En direct
Best of
Best of du 14 au 20 novembre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Julie Gayet tente de sauver son couple, Ingrid Chauvin liquide le sien, celui de Nabilla tangue; Sophie Marceau fait des câlins aux arbres, Aya Nakamura se la pète; Meghan Markle & Katy Perry, voisines et ennemies, Kylie & Kendall Jenner soeurs et idem

02.

Qui a peur de Jean-Michel Blanquer ?

03.

Pierre Manent : "Nous souffrirons longtemps de la passivité qu’a imposé le gouvernement aux Français avec le Covid"

04.

La décennie qui s'ouvre pourrait être encore pire que la précédente et voilà pourquoi

05.

Boycott de CNews : quand Decathlon veut faire du profit sur le dos de la liberté d’expression

06.

Michel-Edouard Leclerc annonce qu'un "quart du profit réalisé dans les centres Leclerc sera réaffecté au personnel"

07.

Russie-Turquie-Iran : la triplette géopolitique qui a réussi à profondément changer notre monde sans que nous réagissions

01.

Julie Gayet tente de sauver son couple, Ingrid Chauvin liquide le sien, celui de Nabilla tangue; Sophie Marceau fait des câlins aux arbres, Aya Nakamura se la pète; Meghan Markle & Katy Perry, voisines et ennemies, Kylie & Kendall Jenner soeurs et idem

02.

Boycott de CNews : quand Decathlon veut faire du profit sur le dos de la liberté d’expression

03.

Carnage en vue sur les banques européennes ?

04.

Quand Barack Obama démontre que Nicolas Sarkozy est juif

05.

Qui a peur de Jean-Michel Blanquer ?

06.

Covid-19 : radioscopie des racines de la faillite morale de l’Etat français

01.

Quand Barack Obama démontre que Nicolas Sarkozy est juif

02.

Covid-19 : radioscopie des racines de la faillite morale de l’Etat français

03.

Barbara Pompili et Eric Dupond-Moretti annoncent la création d'un "délit d'écocide"

04.

Aucun lien entre le terrorisme et l'immigration !

05.

Projet de loi séparatisme : un arsenal qui alterne entre le trop et le trop peu

06.

Boycott de CNews : quand Decathlon veut faire du profit sur le dos de la liberté d’expression

ça vient d'être publié
Dépenses et coups de coeur
Black Friday : les Français sont prêts à dépenser plus que l’an dernier
il y a 2 heures 51 min
pépites > Europe
Lutte contre la pandémie
Covid-19 : "L'issue est en vue", selon Boris Johnson
il y a 4 heures 29 min
pépites > Justice
Justice
Affaire des "écoutes" : le procès de Nicolas Sarkozy, jugé pour corruption, est suspendu jusqu'à jeudi
il y a 7 heures 16 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"L’archipel des Solovki" de Zakhar Prilepine : plaisir de relire - Les camps des Solovki, antérieurs aux goulags. « J’ai voulu écrire moins sur les camps que sur les Russes » a dit l’auteur, l’un des plus grands romanciers russes contemporains

il y a 8 heures 17 min
rendez-vous > High-tech
La minute tech
Voilà les meilleurs gadgets à acheter pour se créer un home cinéma de compétition pour le confinement
il y a 9 heures 24 min
pépites > Santé
Ecrans
L'Agence nationale de sécurité sanitaire (Anses) s'inquiète du temps passé par les jeunes devant leurs écrans, sans activité physique, aggravé par le confinement
il y a 10 heures 29 min
décryptage > High-tech
Réseaux sociaux

Et si la Chine était en train de doubler la créativité d'une Silicon Valley en panne d'idées ?

il y a 11 heures 21 min
pépite vidéo > Economie
Engagements face à la crise
Michel-Edouard Leclerc annonce qu'un "quart du profit réalisé dans les centres Leclerc sera réaffecté au personnel"
il y a 11 heures 46 min
décryptage > Politique
Disraeli Scanner

A la fin, est-ce le capitalo-marxisme qui l’emportera?

