En direct
Best of
Best of du 21 au 27 novembre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Elections américaines : derrière les suspicions de fraude, une lutte totale opposant "Patriotes" et "mondialistes" à l'échelle occidentale?

02.

Karine Le Marchand & Stéphane Plaza s’installent ensemble (elle pète, il ronfle); Jalil & Laeticia Hallyday aussi (mais sont moins bruyants); Yannick Noah retrouve l’amour; Geneviève de Fontenay : petite retraite mais grosse dent (contre Sylvie Tellier)

03.

Des chercheurs ont découvert des dizaines de milliers (!) de dessins vieux de 12.500 ans dans la forêt amazonienne

04.

Et l’Italie fut le premier pays à demander l’annulation d’une partie des dettes européennes... voilà pourquoi il faut prendre sa demande au sérieux

05.

Delta Airlines lance un programme pour réduire le risque de contamination Covid à 1 sur 1 million sur ses vols transatlantiques. Pourquoi ne pas s'en inspirer pour des Noëls en famille sans risque ?

06.

Vous subodoriez que Grigny n’était plus en France : Gabriel Attal l’a confirmé

07.

Un des policiers qui suspectent, à tort, 6 jeunes dans une voiture, tire, sans raison, deux coups de feu sur eux, il n'a pas fait l'objet de sanction

01.

Le veganisme bon pour la santé ? Pas pour les os en tous cas, une large étude révèle un risque nettement supérieur de fracture

02.

Elections américaines : derrière les suspicions de fraude, une lutte totale opposant "Patriotes" et "mondialistes" à l'échelle occidentale?

03.

PSG-LEIPZIG : 1-0 Les Parisiens préservent leurs chances en remportant une victoire inquiétante

04.

Elon Musk est devenu le 2ème homme le plus riche au monde et voilà pourquoi la France aurait singulièrement besoin de s'en inspirer

05.

Migrants de la place de la République : "damned if you do, damned if you don't"

06.

Karine Le Marchand & Stéphane Plaza s’installent ensemble (elle pète, il ronfle); Jalil & Laeticia Hallyday aussi (mais sont moins bruyants); Yannick Noah retrouve l’amour; Geneviève de Fontenay : petite retraite mais grosse dent (contre Sylvie Tellier)

01.

Immigration : les dernières statistiques révèlent l'ampleur des flux vers la France. Mais qui saurait les contrôler ?

02.

Violences et police : quand la droite confond l'ordre et les libertés et se tire une balle dans le pied (électoral)

03.

Covid-19 : Emmanuel Macron annonce enfin (et sans en avoir l’air) un changement de stratégie

04.

Elon Musk est devenu le 2ème homme le plus riche au monde et voilà pourquoi la France aurait singulièrement besoin de s'en inspirer

05.

Filmés en train de violenter un producteur de musique dans l'entrée d'un studio 3 policiers parisiens (qui l'ont accusé, à tort, de rébellion) suspendus

06.

Migrants de la place de la République : "damned if you do, damned if you don't"

ça vient d'être publié
pépites > Politique
Liberté de la presse
L'article 24 contesté de la loi «sécurité globale» sera réécrit
il y a 4 heures 38 min
pépites > Culture
Littérature
Le prix Goncourt est attribué à Hervé Le Tellier pour son roman «L'Anomalie» chez Gallimard
il y a 6 heures 16 min
pépites > Société
Exode
Un Français sur dix a quitté sa résidence principale à l'occasion du deuxième confinement, un million de plus que lors du premier confinement
il y a 9 heures 9 min
pépites > Justice
Police
Un des policiers qui suspectent, à tort, 6 jeunes dans une voiture, tire, sans raison, deux coups de feu sur eux, il n'a pas fait l'objet de sanction
il y a 10 heures 17 min
décryptage > Economie
Perte de pouvoir d'achat

La crise du Covid pourrait faire perdre aux Britanniques 1350 euros sur leur rémunération annuelle d’ici 2025. Quid des Français ?

il y a 10 heures 58 min
décryptage > Santé
Protocole ultra-renforcé

Delta Airlines lance un programme pour réduire le risque de contamination Covid à 1 sur 1 million sur ses vols transatlantiques. Pourquoi ne pas s'en inspirer pour des Noëls en famille sans risque ?

il y a 11 heures 30 min
pépite vidéo > Justice
Jour J
Le procès de Nicolas Sarkozy pour corruption dans "l'affaire des écoutes" reprend aujourd'hui
il y a 11 heures 57 min
décryptage > Politique
Janus

Ce qui se cache vraiment derrière le paradoxe Macron

il y a 13 heures 12 min
pépites > Justice
Bavure
4 policiers mis en examen dont 2 ont été écroués dans l'affaire Michel Zecler
il y a 13 heures 20 min
rendez-vous > High-tech
La minute tech
Huit jeux auxquels vous pouvez jouer en famille par écran interposés pendant le confinement
il y a 13 heures 45 min
décryptage > Politique
Un mea culpa qui fera date

