En direct
Best of
Best of du 17 au 23 octobre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Plus odieuse que les caricatures de Mahomet, la caricature d'Erdogan

02.

Parcs, plages et autres interdictions de promenade : ces mesures du premier confinement qu’aucune efficacité sanitaire ne justifie

03.

Une certaine gauche s’étrangle des accusations de complicité avec l’islamisme mais sera-t-elle capable d’en tirer des leçons sur ses propres chasses aux fachos imaginaires ?

04.

Les investissements s’effondrent et signent la fin d’une mondialisation effrénée… Sauf pour la Chine, grande gagnante de la crise

05.

Un sondage dévastateur pour Macron et aussi, hélas, pour la France

06.

Voici comment et pourquoi Hollande et le CFCM sont bizarrement devenus islamophobes

07.

Reconfinement généralisé : les failles (masquées) de la détermination affichée par Emmanuel Macron

01.

L‘épargne des Français va nous sauver de la ruine et financer l’argent magique de la relance : démonstration

02.

Stéphane Plaza se fait larguer pour un plus jeune; Laeticia Hallyday plaque Pascal; Sia adopte des adultes; Kylian Mbappé récupère l'ex de Neymar; Marlène Schiappa aime les hommes, Britney Spears profite

03.

Bahar Kimyongür : "Dans sa fuite en avant, Erdogan n'hésitera pas à faire flamber le danger islamiste en France"

04.

Ce qui s'est vraiment passé au sein du ministère de l'Education nationale dans les jours ayant précédé la mort de Samuel Paty

05.

Une certaine gauche s’étrangle des accusations de complicité avec l’islamisme mais sera-t-elle capable d’en tirer des leçons sur ses propres chasses aux fachos imaginaires ?

06.

« Qu'est-ce que ce pays qui a perdu la tête ? » Clémentine Autain a fait mine d'oublier que c'est Samuel Paty qui avait perdu la sienne

01.

François Hollande : "une partie minoritaire de la gauche a pu manifester une étrange tolérance envers l’islam"

02.

Un sondage dévastateur pour Macron et aussi, hélas, pour la France

03.

Islamisme : pour Alain Juppé, "plus que du séparatisme, c'est un esprit de conquête"

04.

Mais qu’est ce qu’ont vraiment loupé les partis pour que 79% des Français soient désormais prêts à un vote anti-système ?

05.

Islamo-gauchisme : les lendemains ne chantent plus, c'est interdit

06.

Covid-19 : l’Agence du médicament refuse d’autoriser massivement l’hydroxychloroquine

ça vient d'être publié
light > Religion
Vatican
Attentat à Nice : le pape François "prie pour les victimes et leurs proches"
il y a 23 min 7 sec
décryptage > Environnement
Plan vélo

Et pendant ce temps-là se poursuivait joyeusement la guerre absurde contre la voiture

il y a 2 heures 38 min
pépite vidéo > France
Pensées aux victimes
Attaque à Nice : l’Assemblée nationale observe une minute de silence
il y a 3 heures 25 min
décryptage > Société
Second Impact du Covid-19

Petits conseils pour gérer son anxiété face à une actualité déprimante et angoissante

il y a 4 heures 7 min
décryptage > Santé
Bis repetita

Isolement des cas positifs : le ratage massif qu’Emmanuel Macron feint de ne pas voir (et qui pourrait faire échouer le 2ème déconfinement)

il y a 5 heures 16 min
pépites > France
Enquête en cours
Attaque à l'arme blanche à Nice, l'auteur a été interpellé
il y a 5 heures 54 min
décryptage > International
Mais qu'est-ce qu'ils allaient faire dans cette galère ?

Plus odieuse que les caricatures de Mahomet, la caricature d'Erdogan

il y a 7 heures 17 min
décryptage > Economie
Atlantico Business

Les investissements s’effondrent et signent la fin d’une mondialisation effrénée… Sauf pour la Chine, grande gagnante de la crise

il y a 7 heures 20 min
pépites > Europe
UE
L’eurodéputé Pierre Larrouturou débute une grève de la faim pour réclamer une taxe sur la spéculation financière
il y a 17 heures 34 min
pépites > Politique
"Tester, alerter, protéger"
Covid-19 : Emmanuel Macron annonce l’instauration d’un reconfinement national dès vendredi
il y a 18 heures 33 min
pépites > Terrorisme
Menace terroriste
Attentat à Nice : Jean Castex indique que le plan vigipirate a été réhaussé au niveau "urgence attentat" partout en France
il y a 45 min 32 sec
décryptage > Sport
Moïse prophète en son Paris

