En direct
Best of
Best of du 1er au 7 août
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

L’Europe a-t-elle déjà perdu face à la Turquie ?

02.

Rimbaud était une "caillera" ! C’est un prestigieux spécialiste de son œuvre du nom de Yassine Belattar qui nous l’apprend

03.

Insécurité : mais pourquoi l'Etat s'apprête-t-il à tuer le seul outil statistique un peu fiable ?

04.

Coronavirus : l’automne de toutes les inconnues

05.

Et si l’Univers ne s’expliquait pas par un Big Bang originel mais par un Grand Rebondissement ?

06.

La pandémie a transformé les champs de pétrole en champs de ruines

07.

Islamistes et liberté d’expression : ça empire depuis Charlie; Affaire Girard : Anne Hidalgo se venge des Verts; BHL, Justine Lévy, Carla Bruni : Raphaël Enthoven prend sa (sacrée) revanche; Le MoDem lorgne sur les députés LREM à la dérive

01.

La dégringolade de la France dans le top 10 des puissances économiques mondiales est-il purement mécanique (lié à notre démographie et au développement des pays sous-développés à forte population) ou le reflet d’un déclin ?

02.

Explosion de la violence en France : comment expliquer la faillite de l’Etat (puisque le Hezbollah n’y est pour rien ici...) ?

03.

Vaccin contre la Covid-19 : pourquoi les pérégrinations de la recherche russe pourraient se révéler crédibles

04.

Du glyphosate concentré utilisé comme arme chimique pour détruire une exploitation bio

05.

Canicule : petite liste des aliments les plus risqués à la consommation quand le thermomètre monte

06.

Le télétravail va-t-il provoquer la fin de l'invulnérabilité des cadres sur le marché mondial du travail ?

01.

Explosion de la violence en France : comment expliquer la faillite de l’Etat (puisque le Hezbollah n’y est pour rien ici...) ?

02.

Masques et crise de la masculinité : les ingrédients du cocktail explosif de violences en série

03.

Zemmour est « sous-humain » (c'est à dire un sous-homme) ! Et c’est un surhomme qui le dit…

04.

Relocaliser l’alimentation : une vraie bonne idée ?

05.

Beyrouth : le rêve éveillé de l'Elysée sur l'Orient

06.

La dégringolade de la France dans le top 10 des puissances économiques mondiales est-il purement mécanique (lié à notre démographie et au développement des pays sous-développés à forte population) ou le reflet d’un déclin ?

ça vient d'être publié
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Lectures d'été" : "Les Jungles rouges" de Jean-Noël Orengo, les rêves suscités par l’Indochine et l’Extrême-Orient, de 1924 à 1951

il y a 12 heures 3 min
pépite vidéo > Consommation
Parfums de l'été
Paris : Matthieu Carlin, le chef pâtissier du Crillon, propose les glaces du célèbre palace dans un food truck
il y a 13 heures 11 min
light > France
Lieu mythique
Covid-19 : Sénéquier, le célèbre établissement de Saint-Tropez, ferme temporairement
il y a 14 heures 51 min
pépites > Economie
Monde d'après
Plan de relance : Bruno Le Maire annonce le déblocage d’un milliard d'euros en faveur des relocalisations
il y a 16 heures 58 min
rendez-vous > Media
Revue de presse des hebdos
Islamistes et liberté d’expression : ça empire depuis Charlie; Affaire Girard : Anne Hidalgo se venge des Verts; BHL, Justine Lévy, Carla Bruni : Raphaël Enthoven prend sa (sacrée) revanche; Le MoDem lorgne sur les députés LREM à la dérive
il y a 18 heures 25 min
pépite vidéo > Santé
Protection contre le virus
Port du masque : Olivier Véran présente la règle "ABCD"
il y a 19 heures 32 min
décryptage > Culture
Et "Le bateau ivre" ça se prononce comment en wesh wesh ?

