En direct
Best of
Best of du 17 au 23 octobre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Plus odieuse que les caricatures de Mahomet, la caricature d'Erdogan

02.

Parcs, plages et autres interdictions de promenade : ces mesures du premier confinement qu’aucune efficacité sanitaire ne justifie

03.

Les investissements s’effondrent et signent la fin d’une mondialisation effrénée… Sauf pour la Chine, grande gagnante de la crise

04.

Un sondage dévastateur pour Macron et aussi, hélas, pour la France

05.

Voici comment et pourquoi Hollande et le CFCM sont bizarrement devenus islamophobes

06.

Une certaine gauche s’étrangle des accusations de complicité avec l’islamisme mais sera-t-elle capable d’en tirer des leçons sur ses propres chasses aux fachos imaginaires ?

07.

Reconfinement généralisé : les failles (masquées) de la détermination affichée par Emmanuel Macron

01.

L‘épargne des Français va nous sauver de la ruine et financer l’argent magique de la relance : démonstration

02.

Stéphane Plaza se fait larguer pour un plus jeune; Laeticia Hallyday plaque Pascal; Sia adopte des adultes; Kylian Mbappé récupère l'ex de Neymar; Marlène Schiappa aime les hommes, Britney Spears profite

03.

Bahar Kimyongür : "Dans sa fuite en avant, Erdogan n'hésitera pas à faire flamber le danger islamiste en France"

04.

Ce qui s'est vraiment passé au sein du ministère de l'Education nationale dans les jours ayant précédé la mort de Samuel Paty

05.

Une certaine gauche s’étrangle des accusations de complicité avec l’islamisme mais sera-t-elle capable d’en tirer des leçons sur ses propres chasses aux fachos imaginaires ?

06.

« Qu'est-ce que ce pays qui a perdu la tête ? » Clémentine Autain a fait mine d'oublier que c'est Samuel Paty qui avait perdu la sienne

01.

François Hollande : "une partie minoritaire de la gauche a pu manifester une étrange tolérance envers l’islam"

02.

Un sondage dévastateur pour Macron et aussi, hélas, pour la France

03.

Islamisme : pour Alain Juppé, "plus que du séparatisme, c'est un esprit de conquête"

04.

Mais qu’est ce qu’ont vraiment loupé les partis pour que 79% des Français soient désormais prêts à un vote anti-système ?

05.

Islamo-gauchisme : les lendemains ne chantent plus, c'est interdit

06.

Covid-19 : l’Agence du médicament refuse d’autoriser massivement l’hydroxychloroquine

ça vient d'être publié
décryptage > Environnement
Plan vélo

Et pendant ce temps-là se poursuivait joyeusement la guerre absurde contre la voiture

il y a 1 heure 17 min
pépite vidéo > France
Pensées aux victimes
Attaque à Nice : l’Assemblée nationale observe une minute de silence
il y a 2 heures 4 min
décryptage > Société
Second Impact du Covid-19

Petits conseils pour gérer son anxiété face à une actualité déprimante et angoissante

il y a 2 heures 46 min
décryptage > Santé
Bis repetita

Isolement des cas positifs : le ratage massif qu’Emmanuel Macron feint de ne pas voir (et qui pourrait faire échouer le 2ème déconfinement)

il y a 3 heures 55 min
pépites > France
Enquête en cours
Attaque à l'arme blanche à Nice, l'auteur a été interpellé
il y a 4 heures 32 min
décryptage > International
Mais qu'est-ce qu'ils allaient faire dans cette galère ?

Plus odieuse que les caricatures de Mahomet, la caricature d'Erdogan

il y a 5 heures 56 min
décryptage > Economie
Atlantico Business

Les investissements s’effondrent et signent la fin d’une mondialisation effrénée… Sauf pour la Chine, grande gagnante de la crise

il y a 5 heures 59 min
pépites > Europe
UE
L’eurodéputé Pierre Larrouturou débute une grève de la faim pour réclamer une taxe sur la spéculation financière
il y a 16 heures 13 min
pépites > Politique
"Tester, alerter, protéger"
Covid-19 : Emmanuel Macron annonce l’instauration d’un reconfinement national dès vendredi
il y a 17 heures 12 min
light > France
Festivités annulées
Lyon : la Fête des Lumières 2020 n'aura pas lieu
il y a 22 heures 2 min
décryptage > Sport
Moïse prophète en son Paris

Basaksehir/PSG : Paris, sauvé des eaux par Moïse

il y a 1 heure 38 min
décryptage > Consommation
Leçons du 1er confinement

Pénuries de (re)confinement : voilà ce que vous devriez acheter pour affronter novembre (et non, on ne vous parle pas de papier toilette)

il y a 2 heures 30 min
décryptage > France
Pression sur l'exécutif

Meurtre de Samuel Paty, islam et liberté d’expression : réseaux sociaux arabes, élites anglo-saxonnes, l’étau fatal qui étrangle la France

il y a 3 heures 25 min
décryptage > Economie
"Quoi qu'il en coûte"

