En direct
Best of
Best of du 14 au 20 novembre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Le veganisme bon pour la santé ? Pas pour les os en tous cas, une large étude révèle un risque nettement supérieur de fracture

02.

Ces nouvelles techniques de swing qui révolutionnent le golf

03.

Trop polluant : le gouvernement veut faire disparaître le chauffage au gaz dans les constructions neuves

04.

« La France aimez-la ou quittez-la ». Et qui a dit ça ? Le secrétaire général de la Ligue islamique mondiale !

05.

Immigration : les dernières statistiques révèlent l'ampleur des flux vers la France. Mais qui saurait les contrôler ?

06.

Et le navire de la gauche vint se briser sur l’écueil de l’Islam…

07.

70.000 euros par mois en 2019, une Bentley, un bateau, des appartements et maisons, le ministre de la Justice dévoile son patrimoine

01.

Julie Gayet tente de sauver son couple, Ingrid Chauvin liquide le sien, celui de Nabilla tangue; Sophie Marceau fait des câlins aux arbres, Aya Nakamura se la pète; Meghan Markle & Katy Perry, voisines et ennemies, Kylie & Kendall Jenner soeurs et idem

02.

Boycott de CNews : quand Decathlon veut faire du profit sur le dos de la liberté d’expression

03.

PSG-LEIPZIG : 1-0 Les Parisiens préservent leurs chances en remportant une victoire inquiétante

04.

Carnage en vue sur les banques européennes ?

05.

Migrants de la place de la République : "damned if you do, damned if you don't"

06.

Qui a peur de Jean-Michel Blanquer ?

01.

Quand Barack Obama démontre que Nicolas Sarkozy est juif

02.

Barbara Pompili et Eric Dupond-Moretti annoncent la création d'un "délit d'écocide"

03.

Aucun lien entre le terrorisme et l'immigration !

04.

Covid-19 : Emmanuel Macron annonce enfin (et sans en avoir l’air) un changement de stratégie

05.

Boycott de CNews : quand Decathlon veut faire du profit sur le dos de la liberté d’expression

06.

Martin Gurri : "Les vents de révolte ne sont pas prêts d’arrêter de souffler en Occident car nos élites et institutions ne sont plus adaptées au monde actuel"

ça vient d'être publié
décryptage > Economie
Atlantico Business

Macron : tout faire pour éviter une contamination de la grogne sociale et surtout une résurgence poujadiste.

il y a 12 min 45 sec
décryptage > France
Derrière les annonces

Ce qui se cache vraiment derrière "l'inégal sens des responsabilités" évoqué par Emmanuel Macron à propos des failles françaises face au Covid

il y a 52 min 2 sec
pépites > Style de vie
Cash
70.000 euros par mois en 2019, une Bentley, un bateau, des appartements et maisons, le ministre de la Justice dévoile son patrimoine
il y a 2 heures 1 min
décryptage > Religion
Enfin Allah devient sélectif

« La France aimez-la ou quittez-la ». Et qui a dit ça ? Le secrétaire général de la Ligue islamique mondiale !

il y a 2 heures 21 min
pépites > Politique
Communication
Jean Castex donne ce jeudi matin des informations supplémentaires sur l'allègement du déconfinement
il y a 2 heures 39 min
décryptage > Environnement
Coeur de l'atome

Haro sur le nucléaire et l’hydrogène : l’Europe frappée d’imbécillité énergétique ?

il y a 2 heures 46 min
décryptage > France
Première vague

Immigration : les dernières statistiques révèlent l'ampleur des flux vers la France. Mais qui saurait les contrôler ?

il y a 3 heures 6 min
Effets de la parole présidentielle
Déconfinement : la SNCF a connu une hausse de 400% des ventes de billets de train juste après les annonces d’Emmanuel Macron
il y a 15 heures 6 min
light > Sport
"El Pibe de Oro"
Mort de la légende du football argentin, Diego Maradona, à l’âge de 60 ans
il y a 17 heures 22 min
pépites > Politique
"Le changement, c’est maintenant"
François Hollande propose "Socialistes" comme nouveau nom pour le Parti Socialiste
il y a 18 heures 55 min
décryptage > Environnement
Ecologie

Ecocide : entre impensés, mal-pensé et arrières pensées, un nouveau délit à l’application piégée

il y a 24 min 19 sec
pépite vidéo > Sport
R.I.P
Maradona s'en va, les Argentins célèbrent leur héros national
il y a 1 heure 39 min
décryptage > International
Les yeux ouverts

Le grand défi d’Aliyev

il y a 2 heures 12 min
décryptage > Politique
Fluctuat et mergitur

Et le navire de la gauche vint se briser sur l’écueil de l’Islam…

il y a 2 heures 29 min
décryptage > Sport
Dieu du football

Maradona, l’immortalité haut le pied

il y a 2 heures 41 min
décryptage > France
Aimons nous les uns les autres

Après la résilience, la bienveillance : peut-on gouverner efficacement un pays avec des objectifs de développement personnel ?

