En direct
Best of
Best of du 27 juin au 3 juillet
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Un commissariat au plan, c’est la cerise sur le gâteau... Pour les chefs d’entreprise, le comble du ridicule

02.

Catherine Deneuve achète tout en liquide, Laura Smet encaisse le cash de Laeticia, Patrick Bruel dépense le sien pour Clémence; Paris Hilton pour son chien; Jean-Michel Blanquer quitte sa (2ème) femme, Johnny Depp cassait les affaires de Vanessa Paradis

03.

Quand la novlangue de la Mairie de Paris se traduit en réalité cauchemardesque

04.

Le graphique qui fait peur: de moins en moins de Français travaillent depuis 1975

05.

EPR / éoliennes : le match des dépenses incontrôlées entre la filière nucléaire et les énergies renouvelables

06.

Islam politique : nouveau gouvernement, vieilles lâchetés

07.

Jacqueline Eustache-Brinio : "La France est confrontée à une pression de l’Islam Politique"

01.

Après avoir massivement accepté le télétravail, les Français commencent à en ressentir les perversions...

02.

Hydroxychloroquine et remdésivir : petits repères pour tenter d’y voir plus clair dans le "match" des traitements contre le coronavirus

03.

Souveraineté numérique : le choix inquiétant fait par la BPI pour l’hébergement des données sur les prêts des entreprises françaises affaiblies par le Covid-19

04.

Cet esprit de Munich qui affaiblit la démocratie face à une illusion d’efficacité écologique

05.

Jacqueline Eustache-Brinio : "La France est confrontée à une pression de l’Islam Politique"

06.

Affaire Epstein : Ghislaine Maxwell détiendrait plusieurs vidéos d'actes pédophiles commis chez le milliardaire Jeffrey Epstein

01.

Islam politique : nouveau gouvernement, vieilles lâchetés

02.

Le président algérien réclame (encore) des excuses à la France. Quand sera-t-il rassasié ?

03.

Cet esprit de Munich qui affaiblit la démocratie face à une illusion d’efficacité écologique

04.

Et le ministre (Dupond-Moretti) brûla ce que l'avocat (Dupond-Moretti) avait adoré !

05.

Reformator ? Quitte à jouer à l’éléphant dans un magasin de porcelaine, que changer pour une justice plus efficace ET plus respectueuse des libertés ?

06.

Un nouveau Premier ministre pour rien ? Pourquoi la France a plus besoin d’une vision assumée que d’un En-Même-Temps au carré

ça vient d'être publié
décryptage > Politique
Bonnes feuilles

Elections municipales 2020 : comment la candidature de Rachida Dati a assuré la survie de la droite à Paris

il y a 1 heure 27 min
décryptage > International
Bonnes feuilles

Comment le coronavirus a bouleversé et totalement relancé la course à la Maison Blanche entre Joe Biden et Donald Trump

il y a 2 heures 40 min
décryptage > Environnement
Stratégie gouvernementale

La récession économique n’empêchera pas le gouvernement de mettre en oeuvre son programme (de punition) écologique

il y a 3 heures 27 min
décryptage > Environnement
Carburant du futur ?

Energie : l’Allemagne prend le risque mal maîtrisé de l’hydrogène

il y a 4 heures 22 min
décryptage > Economie
Atlantico Business

Un commissariat au plan, c’est la cerise sur le gâteau... Pour les chefs d’entreprise, le comble du ridicule

il y a 5 heures 34 min
décryptage > Environnement
Gaspillages

EPR / éoliennes : le match des dépenses incontrôlées entre la filière nucléaire et les énergies renouvelables

il y a 6 heures 1 min
pépites > Justice
Le retour de la justice
Le parquet de Paris enquête sur les fraudes au "chômage partiel"
il y a 22 heures 19 min
pépites > France
Rénovation vintage
C’est officiel : la flèche de Notre-Dame de Paris sera reconstruite à l’identique
il y a 1 jour 17 min
pépites > France
Fin de partie
L'état d'urgence sanitaire prend fin aujourd'hui, qu'est ce que cela signifie ?
il y a 1 jour 1 heure
pépite vidéo > France
Reconnaissance
Lors du défilé du 14 juillet, l'armée de l'air rendra hommage au personnel soignant
il y a 1 jour 3 heures
décryptage > Société
Bonnes feuilles

