En direct
Best of
Best of du 9 au 15 janvier
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Il paraît qu'on ne peut pas accueillir toute la misère du monde. Mais qui est responsable de toute la misère du monde ?

02.

La fatigue de l’épidémie, cet élément historiquement documenté, qu’ignore superbement le gouvernement français

03.

Une étude démontre que les crises cardiaques pourraient être détectées des années à l’avance en surveillant le niveau de calcium dans les artères

04.

Communication politique : Jean Castex et Olivier Veran, perdus pour la France

05.

Nouvelle colère d'Emmanuel Macron, cette fois contre certains ministres

06.

La Cour européenne des droits de l’homme (CEDH) confirme l’illégalité de la publication d’enregistrements de Mme Bettencourt par Mediapart

07.

Covid-19 : les modèles d’efficacité sanitaire asiatiques, impossibles à reproduire en Europe ? 5 arguments pour démonter une imposture intellectuelle

01.

Trump banni de Twitter : « Nous, Français, ne pouvons accepter ce qui se joue en ce moment pour la liberté du monde »

02.

Ces impensés de l’affaire Duhamel que masque son intense médiatisation

03.

La fatigue de l’épidémie, cet élément historiquement documenté, qu’ignore superbement le gouvernement français

04.

Comment basculer vos groupes de conversations WhatsApp sur Signal

05.

Les complotistes et autres trumpistes ou Gilets jaunes radicalisés, enfants monstrueux de la déconstruction, de la cancel culture et des guérilleros de la justice sociale

06.

Vers une nouvelle grande vague de froid sibérien sur la France ?

01.

Ces impensés de l’affaire Duhamel que masque son intense médiatisation

02.

Trump banni de Twitter : « Nous, Français, ne pouvons accepter ce qui se joue en ce moment pour la liberté du monde »

03.

Affaire Olivier Duhamel : Alain Finkielkraut, ne sera plus chroniqueur de l’émission 24h Pujadas, diffusée sur LCI

04.

Les complotistes et autres trumpistes ou Gilets jaunes radicalisés, enfants monstrueux de la déconstruction, de la cancel culture et des guérilleros de la justice sociale

05.

La grande épuration : mais pourquoi la Silicon Valley se comporte-t-elle comme si elle voulait donner raison aux complotistes à la QAnon ?

06.

Olivier Duhamel bénéficiait d'un réseau d'influence et de puissantes protections

ça vient d'être publié
pépites > Politique
« Cher Tayyip »
Emmanuel Macron et Recep Tayyip Erdogan s'écrivent pour apaiser les tensions
il y a 18 heures 27 min
pépites > Justice
Révélations de Mediapart
Justice : enquête ouverte contre Nicolas Sarkozy pour « trafic d’influence » dans le cadre d’activités de conseil pour le groupe russe Reso-Garantia
il y a 23 heures 5 min
pépites > Politique
Jupiter
Nouvelle colère d'Emmanuel Macron, cette fois contre certains ministres
il y a 23 heures 54 min
décryptage > International
Démocratie américaine en danger

Assaut sur le Capitole : autopsie de trois jours de folies américaines

il y a 1 jour 31 min
pépite vidéo > Santé
Eviter la pénurie
Le PDG de Moderna, Stéphane Bancel, alerte sur la question de l'approvisionnement des vaccins pour l'hiver prochain
il y a 1 jour 1 heure
décryptage > International
Université de Bogazici

Révolte étudiante à Istanbul ou les prémices d’un printemps turc

il y a 1 jour 1 heure
pépites > Santé
Coronavirus
Bruno Le Maire et Gabriel Attal indiquent qu'un confinement est toujours possible
il y a 1 jour 2 heures
décryptage > Santé
Espoir