il y a 12 heures 25 min
pépites > Santé
Coronavirus
Macron parle demain soir : pas de déconfinement, mais "un allègement progressif des contraintes"
il y a 12 heures 49 min
pépites > International
Avenir des Etats-Unis
Joe Biden a dévoilé les noms des premiers membres de son gouvernement
il y a 3 heures 23 min
light > Politique
Succès fou
Barack Obama a vendu 890.000 exemplaires de ses mémoires en seulement 24h en Amérique du Nord
il y a 5 heures 15 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Un coupable presque parfait La construction du bouc émissaire blanc" de Pascal Bruckner : un plaidoyer solide, un essai brillant, au secours d’une civilisation crépusculaire ébranlée par les diktats des minorités

il y a 7 heures 56 min
décryptage > Economie
Les entrepreneurs parlent aux Français

Ma lettre au père Noël. Chômage. Récession. Dépression. Un peu de champagne ?

il y a 9 heures 3 min
pépites > International
Diplomatie
Le Premier ministre israélien aurait rencontré secrètement le prince héritier d'Arabie Saoudite
il y a 9 heures 39 min
pépites > High-tech
Gaffe
Un journaliste débarque dans une réunion Zoom secrète des 27 ministres européens de la Défense qui a du être annulée
il y a 11 heures 8 min
pépites > International
Environnement
Un ancien bureaucrate a inspiré le discours du président chinois Xi Jinping changeant l'histoire du réchauffement climatique
il y a 11 heures 35 min
pépites > Finance
Economie
Danone annonce 1.500 à 2.000 suppressions de postes dont près de 400 en France
il y a 12 heures 19 min
décryptage > Media
Sur le divan

"L’élection de Joe Biden est bonne pour l’équilibre mental des Français". Et c’est la psy attitrée de France Info qui vous le dit

il y a 12 heures 42 min
décryptage > Société
La germination des mots

Existerait-il des complotistes sans comploteurs ?

il y a 12 heures 50 min
© SEBASTIEN BOZON / AFP
© SEBASTIEN BOZON / AFP
Best of Atlantico 2017

Pourquoi les inégalités visibles et invisibles ont bien été la clé de la présidentielle 2017

Publié le 29 décembre 2017
A l'occasion des fêtes, Atlantico republie les articles marquants de l'année qui s'achève. Après le premier tour de l'élection présidentielle, Laurent Chalard est revenu sur une France "coupée en deux."
Laurent Chalard
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Laurent Chalard est géographe-consultant, membre du think tank European Centre for International Affairs.
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
A l'occasion des fêtes, Atlantico republie les articles marquants de l'année qui s'achève. Après le premier tour de l'élection présidentielle, Laurent Chalard est revenu sur une France "coupée en deux."

Article initialement publié le 25 Avril 2017

Atlantico : La carte de vote de ce 1er tour par départements révèle une forte opposition territoriale des choix politiques. Quels sont les principaux enseignements à en tirer ?

Laurent Chalard : Il saute aux yeux à l’analyse de la carte de la répartition géographique des candidats arrivés en tête par département au 1° tour de l’élection présidentielle de 2017 qu’il existe deux France, séparées par une ligne imaginaire qui relierait Le Havre à Marseille, opposant d’un côté, une France de l’Est, qui accorde préférentiellement ses suffrages à Marine Le Pen du Front National, à, d’un autre côté, une France de l’Ouest, où Emmanuel Macron d’En Marche l’emporte.

Pour tout géographe, cette carte fait immédiatement penser à l'opposition historique, le long de cette même ligne, entre une France industrielle et urbaine à l'est et une France agricole et rurale à l’ouest. Or, comme nous l’avions montré dans un article de la revue Population & Avenir paru en 2011[1], nous assistons à un processus de retournement des dynamiques territoriales hexagonales, la croissance de l’emploi étant désormais plus forte à l’ouest qu’à l’est de cette ligne depuis les années 2000. En effet, les anciennes régions de tradition industrielle de l’est ont fortement souffert de la désindustrialisation, qui a touché prioritairement les industries traditionnelles (textile, métallurgie, automobile) alors que l'ouest, historiquement moins industrialisé, a moins été touché par ce processus tout en bénéficiant de l’installation d’industries de nouvelle génération (par exemple, l’aéronautique) et de la tertiarisation de l’emploi.

En conséquence, il s’ensuit qu’assez logiquement, dans la France déclinante, grande perdante de la mondialisation, la candidate de l’extrême-droite fasse ses meilleurs scores (à l’exception des métropoles), alors que dans la France qui se porte mieux, le candidat au discours le plus optimiste vis-à-vis de la mondialisation, en l’occurrence Emmanuel Macron, soit plébiscité.

