En direct
Best of
Best of du 19 au 25 septembre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Yannick Noah se fait plaquer; Julien Doré réfléchit à l'adoption d'un enfant avec Francis Cabrel, Jean Dujardin & Nathalie Péchalat en attendent un 2éme: Kanye West pense être le Moïse du peuple noir, Carla Bruni que Nicolas S. écrit comme Balzac

02.

Alerte au rhume : la maladie la plus répandue avait mystérieusement disparu depuis le confinement. Elle revient et ça va tout compliquer avec le Covid-19

03.

Un rapport officiel allemand souligne que l’agriculture biologique n’est absolument pas plus durable que l’agriculture conventionnelle

04.

"Olivier véreux de mes c***lles" : Jean-Marie Bigard insulte le ministre de la Santé

05.

Alerte aux grandes oreilles chinoises : voilà pourquoi vous devriez tourner 7 fois votre pouce avant de poster quelque chose sur les réseaux sociaux...

06.

Absence de mixité, prières… un club sportif aux pratiques troublantes

07.

Les Suisses ont dit "non" à la fin de la libre circulation avec l'Union européenne

01.

Un rapport officiel allemand souligne que l’agriculture biologique n’est absolument pas plus durable que l’agriculture conventionnelle

02.

Yannick Noah se fait plaquer; Julien Doré réfléchit à l'adoption d'un enfant avec Francis Cabrel, Jean Dujardin & Nathalie Péchalat en attendent un 2éme: Kanye West pense être le Moïse du peuple noir, Carla Bruni que Nicolas S. écrit comme Balzac

03.

Un militant communiste assassiné à Saint-Ouen *

04.

Santé mentale : ces millions de Français que la pandémie fait chanceler ou s’écrouler en silence

05.

Emmanuel Macron s’est souvenu qu’il avait une mère et un père

06.

Ce que la dernière photo prise par la NASA nous révèle de Jupiter

01.

Eric Zemmour condamné pour injure et provocation à la haine

02.

Édouard Philippe ou le vrai-faux espoir de la droite : radioscopie d’un malentendu idéologique

03.

Nouvelles mesures face au Covid-19 : Gribouille gouvernemental à la barre

04.

J’aime les sapins de Noël : je suis un facho

05.

Louis Hausalter : "L'histoire de Marion Maréchal éclaire l’état de décomposition et de recomposition du paysage politique"

06.

Plongée dans les coulisses de l’organisation de la Convention de la droite : l'engagement de Marion Maréchal et Eric Zemmour en faveur de l’union des droites

ça vient d'être publié
pépites > Politique
Candidature
Rachida Dati se confie dans la presse britannique sur son souhait de vouloir "gagner l'élection présidentielle de 2022"
il y a 26 min 6 sec
décryptage > France
Les entrepreneurs parlent aux Français

La coupe est pleine. Insurrection ? Désobéissance ? Révolte ? Les PME et TPE ont-elles encore le choix ?

il y a 3 heures 14 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Vagabondages" de Lajos Kassak : sur les routes de Budapest à Paris avant 14, le savoir survivre d’un artiste prolétaire… une pépite de la littérature hongroise

il y a 3 heures 42 min
décryptage > Economie
Coronavirus

Impact du Covid-19 : vers un budget 2021 en apesanteur

il y a 4 heures 55 min
décryptage > Société
Licence to kill

L’amendement inutile : l’IMG, (Interruption médicale de grossesse) à 9 mois pour cause de détresse psychosociale

il y a 5 heures 39 min
Crise
La paralysie de l'économie due au coronavirus menace New York déjà très endettée
il y a 6 heures 8 min
décryptage > International
Disraeli Scanner

Donald Trump : comment le populiste s’est mué en conservateur

il y a 6 heures 36 min
décryptage > Santé
Confusion généralisée

Alerte au rhume : la maladie la plus répandue avait mystérieusement disparu depuis le confinement. Elle revient et ça va tout compliquer avec le Covid-19

il y a 7 heures 6 min
décryptage > Sport
Une deux, une deux

Fermetures des salles de sport : à quelles activités physiques se mettre pour garder la forme face à un automne semi-confiné ?

