En direct
Best of
Best of du 9 au 15 janvier
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
ça vient d'être publié
pépites > Politique
« Cher Tayyip »
Emmanuel Macron et Recep Tayyip Erdogan s'écrivent pour apaiser les tensions
il y a 1 semaine 4 jours
pépites > Justice
Révélations de Mediapart
Justice : enquête ouverte contre Nicolas Sarkozy pour « trafic d’influence » dans le cadre d’activités de conseil pour le groupe russe Reso-Garantia
il y a 1 semaine 4 jours
pépites > Politique
Jupiter
Nouvelle colère d'Emmanuel Macron, cette fois contre certains ministres
il y a 1 semaine 4 jours
décryptage > International
Démocratie américaine en danger

Assaut sur le Capitole : autopsie de trois jours de folies américaines

il y a 1 semaine 5 jours
pépite vidéo > Santé
Eviter la pénurie
Le PDG de Moderna, Stéphane Bancel, alerte sur la question de l'approvisionnement des vaccins pour l'hiver prochain
il y a 1 semaine 5 jours
décryptage > International
Université de Bogazici

Révolte étudiante à Istanbul ou les prémices d’un printemps turc

il y a 1 semaine 5 jours
pépites > Santé
Coronavirus
Bruno Le Maire et Gabriel Attal indiquent qu'un confinement est toujours possible
il y a 1 semaine 5 jours
décryptage > Santé
Espoir

Une étude démontre que les crises cardiaques pourraient être détectées des années à l’avance en surveillant le niveau de calcium dans les artères

il y a 1 semaine 5 jours
décryptage > Environnement
instrumentalisation judiciaire

Procès contre l’inaction de l’Etat : l’affaire du siècle est aussi la pire imaginable pour... le climat lui-même

il y a 1 semaine 5 jours
décryptage > Santé
Urgence sanitaire

Face à la Covid-19, finissons-en avec l’amateurisme public ! Le diagnostic implacable de fonctionnaires de la santé

il y a 1 semaine 5 jours
rendez-vous > Consommation
Atlantic-tac
Quand les billes précisent le moment et quand les disques détournent les heures : c’est l’actualité hivernale des montres
il y a 1 semaine 4 jours
pépites > Santé
Pénurie
Le maire de Neuilly-sur-Seine déplore que les quantités de vaccins annoncées ne soient pas au rendez-vous
il y a 1 semaine 4 jours
pépites > Santé
Coronavirus
La présence du virus dans les eaux usées de l'Ile-de-France en forte augmentation
il y a 1 semaine 5 jours
pépites > Santé
Bug
Après avoir été volontairement fermé hier le site Santé.fr de rendez-vous pour les vaccinations est ouvert en version simplifiée aujourd'hui
il y a 1 semaine 5 jours
décryptage > France
Couvre-feu à 18h

La fatigue de l’épidémie, cet élément historiquement documenté, qu’ignore superbement le gouvernement français

il y a 1 semaine 5 jours
décryptage > International
Guerre de l'information

A propos d’infox : la tentation de Joe Biden de suivre la politique des néoconservateurs

il y a 1 semaine 5 jours
décryptage > Santé
Mesures efficaces contre le virus

Covid-19 : les modèles d’efficacité sanitaire asiatiques, impossibles à reproduire en Europe ? 5 arguments pour démonter une imposture intellectuelle

il y a 1 semaine 5 jours
décryptage > Economie
Impact économique de la pandémie

Records à l’export : la Chine est-elle en train de gagner une bataille... ou la guerre des puissances commerciales ?

il y a 1 semaine 5 jours
décryptage > France
"Je ne livre pas les Juifs"

Il paraît qu'on ne peut pas accueillir toute la misère du monde. Mais qui est responsable de toute la misère du monde ?

il y a 1 semaine 5 jours
pépites > Politique
Voile
Aurore Bergé dépose un amendement interdisant le port du voile aux petites filles
il y a 1 semaine 5 jours
© MARWAN NAAMANI / AFP
© MARWAN NAAMANI / AFP
Edito

Pourquoi le pétrole repart à la hausse

Publié le 03 novembre 2017
Le prix du baril de pétrole a connu une hausse dernièrement après de ans de baisse. L'économie en a profité pour connaitre une période de croissance par une baisse des taux d'intérêt. De l'instabilité pourrait revenir.
Michel Garibal
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Michel Garibal , journaliste, a fait une grande partie de sa carrière à la radio, sur France Inter, et dans la presse écrite, aux Échos et au Figaro Magazine.
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Le prix du baril de pétrole a connu une hausse dernièrement après de ans de baisse. L'économie en a profité pour connaitre une période de croissance par une baisse des taux d'intérêt. De l'instabilité pourrait revenir.