Julien Bayou, le patron de EELV, avait osé parler de « lynchages de policiers ». Cet affreux suprémaciste blanc avait oublié que le terme « lynchage » est réservé aux Noirs !

il y a 5 heures 17 min
pépites > Santé
Wanted
10000 volontaires sont recherchés pour mesurer les conséquences psychologiques de la crise sanitaire
il y a 6 heures 32 min
décryptage > Economie
LES ENTREPRENEURS PARLENT AUX FRANÇAIS

La France et l’Allemagne tentent de rallier l’Europe à sa folie. Ils résistent pour protéger l’économie. Tant mieux 

il y a 9 heures 14 min
décryptage > Economie
Panorama

COVID-19, vaccins, politique et vérités

il y a 10 heures 35 min
pépites > Politique
Dilemme
Emmanuel Macron pris au piège de la loi sur la sécurité globale et de l'article 24, Darmanin sur le grill
il y a 11 heures 7 min
pépites > Santé
Covid-19
Coronavirus : la Haute Autorité de Santé recommande de vacciner en 5 phases avec priorité aux Ehpad
il y a 11 heures 49 min
décryptage > Politique
Surprise Surprise

Comment la gauche a subitement découvert les vertus de la vidéosurveillance

il y a 12 heures 56 min
décryptage > France
Union de la colère

La France n’est-elle plus qu’une somme de colères dirigée par un gouvernement incapable de les comprendre ?

il y a 13 heures 20 min
décryptage > France
Glottophobie

Il faut sauver l'accent de Jean Castex !

il y a 13 heures 44 min
décryptage > Economie
ATLANTICO BUSINESS

Le Covid touche les plus vieux mais les jeunes vont en payer les factures

il y a 13 heures 46 min
© Reuters
© Reuters
Reine Mère

La "malédiction" de la Reine des abeilles ? De nouvelles données précisent l’attitude (agressive?) des femmes de pouvoir face aux autres femmes de leur environnement professionnel

Publié le 08 janvier 2018
La femme est-elle un loup pour la femme ? C'est en tout cas ce que semble montrer une récente étude américaine qui affirme que les femmes hiérarchiquement haut placées sont plus dures avec leurs subordonnées du même genre que ne le sont les hommes avec leurs subordonnés.
Sarah Saint-Michel
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Leadership : Hommes, femmes mode d’emploi. Editions Pearson. 2016
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
La femme est-elle un loup pour la femme ? C'est en tout cas ce que semble montrer une récente étude américaine qui affirme que les femmes hiérarchiquement haut placées sont plus dures avec leurs subordonnées du même genre que ne le sont les hommes avec leurs subordonnés.

Atlantico : Qu'est-ce que le "Queen Bee syndrom" ?

Sarah Saint-Michel : Théorisée dans les années 1970 par Staines et ses collègues (1973), la notion de reine mère (Queen Bee chez les Anglo-Saxons) caractérise une femme occupant une position de pouvoir dans l’organisation, expérimentée et intransigeante, plus particulièrement à l’égard de ses collaboratrices. L’histoire de la reine mère est celle d’une femme ayant gravi les échelons, souvent avec difficultés et au prix de nombreux sacrifices, dans des environnements professionnels masculins. Cette femme aurait adopté tous les codes de conduite de son milieu professionnel (assertivité, domination, autorité) et exigerait à son tour des autres femmes des sacrifices, leur causant les mêmes difficultés qu’elle aurait dû surmonter pour accéder à sa position de pouvoir. La reine mère ne ferait dès lors montre d’aucune solidarité à l’endroit des autres femmes, bien au contraire : souhaitant conserver son statut qui lui procure un caractère unique et lui permet de régner au milieu de l’assemblée des hommes, elle aurait plutôt tendance à éliminer ou empêcher la progression des autres femmes.

La Queen Bee est souvent perçue comme trop autoritaire (trop masculine ?) par ses collaborateurs ; et parce qu’on attend des femmes qu’elles déploie de qualités dites féminines (douceur, bienveillance ou encore sensibilité aux besoins des autres), les Queen Bees apparaissent comme de « mauvaises femmes » et/ou comme des traitresses à la cause féminine et féministe. Et si ces mêmes comportements sont considérés chez un homme comme efficaces et légitimes, déployés par une femme ils suscitent dévalorisation et méfiance. 

A partir de l’étude et de vos connaissances du sujet, considérez vous que ce phénomène se vérifie vraiment en environnement de travail ?