il y a 7 heures 37 min
pépites > Politique
Election
La droite conserve la majorité au Sénat
il y a 7 heures 42 min
pépites > Economie
Outils de lutte contre la crise et face à la pandémie
Le gouvernement présente son projet de budget 2021
il y a 53 min 4 sec
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Contes et légendes" de Joël Pommerat : Pommerat au firmament

il y a 3 heures 27 min
Alimentation
Plus de la moitié des produits végétariens étudiés par une association contiennent de l’eau comme ingrédient principal
il y a 4 heures 6 min
pépites > Religion
Séparatisme
Absence de mixité, prières… un club sportif aux pratiques troublantes
il y a 5 heures 31 min
décryptage > Economie
Nécessité d'un compromis

Sécurité sanitaire et emploi : les difficultés du "en même temps"

il y a 5 heures 58 min
pépite vidéo > Défense
Tensions
L'Arménie et l'Azerbaïdjan instaurent la loi martiale
il y a 6 heures 19 min
décryptage > Economie
Evolution de la pandémie

COVID-19 : France, Royaume-Uni, Espagne, comment faire baisser la contamination ? Des "Gilets jaunes des bars" maintenant ?

il y a 6 heures 51 min
rendez-vous > High-tech
La minute tech
Malaise au poignet ? Le nouvel bracelet connecté de santé d'Amazon analyse votre voix et vos émotions
il y a 7 heures 33 min
décryptage > Politique
Résultats

Sénatoriales : rien ne bouge vraiment (et ça n’est pas une bonne nouvelle pour Emmanuel Macron)

il y a 7 heures 39 min
décryptage > Terrorisme
LE BLOC-POL DE LAURENCE SAILLIET

Terrorisme : la coupable inertie d’Emmanuel Macron

il y a 8 heures 2 min
Pour quelques points de plus

Permis de conduire : Et si les candidats pensaient à supprimer le monopole des auto-écoles ?

Publié le 11 avril 2012
Invité surprise de la campagne présidentielle, le permis de conduire inspire les candidats. Les propositions fusent mais constituent-elles des solutions efficaces ?
Gaspard Koenig
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Gaspard Koenig a fondé en 2013 le think-tank libéral GenerationLibre. Il enseigne la philosophie à Sciences Po Paris. Il a travaillé précédemment au cabinet de Christine Lagarde à Bercy, et à la BERD à Londres. Il est l’auteur de romans et d’essais, et...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Invité surprise de la campagne présidentielle, le permis de conduire inspire les candidats. Les propositions fusent mais constituent-elles des solutions efficaces ?

Atlantico : Tarifs allégés pour les chômeurs, enseignement du code dès le collège, gratuité de l'examen... pourquoi les candidats se prononcent-ils tous en faveur d'un réaménagement du permis de conduire ?

Gaspard Koenig : Il y a plus d’un million de jeunes par an qui sont inscrits dans les auto-écoles et essayent de passer leur permis. Le coût moyen du forfait (code et permis) se situe entre 1500 et 2000 euros. Les gens mettent, un an, deux, parfois plus pour passer le permis. Cela devient un véritable calvaire pour toute une génération. Cela explique que l’on comptabilise 300 000 à 400 000 conducteurs qui circulent sans permis chaque année. Par ailleurs, c’est un passage obligatoire pour tous les jeunes or ces derniers sont en âge de voter. Il s'agit donc d'un sujet à traiter pour un candidat à la présidentielle car il préoccupe un million de personnes par an.

Avoir le permis de conduire devient une véritable obsession pour les gens : ils le ratent, doivent reprendre des heures, s’endettent ... et tout cela sans compter les complications administratives N'oublions pas non plus le code, pour lequel il faut se réinscrire au code car il n’est plus valable après un an. Moi-même j’ai raté l’examen une dizaine de fois entre deux pays ! J’ai donc pu en faire l’expérience sous toutes les coutures.