L’instinct de survie : cet atout majeur de l’espèce humaine pour surmonter ses peurs, les obstacles et les accidents de la vie

il y a 1 heure 57 min
décryptage > France
Bonnes feuilles

Retour de l’Etat de droit : la difficile et délicate mission de la lutte contre le narcobanditisme

il y a 3 heures 4 min
décryptage > Economie
Marché du travail

Le graphique qui fait peur: de moins en moins de Français travaillent depuis 1975

il y a 3 heures 50 min
décryptage > Santé
Lutte contre la Covid-19

Hydroxychloroquine et remdésivir : petits repères pour tenter d’y voir plus clair dans le "match" des traitements contre le coronavirus

il y a 5 heures 4 min
rendez-vous > People
Revue de presse people
Catherine Deneuve achète tout en liquide, Laura Smet encaisse le cash de Laeticia, Patrick Bruel dépense le sien pour Clémence; Paris Hilton pour son chien; Jean-Michel Blanquer quitte sa (2ème) femme, Johnny Depp cassait les affaires de Vanessa Paradis
il y a 5 heures 46 min
007
L'espion égyptien qui travaillait dans l'entourage d'Angela Merkel a été démasqué
il y a 21 heures 17 min
light > Science
Une vie de chien
Non, l'âge humain de votre chien ne se multiplie pas par sept
il y a 22 heures 49 min
pépites > Economie
L'euro fort
L'Irlandais Paschal Donohoe prend la tête de l'Eurogroupe
il y a 1 jour 43 min
pépites > France
Sécurité
En déplacement à Dijon, Jean Castex dénonce des comportements "inadmissibles"
il y a 1 jour 2 heures
rendez-vous > Consommation
Atlantic-tac
Quand le rouge se met à fumer et quand la cible a du plomb dans l’heure : c’est l’actualité caniculaire des montres
il y a 1 jour 4 heures
© Reuters
© Reuters
Pompier pyromane

Quand les dépenses publiques en viennent à être vues comme seul ciment des territoires : les racines d’un mal français

Publié le 22 novembre 2017
Dans une interview donnée le 19 novembre au Figaro, François Baroin, président de l'Association des Maires de France déclare : "La dépense publique des collectivités locales est utile parce qu'elle tient les territoires, assure de la commande publique, crée de l'emploi et investit. Cela tire tout le monde vers le haut." Ce dernier doit rencontrer Emmanuel Macron mercredi . 22 novembre.
Jacques Bichot
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jacques Bichot est Professeur émérite d’économie de l’Université Jean Moulin (Lyon 3), et membre honoraire du Conseil économique et social.Ses derniers ouvrages parus sont : Le Labyrinthe aux éditions des Belles Lettres en 2015, Retraites : le...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Dans une interview donnée le 19 novembre au Figaro, François Baroin, président de l'Association des Maires de France déclare : "La dépense publique des collectivités locales est utile parce qu'elle tient les territoires, assure de la commande publique, crée de l'emploi et investit. Cela tire tout le monde vers le haut." Ce dernier doit rencontrer Emmanuel Macron mercredi . 22 novembre.

Atlantico : Ne peut-on pas voir ici un symptôme d'un mal français, indiquant que la grande majorité de ses responsables politiques jugent "utiles" leurs dépenses publiques, notamment au sein des collectivités locales ? 