Basaksehir/PSG : Paris, sauvé des eaux par Moïse

il y a 3 heures 6 sec
décryptage > Consommation
Leçons du 1er confinement

Pénuries de (re)confinement : voilà ce que vous devriez acheter pour affronter novembre (et non, on ne vous parle pas de papier toilette)

il y a 3 heures 51 min
décryptage > France
Pression sur l'exécutif

Meurtre de Samuel Paty, islam et liberté d’expression : réseaux sociaux arabes, élites anglo-saxonnes, l’étau fatal qui étrangle la France

il y a 4 heures 46 min
décryptage > Economie
"Quoi qu'il en coûte"

Reconfinement : le prix que nous sommes prêts à payer pour sauver une vie est-il en train de flamber ?

il y a 5 heures 45 min
décryptage > Santé
"Tester, alerter, protéger"

Reconfinement généralisé : les failles (masquées) de la détermination affichée par Emmanuel Macron

il y a 6 heures 39 min
décryptage > France
Non, non et non

La phrase terrible du président du CFCM : "il faut savoir renoncer à certains droits"...

il y a 7 heures 18 min
pépites > France
Coronavirus
La France et l'Europe débordées par le virus : l'Hexagone se reconfine mais laisse ses établissements scolaires ouverts, nouvelles restrictions en Allemagne pendant un mois
il y a 7 heures 36 min
pépite vidéo > France
Pays confiné jusqu’au 1er décembre
Reconfinement et nouvelles mesures : retrouvez l’intégralité de l’intervention d’Emmanuel Macron
il y a 17 heures 46 min
pépites > Economie
Impact de la crise
Celio va fermer 102 magasins en France, 383 emplois sont menacés
il y a 21 heures 48 min
© Reuters
© Reuters
Atlantico Business

Du rififi au Medef : les patrons cherchent la solution miracle pour installer Jean-Dominique Senard à la place de Pierre Gattaz

Publié le 05 décembre 2017
Les élections pour désigner le prochain président du Medef devraient permettre au patron de Michelin de remplacer Pierre Gattaz. Sauf que les statuts ne le permettent pas. Ridicule.
Jean-Marc Sylvestre
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean-Marc Sylvestre a été en charge de l'information économique sur TF1 et LCI jusqu'en 2010 puis sur i>TÉLÉ. ...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Les élections pour désigner le prochain président du Medef devraient permettre au patron de Michelin de remplacer Pierre Gattaz. Sauf que les statuts ne le permettent pas. Ridicule.

Les élections à la présidence du Medef ont toujours donné lieu à une campagne électorale disons assez compliquée. On a oublié, mais la précédente élection qui avait obligé Laurence Parisot à quitter ses fonctions, avait été d’une violence inouïe. La bagarre qui démarre aujourd’hui est beaucoup plus polissée. 

La première question est de savoir pourquoi ce type d’élections paraît aussi importantes aux élites parisiennes.  Tout simplement parce que le président occupe un poste de pouvoir avec tous les signes extérieurs du pouvoir et que la lutte pour le pouvoir est dans l’ADN des organisations sociales. Cette affaire d’ego n’est pas essentielle. 

Le plus important est que dans l’organisation du système socio-économique français, le Medef occupe une place très importante puisqu’il cogère le modèle social avec l’Etat et ses syndicats de salariés. Or, nous entrons dans une phase de réforme et de modernisation du système paritaire dans toutes ses composantes, l’assurance chômage, l’assurance maladie et la retraite. 

Ajoutons à cela que le président du Medef a aussi un rôle de pédagogie sur les grandes mutations qui s’imposent avec l‘obligation d’embarquer le plus grand nombre dans la modernité. C’est donc l’interlocuteur obligé de l‘Etat et des syndicats au niveau national et international. Il doit avoir une vision, et une force de conviction pour la faire accepter. Pas facile tous les jours. D’autant que le Medef est une organisation qui regroupe des entreprises les plus diverses par la taille, le métier ou les perspectives. Des unités de production qui ont parfois des intérêts contradictoires. Difficile de faire cohabiter sur une ligne cohérente, la grande distribution, la banque et les industriels. Difficile pour parler d’une même voix aux entreprises du Cac 40, aux entreprises familiales et aux petites PME. 

Donc, le président du Medef doit faire la synthèse entre toutes ces composantes. Son élection donne lieu à un débat qui est tout à fait normal. 

La situation actuelle est particulièrement cocasse. Il existe au sein du patronat un chef d’entreprise qui paraît réunir à peu près toutes les qualités. C’est Jean-Dominique Senard. Le président de Michelin, l'une des entreprises industrielles françaises parmi les plus connues et les plus présentes dans le monde.  C’est sans doute un des plus performants à un moment où l’industrie française est en pleine transformation, pour assumer et la mondialisation et le digital. Ce candidat est en mesure de gagner contre la plupart des autres possibles qui sont aussi plein de qualités, mais sans doute plus fragiles et n’ayant pas le parcours international de Senard. 