Reconfinement : le prix que nous sommes prêts à payer pour sauver une vie est-il en train de flamber ?

il y a 4 heures 23 min
décryptage > Santé
"Tester, alerter, protéger"

Reconfinement généralisé : les failles (masquées) de la détermination affichée par Emmanuel Macron

il y a 5 heures 18 min
décryptage > France
Non, non et non

La phrase terrible du président du CFCM : "il faut savoir renoncer à certains droits"...

il y a 5 heures 57 min
pépites > France
Coronavirus
La France et l'Europe débordées par le virus : l'Hexagone se reconfine mais laisse ses établissements scolaires ouverts, nouvelles restrictions en Allemagne pendant un mois
il y a 6 heures 15 min
pépite vidéo > France
Pays confiné jusqu’au 1er décembre
Reconfinement et nouvelles mesures : retrouvez l’intégralité de l’intervention d’Emmanuel Macron
il y a 16 heures 25 min
pépites > Economie
Impact de la crise
Celio va fermer 102 magasins en France, 383 emplois sont menacés
il y a 20 heures 27 min
light > Culture
Amoureux des mots
Mort d'Alain Rey à l'âge de 92 ans
il y a 22 heures 29 min
© STEPHANE DE SAKUTIN / AFP
© STEPHANE DE SAKUTIN / AFP
Best of Atlantico 2017

La décroissance, ce dangereux fantasme de riches dans un monde pauvre et inégalitaire

Publié le 31 décembre 2017
A l'occasion des fêtes, Atlantico republie les articles marquants de l'année qui s'achève. Branko Milanovic, ancien directeur de la recherche économique de la Banque mondiale, nous expliquait en novembre que pour réduire les inégalités, la décroissance est tout sauf la solution miraculeuse.
Branko Milanovic
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Branko Milanovic est chercheur de premier plan sur les questions relatives aux inégalités, notamment de revenus. Ancien économiste en chef du département de recherches économiques de la Banque mondiale, il a rejoint en juin 2014 le Graduate Center en...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
A l'occasion des fêtes, Atlantico republie les articles marquants de l'année qui s'achève. Branko Milanovic, ancien directeur de la recherche économique de la Banque mondiale, nous expliquait en novembre que pour réduire les inégalités, la décroissance est tout sauf la solution miraculeuse.

Article publié initialement le 23 novembre 2017

J'ai eu récemment une discussion par email et sur Twitter avec quelques personnes qui sont de forts soutiens de l'idée de la décroissance. De ces échanges, j'ai eu l'impression qu'ils n'étaient pas conscients de l'état d'inégalité et de pauvreté (oui, pauvreté) du monde aujourd'hui et de quels seraient les effets si nous décidions de figer le volume de biens et services produits dans le monde à son niveau actuel.

Il ne s'agit ici que de présenter des calculs d'arrière-plan, qui devront être grandement améliorés, dans une tentative sérieuse d'examiner les solutions de rechange.

Supposons, pour le bien de l'argument, que nous interprétons le terme "décroissance" comme la décision de figer le PIB global à son niveau actuel (en considérant pour le moment que le montant des émissions est également figé à son niveau actuel). Puis, à moins que nous changions la distribution des revenus, nous condamnons à une situation de pauvreté abjecte environ 15% de la population qui gagne actuellement moins de 1.90$ par jour, et un quart de l'humanité qui gagne moins de 2.50$ par jour. (Tous les montants en dollars sont à considérés en parité de pouvoir d'achat, ce qui correspond, en dollars, à une égalité de pouvoir d'achat à travers le monde, basé sur le International Comparison Project de 2011).

Maintenir autant de gens dans une pauvreté abjecte pour que les riches puissent continuer de jouir de leur niveau de vie actuel est évidemment quelque chose que les défenseurs de la décroissance ne toléreraient pas. Un de mes correspondants a explicitement rejeté ce scénario. Alors, que fait-on ? Bien sûr, nous pourrions, disent-ils, accroître le revenu des pauvres et réduire le revenu des riches afin de rester dans l'enveloppe actuelle du PIB global. Supposons que nous décidions de "permettre" à tout le monde d'atteindre le niveau de revenu médian existant actuellement dans les pays occidentaux, et, puisque les personnes qui se situent en dessous de ce niveau se rapprochent de la cible, nous réduisons graduellement les revenus des riches (en considérant pour simplifier qu'ils vivent tous dans le monde occidental).