Jacques Bichot : Le propos de François Baroin est en partie une vérité de La Palice : si les dépenses engagées par les collectivités locales étaient en totalité inutiles, cela voudrait dire que nous vivrions aussi bien avec des rues remplies d’immondices (pas de service de collecte des ordures), défoncées (pas de travaux de voirie), où les eaux usées déborderaient (pas d’entretien des réseaux d’évacuation des eaux usées), etc. La question est de savoir si les services utiles sont de bonne qualité et sont rendus à des prix convenables, et si, depuis les municipalités jusqu’aux régions, il n’existe pas trop de dépenses nocives, inutiles, ou dont l’utilité est faible par rapport à la dépense engagée. Elle est aussi de savoir si tous les services dont sont chargées les collectivités locales sont vraiment de leur ressort.

Pour les services typiquement administratifs, il se pose un problème de productivité. L’absentéisme est souvent exagéré, et l’ardeur au travail n’est pas toujours au rendez-vous. Le livre de Zoé Shepard, Absolument dé-bor-dée (Albin Michel, 2010), a mis très utilement les pieds dans le plat : il existe des services où travailler normalement est mal vu, ou « glander » est la norme, et où ceux qui s’en écartent se font taper sur les doigts – surtout s’ils ont le mauvais goût de  dévoiler le pot aux roses. Faut-il vraiment 1,9 millions d’agents dans la fonction publique territoriale, sans compter les emplois aidés ?

Il existe aussi des postes destinés à rémunérer des personnes qui travaillent en fait pour une bonne part au service d’associations que les élus veulent favoriser. Les mêmes associations bénéficient souvent de subventions discutables, pour des raisons d’affinités idéologiques, par clientélisme, ou par simple laxisme.

Et puis les collectivités – particulièrement les départements, avec le RSA – sont en charge de prestations qui ne correspondent pas vraiment à leur rôle, et dont la gestion partagée entre les collectivités et la sécurité sociale engendre des doublons – donc du gaspillage.

Un dernier exemple, car il faudrait plus d’un livre pour tout citer, est la mauvaise gestion financière. La façon dont bon nombre de collectivités d’assez grande taille se sont laissées « refiler » des emprunts toxiques par des banquiers soit malhonnêtes, soit incompétents, est le signe d’un grave manque de compétence.

Il est rare qu’un responsable territorial, élu ou fonctionnaire, reconnaisse qu’il a contribué à dépenser trop, à mauvais escient ou de façon inefficace. François Baroin, vu sa position, ne peut guère dire qu’on pourrait faire plus et mieux avec moins de personnel et moins d’argent ; il lui faut défendre « ses troupes » et dire en substance « touche pas à nos dépenses ». Mais il est probable que, dans son for intérieur, il sait parfaitement qu’il existe hélas des exemples de gabegie, et d’autres beaucoup plus nombreux de gestion nettement améliorable.

En quoi le processus de décentralisation à la française a pu être un moteur des excès de dépenses des collectivités territoriales ? En quoi ce processus a-t-il pu soutenir des politiques clientélistes en lieu et place d'une responsabilisation des acteurs, aussi bien du point de vue des électeurs que des élus ? 

Le grand défaut de la décentralisation « à la française » est la dilution des responsabilités. Prenons l’exemple de l’enseignement supérieur : la construction d’un nouvel établissement va presque systématiquement être co-financée par l’État, la Région, le département et la ville. Les surcoûts et les malfaçons qui résultent de cette collaboration potentiellement conflictuelle (chacun veut payer le moins possible mais pouvoir faire savoir que ce grand projet se réalise grâce à lui) sont conséquents.

L’insuffisance de responsabilité tient aussi à l’imbroglio des financements. Une région, un département, une commune, ne vit pas seulement de ses propres ressources, à savoir principalement les impôts locaux, mais aussi de transferts en provenance de l’État. Les gouvernements croient sans doute que cette dépendance financière des « barons » locaux permet de les contrôler. Malheureusement, elle permet surtout aux édiles d’avoir un coupable tout trouvé quand elles n’ont pas agi avec assez d’efficacité : c’est l’État qui n’a pas fait ce qu’il aurait dû. La situation serait beaucoup plus saine si, hormis quelques cas particuliers où des partages de la dépense sont logiques, l’intégralité du budget communal venait d’impôts communaux ; la totalité du budget départemental, d’impôts départementaux ; et tout l’argent des Régions, de taxes régionales. C’est cela qui rendrait les édiles véritablement tenus de bien gérer : ils auraient face à eux des contribuables qui voudraient en avoir pour leur argent.