Rimbaud était une "caillera" ! C’est un prestigieux spécialiste de son œuvre du nom de Yassine Belattar qui nous l’apprend

il y a 21 heures 40 min
décryptage > Economie
Réorientation

Mais à quoi va servir l’épargne accumulée par les Français depuis le confinement ?

il y a 22 heures 26 min
décryptage > Economie
Atlantico Business

La pandémie a transformé les champs de pétrole en champs de ruines

il y a 23 heures 3 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Lectures d'été" : "Roumeli - Voyages en Grèce du Nord" de Patrick Leigh Fermor, vagabondage dans une Grèce inconnue des touristes

il y a 1 jour 11 heures
pépites > France
Acted
Français tués au Niger : Jean Castex va présider une cérémonie d’hommage ce vendredi
il y a 12 heures 27 min
pépites > International
Diplomatie
Donald Trump annonce un "accord de paix historique" entre Israël et les Emirats arabes unis
il y a 13 heures 29 min
pépites > Environnement
Pollution
Une plainte a été déposée contre Nestlé pour pollution après la mort de milliers de poissons dans les Ardennes
il y a 15 heures 24 min
pépites > International
Bras de fer diplomatique
Recep Tayyip Erdogan accuse Emmanuel Macron de "colonialisme" et de "spectacle" pour sa visite au Liban
il y a 17 heures 49 min
pépites > Santé
Démasquée
Une médecin du Bas-Rhin a été suspendue pour avoir délivré de faux certificats médicaux contre le port du masque
il y a 18 heures 41 min
décryptage > Santé
Evolution de la pandémie

Coronavirus : l’automne de toutes les inconnues

il y a 20 heures 37 min
décryptage > Santé
Lutte contre le virus

Vous avez dit "cluster" ?

il y a 21 heures 58 min
décryptage > Politique
Gestion des crises

Insécurité : mais pourquoi l'Etat s'apprête-t-il à tuer le seul outil statistique un peu fiable ?

il y a 22 heures 44 min
décryptage > Europe
Molle Union

L’Europe a-t-elle déjà perdu face à la Turquie ?

il y a 23 heures 13 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Lectures d'été" : "Amazonia" de Patrick Deville, exploration littéraire au coeur du pays d'Aguirre

il y a 1 jour 11 heures
© Reuters / Charles Platiau
© Reuters / Charles Platiau
Un remède radical

Cadres : cette question technique mais hautement inflammable qui se pose sur l’avenir du 1,5% prévoyance de 1947

Publié le 22 novembre 2017
L'accord du 17 novembre 2017 sur les retraites complémentaires contourne la question de la cotisation obligatoire en prévoyance pour les cadres instaurée en 1947. Mais la fusion de l'AGIRC et de l'ARRCO en remet en cause durablement le fondement. Voici quelles sont les pistes d'avenir pour cette mécanique héritée de l'après-guerre.
Éric Verhaeghe
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Éric Verhaeghe est le fondateur du cabinet Parménide et président de Triapalio. Il est l'auteur de Faut-il quitter la France ? (Jacob-Duvernet, avril 2012). Son site : www.eric-verhaeghe.fr Il vient de créer un nouveau site : www...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
L'accord du 17 novembre 2017 sur les retraites complémentaires contourne la question de la cotisation obligatoire en prévoyance pour les cadres instaurée en 1947. Mais la fusion de l'AGIRC et de l'ARRCO en remet en cause durablement le fondement. Voici quelles sont les pistes d'avenir pour cette mécanique héritée de l'après-guerre.

Tout le monde a oublié qu'en 1947, les cadres et les employeurs ont signé un accord instaurant des retraites complémentaires par points qui ressemblaient furieusement à ce qui existait avant-guerre, c'est-à-dire avant la sécurité sociale. Dans le climat délétère de ces années mouvementées, une cotisation obligatoire de 1,5% du salaire des cadres fut décidée en faveur de contrats de prévoyance gérés par les branches professionnelles. Les mauvaises langues soutiennent que cette assurance volontaire n'était pas seulement un acte de résistance face à l'universalité de la sécurité sociale. Il permettait aussi de financer de façon discrète les organisations syndicales.

Quel avenir pour le 1,5% pour les cadres?

Le principe d'un avantage réservé aux cadres est devenu très fragile avec le temps. La doctrine de la catégorie objective de salariés le rend même, disons-le de moins en moins tenable. 

