En direct
Best of
Best of du 21 au 27 novembre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Karine Le Marchand & Stéphane Plaza s’installent ensemble (elle pète, il ronfle); Jalil & Laeticia Hallyday aussi (mais sont moins bruyants); Yannick Noah retrouve l’amour; Geneviève de Fontenay : petite retraite mais grosse dent (contre Sylvie Tellier)

02.

Vous subodoriez que Grigny n’était plus en France : Gabriel Attal l’a confirmé

03.

Violences et police : quand la droite confond l'ordre et les libertés et se tire une balle dans le pied (électoral)

04.

Monstres sacrés : Alain Delon, l’éternel enfant blessé

05.

Le Covid-19 est en train de transformer profondément l'Asie et voilà comment

06.

Pourquoi Donald Trump a eu raison de gracier son ancien conseiller à la sécurité nationale

07.

Assassinat du scientifique iranien, piège de dernière heure tendue à Téhéran

01.

Le veganisme bon pour la santé ? Pas pour les os en tous cas, une large étude révèle un risque nettement supérieur de fracture

02.

PSG-LEIPZIG : 1-0 Les Parisiens préservent leurs chances en remportant une victoire inquiétante

03.

Elon Musk est devenu le 2ème homme le plus riche au monde et voilà pourquoi la France aurait singulièrement besoin de s'en inspirer

04.

Migrants de la place de la République : "damned if you do, damned if you don't"

05.

Qui a peur de Jean-Michel Blanquer ?

06.

Elections américaines : derrière les suspicions de fraude, une lutte totale opposant "Patriotes" et "mondialistes" à l'échelle occidentale?

01.

Immigration : les dernières statistiques révèlent l'ampleur des flux vers la France. Mais qui saurait les contrôler ?

02.

Covid-19 : Emmanuel Macron annonce enfin (et sans en avoir l’air) un changement de stratégie

03.

Violences et police : quand la droite confond l'ordre et les libertés et se tire une balle dans le pied (électoral)

04.

Elon Musk est devenu le 2ème homme le plus riche au monde et voilà pourquoi la France aurait singulièrement besoin de s'en inspirer

05.

Migrants de la place de la République : "damned if you do, damned if you don't"

06.

« La France aimez-la ou quittez-la ». Et qui a dit ça ? Le secrétaire général de la Ligue islamique mondiale !

ça vient d'être publié
light > Histoire
Incroyable
Des chercheurs ont découvert des dizaines de milliers (!) de dessins vieux de 12.500 ans dans la forêt amazonienne
il y a 7 heures 5 min
pépite vidéo > Sport
Plus de peur que de mal
Formule 1 : Romain Grosjean miraculé après un accident très impressionnant
il y a 7 heures 49 min
pépites > Santé
Sceptiques
Covid-19 : une majorité des Français n'ont pas l'intention de se faire vacciner
il y a 10 heures 17 min
pépite vidéo > Société
Casseurs
Manifestations contre les violences policières : des dégâts à Paris
il y a 11 heures 1 min
light > Culture
Mort d'un géant
L'acteur David Prowse, qui avait incarné Dark Vador, est décédé
il y a 11 heures 53 min
décryptage > Culture
Atlantico Litterati

Oscar Wilde ou l’art avant tout

il y a 13 heures 8 min
décryptage > International
A qui profite le crime ?

Assassinat du scientifique iranien, piège de dernière heure tendue à Téhéran

il y a 13 heures 31 min
décryptage > International
Pardon présidentiel

Pourquoi Donald Trump a eu raison de gracier son ancien conseiller à la sécurité nationale

il y a 13 heures 43 min
décryptage > Santé
Vecteur

Pourquoi les virus frappent-ils plus certains continents que d'autres ? Une étude sur Zika donne des indices

il y a 14 heures 6 min
décryptage > France
Munich 1938 ? Non, Munich 2020 !