Quelles sont les pistes pouvant être envisagées permettant de rétablir "structurellement" le problème des dépenses liées aux collectivités locales ? 

Une de ces pistes vient d’être signalée : instaurer des impôts locaux rendant les élus responsables devant leurs électeurs-contribuables. Ajoutons simplement, à ce propos, une variante de ce qui vient d’être proposé pour que le citoyen-contribuable contrôle la dépense territoriale : il serait envisageable de faire remonter l’argent de bas en haut.Les communes collecteraient la totalité des impôts locaux, les départements devraient se faire financer par les communes, et les régions par les départements. Ainsi le citoyen demanderait des comptes à l’élu de proximité – le maire – dont une des fonctions serait d’en exiger de l’échelon supérieur. L’Union européenne tient statutairement au principe de subsidiarité (traiter au niveau local tout ce qui peut l’être convenablement sans passer à l’échelon supérieur) : belle occasion de le mettre en pratique.

Une autre piste serait la mise en extinction de la fonction publique territoriale. Des salariés ordinaires feraient parfaitement l’affaire, et il serait plus facile de les manager que des fonctionnaires inamovibles. Actuellement, quelqu’un qui ne fait pas l’affaire est simplement mis au placard : il n’avance qu’à l’ancienneté, mais son traitement tombe chaque fin de mois sans qu’il ait grand-chose à faire. C’est désespérant pour les hommes et les femmes ainsi « placardisés », même s’ils ont la sécurité du revenu, car l’être humain a besoin de faire des choses utiles – et c’est aussi un gâchis de l’argent du contribuable.

Troisième piste, qui sera la dernière dans cette interview même s’il en existe bien d’autres :recruter une proportion assez importante de personnes ayant une expérience du travail en entreprise. Une commune n’est certes pas la même chose qu’une compagnie d’assurance, une imprimerie ou une agence immobilière, mais elle a besoin de compétences qui se forgent plus facilement dans le secteur privé. Quand une personne est anémiée, des transfusions peuvent améliorer son état ; pourquoi ne pas faire bénéficier nos administrations territoriales de davantagede sang neuf ?

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (7)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
kelenborn
- 22/11/2017 - 22:45
Vangode
Je cesserai de vous insulter quand vous cesserez de faire le canard sans tête( et encore un canard sans tête , on ne l'entend pas) Si vous n'avez pas compris que vos fatigants kyrie sont contre-productifs, libre à vous . Vous vous réclamez du Front National, il n'y a aucune honte mais, je vous prie de me croire: vos élucubrations et vos sornettes (une incapacité frisant la psychose à écrire plus de trois mots sans qu'apparaisse gauchiste, trotskiste ou socialauds ne peuvent que donner une image déplorable de ce parti .Protégez moi de mes amis!!! c'est ce que vous devriez entendre dans vos cauchemars
Anouman
- 22/11/2017 - 20:24
Impôts locaux
Pour sensibiliser les maires aux dépenses utiles la solution c'est de ne laisser voter que ceux qui payent des impôts locaux et de pondérer les droits de vote par le montant payé.
Claude D
- 22/11/2017 - 19:41
oui mais!
Il n'y a pas une commune ou une intercommunalité qui vote un budget en déficit. Bien sûr, nous pouvons critiquer tel ou tel poste de dépense et j'avoue être de ceux qui critiquent. Donc, les très hauts fonctionnaires de l'Etat seraient bien inspirés de se taire et de penser qu'à cause d'eux, depuis 40 ans, le budget de la France est voté en déficit.