En direct
Best of
Best of du 14 au 20 novembre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Julie Gayet tente de sauver son couple, Ingrid Chauvin liquide le sien, celui de Nabilla tangue; Sophie Marceau fait des câlins aux arbres, Aya Nakamura se la pète; Meghan Markle & Katy Perry, voisines et ennemies, Kylie & Kendall Jenner soeurs et idem

02.

Qui a peur de Jean-Michel Blanquer ?

03.

Pierre Manent : "Nous souffrirons longtemps de la passivité qu’a imposé le gouvernement aux Français avec le Covid"

04.

La décennie qui s'ouvre pourrait être encore pire que la précédente et voilà pourquoi

05.

Boycott de CNews : quand Decathlon veut faire du profit sur le dos de la liberté d’expression

06.

Michel-Edouard Leclerc annonce qu'un "quart du profit réalisé dans les centres Leclerc sera réaffecté au personnel"

07.

Russie-Turquie-Iran : la triplette géopolitique qui a réussi à profondément changer notre monde sans que nous réagissions

01.

Julie Gayet tente de sauver son couple, Ingrid Chauvin liquide le sien, celui de Nabilla tangue; Sophie Marceau fait des câlins aux arbres, Aya Nakamura se la pète; Meghan Markle & Katy Perry, voisines et ennemies, Kylie & Kendall Jenner soeurs et idem

02.

Boycott de CNews : quand Decathlon veut faire du profit sur le dos de la liberté d’expression

03.

Carnage en vue sur les banques européennes ?

04.

Qui a peur de Jean-Michel Blanquer ?

05.

Quand Barack Obama démontre que Nicolas Sarkozy est juif

06.

Covid-19 : radioscopie des racines de la faillite morale de l’Etat français

01.

Quand Barack Obama démontre que Nicolas Sarkozy est juif

02.

Covid-19 : radioscopie des racines de la faillite morale de l’Etat français

03.

Barbara Pompili et Eric Dupond-Moretti annoncent la création d'un "délit d'écocide"

04.

Aucun lien entre le terrorisme et l'immigration !

05.

Boycott de CNews : quand Decathlon veut faire du profit sur le dos de la liberté d’expression

06.

Martin Gurri : "Les vents de révolte ne sont pas prêts d’arrêter de souffler en Occident car nos élites et institutions ne sont plus adaptées au monde actuel"

ça vient d'être publié
Dépenses et coups de coeur
Black Friday : les Français sont prêts à dépenser plus que l’an dernier
il y a 3 heures 56 min
pépites > Europe
Lutte contre la pandémie
Covid-19 : "L'issue est en vue", selon Boris Johnson
il y a 5 heures 35 min
pépites > Justice
Justice
Affaire des "écoutes" : le procès de Nicolas Sarkozy, jugé pour corruption, est suspendu jusqu'à jeudi
il y a 8 heures 21 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"L’archipel des Solovki" de Zakhar Prilepine : plaisir de relire - Les camps des Solovki, antérieurs aux goulags. « J’ai voulu écrire moins sur les camps que sur les Russes » a dit l’auteur, l’un des plus grands romanciers russes contemporains

il y a 9 heures 23 min
rendez-vous > High-tech
La minute tech
Voilà les meilleurs gadgets à acheter pour se créer un home cinéma de compétition pour le confinement
il y a 10 heures 29 min
pépites > Santé
Ecrans
L'Agence nationale de sécurité sanitaire (Anses) s'inquiète du temps passé par les jeunes devant leurs écrans, sans activité physique, aggravé par le confinement
il y a 11 heures 34 min
décryptage > High-tech
Réseaux sociaux

Et si la Chine était en train de doubler la créativité d'une Silicon Valley en panne d'idées ?

il y a 12 heures 27 min
pépite vidéo > Economie
Engagements face à la crise
Michel-Edouard Leclerc annonce qu'un "quart du profit réalisé dans les centres Leclerc sera réaffecté au personnel"
il y a 12 heures 51 min
décryptage > Politique
Disraeli Scanner

A la fin, est-ce le capitalo-marxisme qui l’emportera?

