En direct
Best of
Best of du 9 au 15 janvier
En direct
ça vient d'être publié
pépites > Politique
« Cher Tayyip »
Emmanuel Macron et Recep Tayyip Erdogan s'écrivent pour apaiser les tensions
il y a 2 jours 11 heures
pépites > Justice
Révélations de Mediapart
Justice : enquête ouverte contre Nicolas Sarkozy pour « trafic d’influence » dans le cadre d’activités de conseil pour le groupe russe Reso-Garantia
il y a 2 jours 16 heures
pépites > Politique
Jupiter
Nouvelle colère d'Emmanuel Macron, cette fois contre certains ministres
il y a 2 jours 17 heures
décryptage > International
Démocratie américaine en danger

Assaut sur le Capitole : autopsie de trois jours de folies américaines

il y a 2 jours 18 heures
pépite vidéo > Santé
Eviter la pénurie
Le PDG de Moderna, Stéphane Bancel, alerte sur la question de l'approvisionnement des vaccins pour l'hiver prochain
il y a 2 jours 18 heures
décryptage > International
Université de Bogazici

Révolte étudiante à Istanbul ou les prémices d’un printemps turc

il y a 2 jours 19 heures
pépites > Santé
Coronavirus
Bruno Le Maire et Gabriel Attal indiquent qu'un confinement est toujours possible
il y a 2 jours 19 heures
décryptage > Santé
Espoir

Une étude démontre que les crises cardiaques pourraient être détectées des années à l’avance en surveillant le niveau de calcium dans les artères

il y a 2 jours 20 heures
décryptage > Environnement
instrumentalisation judiciaire

Procès contre l’inaction de l’Etat : l’affaire du siècle est aussi la pire imaginable pour... le climat lui-même

il y a 2 jours 20 heures
décryptage > Santé
Urgence sanitaire

Face à la Covid-19, finissons-en avec l’amateurisme public ! Le diagnostic implacable de fonctionnaires de la santé

il y a 2 jours 21 heures
rendez-vous > Consommation
Atlantic-tac
Quand les billes précisent le moment et quand les disques détournent les heures : c’est l’actualité hivernale des montres
il y a 2 jours 14 heures
pépites > Santé
Pénurie
Le maire de Neuilly-sur-Seine déplore que les quantités de vaccins annoncées ne soient pas au rendez-vous
il y a 2 jours 16 heures
pépites > Santé
Coronavirus
La présence du virus dans les eaux usées de l'Ile-de-France en forte augmentation
il y a 2 jours 17 heures
pépites > Santé
Bug
Après avoir été volontairement fermé hier le site Santé.fr de rendez-vous pour les vaccinations est ouvert en version simplifiée aujourd'hui
il y a 2 jours 18 heures
décryptage > France
Couvre-feu à 18h

La fatigue de l’épidémie, cet élément historiquement documenté, qu’ignore superbement le gouvernement français

il y a 2 jours 18 heures
décryptage > International
Guerre de l'information

A propos d’infox : la tentation de Joe Biden de suivre la politique des néoconservateurs

il y a 2 jours 19 heures
décryptage > Santé
Mesures efficaces contre le virus

Covid-19 : les modèles d’efficacité sanitaire asiatiques, impossibles à reproduire en Europe ? 5 arguments pour démonter une imposture intellectuelle

il y a 2 jours 19 heures
décryptage > Economie
Impact économique de la pandémie

Records à l’export : la Chine est-elle en train de gagner une bataille... ou la guerre des puissances commerciales ?

il y a 2 jours 20 heures
décryptage > France
"Je ne livre pas les Juifs"

Il paraît qu'on ne peut pas accueillir toute la misère du monde. Mais qui est responsable de toute la misère du monde ?

il y a 2 jours 20 heures
pépites > Politique
Voile
Aurore Bergé dépose un amendement interdisant le port du voile aux petites filles
il y a 2 jours 21 heures
© Pixabay
© Pixabay
Génie furieux de Ia littérature

Pour la publication de Céline non saucissonné et jusque dans l’ignoble

Publié le 05 janvier 2018
Cette année, probablement au mois de mai, les trois pamphlets antisémites de Céline vont être réédités par Gallimard (L'Express a publié, au moins de décembre 2017, un article très informé de Jérôme Dupuis sur le sujet).
Philippe Bilger
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Philippe Bilger est président de l'Institut de la parole. Il a exercé pendant plus de vingt ans la fonction d'avocat général à la Cour d'assises de Paris, et est aujourd'hui magistrat honoraire. Il a été amené à requérir dans des grandes affaires qui...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Cette année, probablement au mois de mai, les trois pamphlets antisémites de Céline vont être réédités par Gallimard (L'Express a publié, au moins de décembre 2017, un article très informé de Jérôme Dupuis sur le sujet).