il y a 2 heures 56 min
décryptage > France
Génie

Elon Musk est devenu le 2ème homme le plus riche au monde et voilà pourquoi la France aurait singulièrement besoin de s'inspirer

il y a 3 heures 17 min
Futur best-seller
L'enquête fleuve de Society sur l’affaire Xavier Dupont de Ligonnès va être publiée sous le format d’un livre accessible dès le 9 décembre
il y a 16 heures 1 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Madre" de Rodrigo Sorogoyen : un thriller bouleversant sur une mère en deuil de son fils…

il y a 18 heures 21 min
pépites > Economie
Changement de stratégie
IBM envisagerait la suppression de près d’un quart de ses effectifs en France
il y a 20 heures 7 min
© DR
© DR
Un mal pour un bien

Inégalités : le livre perturbant qui soutient que seules les guerres ou les destructions ont permis de remettre les pendules à zéro au cours de l’histoire

Publié le 25 décembre 2017
Selon l'historien américain Walter Scheidel, l'Histoire montrerait que la réduction des inégalités se produit au travers d’événements violents (effondrement de l'Etat, épidémie, luttes sociales et révolutions) car "la démocratie ne garantit pas l’égalité des conditions."
Edouard Husson
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Universitaire, Edouard Husson a dirigé ESCP Europe Business School de 2012 à 2014 puis a été vice-président de l’Université Paris Sciences & Lettres (PSL). Il est actuellement professeur à l’Institut Franco-Allemand d’Etudes Européennes (à l’Université...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Selon l'historien américain Walter Scheidel, l'Histoire montrerait que la réduction des inégalités se produit au travers d’événements violents (effondrement de l'Etat, épidémie, luttes sociales et révolutions) car "la démocratie ne garantit pas l’égalité des conditions."

Atlantico : Selon l'historien américain Walter Scheidel (The Great Leveller - la violence et l'histoire des inégalités - 2017) l'histoire humaine révélerait que la réduction des inégalités se produit au travers d’événements violents : effondrement de l'Etat, épidémie, luttes sociales et révolution. Ceci tout en indiquant que "la démocratie ne garantit pas l’égalité des conditions." Alors que les inégalités n'ont eu de cesse de s'accroître depuis le début des années 80, comment imaginer un processus politique permettant de contourner cette fatalité d'un creusement irrépressible des inégalités ? Comment ce processus prend il forme actuellement au sein des démocraties occidentales ? 

Edouard Husson : Les Etats-Unis sont l’un des pays du monde où les écarts de revenus ont le plus progressé depuis une quarantaine d’années. Mais c’est aussi le pays qui s’interroge le plus franchement sur le phénomène. Lors des dernières élections  présidentielles, Bernie Sanders et Donald Trump ont dénoncé, chacun selon son style, les inégalités croissantes.  Avoir nettement écarté Sanders des primaires par la fraude, a empêché Hillary Clinton de voir le piège que lui tendait Trump: il est devenu le candidat des perdants de l’inégalité croissante contre une Clinton qui apparaissait, à tort ou à raison, comme la candidate de Wall Street. Si Hillary Clinton, qui ne pouvait pas perdre les primaires, avait eu l’intelligence de laisser Sanders atteindre son vrai score, elle aurait dû, pour l’emporter sur lui, s’adresser aux classes moyennes inquiètes; elle aurait donc chassé sur les mêmes terres que Trump. Et aurait sans doute empêché la victoire de ce dernier. Je développe ce scénario de politique-fiction car je ne vois pas ce qui justifie la thèse de Scheidel. Dans la Grande-Bretagne du XIXè siècle, il n’y a pas besoin de guerre, internationale ou civile, pour qu’un Benjamin Disraëli fasse mentir Marx et fasse du parti conservateur l’allié de la classe ouvrière. Si Scheidel avait raison, Jaurès aurait été bien stupide de ne pas souhaiter la Première Guerre mondiale. Mais Jaurès était un coeur noble et il croyait à la victoire du socialisme par la paix et la démocratie; Léon Blum et Willy Brandt lui ont donné raison. Tandis que Lénine, être de ressentiment, se réjouit de la guerre internationale puis fait de la guerre civile russe le tremplin de sa carrière de meurtrier de masse; l’abominable Vladimir Illitch Oulianov a engendré Staline, Mao, Pol Pot et la dynastie des despotes nords-coréens. 