La fusion de l'AGIRC et de l'ARRCO qui vient d'être actée par l'accord national interprofessionnel du 17 novembre donne le coup de grâce à cette invention qui structure encore aujourd'hui le paysage de la protection sociale complémentaire. On voit mal comment un système de retraite complémentaire unifié pourrait continuer éternellement à distinguer les avantages versés entre ses ressortissants selon leur niveau hiérarchique. 

Le discret accord annexe du 17 novembre

Les partenaires sociaux ont évidemment identifié le problème, qui se posera de façon cruciale à l'horizon du 1er janvier 2019, jour où la fusion sera effective. Ils ont décidé de se donner un peu de temps pour négocier un accord séparé sur la question. 

Les conjectures vont bon train sur l'issue des travaux. En l'état, on sait juste que cet accord, arraché en son temps par Carole Couvert alors présidente de la CGC, précisera la notion d'encadrement. 

Et si l'on abandonnait le 1,5%?

Une solution simple consiste à abandonner, sous une forme ou sous une autre, le principe d'un versement obligatoire pour la prévoyance des cadres. Cette solution n'interdirait pas les accords existants. Elle les rendrait simplement facultatifs et renverrait aux employeurs la responsabilité de les dénoncer. 

Cette solution peu probable se justifierait toutefois par son coût. Rappelons que la masse salariale en France avoisine les 550 milliards € annuels. Une cotisation généralisée à tous les salariés coûterait donc cher aux employeurs. 

Une généralisation volontaire?

Une solution alternative consisterait à généraliser la prévoyance par accord interprofessionnel, comme la santé le fut par l'ANI de 2013. Nous venons d'évoquer le coût de la mesure (chiffrable autour des 5 milliards annuels) qui constitue un frein à cette solution.

Toutefois, un certain nombre d'employeurs sont favorables à cette opération, dès lors qu'elle est pilotée par les entreprises et non par les branches. Il existe même une action d'influence menée par les assureurs pour doper leur chiffre d'affaires de cette façon. 

Une généralisation par l'État

L'argument qui peut convaincre les employeurs les plus réticents est celui d'une menace d'intervention par les pouvoirs publics. Emmanuel Macron a en effet annoncé qu'il comptait favoriser la protection des salariés dans les mois à venir. Imposer la généralisation de la prévoyance pourrait donc faire partie de ses plans, si les partenaires sociaux ne le devancent pas. 

Or une initiative de l'État peut se révéler dangereuse. Le précédent de la santé, qui a supposé une longue bagarre pour éviter la mise en place d'une "sécurité sociale professionnelle" de branche l'a montré. Quatre ans, tout indique que la technostructure qui avait concocté cette invention liberticide et anti-constitutionnelle reste persuadée de son bien-fondé.

Les acteurs de l'économie de marché ont donc tout intérêt à se mobiliser dès aujourd'hui pour influencer un accord qui devrait voir le jour dans les 18 mois, et qui sera sans doute essentiel.

Cet article a été intialement publié sur le site Décider & Entreprendre

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (2)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
KOUTOUBIA56
- 22/11/2017 - 23:12
article confus. le 1,50% est
article confus. le 1,50% est a la charge de l'employeur et donne au profit des cadres une garantie en cas de decès de celui ci. a ce jour les non cadres ont tous un régime de prévoyance comportant une garantie décès + incapacité venant compléter le demi salaire que donne la sécu. je ne vois donc pas quelle menace il y a, les entreprises ayant toutes pour leur cadre également un régime de prévoyance. par contre la ou l'état s'engraisse c'est que sur la part patronale il a collé la csg qui est déduite du salaire brut du salarié donc baisse son revenu net.
vangog
- 22/11/2017 - 12:56
On y perd le chemin de sa niche!
Le système français des retraites, complexifiées par des générations d’abrutis qui remettaient une couche de tuyaux entre les recédants, est devenu tellement complexe, qu’ils ne savent même plus comment le réparer! dès qu’ils touchent à un tuyau, un autre pete...une usine à gaz gauchiste prête à exploser à la gueule des Français!