Bagatelles pour un massacre, L'Ecole des cadavres et Les Beaux draps avaient été initialement publiés en 1937, en 1938 et en 1941. Céline avait toujours refusé qu'ils fassent l'objet d'une nouvelle publication mais sa veuve, Lucette Destouches, âgée de 105 ans, a autorisé leur réédition, sous l'égide de son ami et meilleur connaisseur de l'oeuvre de Céline, François Gibault.

Pas seulement sans doute pour des raisons financières même si sa veuve a besoin d'une assistance médicalisée 24 heures sur 24.

Depuis l'annonce de Gallimard, une polémique a éclaté et indignations ou approbations de s'opposer. Décidément Céline ne laissera jamais personne indifférent (Le Monde).

Je ne tiens pas pour rien les points de vue de Serge Klarsfeld ou d'Alexis Corbière hostiles à la réédition de ces écrits polémiques mais je ne partage pas leur avis.

Je serais tenté d'énoncer quelques banalités factuelles ou littéraires.

Céline est un immense écrivain, le génie d'un langage inventé, renouvelé et on peut le créditer de plusieurs chefs-d'oeuvre dont notamment Voyage au bout de la nuit et Mort à crédit.

Ces écrits sulfureux peuvent être trouvés sur Internet, certes sans aval officiel.

En 2012, au Québec, ils ont été publiés et il s'agissait d'un énorme volume comprenant un appareil critique si remarquable que Gallimard se propose de le reprendre.

La réédition française, outre les trois pamphlets, offrira à la lecture A l'agité du bocal (sur Jean-Paul Sartre), Hommage à Zola et le superbe Mea Culpa (à la suite de son voyage en URSS).

En 2015, Les Décombres de Lucien Rebatet avait été réédité, avec des commentaires d'historiens, et la controverse s'était vite éteinte pour un livre dont l'antisémitisme n'était pas moins éclatant que celui qui inspirait Céline.

En 2031 les trois pamphlets de Céline seraient tombés dans le domaine public et devancer cette échéance de quelque 13 ans n'a rien de proprement scandaleux.

J'ai bien conscience que cette argumentation n'est pas suffisante à elle seule pour emporter la conviction. Elle a un caractère trop négatif comme s'il convenait seulement de s'accommoder d'une réédition au lieu de positivement la souhaiter.

Déjà, instinctivement, j'éprouve comme une répugnance à l'idée d'une interdiction qui s'attacherait à la partie, même odieuse, d'une oeuvre écrite par un grand auteur faisant la démonstration de son talent non seulement dans le noble mais aussi dans l'insupportable. Le génie ne se divise pas et laisse ses traces ici et là.

Si on décidait de supprimer de la littérature universelle, par exemple du prodigieux Shakespeare, les passages contestables (Le Marchand de Venise) au nom d'une morale et d'une bienséance d'aujourd'hui inadaptées au siècle de leur écriture, des chefs-d'oeuvre seraient amputés, dénaturés. On n'aurait pas l'idée absurde de les censurer et il n'est pas davantage acceptable, pour d'autres, de les maintenir dans un ostracisme officiel.

Céline est partout, tout entier dans l'indigne comme dans l'unique.

Serait-ce que la réédition de ces pamphlets risquerait d'aggraver l'antisémitisme de certains à cause du concours d'une délirante perversion ? On sait bien que non, heureusement. On ne peut que réprimer les actes motivés par l'antisémitisme, les délits ou les crimes directement commis sous l'emprise de ce dernier mais pour les tréfonds de chacun, l'antisémite ne sera pas rendu plus antisémite par Céline pas plus qu'il ne sera converti à l'humanisme par de seules injonctions morales.

Et ceux qui sont préservés de ce poison n'en seront pas atteints à cause de Céline.

Les pamphlets, surtout dans ce domaine, ne convainquent que les convaincus mais laisseront indemne la masse de lecteurs que la curiosité littéraire, l'intérêt historique ou la veine sociologique pourrait pousser vers eux.

Surtout, Céline est universel. Il n'appartient à personne, à aucun clan, à aucune famille, à aucune religion, à aucune monstruosité. Pour le meilleur ou pour le pire.

