En direct
Best of
Best of du 24 au 30 octobre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Laeticia Hallyday craque pour Jalil Lespert; Laetitia Casta attend son 4ème; Kim Kardashian fête ses 40 ans en string; Jennifer Lawrence invite ses copines dans le lit conjugal; la maitresse de Brad Pitt le plaque pour un vieux; Loana va mieux; Louane bof

02.

Plus odieuse que les caricatures de Mahomet, la caricature d'Erdogan

03.

Grand remplacement : la double intimidation qui nous empêche de regarder la réalité en face

04.

Malika Sorel : "Emmanuel Macron commet une grave erreur dans sa stratégie face à l’islamisme"

05.

On est chez nous ? Non, ils sont chez nous !

06.

Menace terroriste : "On affronte des masses qui veulent nous détruire", alertent les services de renseignement

07.

Le fondement juridique des amendes liées aux violations bénignes du reconfinement est-il solide ?

01.

Une certaine gauche s’étrangle des accusations de complicité avec l’islamisme mais sera-t-elle capable d’en tirer des leçons sur ses propres chasses aux fachos imaginaires ?

02.

Bahar Kimyongür : "Dans sa fuite en avant, Erdogan n'hésitera pas à faire flamber le danger islamiste en France"

03.

Ce qui s'est vraiment passé au sein du ministère de l'Education nationale dans les jours ayant précédé la mort de Samuel Paty

04.

Laeticia Hallyday craque pour Jalil Lespert; Laetitia Casta attend son 4ème; Kim Kardashian fête ses 40 ans en string; Jennifer Lawrence invite ses copines dans le lit conjugal; la maitresse de Brad Pitt le plaque pour un vieux; Loana va mieux; Louane bof

05.

Malika Sorel : "Emmanuel Macron commet une grave erreur dans sa stratégie face à l’islamisme"

06.

Plus odieuse que les caricatures de Mahomet, la caricature d'Erdogan

01.

Un sondage dévastateur pour Macron et aussi, hélas, pour la France

02.

Islamisme : pour Alain Juppé, "plus que du séparatisme, c'est un esprit de conquête"

03.

Mais qu’est ce qu’ont vraiment loupé les partis pour que 79% des Français soient désormais prêts à un vote anti-système ?

04.

Plus odieuse que les caricatures de Mahomet, la caricature d'Erdogan

05.

Voici comment et pourquoi Hollande et le CFCM sont bizarrement devenus islamophobes

06.

Reconfinement généralisé : les failles (masquées) de la détermination affichée par Emmanuel Macron

ça vient d'être publié
pépites > France
Attaque
Lyon : un prêtre orthodoxe blessé par balle ; l'assaillant en fuite
il y a 1 heure 55 min
pépite vidéo > Culture
Disparition
15 des meilleures scènes de Sean Connery en Bond, James Bond
il y a 5 heures 44 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"Le Menhir d'or" : Du pur Goscinny et Uderzo, en images et en sons

il y a 7 heures 40 min
pépite vidéo > Religion
Religions
L'archevêque de Toulouse, Robert Le Gall, se dit contre le droit au blasphème
il y a 8 heures 41 min
pépites > Terrorisme
Débandade
Seuls 26% des Français font confiance au gouvernement pour lutter contre le terrorisme
il y a 9 heures 44 min
décryptage > France
Justice

Le fondement juridique des amendes liées aux violations bénignes du reconfinement est-il solide ?

il y a 10 heures 35 min
décryptage > Economie
Atlantico Business

L’économique française a rebondi de 18 % au 3ème trimestre, preuve que le système de production peut tenir, à condition qu’on lui fiche la paix...

il y a 11 heures 5 min
décryptage > Justice
Bonnes feuilles

Pierre Gide : le quotidien difficile d’un avocat sous l’Occupation

il y a 11 heures 15 min
décryptage > International
J-4

Bidenomics : quel impact pour l’économie d’un (éventuel) président démocrate ?

il y a 11 heures 16 min
rendez-vous > People
Revue de presse people
Laeticia Hallyday craque pour Jalil Lespert; Laetitia Casta attend son 4ème; Kim Kardashian fête ses 40 ans en string; Jennifer Lawrence invite ses copines dans le lit conjugal; la maitresse de Brad Pitt le plaque pour un vieux; Loana va mieux; Louane bof
il y a 11 heures 17 min
pépites > France
On en a gros
Reconfinement : des maires refusent la fermeture des commerces non-alimentaires
il y a 4 heures 22 min
light > Culture
Disparition
L'acteur Sean Connery est décédé à l'âge de 90 ans
il y a 6 heures 9 min
pépites > Terrorisme
Danger
Menace terroriste : "On affronte des masses qui veulent nous détruire", alertent les services de renseignement
il y a 8 heures 20 min
pépites > International
Soumission
Caricatures : Justin Trudeau veut un débat sur des "exceptions" à la liberté d'expression
il y a 9 heures 2 min
décryptage > France
Pour nous sonne le glas

On est chez nous ? Non, ils sont chez nous !

il y a 10 heures 28 min
décryptage > Santé
Apéros vidéo

Comment gérer la consommation d’alcool pendant le confinement ?

il y a 10 heures 46 min
décryptage > France
Bonnes feuilles

GIGN - RAID : aux origines de la création des unités d’élite

il y a 11 heures 14 min
décryptage > Société
Bonnes feuilles

Savoir repérer les manipulateurs : comment dire non à une personne malveillante et manipulatrice ?