Peut-on expliquer le fort vote "macroniste" dans l'Ouest par le biais d'une présence moins forte des inégalités, plus dans un sens historique qu'actuel ? En quoi la stratification sociale y est différente de l'est ? Quels sont les enjeux relatifs à l'immigration qui peuvent également avoir un impact ?

Effectivement, du fait d’un héritage industriel moins important et plus récent (il remonte aux Trente Glorieuses), la stratification sociale à l’ouest de la ligne Le Havre – Marseille est, en règle générale, moins forte qu’à l’est, avec des oppositions sensiblement moins marquées entre les « riches », peu nombreux à l’ouest du fait de la faiblesse des grandes entreprises capitalistes, et les « pauvres », eux aussi moins nombreux car l’emploi progresse et le chômage est plus faible. Ce contexte de moindres inégalités de revenus rend le modèle économique dominant plus attractif que dans les territoires de l’est où elles sont flagrantes, favorisant le vote pour le candidat perçu comme « optimiste ».

Cependant, un autre facteur peut aussi expliquer le moindre succès des idées d’extrême-droite à l’ouest de la ligne Le Havre-Marseille, qui est la faible présence de l’immigration extra-européenne dans cette partie de la France, faisant passer les questions identitaire et culturelle au second plan dans un contexte où le niveau de vie des classes populaires est meilleur qu’à l’est. En effet, il convient de garder en tête que le vote populiste est le produit d’une combinaison de facteurs (le degré de corruption locale joue aussi un rôle).

Quelle est la spécificité du vote "Emmanuel Macron" ? Sur la base de cette carte, quelles sont les indications à retenir sur son électorat ?

L’analyse de la carte du vote pour Emmanuel Macron au 1° tour de l’élection présidentielle de 2017 montre qu’il n’existe pas un « vote Macron », mais que, dans les faits, il agrège deux profils de vote, qui répondent à des logiques géographiques différentes.

D’un côté, ce qui est assez remarquable lorsque l’on compare la carte du vote Emmanuel Macron en 2017 avec celle du vote François Bayrou en 2007, c’est la forte corrélation entre les deux concernant les principales zones de force (piémont ouest-pyrénéen : « fief » de François Bayrou, Grand Ouest, Massif Central, ainsi qu’accessoirement en Côte d’Or et en Savoie), témoignant de l’existence d’une géographie spécifique du vote « centriste » en France, qui, sans surprise avec ce que nous avons dit précédemment, est dominant à l’ouest de la ligne Le Havre-Marseille. C’est un vote de classes moyennes qui se classent plutôt au centre-droit dans le grand ouest et au centre-gauche dans le Massif Central.

D’un autre côté, la seconde grande logique géographique correspond au survote pour Emmanuel Macron dans les grandes métropoles, suivant le modèle mis-en-avant par le géographe Christophe Guilluy, de territoires gagnants de la mondialisation, qui plébiscitent le candidat faisant l’apologie du modèle économique dominant actuellement. Dans ces territoires, le vote pour Emmanuel Macron est essentiellement le fait de personnes très diplômées, qui gagnent relativement bien leur vie, bénéficiant pleinement de la mondialisation.

A l’arrivée, c'est l'agrégation de ces deux votes, le « vote centriste » et le « vote des métropoles », qui a permis à Emmanuel Macron de se retrouver au second tour de l’élection présidentielle. En effet, si son socle électoral ne s’était appuyé qu’exclusivement sur le vote des gagnants des métropoles, ce dernier n'aurait pas été suffisant pour le qualifier, puisqu’il a dû le partager avec le candidat de la droite, François Fillon. Emmanuel Macron a donc une dette certaine vis-à-vis de l’électorat centriste, dont celui de François Bayrou. Espérons, une fois sa victoire acquise au second tour, qu’il se rappellera qu’il n’est pas juste le candidat des élites des grandes métropoles, mais, avant tout, le candidat d’un « centre » français qui ne demande qu’à exister !

[1] CHALARD Laurent, DUMONT Gérard-François (2011). « L’armature urbaine de l’emploi en France. Un basculement géographique ». Population & Avenir. N°704. Septembre-octobre 2011. Pages 4-7 et 20.

 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (0)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Pas d'autres commentaires