En direct
Best of
Best of du 19 au 25 septembre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Un militant communiste assassiné à Saint-Ouen *

02.

Arrestations massives sur le DarkWeb à travers la planète : coup d’arrêt... ou d’épée dans l’eau ?

03.

Attaque près des anciens locaux de Charlie Hebdo : ouf, l'Agence France Presse ne risque rien

04.

Sauver la Seine-Saint-Denis, mission impossible ? Non... mais l’Etat n’est pas le "héros" qu’il pense être

05.

Pendant le confinement les oiseaux ont chanté de manière différente

06.

Et si la nouvelle la plus importante pour l’avenir du climat de la planète venait de passer quasi inaperçue

07.

"L'islam est la religion avec laquelle la République a eu le moins de problèmes dans l'Histoire". Là, Darmanin en fait un peu trop

01.

Le (presque) dernier cri d’Olivier Véran : "ave Macron morituri te salutant" !

02.

Comment les industries pétrolières nous ont fait croire que le plastique serait recyclé

03.

Séparatisme : LREM pris dans les phares de la voiture de l’islam politique

04.

Journée mondiale d’Alzheimer : comment nos rythmes de sommeil peuvent prédire le moment de l'apparition de la maladie

05.

Ce que la dernière photo prise par la NASA nous révèle de Jupiter

06.

Non, les adhérents de LREM ne méritent pas Macron ! Il est trop grand, trop beau, trop génial pour eux.

01.

Névrose collective : l’Europe pétrifiée face à la crise des migrants qui se noue à ses portes

02.

Le (presque) dernier cri d’Olivier Véran : "ave Macron morituri te salutant" !

03.

Édouard Philippe ou le vrai-faux espoir de la droite : radioscopie d’un malentendu idéologique

04.

"L'islam est la religion avec laquelle la République a eu le moins de problèmes dans l'Histoire". Là, Darmanin en fait un peu trop

05.

Nouvelles mesures face au Covid-19 : Gribouille gouvernemental à la barre

06.

J’aime les sapins de Noël : je suis un facho

ça vient d'être publié
décryptage > Media
Le journalisme est un foutu métier

Attaque près des anciens locaux de Charlie Hebdo : ouf, l'Agence France Presse ne risque rien

il y a 14 heures 47 min
pépite vidéo > Politique
Enquête en cours
Jean Castex confirme qu'une attaque s'est produite "à proximité" des anciens locaux de Charlie Hebdo
il y a 17 heures 8 min
pépites > France
Onzième arrondissement
Paris : attaque à l'arme blanche près des anciens locaux de Charlie Hebdo
il y a 19 heures 43 sec
pépites > Santé
Politique
Le Premier ministre n'a pas téléchargé l'application «StopCovid» comme la quasi totalité des Français
il y a 20 heures 49 min
light > Economie
Economie
La Chine va lancer la version numérique de sa monnaie officielle le yuan
il y a 21 heures 23 min
décryptage > France
Faut voir

Un militant communiste assassiné à Saint-Ouen *

il y a 21 heures 43 min
pépites > Société
Politique
Louis Aliot maire RN de Perpignan protégé par trois gardes du corps
il y a 21 heures 58 min
décryptage > Société
Angoisse face au Covid-19

Petits conseils pour rester un parent serein quand la pandémie fait flamber votre stress

il y a 22 heures 36 min
light > Santé
Sport
Pas plus de 1.000 spectateurs par jour pour le tournoi de Roland Garros
il y a 23 heures 38 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Comédies françaises" de Eric Reinhardt : un magnifique roman d’initiation, itinéraire d’un millénial gâté

il y a 1 jour 14 heures
rendez-vous > Consommation
Atlantic-tac
Quand la ballerine pousse quelques notes et quand on doit se replonger dans la dolce vita : c’est l’actualité automnale des montres
il y a 16 heures 58 min
Environnement
Pendant le confinement les oiseaux ont chanté de manière différente
il y a 18 heures 55 min
pépites > Politique
Justice
Le Rassemblement National face à un ex-salarié devant le tribunal de Nanterre
il y a 20 heures 21 min
décryptage > Société
Impact pour les entreprises

Un congé paternité à côté de la plaque ?

il y a 21 heures 7 min
décryptage > Politique
Mesures concrètes ?