Vous subodoriez que Grigny n’était plus en France : Gabriel Attal l’a confirmé

il y a 14 heures 24 min
pépite vidéo > France
Heurts
Manifestation : les images très violentes d'un policier tabassé par plusieurs manifestants
il y a 7 heures 30 min
pépites > France
Défense
Pour le directeur général de la Police nationale, "la police est un reflet de la société"
il y a 8 heures 59 min
rendez-vous > Science
Atlantico Sciences
L'origine de l'énergie des étoiles confirmée grâce aux neutrinos de Borexino ; Gravité quantique : l'écume de l'espace-temps, une clé du Big Bang au vivant ?
il y a 10 heures 32 min
light > Media
Disparition
Le journaliste Jean-Louis Servan-Schreiber est mort
il y a 11 heures 29 min
pépites > Religion
Distanciation
Messes : le Conseil d'Etat casse la règle des trente fidèles maximum
il y a 12 heures 27 min
décryptage > Politique
Partis des libertés

Violences et police : quand la droite confond l'ordre et les libertés et se tire une balle dans le pied (électoral)

il y a 13 heures 24 min
décryptage > Economie
La crise qui vient

La bourse est-elle trop optimiste ?

il y a 13 heures 37 min
décryptage > International
Etatisme

Le Covid-19 est en train de transformer profondément l'Asie et voilà comment

il y a 13 heures 57 min
rendez-vous > Environnement
Atlantico Green
Si vous voulez vraiment faire des achats respectueux de l'environnement, il ne faudra pas vous contenter de lire les étiquettes des produits en rayon. Petits conseils pour y voir plus vert
il y a 14 heures 16 min
décryptage > Société
Big tech

Pourquoi il devient urgent de sauver nos démocraties de la technologie

il y a 14 heures 28 min
© Capture d'écran Canal + / Dailymotion
© Capture d'écran Canal + / Dailymotion
Carton rouge

Affaire Tony Chapron : les arbitres sont-ils l’ennemi numéro 1 des professionnels du monde du football ?

Publié le 17 janvier 2018
L'"affaire Chapron" relance la question du respect des arbitres sur et en dehors du terrain. Boucs émissaires historiques du football, ils souffrent d'une culture de la contestation et de l'intimidation à leur égard que rien ne semble pouvoir endiguer, pas même la vidéo.
Daniel Riolo
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Daniel Riolo est journaliste sportif et écrivain.Il est chroniqueur dans l'After Foot sur RMC et blogueur sur le site internet de RMC Sport.Il est notamment l'auteur de OM-PSG, PSG-OM les meilleurs ennemis : Enquête sur une rivalité  (Mango Sport 2005)
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
L'"affaire Chapron" relance la question du respect des arbitres sur et en dehors du terrain. Boucs émissaires historiques du football, ils souffrent d'une culture de la contestation et de l'intimidation à leur égard que rien ne semble pouvoir endiguer, pas même la vidéo.

Atlantico : Dimanche soir, lors du match Nantes-PSG à la Beaujoire, un incident a fait beaucoup plus couler d'encre que la victoire poussive de l'actuel premier du Championnat 1-0. Alors que le match s'apprête à se terminer, l'arbitre, Tony Chapron, se prend les pieds dans ceux du défenseur nantais Diego Carlos, trébuche, se relève et met un second carton jaune au Brésilien synonyme de carton rouge et synonyme d'expulsion. L'erreur est grossière. La réaction du monde du football l'est peut-être tout autant :  sur les plateaux et réseaux sociaux, on assiste à un véritable lynchage de l'arbitre. Vous êtes alors très seul à prendre la défense non pas tant de Tony Chapron mais des arbitres en général. Pourquoi l'arbitrage est-il le punching-ball du football moderne ?