il y a 13 heures 31 min
pépites > Santé
Coronavirus
Macron parle demain soir : pas de déconfinement, mais "un allègement progressif des contraintes"
il y a 13 heures 55 min
pépites > International
Avenir des Etats-Unis
Joe Biden a dévoilé les noms des premiers membres de son gouvernement
il y a 4 heures 28 min
light > Politique
Succès fou
Barack Obama a vendu 890.000 exemplaires de ses mémoires en seulement 24h en Amérique du Nord
il y a 6 heures 21 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Un coupable presque parfait La construction du bouc émissaire blanc" de Pascal Bruckner : un plaidoyer solide, un essai brillant, au secours d’une civilisation crépusculaire ébranlée par les diktats des minorités

il y a 9 heures 1 min
décryptage > Economie
Les entrepreneurs parlent aux Français

Ma lettre au père Noël. Chômage. Récession. Dépression. Un peu de champagne ?

il y a 10 heures 9 min
pépites > International
Diplomatie
Le Premier ministre israélien aurait rencontré secrètement le prince héritier d'Arabie Saoudite
il y a 10 heures 45 min
pépites > High-tech
Gaffe
Un journaliste débarque dans une réunion Zoom secrète des 27 ministres européens de la Défense qui a du être annulée
il y a 12 heures 14 min
pépites > International
Environnement
Un ancien bureaucrate a inspiré le discours du président chinois Xi Jinping changeant l'histoire du réchauffement climatique
il y a 12 heures 41 min
pépites > Finance
Economie
Danone annonce 1.500 à 2.000 suppressions de postes dont près de 400 en France
il y a 13 heures 24 min
décryptage > Media
Sur le divan

"L’élection de Joe Biden est bonne pour l’équilibre mental des Français". Et c’est la psy attitrée de France Info qui vous le dit

il y a 13 heures 48 min
décryptage > Société
La germination des mots

Existerait-il des complotistes sans comploteurs ?

il y a 13 heures 56 min
© AFP
© AFP
Présidence LR

Ce que risque Laurent Wauquiez à vouloir trop gagner en misant tout sur cette France enracinée « que n’aimerait pas » Emmanuel Macron

Publié le 31 octobre 2017
Opposer Paris et la province, c'est la dernière stratégie affichée dans le JDD du très probable futur président des LR pour tacler Emmanuel Macron. Une tactique qui pourrait s'avérer payante. Ou pas.
Bruno Cautrès
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Bruno Cautrès est chercheur CNRS et a rejoint le CEVIPOF en janvier 2006. Ses recherches portent sur l’analyse des comportements et des attitudes politiques. Au cours des années récentes, il a participé à différentes recherches françaises ou européennes...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Opposer Paris et la province, c'est la dernière stratégie affichée dans le JDD du très probable futur président des LR pour tacler Emmanuel Macron. Une tactique qui pourrait s'avérer payante. Ou pas.

Atlantico : Dans une interview donnée au JDD, le probable prochain président des LR, Laurent Wauquiez a semblé axer sa ligne politique dans une opposition entre province contre Paris, (France mondialisée contre France périphérique) déclarant​ par exemple​ ​qu'Emmanuel Macron ​​est "le plus parisien des présidents qu'on n'ait jamais eu"​. En quoi une telle stratégie politique peut elle être considérée comme habile, en quoi peut elle être risquée ?

Bruno Cautrès : Dans son interview au JDD Laurent Wauquiez s’est en effet présenté, à partir de sa position de président de la région Auvergne-Rhône Alpes, comme un élu de région qui connait bien la « vraie » France. On retrouve ici une stratégie de communication relativement classique qui consiste à opposer le pouvoir exécutif en place, présenté comme « parisien » et déconnecté des réalités et des profondeurs du pays, au parti d’opposition, présenté comme ancré dans le territoire et proche des « vraies » préoccupations des français. Cette stratégie est à double tranchant : elle tout d’abord assez habile mais elle comporte aussi sa part de risques. L’habilité consiste tout d’abord à forcer le trait sur l’une des critiques régulièrement faite à Emmanuel Macron, celle d’incarner un pouvoir vertical et « technocratique » qui a du mal avec la diversité des français dans leur rapport à la mondialisation, à la compétitivité et à l’efficacité voulue par le nouveau président de la République. L’habilité consiste aussi à essayer de prendre appui, au sein de la droite, sur les élus locaux : après tout, le réseau des élus locaux, par exemple les maires des villes de droite, constitue toujours pour LR un important point d’appui. D’autant plus qu’Emmanuel Macron est engagé dans un sérieux bras de fer avec les élus locaux. Le risque de cette stratégie est d’apparaître comme manquant de perspectives sur les questions économiques qui sont liées aux dimensions européennes, à la compétition économique internationale. Un autre risque est d’apparaître comme tourné vers une vision un peu « passéiste » où l’on oppose la France des « clochers » à celle des villes. On a vu au cours des dernières élections que les clivages territoriaux comptaient beaucoup ; la droite ne peut délaisser les aspirations des habitants des grandes métropoles, des grands centres urbains, si elle entend reconquérir le pouvoir en 2022.