Sauver la Seine-Saint-Denis, mission impossible ? Non... mais l’Etat n’est pas le "héros" qu’il pense être

il y a 21 heures 32 min
décryptage > High-tech
Plaque tournante des trafics

Arrestations massives sur le DarkWeb à travers la planète : coup d’arrêt... ou d’épée dans l’eau ?

il y a 21 heures 54 min
décryptage > Justice
Succession de Ruth Bader Ginsburg

Cour suprême : ce que la démocratie et l’état de droit américains doivent aussi aux juges conservateurs

il y a 22 heures 16 min
décryptage > Economie
Crise sanitaire

COVID-19 : et maintenant, quel impact économique ?

il y a 23 heures 24 min
light > Santé
Des propos "à l'emporte-pièce"
Olivier Véran répond à Nicolas Bedos suite à son appel sur l'arrêt du port du masque et des gestes barrières
il y a 1 jour 13 heures
pépites > Santé
Désengorger les SERVICES
Covid-19 : les Hôpitaux de Paris vont reporter 20% des opérations chirurgicales dès ce week-end
il y a 1 jour 15 heures
Atlantico Business

Quand on redistribue du pouvoir d’achat, c’est une bonne nouvelle. Sauf pour les financiers... et ils nous le font payer

Publié le 08 février 2018
Hausse des salaires aux Etats-Unis, négociations avancées en Allemagne, transferts sociaux et fiscaux en France. Bonne nouvelle pour les particuliers, mais pour les financiers, ça coince.
Jean-Marc Sylvestre
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean-Marc Sylvestre a été en charge de l'information économique sur TF1 et LCI jusqu'en 2010 puis sur i>TÉLÉ. ...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Hausse des salaires aux Etats-Unis, négociations avancées en Allemagne, transferts sociaux et fiscaux en France. Bonne nouvelle pour les particuliers, mais pour les financiers, ça coince.

La redistribution de pouvoir d’achat, c’est pourtant une bonne nouvelle. Que ça passe par les salaires, les bonus, l’intéressement ou les transferts fiscaux, la hausse des revenus des ménages est plutôt vertueuse en période de croissance forte comme c’est le cas actuellement.

Et bien, les financiers accrocs à la spéculation s’en inquiètent au point d’affoler tout le monde. Incompréhensible. Cette semaine, ils ont failli faire sauter la bourse.

L’explication mérite pourtant une analyse de détail. Dans la plupart des pays occidentaux, les responsables économiques ont pris conscience que, pour amortir les effets pervers de la mondialisation, il leur fallait redistribuer en pouvoir d’achat des fruits de cette évolution. Le mouvement est venu du monde de l’entreprise. Les patrons et les actionnaires éclairés.

Cette mutation mondiale a entrainé des suppressions ou des transferts d’emplois et créé un climat de stress d’autant plus fort que globalement, il n’y a pas eu de hausse sensible du pouvoir d’achat, sauf pour ceux qui ont profité de cette mondialisation et cette modernité digitale. Du coup, on assiste à une aggravation des inégalités entre ceux qui avaient un job et ceux qui n‘en ont pas ou plus. Entre ceux qui étaient déjà riches avant qui se sont enrichis encore plus, et ceux qui se sont appauvris.

Ce phénomène a touché tous les pays développés d‘où les vagues de populisme qui se sont formées d’élection en élection en poussant aux portes du pouvoir les partis extrémistes et leur discours programmé très démagogique. D’où l‘arrivée de l’extrême droite partout en Europe. D’où le Brexit ou l’élection de Donald Trump aux USA. D’où la poussée du régionalisme, du nationalisme et des courants identitaires. D’où la recherche de bouc émissaires et les chasses aux élites partout dans le monde.

La réponse apportée par beaucoup de responsables de grandes entreprises a été d’amorcer un processus de redistribution de revenus, sous formes de salaires, de bonus, d’intéressement ou de transferts sociaux.

Le problème est que toutes les économies ne peuvent pas le faire. Celles qui ont amélioré leur compétitivité peuvent desserrer leur politique de salaire. Celles qui n’ont pas crée de compétitivité doivent faire appel à l’Etat pour obtenir des allègements fiscaux.

Du coup, ces politiques de pouvoirs d’achat, par exemple, ne sont pas sans déstabiliser les marchés financiers comme ça a été le cas en début de semaine à New-York.