Daniel Riolo : Ce n'est pas tant un problème contemporain qu'une conception historiquement et culturellement très ancrée dans le football selon laquelle l'arbitre est responsable des résultats et désillusions. On ne le retrouve pas que sur le terrain : cela a fait un film, on le retrouve dans des livres. L'arbitre est pensé comme un ennemi. Alors que littéralement, un arbitre est une personne désignée par deux parties pour qu'en cas de litige, quelqu'un décide. Et aujourd'hui, sur nos terrains, cette personne qui décide est systématiquement remise en cause. L'essence même de ce qu'est l'arbitrage est complexe. Un arbitre n'est pas un juge, comme certains le souhaitent. L'arbitre n'est pas juste, il se voit juste confier l'interprétation des faits de match. Ce fait n'est pas compris, et c'est pour cela que tous crient tout le temps à l'injustice.

Si la culture anti-arbitre est historique, peut-on cependant observer une aggravation ou une amélioration du problème ces dernières années ?

Dans le milieu professionnel, ce n'est pas certain, mais chez les amateurs, c'est très clair. C'est une catastrophe. J'étais il y a peu avec Joël Quiniou, qui m'expliquait qu'on en était à 5000 agressions par an. Et rien ne prouve qu'elles soient toutes déclarées. Il y a 500 agressions physiques par an, et on observe de plus en plus d'agressions chez les U13 et U11 [ndlr. Catégorie moins de treize et onze ans] ! Les jeunes recopient toujours plus le phénomène d'encerclement de l'arbitre, de contestation, d'insultes… comme ils les observent chez les pro. Si cela continue comme ça, il n'y aura bientôt plus d'arbitre en amateur, ils seront contents.

Mais de cela on ne parle pas. Dimanche soir, tout le monde s'est jeté sur l'affaire Chapron, mais quelques heures avant, un bus a été attaqué lors d'un match de coup Gambardella à Massy et un arbitre qui a pris trois coups de poing dans la figure à Saint-Denis à la fin d'un match ! Mais le soir même, tout le monde du football voulait la peau de l'arbitre.

Heureusement, cela s'est calmé le lendemain : lors de leurs conférences de presse, les entraineurs ont été bien plus mesurés. Et c'est aussi le cas des gens du foot qui ont calmé le jeu dans leurs commentaires. Ça s'est fait en deux temps : dans un premier il fallait tuer Chapron, puis ils ont peut-être enfin retrouvé la raison.

Mais tout cela s'explique : quand vous avez chaque semaine des présidents qui, à longueur de journée, ne cesse pas de déclarer que le mauvais résultat est de la faute de l'arbitre. Comment est-ce que cela ne peut pas gangréner la tête de tout le milieu ? Et ça fait des années que je demande qu'on leur donne de vraies sanctions. Et qu'on me répond que si Jean-Michel Aulas [ndlr. le président de l'Olympique Lyonnais] fait ça, c'est pour mettre la pression sur l'arbitre afin qu'il soit sous pression lors du prochain match et qu'il ait alors une décision favorable à son club. Mais les gens qui m'affirment cela s'entendent-ils vraiment ? Comprennent-ils ce que cela sous-entend ? Cela sous-entend d'abord que l'arbitre doit être influencé, qu'il soit normal d'utiliser de méthodes à la limite de la malhonnêteté pour arriver à ses fins. Mais c'est dégueulasse.

Et cela l'est d'autant plus quand on voir un chef d'entreprise et président d'un des clubs les plus importants de France passer son temps à critiquer avec virulence les arbitres. Je me souviens d'une époque où il allait dans le vestiaire des arbitres – cela a été par la suite interdit – puis de celle où il faisait des dossiers sur les arbitres. Il les utilisait pour leur montrer qu'ils avaient fait tant d'erreurs là, tant d'autres ici… etc. Cela lui permettait de mettre la pression. Et aujourd'hui, il continue chaque semaine ce petit jeu. Comment dès lors peut-il, tel Ponce Pilate, dire qu'il s'en lave les mains, et que son comportement n'a aucun effet sur les autres clubs, sur le football amateur ? Évidemment que cela gangrène la tête des gens ce genre d'agissements. Et je trouve cela lamentable qu'on n'afflige pas à ce genre de personnes des sanctions au-delà de l'exemplarité. On devrait le faire à chaque fois qu'un d'entre eux vient pleurer sur les arbitres.