Le "problème" est que le revenu médian après impôts en Occident (environ 14 600 $ par personne et par an) correspond au 91e centile de la distribution globale des revenus. De toute évidence, si nous laissons 90% de la population accroître ses revenus à ce niveau, cela va faire éclater plusieurs fois notre enveloppe globale de PIB (2.7 fois pour être exact). Nous ne pouvons pas être si "généreux". Supposons ensuite que nous laissions tout le monde atteindre un niveau de revenu qui serait légèrement supérieur que le 10e centile occidental, plus exactement celui du 13e centile occidental (soit 5500$ par personne et par an). Par un "heureux hasard", ce 13e centile occidental coïncide avec le revenu global moyen, qui est le 73e centile global. Nous pourrions tirer vers le haut les 72% du bas, mais nous devrions alors réduire les revenus de tous ceux qui sont au-dessus de ce niveau, pour que le monde entier puisse vivre au niveau moyen.

Quelle est l'ampleur de cette réduction impliquée par la baisse des revenus des 27% du haut (ceux qui vivent au-dessus de la moyenne mondiale) ? Leurs revenus devraient être amputés d'environ deux tiers. La plupart d'entre eux vivent en Occident. La paupérisation de l'Occident ne se réaliserait pas par des transferts aux pauvres : nous les laisserions produire et gagner plus. La paupérisation de l'Occident se réaliserait au travers d'une réduction graduelle et constante de la production et du revenu jusqu'à ce que les "riches" perdent suffisamment de revenus pour tomber au niveau du revenu moyen. En moyenne, comme cela a été indiqué, cela représente environ deux tiers des revenus, mais les plus riches devront perdre plus : le décile le plus élevé devra perdre 80% de ses revenus, les 5% les plus riches perdront 84% de leurs revenus, et ainsi de suite.

Les usines, les trains, les aéroports, les écoles ne pourront fonctionner qu'un tiers du temps, l'électricité, le chauffage et l'eau chaude ne seront disponibles que 8 heures par jour, les voitures ne pourront être utilisées qu'un jour sur trois, nous ne travaillerons que 13 heures par semaine (ce qui rendra Keynes heureux d'avoir su le prévoir correctement dans ses "possibilités économiques pour nos petits enfants") etc…- tout cela pour en arriver à ne produire qu'un tiers des biens et services que l'Occident produit actuellement.

Arrêtons-nous un moment et considérons l'énormité de ce qui est proposé ici. L'indice global de Gini arriverait à 0, en partant du niveau actuel de 65. Le monde devrait évoluer d'un niveau d'inégalités qui est plus élevé que celui de l'Afrique du Sud pour en arriver à un niveau d'égalité qui n'a jamais existé dans une aucune société répertoriée.

Les pays ont des difficultés pour mettre en place des politiques publiques qui réduisent l'indice de Gini de 2 ou 3 points, et nous proposons ici de l'abattre de 65 points.

En plus de cela, la population mondiale devrait progresser de plusieurs milliards d'habitants. Notre enveloppe fixe dans son montant absolu devra permettre de soutenir plus de gens, en d'autres termes, la moyenne des revenus devra baisser.

Cependant, le bon côté des choses est qu'une telle compression de la distribution des revenus changera les habitudes de consommation.

Nous savons que les riches produisent plus d'émissions par dollar dépensé​ (AED-average emission per dollar spent) que les pauvres. Cela est la conséquence du fait qu'ils consomment bien plus de biens et services intenses en émissions comme des voyages en avion ou de la viande que les pauvres. Compresser tout le monde pour arriver au même niveau signifierait que le total des émissions produites par le nouveau PIB (qui resterait le même en valeur mais changerait dans sa composition) serait moindre. Il y aurait donc un « relâchement » dans notre enveloppe qui pourrait nous permettre soit de laisser certaines personnes un peu mieux loties, soit d'amener tout le monde à un revenu moyen légèrement supérieur à celui du 13e centile occidental.

Admettons que la progression de la population et que le déclin de l'AED s'annulent l'un l'autre, nous serions alors de retour au scénario original décrit précédemment lorsque tout le monde devait vivre au niveau du 13e centile occidental et que les riches devaient perdre deux tiers de leurs revenus.

Il ne me semble pas que ce résultat, bien que nous puissions en modifier les hypothèses, soit vaguement susceptible de trouver un quelconque soutien politique, y compris parmi les partisans de la décroissance, dont beaucoup devraient réduire leur consommation d'environ 80 à 90 pour cent. Il serait plus logique de réfléchir sérieusement à la manière de réduire les émissions, de ne pas se faire d'illusion dans un monde très pauvre et inégal, mais de penser comment les biens et services les plus polluants pourraient être taxés pour réduire leur consommation. L'augmentation de leurs prix relatifs réduirait le revenu réel des riches (qui les consomment) et réduirait, même légèrement, l'inégalité mondiale. De toute évidence, nous devons réfléchir à la manière dont les nouvelles technologies peuvent être exploitées pour rendre le monde plus respectueux de l'environnement. Mais la décroissance n'est pas la voie à suivre.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (0)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Pas d'autres commentaires