Une étude démontre que les crises cardiaques pourraient être détectées des années à l’avance en surveillant le niveau de calcium dans les artères

il y a 1 jour 2 heures
décryptage > Environnement
instrumentalisation judiciaire

Procès contre l’inaction de l’Etat : l’affaire du siècle est aussi la pire imaginable pour... le climat lui-même

il y a 1 jour 3 heures
décryptage > Santé
Urgence sanitaire

Face à la Covid-19, finissons-en avec l’amateurisme public ! Le diagnostic implacable de fonctionnaires de la santé

il y a 1 jour 3 heures
rendez-vous > Consommation
Atlantic-tac
Quand les billes précisent le moment et quand les disques détournent les heures : c’est l’actualité hivernale des montres
il y a 21 heures 26 min
pépites > Santé
Pénurie
Le maire de Neuilly-sur-Seine déplore que les quantités de vaccins annoncées ne soient pas au rendez-vous
il y a 23 heures 19 min
pépites > Santé
Coronavirus
La présence du virus dans les eaux usées de l'Ile-de-France en forte augmentation
il y a 1 jour 16 min
pépites > Santé
Bug
Après avoir été volontairement fermé hier le site Santé.fr de rendez-vous pour les vaccinations est ouvert en version simplifiée aujourd'hui
il y a 1 jour 48 min
décryptage > France
Couvre-feu à 18h

La fatigue de l’épidémie, cet élément historiquement documenté, qu’ignore superbement le gouvernement français

il y a 1 jour 1 heure
décryptage > International
Guerre de l'information

A propos d’infox : la tentation de Joe Biden de suivre la politique des néoconservateurs

il y a 1 jour 2 heures
décryptage > Santé
Mesures efficaces contre le virus

Covid-19 : les modèles d’efficacité sanitaire asiatiques, impossibles à reproduire en Europe ? 5 arguments pour démonter une imposture intellectuelle

il y a 1 jour 2 heures
décryptage > Economie
Impact économique de la pandémie

Records à l’export : la Chine est-elle en train de gagner une bataille... ou la guerre des puissances commerciales ?

il y a 1 jour 3 heures
décryptage > France
"Je ne livre pas les Juifs"

Il paraît qu'on ne peut pas accueillir toute la misère du monde. Mais qui est responsable de toute la misère du monde ?

il y a 1 jour 3 heures
pépites > Politique
Voile
Aurore Bergé dépose un amendement interdisant le port du voile aux petites filles
il y a 1 jour 3 heures
Atlantico Business

De Versailles à Davos, voilà ce qu’Emmanuel Macron veut essayer de faire comprendre aux plus grands patrons

Publié le 23 janvier 2018
Emmanuel Macron veut convaincre que la France est revenue dans le jeu mondial, mais au delà, il dessine aussi une mondialisation acceptable par tous.
Jean-Marc Sylvestre
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean-Marc Sylvestre a été en charge de l'information économique sur TF1 et LCI jusqu'en 2010 puis sur i>TÉLÉ. ...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Emmanuel Macron veut convaincre que la France est revenue dans le jeu mondial, mais au delà, il dessine aussi une mondialisation acceptable par tous.

De Versailles à Davos, la priorité d’Emmanuel Macron est de prouver que la France va redevenir un des pays les plus attractifs au monde. Mais pas seulement. Il veut convaincre qu’il existe une mondialisation qui pourrait être équitable pour tous. Une mondialisation qui doit prendre en compte les plus fragiles, lutter contre les inégalités et le réchauffement climatique et accoucher d’une gouvernance. Sinon, c’est le système tout entier qui s’écroulera. 

Emmanuel Macron n’arrête pas. A peine sorti du mauvais procès d’être un président pour les riches, le voilà cette semaine qu‘il redonne à ses détracteurs de quoi le brocarder à nouveau. Il recevait hier à Versailles les patrons des plus grandes multinationales de la planète et il les retrouvera demain à Davos, lors d’un symposium mondial qui, depuis trente ans, réuni dans une station chic de Suisse tout le gotha de la planète. Le tout soulevant chaque fois tellement de critiques dans une grande partie de la classe politique française qu’il vaut mieux en général éviter de se compromettre avec « ces gens-là ». Toujours est il qu’aucun président français n’a fait, avant lui, autant d’effort pour se rapprocher des investisseurs, et des grands chefs d’entreprise. 

