En direct
Best of
Best of du 14 au 20 novembre
En direct
ça vient d'être publié
Dépenses et coups de coeur
Black Friday : les Français sont prêts à dépenser plus que l’an dernier
il y a 4 heures 40 min
pépites > Europe
Lutte contre la pandémie
Covid-19 : "L'issue est en vue", selon Boris Johnson
il y a 6 heures 19 min
pépites > Justice
Justice
Affaire des "écoutes" : le procès de Nicolas Sarkozy, jugé pour corruption, est suspendu jusqu'à jeudi
il y a 9 heures 5 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"L’archipel des Solovki" de Zakhar Prilepine : plaisir de relire - Les camps des Solovki, antérieurs aux goulags. « J’ai voulu écrire moins sur les camps que sur les Russes » a dit l’auteur, l’un des plus grands romanciers russes contemporains

il y a 10 heures 7 min
rendez-vous > High-tech
La minute tech
Voilà les meilleurs gadgets à acheter pour se créer un home cinéma de compétition pour le confinement
il y a 11 heures 13 min
pépites > Santé
Ecrans
L'Agence nationale de sécurité sanitaire (Anses) s'inquiète du temps passé par les jeunes devant leurs écrans, sans activité physique, aggravé par le confinement
il y a 12 heures 18 min
décryptage > High-tech
Réseaux sociaux

Et si la Chine était en train de doubler la créativité d'une Silicon Valley en panne d'idées ?

il y a 13 heures 11 min
pépite vidéo > Economie
Engagements face à la crise
Michel-Edouard Leclerc annonce qu'un "quart du profit réalisé dans les centres Leclerc sera réaffecté au personnel"
il y a 13 heures 35 min
décryptage > Politique
Disraeli Scanner

A la fin, est-ce le capitalo-marxisme qui l’emportera?

il y a 14 heures 15 min
pépites > Santé
Coronavirus
Macron parle demain soir : pas de déconfinement, mais "un allègement progressif des contraintes"
il y a 14 heures 39 min
pépites > International
Avenir des Etats-Unis
Joe Biden a dévoilé les noms des premiers membres de son gouvernement
il y a 5 heures 12 min
light > Politique
Succès fou
Barack Obama a vendu 890.000 exemplaires de ses mémoires en seulement 24h en Amérique du Nord
il y a 7 heures 5 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Un coupable presque parfait La construction du bouc émissaire blanc" de Pascal Bruckner : un plaidoyer solide, un essai brillant, au secours d’une civilisation crépusculaire ébranlée par les diktats des minorités

il y a 9 heures 45 min
décryptage > Economie
Les entrepreneurs parlent aux Français

Ma lettre au père Noël. Chômage. Récession. Dépression. Un peu de champagne ?

il y a 10 heures 53 min
pépites > International
Diplomatie
Le Premier ministre israélien aurait rencontré secrètement le prince héritier d'Arabie Saoudite
il y a 11 heures 29 min
pépites > High-tech
Gaffe
Un journaliste débarque dans une réunion Zoom secrète des 27 ministres européens de la Défense qui a du être annulée
il y a 12 heures 58 min
pépites > International
Environnement
Un ancien bureaucrate a inspiré le discours du président chinois Xi Jinping changeant l'histoire du réchauffement climatique
il y a 13 heures 25 min
pépites > Finance
Economie
Danone annonce 1.500 à 2.000 suppressions de postes dont près de 400 en France
il y a 14 heures 8 min
décryptage > Media
Sur le divan

"L’élection de Joe Biden est bonne pour l’équilibre mental des Français". Et c’est la psy attitrée de France Info qui vous le dit

il y a 14 heures 32 min
décryptage > Société
La germination des mots

Existerait-il des complotistes sans comploteurs ?

il y a 14 heures 40 min
© wikipédia
© wikipédia
Bijoux de famille ?

Mais pourquoi l’Etat vient-il de brader 5% du capital de Renault ?

Publié le 07 novembre 2017
L'Etat vient de céder près de 5% du capital de Renault et engrange ainsi une plus-value fort modeste : + 55 millions d'euros. Pâle succès en ces temps d'euphorie boursière confirmée.
Jean-Yves Archer
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean-Yves Archer est économiste, spécialisé en Finances publiques. Il dirige le cabinet Archer, et a fondé le think tank économique Archer 58 Research. Né en 1958, il est diplômé de Sciences-Po, de l'ENA (promotion de 1985), et est titulaire d'...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
L'Etat vient de céder près de 5% du capital de Renault et engrange ainsi une plus-value fort modeste : + 55 millions d'euros. Pâle succès en ces temps d'euphorie boursière confirmée.

Après être monté à près de 20% du capital lorsque Emmanuel Macron était ministre de l'Economie, l'Etat revient à 15,01%, donc à parité actionnariale avec Nissan ( à 0,1% près ) ce qui contribuera à pacifier les rapports avec le constructeur nippon, clef de voûte de " L'Alliance ".