Les responsables seraient donc les présidents de club et entraîneurs. Mais qu'en est-il des fédérations ?

Les fédérations pourraient mettre d'énormes sanctions. Même si les sanctions existent déjà, et consiste généralement en une interdiction de banc ou de tribune… Le dirigeant s'en fiche, il va dans sa loge. Est-ce que cela a déjà fait changer quelqu'un de comportement ? Jamais ! Et le pire dans cette affaire, c'est que Jacques-Henri Eyraud, à peine arrivé à l'OM, s'est empressé de suivre le modèle de Jean-Michel Aulas. Parce qu'il s'est aperçu que ça marchait et qu'il pouvait lui aussi avoir des pénaltys de cette façon. C'est lamentable et insupportable ! Ces gens, qui ont une certaine dimension, qui dirigent de grandes entreprises, adoptent des attitudes de racailles vis-à-vis des arbitres. Le paradoxe, c'est qu'on en est presque aujourd'hui à ce que les joueurs sur le terrain se comportent mieux que leurs dirigeants. On a en tout cas moins de joueurs qui viennent pleurer sur l'arbitrage que de présidents ou d’entraîneurs. C'est dire !

Dès lors, que pourrait-on faire, au-delà des amendes, pour que cette situation ne perdure pas ?

Je ne vois pas ce qui pourrait fonctionner d'autre.

On entend souvent dire que l'adoption de l'arbitrage vidéo déchargerait les arbitres de certaines responsabilités et rendrait leur travail plus facile. Qu'en est-il selon vous ?

L'arbitrage-vidéo est effectivement la solution trouvée par le monde du football à ce problème. Car à force de se plaindre et d'exprimer systématiquement son mécontentement vis-à-vis de l'arbitrage, de dire que le résultat est "à cause de l'arbitre", on s'est tourné vers cette solution. On s'est dit que la vidéo supprimerait tout ces problèmes et autres questions d'"injustices". Mais il faudra toujours un arbitre, c'est-à-dire un humain, pour arbitrer à partir de la vidéo. Et à part dans les cas d'erreurs manifestes (par exemple un ballon poussé dans le but de la main), ce sera toujours une question d'interprétation. L'autre cas de litige manifeste est celui du franchissement de la ligne de but, mais on sait déjà que la "Goal Line Technologie" peut-être clairement défaillante.

De toute façon, ceux qui le font aujourd'hui continueront à polémiquer demain. Mercredi dernier, on a essayé la vidéo. A la fin du match, un joueur est tout de suite venu dire qu'il trouvait que ça ne marchait pas et qu'il fallait arrêter. Il y a eu trois polémiques en un soir. Je ne crois pas que cela soit la solution si ce n'est dans des cas très rares et particuliers de tricherie. Le cas du pénalty accordé après visionnage la semaine dernière est typique : sur les plateaux on a dit qu'il y avait pénalty. Le joueur a dit qu'il y avait pénalty : la pression reste toujours sur les épaules des arbitres, même s'ils passent derrière un écran.

Ne serait-il pas nécessaire, pour lui donner plus d'autorité, de changer les statuts des arbitres afin que toute contestation soit plus sévèrement punie ?

On l'a déjà fait : les cartons sont distribués plus vite qu'avant, on donne des suspensions plus longues. Là-dessus on a déjà avancé. Le plus difficile à changer, c'est la contestation culturelle, ce mal profond qui consiste à toujours s'en prendre à l'arbitre. Et le seul pas que le monde du football consente à faire aujourd'hui c'est la vidéo. On sent bien que sur ce point on a atteint un point de non-retour. Ils se disent que cela va changer les choses : cela reste à voir – et je ne suis pas du tout convaincu du résultat.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (0)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Pas d'autres commentaires