il y a 11 heures 15 min
décryptage > International
Exemple

Petites leçons venues des Etats-Unis pour les conservateurs français

il y a 11 heures 17 min
décryptage > Société
Changement de visage

Grand remplacement : la double intimidation qui nous empêche de regarder la réalité en face

il y a 11 heures 19 min
© Flickr
© Flickr
Ca grimpe

Immobilier en folie : à quoi s’attendre maintenant que la hausse des prix ne parvient plus à être compensée par la baisse des taux

Publié le 09 décembre 2017
Alors que les taux sont désormais à 0 % et que les prix immobiliers continuent leur ascension, l'accès au logement devrait être de plus en plus difficile pour les ménages.
Pierre-François Gouiffès
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Pierre-François Gouiffès est maître de conférences à Sciences Po (gestion publique & économie politique). Il a notamment publié Réformes: mission impossible ? (Documentation française, 2010), L’âge d’or des déficits, 40 ans de politique budgétaire...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Alors que les taux sont désormais à 0 % et que les prix immobiliers continuent leur ascension, l'accès au logement devrait être de plus en plus difficile pour les ménages.

Atlantico : Le marché immobilier français a évolué favorablement depuis l'année 1997, notamment en raison d'une baisse progressive des taux d'intérêts qui pouvaient permettre aux ménages de "suivre" cette évolution des prix. Alors que les taux sont désormais à 0 % et que les prix immobiliers continuent leur ascension, comment peut on anticiper les conséquences sur les ménages ? Comment les ménages vont ils pouvoir faire pour suivre une telle hausse des prix ?

Pierre-François Gouiffès : Si l’on prend comme point de départ l’année 1997, il faut séparer deux phases très différentes dans la progression des prix de l’immobilier, à savoir la phase antérieure à la crise de 2008 et celle qui lui fait suite. Il y a la décennie 1998-2008 de flambée des prix avec un quasi doublement et plusieurs années d’augmentation annuelle de plus de 10 %. Depuis la crise de 2008, il y a eu quatre phases beaucoup moins marquées : deux ans de baisse suite à la crise, puis deux ans de hausse, puis quatre années de baisse 2012-2015 impactées par la fiscalité mais aussi le discours et les actions de Cécile Duflot et enfin une reprise en cours depuis fin 2015, avec des transactions et de volumes de production neuve élevés. La baisse des taux a fortement contribué à la hausse des prix depuis 2015, mais également la politique du gouvernement depuis 2014 (PTZ, dispositif Pinel).

De fait les prix sont globalement stables en France depuis dix ans, alors que par exemple ils ont augmenté de près de 20% en Allemagne et de 50% en Suède, sachant qu’il s’agit là d’une vision moyenne. La part de la dépense logement dans les ménages (loyer ou paiement de la mensualité a plutôt monté mais il semble que le gouvernement veuille mettre en œuvre un choc d’offre pour peser sur les prix tant du logement en tant que service que du logement actif.

Quelles sont les zones qui pourraient rapidement être mises sous tension ? Faut il s'attendre à une relégation des classes moyennes toujours plus loin des "centres mondialisés" ?

On constate effectivement depuis dix ans une différentiation plutôt accrue entre les métropoles et des territoires à forte vacance et prix déprimés, ce qui correspond un peu à la « France périphérique » de Christophe Guilluy.

Le phénomène touche ainsi fortement des villes moyennes devenues moins attractives : sur un an, les prix baissent ainsi à Caen et Dijon (-4%), Metz (-7%) et Limoges (-14%) selon la chambre des notaires. Au contraire les prix flambent dans les zones qui bénéficient de nouvelles aménités en matière de transport : Rennes (+9%, arrivée du TGV) ou sur les sites des futures gares du grand Paris.

Par construction la flambée des prix a pour conséquence de réduire le pouvoir d’achat immobilier des ménages dont les revenus sont stables et donc les amener à un moment ou un autre à s’écarter des zones chères et à connaitre une situation de logement subi.

Si l'on peut considérer que la baisse des taux a été un élément de soutien de la demande immobilière, comment peut on justifier la hausse actuelle alors que les taux sont déjà au plus bas ? Le marché immobilier a t il perdu un de ses principaux moteurs ?

Comme indiqué précédemment, on parle d’une hausse qui a moins de deux ans et avec une stabilité globale des prix français sur dix ans.

Aujourd’hui les volumes de transactions dans l’ancien et des constructions nouvelles sont à des niveaux très élevés avec une probabilité importante de retour à des niveaux plus normaux. Toute hausse des taux d’intérêt réduirait le pouvoir d’achat immobilier puisque le prix d’un logement correspond à la valeur actualisée des flux financiers futurs avec un poids fort du cout du financement.

Par ailleurs les orientations de l’exécutif qui a un discours et une politique plus favorable à « l’économie productive » qu’à l’immobilier peut éventuellement peser sur les prix, notamment si ces facteurs changent les perceptions des ménages et investisseurs marqués par un bon niveau d’optimisme sur l’immobilier depuis trois ans.

 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (2)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
vangog
- 10/12/2017 - 00:02
La France bobo se valorise...
tandis que la France périphérique se dévalorise: effet des politiques socialo-bobos favorisant les centre-villes au mépris de leur périphérie!
ajm
- 09/12/2017 - 18:11
Non sujet
En fait , le prix de l'immobilier ne continue à monter actuellement que dans Paris intra muros (2 millions d'habitants) et dans le centre de certaines métropoles regionales comme Bordeaux. Ailleurs, il stagne ou progesse très peu, et même, dans des régions entières au centre, est ou nord ,du pays continue à baisser.