Ma boss m’a longtemps présentée comme “la petite”, ce qui me flattait presque, tant je l’admirais. Mais, aujourd’hui, j’ai le sentiment qu’elle a du mal à me laisser grandir et je suis révoltée qu’elle ne m’estime pas capable de prendre seule des décisions » (Propos recueillis dans le magazine Elle 2015). Infantilisées, tyrannisées, méprisées, tel serait le destin tragique de celles qui travaillent pour une femme de pouvoir. Le cinéma n’est pas en reste pour donner corps à cette croyance et proposer des archétypes de ces femmes tyranniques : ainsi de Meryl Streep incarnant la terrible directrice d’un magazine de mode prestigieux, Miranda Priestly, dans Le Diable s’habille en Prada

Il est indéniable de constater que sur le terrain, dans les entreprises, il existe des Queens Bees. En effet, plusieurs études viennent confirmer l’existence de tels comportements de la part des femmes ayant du pouvoir. Une étude menée en 2006 par deux professeurs espagnols, Rocio Garcia-Retamero et Esther Lopez-Zefra, souligne ainsi qu’il vaut mieux pour une femme avoir un supérieur homme. En effet, un certain nombre de femmes en position de pouvoir auront tendance à adopter une attitude plus sexiste qu’un homme et chercheront à bloquer les carrières de leurs followers. Ces nouveaux travaux révèlent comment les opinions stéréotypées émises par ces femmes expérimentées dans le milieu professionnel peuvent se révéler néfastes pour la réputation et la crédibilité des autres femmes. Le fait que ces critiques soient formulées par des femmes expérimentées envers d’autres femmes les rendent par ailleurs plus crédibles et légitimes que celles émises par des hommes à l’encontre des femmes. Ainsi desservent-elles, consciemment ou non, la cause des femmes et leur progression hiérarchique, ce qui in fine les conduit à obtenir un statut unique dans les postes de top management.

Comment expliquer de tels comportements ?

Pourquoi les Queen Bees agissent-elles ainsi ? Pour expliquer ce manque de solidarité de la part des femmes, certains avancent l’idée que pour parvenir à leur poste, ces femmes se sont conformées aux codes masculins du pouvoir (présentéisme, assertivité, autorité) et les ont intériorisés de manière naturelle. Elles exigent implicitement de leurs collègues féminines le même niveau d’investissement qu’elles et n’envisagent pas une remise en question du modèle. De plus, en adoptant tous les codes masculins du pouvoir, la Queen Bee s’inscrit dans une stratégie de compétition auprès de ses collègues, qui sont la plupart du temps des hommes.

En réalité, les choses sont plus complexes et surtout, elles ne se jouent pas qu’à un niveau individuel. Seules les femmes de pouvoir évoluant dans des organisations où la culture et le stéréotype du leader sont très masculins, où les rapports sont caractérisés par la compétition, l’individualisme ou l’agressivité, se comportent de façon compétitive, individualiste ou agressive – tout simplement parce que, voulant prendre le pouvoir, elles se conforment aux attentes de rôle valorisées par l'organisation (Saint-Michel, 2011). Si ces attentes de rôle sont masculines, il n’est pas étonnant de retrouver ces comportements chez les hommes et les femmes. Simplement, ils apparaissent comme plus saillants chez les femmes du fait que l’on n’attend pas ce type de comportement de la part d’une femme. En ce sens, si la Queen Bee doit être jugée « coupable » de quelque chose, c’est moins de méchanceté envers les autres femmes que d’une conformité dérangeante avec le modèle masculin de leadership et de réussite.

Les stratégies qu’il existe pour faciliter l’entraide féminine plutôt que ce type de comportement ?

Il faut tout d’abord réfléchir au modèle de leadership, de pouvoir que l’on souhaite valoriser dans son entreprise. S’il s’agit d’un modèle stéréotypé comme masculin valorisant la domination, le pouvoir et l’autorité ; il est évident que hommes et femmes vont vouloir s’y conformer pour progresser. Ce que l’on sait en revanche, c’est que lorsque ces mêmes comportements sont déployés par des femmes, celles-ci se trouvent alors dévalorisées comparativement à leurs homologues masculins qui agissent de la même façon. Face à ce constat, il convient donc de repenser les référentiels de leadership afin qu’ils soient davantage inclusif ; que hommes et femmes puissent se projeter dedans.

Ensuite, il est nécessaire de former les individus aux stéréotypes et biais de perception concernant les hommes et les femmes en matière de pouvoir, de leadership. Nous agissons tous à l’aide des stéréotypes, afin de classer et trier l’information. Il est nécessaire de déculpabiliser. Par contre, les études soulignent que lorsque les individus en prennent conscience, il n’agissent plus sous leur emprise. Ils prennent le temps de réfléchir pour ne pas formuler des décisions hâtives et biaisées. N’oublions pas, un même comportement déployé par un homme ou une femme ne sera pas perçu de la même façon en raison des stéréotypes ….

Enfin, les réseaux féminins permettent de créer une véritable cohésion féminine, afin d’ouvrir et de libérer la parole. Néanmoins, aujourd’hui il sont remis en question parce que trop clivant et pas assez inclusif à l’égard des hommes ; qui, soulignons le, peuvent être aussi victimes de biais de perception.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (2)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
assougoudrel
- 08/01/2018 - 13:58
La reine-mère
Brigitte surveille de près celles qui passent trop près du dard de son homme. La fautive est sanctionnée dare-dare.
patafanari
- 08/01/2018 - 12:57
"Leadership et followers"
Selon Saint Michel, l'avenir appartient aux femmes laides qui ne seront
ni harcelées par les uns, ni jalousées par les autres.
Qu'est que tu en penses, Angela ?