Cette opération s'inscrit dans un programme de cessions de participations d'environ 10 milliards qui a démarré début septembre par la vente de 4,5% de Engie ( Ex-Suez Gaz de France ). Elle devrait se poursuivre par des cessions de titres concernant potentiellement Orange, ADP ( Aéroports de Paris ), FDJ ( Française des Jeux ).

Cet ensemble de ventes pour 10 milliards correspond arithmétiquement au coût de la trop fameuse invalidation constitutionnelle de la taxe sur les dividendes. Autant dire, même si ces deux points ne sont pas juridiquement liés, que l'Etat procède à des ventes contraintes plutôt qu'à des cessions stratégiquement élaborées.

La version officielle consistant à dire que le produit des cessions ira alimenter un nouveau Fonds pour l'Innovation au mépris de la règle impérative de non-affectation budgétaire. En effet, les cessions alimenteront d'abord le budget général de l'Etat puis iront – en destination finale – là où le Législateur le souhaitera via le PLF 2018 et le PLFR de novembre.

La vente des 4,73% des titres de Renault a revêtu la forme d'un placement auprès d'investisseurs institutionnels. Il faut souligner que Renault a procédé au rachat de 10% des titres vendus ( soit 1,4 million ) en vue de ses offres à des salariés et anciens salariés.

Intéressons-nous à la répartition du capital de l'ancienne emblématique Régie :

Etat : 15,01%   Nissan : 15%  Deutsche Bank : 4,41%  Daimler : 3,1 %  Salariés : 2,5% Autocontrôle : 0,86%. Dès lors que 90% de 4,73% est détenu par des institutionnels, on en déduit que la part du public qui était de 58,5% à la fin de 2016 est désormais de 54,86%.

En moyenne, les actions des sociétés du CAC 40 sont détenues à hauteur de 44,2% par des étrangers qui sont moins présents qu'auparavant.

Selon l'étude citée en lien de la Banque de France, on constate que « moins de 30 % des sociétés françaises du CAC 40 sont détenues à plus de 50 % par des non-résidents, soit 10 sur 35 », selon Christophe Guette-Khiter.

Si l'on retient l'hypothèse que Renault a près de 45% du capital placé auprès du public non-résident sur un total de 54,86%, cela revient à dire que Renault n'est plus une entreprise française mais un groupe industriel issu de France.

Avec 25% d'opérateurs étrangers ( dont Nissan bien entendu ) et 25% ( au minimum ) de public non-résident.

Cela traduit l'internationalisation de ce groupe assez florissant selon l'analyse de Moody's et d'aucuns s'en réjouiront. D'autres se diront que " les centres de décision " de ce géant de l'automobile  ( 52 milliards d'euros de CA ) sont désormais plus loin de Billancourt qu'il n'y parait.

Un point important à l'heure où les synergies entre Renault, Nissan et Mitsubishi ne cessent de s'accroître.

Dans ce contexte, on conçoit mieux le manque d'intérêt de Renault pour son sous-traitant GM&S dans la Creuse.

Seules des personnalités comme Antoine Riboud ( " L'entreprise citoyenne " ) ou Henri Lachmann ( ex Schneider Electric ) ont toujours voulu raisonner, autant que faire se peut, en analyses de filières et non en simple géant qui table sur l'éternelle substituabilité de ses fournisseurs, supposée infinie.

Ce qui est troublant, pour ne pas dire plus, c'est que des consultants internationaux reconnus comme Roland Berger ou des membres du Boston Consulting Group ont émis plusieurs documents établissant que des liens de confiance au sein d'une filière sont des boosters de marge nette. 

Terme qu'affectionne le président Ghosn. 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (2)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
gilbert perrin
- 07/11/2017 - 16:33
çà y est la braderie des bonimenteurs bat son plein ???
que va t'il nous rester de notre patrimoine NATIONAL ????? ou va cet argent ????
vangog
- 07/11/2017 - 13:40
L’etat macroniste vend ses bijoux de famille...
Mais, comme pour les politiques précédentes de ventes d’actifs (sous Chirac et Sarkozy), il n’y a ni baisses d’impots, ni baisses de taxes, ni baisse de la dette gauchiste, conjointement à ces ventes massives d’actifs! Ou va l’argent gauchiste? Le Lang-depûte est en train d’en reclamer plus de subvention pour l’in-culture française, et on se dote que c’est rats vont trouver comment employer cet argent qui devrait revenir aux Français, en main propre
...cette politique gauchiste typique est une fuite en avant vers un gouffre! Cela dure depuis quarante ans, depuis l’avènement du socialisme, et Macron persiste dans cette politique de désindustrialisation-chômage-de-masse-endettement massif...mauvais coup pour la France engluée dans le gauchisme le plus archaïque!