Le génie du christianisme, comme aurait dit Chateaubriand, tient à ce qu’il propose une révolution de la non-violence. Dès les premières pages de l’Evangile de Luc, dans le célèbre hymne du Magnificat, la mère du Christ chante le triomphe d’un Dieu d’amour qui « renverse les puissants de leurs trônes », et « renvoie les riches les mains vides » sans jamais exercer de violence. Le meilleur de la civilisation occidentale est venu boire à cette source. C’est Geneviève et Léon le Grand faisant plier Attila; Charles-Quint abdiquant lorsqu’il voit qu’il ne vaincra jamais le protestantisme par la violence; c’est la « Sainte Alliance » se réconciliant avec la France napoléonienne vaincue etc....Le meilleur de la politique moderne est imprégné du choix chrétien de la non-violence. La fin de la Guerre froide est d’ailleurs l’oeuvre commune de trois chrétiens (Reagan, Margaret Thatcher et Jean-Paul II) et d’un léniniste repenti (Gorbatchev). Choisir la violence pour mettre fin à des inégalités sociales ou des situations d’oppression est un choix - le plus mauvais même s’il est le plus fréquent dans l’histoire. Aujourd’hui, pour sortir des inégalités croissantes, on voit bien que s’affrontent tentation de violence, à commencer par l’islamisme, et aspiration démocratique - à commencer par le conservatisme qui vient remettre en cause la bonne conscience libérale de l’oligarchie. 

​Comment expliquer cette poursuite du processus inégalitaires jusqu'au surgissement de crises violentes ? ​Faut-il voir un aveuglement des élites face à la conditions des autres couches de la société ou une conséquence d'une pensée réellement inégalitaire, laissant supposer que "chacun est à sa place"' ?

L’un des plus grands penseurs français de la seconde moitié du XXè siècle, René Girard, a proposé une extraordinaire théorie du désir: il est selon lui mimétique. Ce soir, habitant repu d’une grande capitale européenne, je n’avais pas spécialement faim. Mais j’ai vu en terrasse d’un restaurant des convives qui mangeaient des huitres; et je suis entré commander des huîtres à mon tour. J’avais assez d’appérit pour en manger une douzaine. Mais mes voisins de table en recommandaient et j’ai fait de même; je n’avais plus faim mais je ne voulais pas en commander moins qu’eux etc....Nous imitons toujours les désirs des autres, dit Girard. Et les autres imitent nos désirs. Il s’agit d’un mécanisme sans fin qui amène les hommes soit à se disputer pour les mêmes objets soit, au fur et à mesure que la violence mimétique s’emballe, à se battre entre eux en ayant oublié l’objet de leur violence. Girard se rapproche de la thèse de Hobbes, « L’homme est un loup pour l’homme », mais, à la différence du théoricien anglais, ce qui l’intéresse c’est le moment qui sépare le pic de la violence (mimétique) de l’instauration d’un pouvoir pacificateur - moment faussement évident chez Hobbes. Au sommet de la guerre de tous contre tous se produit, pense Girard, une polarisation soudaine, contre un individu unique, le bouc émissaire, que le reste de la communauté rend responsable de la violence collective. Le groupe, redevenu unanime, se réconcilie devant le cadavre de l’être prétendument abject, rendu responsable de la violence....puis du retour de la paix. Le bouc émissaire, de démon devient dieu. C’est l’origine de la religion, nous dit l’anthropologue français. Il n’est pas possible de retracer toute la démonstration; que le lecteur veuille bien me croire si j’affirme que Girard propose une explication convaincante de la construction/reconstruction de la société selon un ordre suggéré par le bouc émissaire devenu dieu. Avant le meurtre fondateur, il y avait une violence croissante, devenue soudain universelle et incontrôlée; après le meurtre et la divinisation du bouc émissaire, s’instaure un ordre social: il peut impliquer des inégalités de revenus mais elles sont jugées légitimes, au moins un temps. Il existe un « monopole de la violence légitime », pour parler comme Max Weber: Girard l’observe du sacrificateur des sociétés anciennes à l’Etat moderne. Si l’on suit Girard, on fait éclater tous les schémas idéologiques, qu’ils soient religieux ou politiques, qui voudraient faire croire qu’il existe une violence légitime contre des ennemis de l’ordre social. Nous sommes tous frères en humanité et co-responsables de la violence sociale. Imprégné de la pensée de Saint Augustin, ce n’est pas un hasard si Girard rejoint la non-violence de l’Evangile: le pauvre ou l’exclu peuvent être regardés avec compassion par un Dieu qui est amour; mais, précisément, rien ne justifierait qu’ils usent de la violence contre le riche ou le puissant car ils entreraient alors dans le cercle vicieux de la violence mimétique. 

L'auteur indique que la période des 30 glorieuses, plus égalitaire, doit beaucoup, en termes de réformes "d'égalisation" à la guerre elle même, sa menace ayant été un puissant catalyseur permettant la mise en place de ces réformes. Cette vision de la France de 1945 à 1980 est-elle correcte ? Quelles ont été les forces à l'oeuvre ayant provoqué le démantèlement de ce consensus d'après guerre ?