Aux Etats-Unis, Donald Trump a donné un signal fort en créant un choc fiscal favorable aux entreprises. La majorité d’entre elles a organisé un transfert de moyens vers des hausses de bas salaires en particulier, ce qui a aussi permis de répondre au marché de l’emploi très tendu. L’effet pervers aura été d’accréditer un risque d’inflation ce qui, combiné à la hausse des taux, a inquiété les acteurs du monde financier et alimenté une volatilité désastreuse pour les placements. D’où le mini krach. Et l’inflation impliquant forcément la volatilité, on en est au mini krach provoqué par la montée des risques liée à cette volatilité extrême des marchés. Alors qu’au fond, la raison première du déséquilibre, la hausse des salaires était plutôt une bonne nouvelle.

En Allemagne, la situation économique des entreprises a permis aux grands syndicats de revendiquer et d’obtenir des hausses de salaire importantes et une réduction de la durée du travail dans le secteur de la métallurgie. Parallèlement, le SPD a accepté de participer au gouvernement moyennant un fléchissement notable de la politique qui était jusqu'alors appliquée par Mme Merkel. Le résultat est que tout le monde s’attend à une augmentation de la consommation et un assouplissement de la sacro sainte rigueur sur les dépenses publiques. Là encore, c’est plutôt une bonne nouvelle pour les allemands et pour les européens qui vont eux aussi pouvoir desserrer l’étau.

La France, elle, est beaucoup plus gênée pour bouger les curseurs. Le niveau des dépenses publiques est tel qu’il faut impérativement les baisser. Quant à la compétitivité, elle n’a guère fait de progrès. Notre commerce extérieur est toujours aussi déficitaire. De plus, le marché du travail, avec près de 10% de chômage, ne devrait pas être porteur d’inflation (sauf que la part structurelle est tellement importante que ça bloque tout). Il faut donc jouer à la marge sur les transferts sociaux. Alléger les charges sociales, c’est augmenter le pouvoir d’achat des actifs et notamment des jeunes sans formation. En contrepartie, on augmente la CSG, ce qui va peser principalement sur les retraités.

Quand le gouvernement supprime l'ISF, il espère que cet argent ne restera pas dormir sous les matelas mais reviendra dans l’économie sous forme d’investissement et de création d‘activité.

Rien de tout cela s’apparente a de trop mauvaises nouvelles.

Et bien le cumul de tous ces facteurs inquiète les milieux financiers qui ne retiennent que le risque d’inflation et la réaction des banquiers centraux qui pourraient durcir les taux d’intérêt. Conséquence : leur algorithme tellement habitué à la régularité des économies perfusées, s’affole et provoque des baisses automatiques pour limiter leurs pertes en cas de baisse. Ce faisant, ils aggravent les baisses et tout le monde essaie de sauter du train avant qu’il ne soit trop tard. D’où le vrai risque d’une catastrophe.

Maintenant cet épisode de l’histoire appelle deux remarques.

1ere remarque, les fondamentaux de l’économie n’ont pas été touchés. D’ailleurs, il n’y a eu aucun affolement dans l‘économie réelle, ni d’effet systémique. Pour l’instant. Parce que dans l’avenir, tout le monde a compris qu’on allait enlever les perfusions qui ont été posées par les banquiers centraux pour revenir à des conditions monétaires normales, avec des taux normaux qui appellent des vrais taux de profit.

Les financiers trouvaient les perfusions bien pratiques. Le problème, c’est que beaucoup d’économies ne sont pas prêtes à être sevrées. Elles ne sont pas guéries. Elles risquent de trébucher au moindre chaos. C’est le cas des économies européennes, où la BCE va continuer d’arroser de monnaie les mécanismes de création de richesse.

2ème remarque, la crise du début de semaine a été d’une brutalité sournoise parce que les opérateurs de marché ont pris peur. Ils ont pris peur parce qu’ils se sont engagés dans des produits de placements fondés sur la volatilité, ils ont fait des paris insensés en pensant que les arbres montaient tranquillement jusqu’au ciel. Ils ont gagné beaucoup d’argent. Ils se sont aperçus qu’au premier frémissement venu, ils pouvaient perdre des milliards. Ils ont perdu moins d’argent qu’en 2008 avec les CDS sur les subprimes, mais ils ont perdu beaucoup. Les marchés le sauront.

Mais cette tempête signifie une fois de plus que les régulateurs n’ont pas su faire leur métier de surveillant. Les leçons de la dernière crise n’ont pas été comprises.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Commentaires (0)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Pas d'autres commentaires