Son problème est qu’il aura 65 ans le 7 mars prochain c’est à dire avant l’élection et que les statuts du Medef stipulent que les présidents du Medef doivent entrer en fonction avant 65 ans. A priori donc, c’est mort. C’est mort mais c’est une situation ridicule. On a un candidat qui est respecté par presque la totalité des composantes du Medef, et on s’aperçoit à la veille de monter l’escalier que juridiquement l’escalier est fermé. C’est ridicule de voir le Medef qui s’est fait le champion de l’allongement de la vie professionnelle, et qui demande à tous de retarder le départ à la retraite, de se retrouver bloqué ainsi par une disposition qu’il combat chez les autres mais qu‘il s’impose à lui même.  C’est ridicule parce que cette disposition est utilisée par beaucoup pour alimenter une campagne de dénigrement des uns et des autres.  C’est ridicule aussi parce que ça ternit l’image d’un Medef qui s’est quand même beaucoup améliorée sous la présidence de Pierre Gattaz. 

Alors face à cet imbroglio, le comité exécutif doit trouver une solution mais il aura du mal à échapper au procès de tripatouillage et de combles de pouvoirs. A priori, le comité exécutif qui a commencé hier à travailler à quatre solutions. 

La première, c’est d’appliquer les statuts, ce qui évince de fait Jean Dominique Senard. Dans ce cas, le mouvement patronal se choisira un président entre les quelques personnalités qui vont se porter candidats comme Alexandre Soubot, Geoffroy Roux de Bézieux ou Thibault Lanxade. Personnalités intéressantes mais qui ne portent pas encore une parole audible par tous. 

Pierre Gattaz ne peut même pas se représenter puisqu’il a lui même fait changer les statuts pour empêcher les renouvellements. 

La deuxième solution serait de s’affranchir de cette limite d’âge. Evidemment et on s’étonne que le Medef ne l’ait pas fait avant. Parce que ça risque d’être très compliqué. Il faut changer les statuts, il faut donc que le comite exécutif et le propose en assemblée générale. C’est compliqué à faire en trois mois. 

La troisième solution serait que Pierre Gattaz démissionne avant et organise des élections anticipées de façon à permettre à Senard de passer avant sa date d’anniversaire. Une belle polémique en perspective, qui fait combine et difficile à accepter. Pierre Gattaz la refusera. 

La quatrième solution, la plus probable, serait de s’inspirer des élections américaines. Le Medef organiserait les élections avant que Jean-Dominique Senard fête ses 65 ans en mars, mais entrerait effectivement en fonction à la fin du mandat de Pierre Gattaz qui irait donc au bout de son mandat en juillet 2018. Pendant quelques mois, comme aux Etats-Unis, on aurait au Medef deux présidents (un sortant et un entrant) qui cohabiteraient. 

Les statuts seraient respectés et la majorité des patrons qui pensent que Senard est l’homme qui leur faut pour les représenter seraient satisfaits. 

L’équilibre entre les nécessités du pragmatisme, les ambitions personnelles et le respect des règles juridiques est quand même compliqué à respecter.   

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (3)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
ajm
- 05/12/2017 - 15:27
Présidence du Medef, métier en soi.
La fonction de président du MEDEF est une fonction à plein temps qui est très différente de celle de chef d'entreprise C'est une fonction très politique qui était assumée autrefois par de très "hauts fonctionnaires" patronaux comme Ceyrac ou Huvelin. On a voulu les remplacer par des chefs d'entreprises ayant plus de légitimité syndicale mais, en réalité, cela ne marche pas, en tout cas dans le contexte français. Il est vrai que Senard semble avoir plus l'envergure et le style de ses très anciens prédécesseurs.
Atlante13
- 05/12/2017 - 11:05
Suite, désolé...
de maladie, ou d'allergie macronesque, je suis certain qu'ils pourraient trouver une bonne formulation. Ils pourraient même le nommer à l'Observatoire de la langue française, spécialement créé par notre soi-disant républicain Valls pour recaser l'ami cégétiste Le Paon? Les autres iBidules étant déjà occupés pas Cherche et Thibaud.
Atlante13
- 05/12/2017 - 11:00
"Amélioré sous la présidence de Gattaz"?
Ah bon, désolé mais on n'avait pas remarqué, on croyait seulement qu'il faisai≈t partie de cabinet Hollande. C'est vrai aussi que pour remplacer la Parisot, soutien de campagne pour Hollande, ça convenait très bien. On pourrait peut-être suggérer à mr Gattaz de démissionner, pour raison, que sais-je, de ma