Le permis de conduire constitue un domaine où il y a énormément de problèmes et d’absurdités qui persistent. Mais je ne suis pas certain que les propositions émises sans préparation et en toute improvisation par les candidats répondent au problème. On atteint un point de cafouillage bureaucratique et de pénalisation pour les jeunes, très importants.

Les propositions émises par les différents candidats peuvent-elles venir à bout des problèmes rencontrés au long du passage de l'examen ?

Nicolas Sarkozy propose que le code soit enseigné au lycée. Mais l'apprentissage du code est une aberration en lui-même ! Le code est un enseignement extrêmement simple. De plus, tous ceux qui conduisent une voiture savent que lorsqu’on connaît les panneaux « Stop » et « Cédez le passage », il suffit d’un peu de bon sens, et de connaissance du mécanisme de la voiture pour circuler. On devrait juste avoir à acheter le livre du code, ou des dvd, éventuellement avoir la possibilité de prendre des cours de code donnés par des instructeurs pour ceux qui veulent. Sous prétexte de sécurité routière on rend le passage de l'examen complexe et on impose aux gens de prendre des cours.

J’ai passé le permis en Angleterre où les situations de route sont très similaires à celles rencontrées en France mais le système est fait de telle manière que c’est beaucoup moins coûteux, moins bureaucratique et plus simple de passer le permis de conduire, à exigences égales. Vous avez en votre possession le livre de code que vous apprenez puis vous allez passer l’examen après vous y être inscrit tout seul.

Il faudrait appliquer cela en France mais personne ne le fait pour des raisons très simples : il faudrait s’attaquer aux réseaux que sont les auto-écoles sur l’enseignement de la conduite. Cela illustre un problème fondamental que nous avons en France : lorqu'un problème est créé par des monopoles ou par la mainmise de l’Etat, au lieu de le résoudre en libéralisant le système, on ajoute des normes ou des propositions encore plus compliquées.

Tout est centralisé par la préfecture, il y a donc toujours un intermédiaire  de trop qui est l’auto-école – obligatoire en France – qui introduit des absurdités dans les délais et dans les coûts de passage de l'examen. Il faut payer le salaire des moniteurs, du propriétaire de l’auto-école, le loyer des locaux... l’auto-école entretient sa rente grâce au monopole qu’elle détient.

Le choix le plus simple serait de proposer plus de libertés : il faudrait mettre toute la procédure en ligne, proposer des cours de conduite ou de code délivrés par des moniteurs brevetés par l’Etat, etc. Car il ne s’agit pas de libéraliser n’importe comment, le permis doit rester un examen officiel.

Comme en Angleterre le moniteur est un professionnel libéral. L'inscrit est, par conséquent, mieux traité puisqu'il est un client. De plus les coûts sont plus bas puisqu’on ne paye pas une structure mais un professionnel directement et le service est meilleur car un bon taux de réussite du moniteur lui permet d’attirer plus de clientèle. C’est donc un cercle vertueux.

Lorsqu’a été faite la réforme du permis en 2008 par l’équipe de Dominique Bussereau, j’ai rencontré  Jeannette Bougrab, Secrétaire d’état à la jeunesse, dans le cadre de l’écriture de mon livre. Je lui ai demandé  " Pourquoi ne vous attaquez vous pas au système des auto-écoles qui imposent des coûts très élevés ? " Elle m’a répondu : "Matignon m’a dit Faites ce que vous voulez mais ne touchez pas aux auto-écoles car vous aurez les voitures d’auto écoles dans la rue qui comme les taxis, représentent des relais d’opinion ." On demande donc de réformer un système sans s’attaquer à ce point de blocage central ni aux rentes de situation que prélèvent certaines professions parce qu’elles ont des relais au parlement et constituent des lobbys. Il existe un lobby très bien organisé des auto-écoles qui bloque toutes réformes intelligentes.

Jean-Luc Mélenchon propose la gratuité du permis à terme, est-ce possible ?

Je trouve cela absolument absurde, la gratuité n’existe pas. Qui paye ? Ce sont les contribuables, à savoir les classes moyennes. C’est une supercherie rhétorique.

