiquant une chute de 11 points au cours de ce dernier mois, à 30% d'opinions favorables quand le sondage Kantar Sofres pour le Figaro pointe une "érosion inquiétante" de la confiance des Français à 43%. Alors que cette baisse dans les sondages semble devenir une habitude pour les dirigeants du pays, ne serait-il pas possible de considérer que face à une telle situation, les dirigeants auraient tout intérêt à véritablement réformer le pays en profondeur, plutôt que de persévérer dans le réformisme ?  

Éric Verhaeghe : De fait, il existe une corrélation directe entre impopularité et volonté de réformer. Une réforme, je veux dire une vraie, avec des ambitions affichées et réellement mises en œuvre, induit forcément de se fâcher avec une partie de l'opinion qui y perdra. Le cas de la suppression des cotisations salariales en contrepartie d'une hausse de la CSG est emblématique. Peu de salariés ont perçu l'avantage net qu'ils retirent de cette mesure progressive. En revanche, les retraités fulminent (et le mot est faible) contre la baisse de leur pension subie à cette occasion. Dans ce cas précis, Emmanuel Macron s'est attaqué à une génération dont l'égoïsme est sans égal dans l'histoire de France. C'est une génération qui a connu les Trente Glorieuses et ses bienfaits, qui a peu cotisé pour les autres, qui a bénéficié de la retraite à 60 ans, des progrès de la médecine, et qui s'est accordée des brevets de souffrance justifiant, selon elle, le sacrifice des autres. Face à cet aveuglement, il est d'ailleurs inutile, pour le président, d'argumenter.

Dans ce contexte, se repose la question de la théorie du choc. Un Président doit-il réformer peu pour ménager au maximum les susceptibilités, ou bien doit-il réformer "comme il faut" pour obtenir des résultats rapides. On voit bien qu'Emmanuel Macron hésite entre les deux attitudes. S'agissant de la SNCF, par exemple, la remise en cause du statut des cheminots ne règlera pas le problème de la profitabilité à court terme de l'entreprise publique. Simplement, le remplacement des petites lignes par des autocars l'exposait à une fronde des élus locaux qui auraient convergé avec les cheminots. Et il savait que c'en était fini de ses espoirs de réélection.

Je suis assez convaincu qu'un président ne peut asseoir durablement son autorité que s'il brûle ses vaisseaux, c'est-à-dire s'il assume des réformes salutaires, mais impopulaires, et sans concession aux oppositions de tous poils. Au demeurant, l'ambition réformatrice de fond n'exclut pas qu'un Président qui la pratiquerait soit populaire par le courage qu'il afficherait.

Malgré un "marketing politique" plus abouti, Emmanuel Macron n'est-il pas dans une logique de piège ressemblant de plus en plus au chemin suivi par François Hollande ?

Ce qui est assez frappant, c'est le manque de profondeur de la stratégie macronienne, qui est incontestablement décevante. Macron est arrivé avec deux idées précises, répandues au demeurant dans les salons parisiens. Il y avait la réforme du Code du Travail, et les projets européens nouveaux. Il a ajouté une idée moins répandue dans le domaine fiscal: le prélèvement forfaitaire unique. Sortis de ces trois idées, on peine à percevoir la vision présidentielle dans son amplitude. Sur l'Afrique, sur la fiscalité locale, sur la réforme de l'Etat, on peine à percevoir la vision, au-delà de deux ou trois mots-clés régulièrement répétés. Sur ce point, les Français ne sont pas dupes des effets d'affichage. Les cafouillages sur la suppression de la taxe d'habitation mal calculée (on ne sait toujours pas comment elle sera remplacée) ou sur des mesures plus symboliques comme le chômage des démissionnaires (finalement réduit à peau de chagrin) montrent à l'opinion publique que la majorité est mal préparée et que son programme était indigent.

Dès lors, le président peine à dépasser l'image d'un énarque à la Hollande arrivé au pouvoir "à l'essai", et qui ne sait finalement faire autre chose que préserver la dépense publique, épargner ses fonctionnaires, et demander au reste du pays de se sacrifier pour maintenir l'ordre établi. Mal expliquée, la hausse la CSG pour les retraités, restera longtemps comme le signal envoyé sur cette incapacité à réformer vraiment. On verra le prix que Macron paiera si, en fin d'année, les mesures qu'il a à proposer sur la réforme de l'Etat sont déceptives.

Quel est le signal envoyé par les Français, aussi bien à Emmanuel Macron, qu'à sa classe politique en répétant cette perte de confiance à l'égard de leurs représentants ?

Il existe, en droit allemand, une théorie dite de la confiance légitime du citoyen dans ses institutions. Dans le monde germanique, le citoyen doit pouvoir faire confiance à ses institutions comme garantes de ses intérêts, et partir du principe qu'elles ne cherchent pas à le mettre en défaut. Combien de Français diraient de leurs institutions, de leur administration, de leur Président de la République, qu'ils leur inspirent une confiance légitime?

Cette crise de la confiance dans les institutions est probablement le sujet majeur qui explique la rupture entre les Français et les pouvoirs publics qui les dirigent. On le retrouve au passage dans la question des fake news. De plus en plus de Français doutent des versions officielles et soupçonnent des motifs cachés dans les décisions publiques. Crise de la confiance et crise de la décision publique sont les deux visages d'un même mal qui complique la tâche de gouverner la France.

Sur ce point, Emmanuel Macron n'a cessé de nourrir les suspicions, même de façon diffuse. Le fait que les impôts aient continué à augmenter et que la dépense publique ne baisse pas, bien au contraire, maintient l'idée que le Président est dans la communication et non dans la décision. Le fait qu'il cherche régulièrement à écarter la presse, voire à la bâillonner, accroît ce sentiment de vouloir préserver une façade derrière laquelle se dérouleraient des agissements inavouables mais qu'il faut cacher. La suppression de l'ISF fait partie de ces agissements qu'il faut cacher, ou dont il faut diminuer au maximum la visibilité.

La meilleure réaction à ce phénomène est probablement de garantir aux Français une lisibilité claire sur les mesures qui seront prises durant le quinquennat, à la manière des contrats de gouvernement en Allemagne.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (22)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
gerint
- 03/03/2018 - 20:05
@Deudeuche
Une partie seulement de cette génération a produit les bobos qui prolifèrent aujourd’hui mais une plus grande partie à bossé d’arrache-pied dans des conditions de sécurité insuffisantes et pour pas grand-chose pour souvent mourir avant la retraite
A M A
- 03/03/2018 - 11:57
Le bon sens populaire et les
Le bon sens populaire et les bouleversements mondiaux auront raison de lui. La "com" narcissique ne suffit pas pour gouverner.
cloette
- 03/03/2018 - 10:57
@Deudeuche
ce n'est pas faux !