Que Serge Klarsfeld et ceux qui pensent comme lui dans la communauté juive soient indignés par la réédition à venir de ces écrits polémiques est parfaitement compréhensible. Mais ce n'est que leur point de vue intéressant, estimable mais fragmentaire, sur une oeuvre.

On n'a pas à s'approprier, en exigeant leur interdiction, des écrits qui, grâce à leur auteur, relèvent d'un capital indivis. Cette remarque n'est pas applicable qu'à Céline. Elle vaut pour les créateurs qui dans dans leurs éclatantes lumières ont laissé se glisser des ombres.

Je n'irais pas jusqu'à discuter l'antisémitisme célinien, dans sa traduction pamphlétaire, délirante et frénétique, alors que pour une fine intelligence comme celle d'André Gide, il était imprégné d'une telle outrance, constitué par une telle globalité, tellement désaccordé du Juif en tant que tel qu'il paraissait vomir plutôt l'humanité elle-même. Pour André Gide, la haine du Juif chez Céline dépasse le Juif pour atteindre la détestation de la vie. Je conçois bien volontiers que pour des mémoires meurtries, cette analyse puisse apparaître pour des arguties.

Pour terminer, derrière ces joutes aussi bien intellectuelles que politiques, prônant l'emprise d'un passé tragique sur le présent ou un présent libre mais non oublieux, il y a toujours la même hantise, la même crainte, presque le même mépris. A quel titre prétend-on se mêler de ce qui regarde le citoyen, le lecteur, de son choix et de son intelligence ?

Je sais bien que les Français, durant cette année, ne se rueront pas sur ces trois pamphlets mais n'aurait-il pas été concevable, convenable de les rééditer et de laisser tous ceux qui admirent Céline pour partie ou pour le tout, qui le détestent pour le tout ou pour partie ou qui sont tout simplement curieux de l'ensemble se forger leur opinion, élaborer leur conviction et prendre un parti ? Faut-il donc toujours les prévenir, les alerter, les dissuader, leur enjoindre, les priver AVANT au lieu de les laisser lire, vivre ?

Même quand il s'agit de Céline et qu'on ne doit pas couper en tranches un génie furieux de la littérature.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (5)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
vangog
- 06/01/2018 - 10:59
Marx est responsable, indirectement, de 110 millions de morts...
et pourtant, personne n'évoque la possibilité d’interdire Marx! Cet assassinat de masse n’a pas été concerné par la censure mémorielle gauchiste. Et c’est tant mieux!...A l’nverse, la période macroniste inaugure le retour à la « grande censure »: partout on en parle, il y a les pour et les contre la pensée unique, la liberté offerte par le WEB inquiète ces penseurs univoques qui craignent pour le nouvel ordre mondial, déjà branlant sur ses bases pourries...il y a ceux pour qui la liberté est un danger, d’autres pour qui la liberté est une opportunité...j’en fais partie! Ah! Et bonne année à nos amis Sémites! (J’ai le droit, là?...)
moneo
- 06/01/2018 - 10:45
je suis con
je n'ai pas réussi à terminer voyage au bout de la nuit pas plus que Mein Kampf, le dernier nommé est d'un indigeste absolu et le premier bof...

on doit pouvoir réimprimer tout ,si ça peut aider certains à comprendre du passé ,et moi je pense que seuls les déjà contaminés pourront se réjouir
Chacun sa connerie .....celles que l'on lit aujourd''hui devraient nous intéresser un peu plus....
Pezennec
- 05/01/2018 - 16:18
Ce n'est pas le marchand de Venise, c'est le passé très très pro
Bonjour,

j'ai lu Voyage au bout de la nuit, d'une traite, c'est déjà antisémite, il y a de grands écrivains Français de cette époque chez qui on ne trouvera pas de tels écarts ........ Mauriac, Julien Gracq, Malraux etc .....

je sais que l'antisémitisme basique et bête perlait à la surface de la société Française avant guerre, c'était hier, ma mère née en 1923 était allée au collège chez les Soeurs (à Quimperlé), un antisémitisme non pas furieux mais latent y régnait, des choses stupides telles que les Juifs aiment le sexe ................ quoi d'ailleurs de plus naturel et qui ne leur est pas spécifique ............

En résumé, trop d'injures antisémites cela suffit , rééditons et relisons plutôt ces auteurs que j'ai cités qui écrivent dans un français limpide des histoires à portée universelle.