En revanche on peut développer le système de bourse déjà existant pour aider ceux qui en ont le moins les moyens, au lieu de penser au blocage des prix. Pourquoi ne pas penser à faire baisser les prix simplement par les mécanismes des marchés - ce qui aujourd’hui n’existe pas dans le cas des auto-écoles - et qui, si cela était mis en place, débloquerait la situation. L’Etat va dépenser plus d’argent en voulant instaurer des mesures coûteuses au lieu de le régler de manière réglementaire.

Ce débat est symptomatique du fait que les candidats se copient les uns les autres. Il y a des différences techniques mais pas de différence idéologique entre les deux principaux candidats.

Aucun des deux candidats ne veut s’attaquer au vrai problème : il faudrait avoir une vision globale du système français, et avoir la volonté de libéraliser plusieurs professions ultra réglementées qui créent artificiellement des coûts trop élevés. Ce qui par la suite pourrait se décliner sur l’auto-école. C’est un sujet qui a sa place dans la campagne mais pas traité de cette manière.

Propos recueillis par Axelle Ewagnignon

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (12)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
philanthrope
- 12/04/2012 - 14:24
Et si on prenait conscience de la réalité des choses !
Si à chaque fois que quelque chose nous gène on le supprime est ce vraiment la solution ? ne pourrait-on pas penser plutôt à mettre une TVA à 7% ce qui réduirait considérablement déjà les frais car la TVA à presque 20% (19.6%) ça compte sur une formation, seulement on préfère supprimer le code dans les auto-écoles en imaginant que ça va faire baisser le coût mais non les auto-école n'ont pas une marge extraordinaire, à chaque heure de conduite l'auto-école avant de faire un bénéfice médiocre doit s’acquitter du salaire du moniteur :15€+les charges sociales ce qui nous amène à quelques euros près à 25€ + la fameuse TVA 7.38 Soit 32€38 donc sur une leçon qui est facturée 45€ en moyenne il reste 12€62 pour le carburant, l'assurance, les frais de la secrétaire, des loyers et téléphone EDF , donc je considère qu'il ne faut pas avoir fait polytechnique pour se rendre compte que s'il n'y avait pas quelques petits à côtés pour rendre l'entreprise un peu rentable cette activité n'aurait plus lieu d'être et à force de vouloir tout supprimer, il n'y aura plus de proximité, plus d'écoute, plus d'aide et un désintérêt pour se métier qui tout sensibilise à la sociabilité et au civisme merci.
brennec
- 12/04/2012 - 10:06
Lisez Bastiat
Le problème c'est que, quoi qu'en disent les candidats, les politiciens au pouvoir, lorsqu'il s'agit d'échanges économiques, choisissent toujours les entreprises contre les consommateurs, au détriment du pouvoir d'achat (lequel reste un argument électoral!). Et pourtant seuls les consommateurs peuvent représenter l'intéret général. Bienvenue dans le monde mercantiliste. Vive Bastiat.
Cap2006
- 12/04/2012 - 07:49
@ fms
J’apprécie votre commentaire, jusqu'à la dernière ligne...
et j'ajoute une couche de remarques :
- le pays souffre de l'examen-ite aiguë... Avec tous les diplômes prestigieux que possèdent nos dirigeants politiques et économiques, il y a de quoi s'étonner de leurs décisions... et le bac est l'exemple type d'un machin irréformable et coûteux, complètement débile, mais rigoureusement indispensable... Mais comme tout diplôme, il sert à classer les populations... Bac +5 pour enseigner en maternelle, n'a jamais fait mieux aimer et comprendre les enfants...dans le but de leur apprendre quelque chose... cela élimine bon nombre d'enseignants potentiellement de qualité. la valeur de l'homme ne se résume pas à son diplôme!

- supprimer un examen, cela ne veut pas dire ne rien enseigner... cela relève plutôt de l'auto évaluation, responsabilisante... suis-je capable de m’insérer dans la circulation ? Ai je acquis les bases suffisantes pour une formation longues ? tout le contraire d'un bout de papier qui ne témoigne en rien de l'aptitude
En 68, ils ont donné le bac à tous le monde, provoquant un afflux à l'université... même ceux qui auraient été recalé ont réussi belle carrière