Emmanuel Macron n’hésite pas à entreprendre un véritable marathon qui est en cohérence avec sa stratégie de politique économique. Son ambition, il avait en annoncé la couleur pendant la campagne, redonner à la France la compétitivité qui lui fait défaut. D’où les réformes pour rendre le marché du travail plus flexible, pour rendre l’investissement et le capital moins taxés, et pour restructurer l’appareil économique et social (formation, chômage). Dans ces conditions, mieux vaut faire un effort pour accueillir en France tous ceux qui peuvent investir, créer de l’activité et des richesses. Et stimuler la fréquentation des chefs d’entreprise d’où qu’ils viennent. La priorité est à la compétitivité. Tout est bon à condition que ça apparaisse efficace. 

Emmanuel Macron est convaincu que la France doit et peut retrouver sa place de grande nation industrielle et financière, et refaire de ce pays une place attractive aux yeux du monde entier et particulièrement de tous les investisseurs, d’où le slogan de « Choose France», quitte à se faire taxer de président pour les riches en donnant l’impression de les courtiser à Versailles comme à Davos. « Pragmatisme first ».

Emmanuel Macron assume cette politique pro-business. Pour trois raisons. 

D’abord, parce que c’est dans son ADN, sa culture et sa formation

Ensuite, parce qu‘il est convaincu qu‘il obtiendra des résultats et qu‘en redressant la situation économique, il répond à l’essentiel des priorités de la société française. 

Enfin, il assume parce que derrière, il défend aussi une vision de la mondialisation qui pourrait être potentiellement heureuse et qui est honnie très souvent par ses adversaires politiques de droite comme de gauche. Pour les extrémistes, la mondialisation telle qu‘elle s’est imposée est un produit du système capitaliste et financier. Pour réduire les maux de la mondialisation, les extrémistes estiment qu’il faut changer de système. D’où la montée des populismes partout dans le monde ou les poussées altermondialistes adeptes le plus souvent de la non-croissance. 

Dans ces conditions, Emmanuel Macron estime que la mondialisation peut être heureuse (comme disait Alain Juppé) ou au moins acceptable car équitable

Bref, pour Emmanuel Macron, la mondialisation doit pouvoir travailler à une réduction des inégalités et contribuer à lutter contre le réchauffement climatique ou à la protection de l’environnement. C’est même le seul système qui puisse le faire tout en préservant les chances de progrès

D’où la fréquentation des grands mécènes multinationaux, les Bill Gates, les Bloomberg, les Warren Buffet, mais aussi la reprise de contact avec les grands banquiers du monde pourtant jugés comme responsables de la crise de 2008, les patrons de JPMorgan, de Goldman Sachs ou HSBC, mais aussi des industriels comme Bosch ou des grands du digital dont les chinois. 

Avec en permanence un discours qui consiste à expliquer que le système capitaliste international, qui est le seul à pouvoir créer de la richesse et du progrès, doit tenir compte des inégalités et des effets pervers. Les inégalités sociales ne sont pas consubstantielles à l’accumulation du capital (comme le croient encore les marxistes) mais elles sont le résultat de la cupidité des acteurs. Même équation avec le réchauffement climatique. 

Or, Emmanuel Macron explique finalement que, si les plus grands acteurs du système économique n’écoutent pas le marché et l’opinion, la croissance des inégalités, l’accroissement de la pauvreté dans le monde et le dérèglement climatique finiront par détruire l’équilibre du système économique.

Il y a une ambition de gouvernance derrière ce raisonnement. Gouvernance européenne mais aussi gouvernance mondiale. D’où la diplomatie économique qu’il entreprend pour faciliter une diplomatie politique. 

Le discours qu’il s’apprête à envoyer demain « aux maîtres du monde réunis à Davos » est donc très simple. Il le rode depuis un moment. Il l’a confié à Angela Merkel et à Theresa May la semaine dernière, il l’a explicité aux 150 patrons qu’il a invités à Versailles hier soir. 

La vision pour le monde de demain qu’il défend repose sur trois axes : 

une lutte contre les inégalités, une action vigoureuse contre le réchauffement climatique ainsi qu‘une meilleure gouvernance mondiale. Trois axes, trois ambitions pour écarter les risques des nationalismes ou de radicalismes religieux qui menacent un système ou laissent de côté les plus fragiles.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (1)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Anouman
- 23/01/2018 - 22:59
Aîe
Il suffit de lire le dernier paragraphe, c'est amplement suffisant pour comprendre que Sylvestre ne prend pas ses vitamines et ne mange pas assez de poisson.