Après une longue période d’assoupissement, le prix du pétrole revient brusquement à la une de l’actualité. Le franchissement du cours de soixante dollars le  baril pour le brent depuis une semaine, apparait comme le signal d’un changement. Depuis deux ans, les prix n’avaient cessé de baisser, contribuant ainsi à créer une situation favorable pour la conjoncture économique au même titre que le bas niveau des taux d’intérêt. Depuis le mois de juin, la courbe s’est inversée, avec un rebond de l’ordre de 35% depuis l’été, et un relèvement  de dix pour cent  par rapport au premier janvier. Parallèlement  une certaine nervosité se fait jour alors qu’on s’approche de la date du 30 novembre, marquée par la réunion à Vienne des ministres des pays producteurs de l’Opep.

Toute la question est de savoir si l’accord de limitation de la production sera reconduit et pour quelle durée. En principe, il se termine en mars prochain, les participants étant divisés sur la possibilité de le prolonger encore pendant un an. Plusieurs pays estiment  qu’ils ont accompli un effort suffisant qui a été couronné de succès puisqu’il a abouti à une revalorisation sensible des prix et qu’il est temps désormais d’assouplir les contraintes de production, d’autant que la reprise économique mondiale a accru fortement la demande : celle-ci est comprise désormais entre 1,7 et 1,8 million de  barils jour, alors qu’on  avait misé sur 1,2 au début de l’année et rien de permet d’envisager un affaiblissement. Les experts internationaux  estiment que la croissance  est solide désormais et que l’expansion va se poursuivre à un rythme d’au moins  deux et demi à trois pour cent. La France elle-même bénéficie de cette brise porteuse, même si elle progresse d’un pour cent moins vite, en  raison des freins et des contraintes qu’elle continue de subir.

 

Est-ce à dire que l’on doit s’attendre à une envolée du brut comme on en a connu dans le passé ? La plupart des spécialistes estiment  qu’au niveau présent, il existe une forte résistance à la hausse. En fait, ce sont les  Etats-Unis qui détiennent la clé : certes, le programme de réduction des impôts voulu par Donald Trump et que le Congrès s’apprête à voter pourrait conduire à une relance de l’activité aux Etats-Unis , qui stimulerait l’utilisation du pétrole. Mais il existe une sorte de barrière naturelle à l’explosion des prix, car l’exploitation du gaz de schiste redevient rentable et des puits qui avaient  été fermés lors de la vague de baisse pourraient être exploités à nouveau, en pesant du même coup sur les cours. On aboutirait ainsi à une régulation implicite du marché qui pourrait se traduire par une stabilisation autour du niveau actuel. Ceci au moment où un nouveau président va prendre la relève à la tête de la Réserve fédérale, qui devrait poursuivre sur la même ligne que Janet Yellen, par une politique relativement  douce, avec une lente remontée des taux d’intérêt, afin de dégonfler le bilan de la Fed, sans provoquer des perturbations sur les marchés boursiers.  Car l’inquiétude majeure dans l’immédiat,  bien plus que les prix du pétrole, réside dans  la  hausse désordonnée et ininterrompue de Wall Street depuis des mois qui fait rôder l’odeur d’un krach.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (2)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Paulquiroulenamassepasmousse
- 04/11/2017 - 10:17
...Et le petit marché de
...Et le petit marché de dupes entre TRUMP et les Saoudiens ? Genre : tu m'achètes pour 400 Milliards d'armement, tu fais remonter le prix du pétrole pour que mon gaz de schiste redevienne compétitif, et en contrepartie je désigne l'Iran Chiite comme le grand Satan,( au lieu d'emmerder les gentils Sunnites).....Cerise sur le gâteau en cadeau de bienvenue, j'offre le Qatar....... et voilà comment Trump a réussi à faire remonter le prix du pétrole en vendant beaucoup d'armes......Même chose grâce au petit Kim Coréen, le business marche très bien merci ...
Alors quand nos journaleux de gauche en auront marre de se fourrer le doigt dans l'oeil en se moquant de Trump, ils s'apercevront qu'il est moins con qu'il en à l'air.....en tout cas moins con qu'eux !
Anguerrand
- 03/11/2017 - 20:15
A la hausse du petrole
s'ajoutera les hausses de Mr Macron sur le carburant. Et pas une petite hausse pour cause " d'écologie " comme d'habitude qui feront qq milliards en plus dans les caisses pour le " social "