La société de la Belle Epoque, juste avant 1914, est d’un côté prospère, libre et rend heureux bien des individus. Evidemment, elle contient sa part d’inégalités, de fortunes accumulées, de bonne conscience bourgeoise. Mais le libéralisme et le radicalisme républicain sont combattus par le catholicisme social et le socialisme démocratique. L’avènement d’une « isocratie », d’une démocratie redistributrice, était possible. Pourtant, les Européens ont préféré la guerre. Le gouvernement français républicain se laisse aller à la haine de l’Autriche catholique; le gouvernement wilhelmien est devenu paranoïaque au point d’interpréter toute initiative politique russe comme dirigée contre l’Allemagne. Et le coeur désséché de Lénine s’enflamme à l’idée d’une grande convulsion sociale. Alors, oui, évidemment, le Moloch de la guerre est le grand égalisateur entre les hommes - encore que les plus riches sont dispensés de combattre

 - puis suivent non seulement l’hydre de l’inflation mais l’avènement de nouveaux régimes, autoritaires et militaristes. Là où la thèse de Scheidel ne tient pas, c’est que, fasciné par un certain nivellempnt des fortunes dans les sociétés occidentales en 1920 ou en 1950, il ne veut pas voir que la guerre, internationale ou civile, prduit certaines des inégalités les plus monstrueuses de l’histoire: l’Europe nazie se construit sur la mise en esclavage de dizaine de millions d’individus; la société soviétique est dirigée par une nomenklatura de plus en plus détachée du peuple. Alors oui, le libéralisme n’échappe pas plus que le fascisme ou le communisme à la différenciation entre les individus. Après la génération des reconstructeurs frugaux (« les trente glorieuses ») est venue celle de 1968, rongée par le désir mimétique; elle a sécrété d’immenses inégalités de fortunes; mais aussi le monde divisé entre gagnants et perdants de la conquête sexuelle qui fait la substance des romans de Houellebecq. Si Houellebecq avoue être fasciné par le renouveau catholique, c’est sans doute qu’il y discerne non pas le retour d’un « ordre moral » mais d’un apaisement dans la guerre des sexes. Et si le conservatisme est de retour, partout en Occident, c’est parce que, de Disraëli à de Gaulle, la droite a souvent été la plus efficace pour réintégrer concrètement les classes défavorisées ou exploitées à la vie en société. L’Occident est traversé de deux forces émancipatrices, qui triomphent en alternance: la première est l’indvidualisme (libéral); la seconde est le conservatisme: il veut rétablir le lien, entre les individus mais aussi les classes sociales et les générations tout en acceptant le noyau du progrès; le conservatisme veut encadrer l’émancipation individuelle, pour mieux la faire aboutir et en faire profiter le plus grand nombre. Tandis que l’individualisme libéral produit des rejetons monstrueux, les totalitarismes, qui poussent la logique de l’émancipation jusqu’à la transformer en son contraire, la gauche a produit son propre conservatisme, la social-démocratie, qui refuse de voir dans la fidélité au passé un puissant allié contre l’individualisme absolu; mais, en revanche trouve une voix de réduction pacifique des inégalités sociales. 

 
Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (6)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
essentimo
- 26/12/2017 - 18:40
et Malthus
qui voyait la montée exponentielle de la population mondiale mais dont on disait qu'il avait oublié les guerres et les épidémies.
moneo
- 26/12/2017 - 16:55
Faire la guerre....
Commence par comment persuader les gens de son pays que les difficultés internes ne peuvent résulter des " Dieux" régnant mais forcément par la perfidie des salauds qui se trouvent de l'autre côté de la frontière et de la traitrise d'une partie de la population interne égoïste et favorable aux ennemis de l'extérieur
Communistes, Nationaux socialistes ,Gaullistes etc...le monde est forcément binaire

une fois la massification des cerveaux bien enclenchée ,alors la folie d'un dirigeant , peut à tout moment déclencher une guerre.
dans notre siècle qui sera le plus fou?
vangog
- 26/12/2017 - 11:55
L’analyse est intéressante...
mais elle part d’un axiome faux: ce ne sont pas les inégalités qui doivent être combattues, mais les dogmes qui engendrent la pauvreté. Les inégalités sont structurantes et émulatrices. L’histoire contredit la thèse de Scheidel, et cela devrait mettre la puce à l'oreille de Husson, aveuglé, comme Piketty, par son axiome de départ, qu’il croit infaillible. Ce ne sont pas les inégalités qui génèrent les guerres, mais l'orgueil dogmatique de certains qui croient commander à l’histoire et en diriger le cours...