Du point de vue des risques, ne peut on pas considérer qu'une telle approche pourrait produire un risque de "surcharger" sa campagne sur le thème de l'enracinement alors qu'une large partie de l'électorat n'a pas de vision aussi trachée sur la situation, faite d'une part de refus de la perte des traditions et des habitudes,​ mais également traversée par une envie d'ouverture et de modernité​ ?​ N'y a-t-il pas un risque de "cornerisation" de Laurent Wauquiez alors même qu'une part de la province est également sensible aux thématiques portées par Emmanuel Macron ?

C’est tout à fait cela. Les clivages territoriaux ne sont pas aussi tranchés et l’on a vu que si Emmanuel Macron avait incontestablement connu une forte dynamique dans les grandes villes, cela ne résumait pas totalement sa géographie électorale. Par ailleurs, les électeurs de la droite LR appartiennent aussi, en partie mais il s’agit d’une importante partie, à des catégories sociales aisées, des professions libérales, patrons, commerçants ou artisans, qui ne vivent pas tous « en région » ou dans une France éloignée des grands centres urbains.  Je ne pense néanmoins pas que Laurent Wauquiez ait comme projet de ne se présenter que comme le défenseur des « territoires » contre « Paris ». Il s’agit sans doute davantage pour le futur probable patron de LR de trouver un positionnement, un angle d’attaque, vis-à-vis d’Emmanuel Macron et il sera nécessairement conduit (au fur et à mesure que 2022 se rapprochera) à développer un programme de candidat à la présidentielle, forcément plus large. Tout ceci nous confirme néanmoins, comme je l’ai dit dans une précédente interview, que les municipales de 2020 seront la « balle de match » de la séquence 2017-2022, un baromètre extrêmement important ou une boussole : si Laurent Wauquiez parvenait à faire de ces élections un succès pour LR, alors on verrait une stratégie électorale bien connue sous la Vème République se déployer : une stratégie visant à montrer que le « local » préfigure la victoire nationale. Nous n’en sommes pas là….

A l'inverse, et du point de vue de l'électorat, quels sont les gains que Laurent Wauquiez pourrait espérer ? Quelle est la sociologie et la "taille" de l'électorat que la candidat à la présidence LR peut espérer séduire par une telle stratégie ?

Il ne faut pas exagérer l’importance de ces déclarations en vue de l’élection interne à la présidence de LR. Ce sont les militants qui vont voter et Laurent Wauquiez a déjà capitalisé sur son image d’un « redresseur de droite », je veux dire par là celui qui va permettre à la droite de « redresser la tête » après le traumatisme de la non-qualification de François Fillon au second tour de la présidentielle. « La droite qui n’a pas à s’excuser d’être de droite », tel est plutôt l’angle sous lequel Laurent Wauquiez va tenter d’obtenir le succès le plus large possible les 10 et 17 décembre. Son discours sur Emmanuel Macron comme « le plus parisien de tous les présidents » tente plutôt d’amorcer un rapprochement avec des catégories plus populaires, une fois élu président de LR : les milieux sociaux les plus durement touchés par le chômage, la précarité ou les effets négatifs de la compétition économique mondiale, n’ont pas vraiment d’attirance naturelle pour le programme économique classique de la droite. Ces catégories peuvent néanmoins se sentir laissées pour compte du programme de modernisation et de « transformation » voulu par Emmanuel Macron et le ressentir comme le programme par et pour une « France qui va bien ». Il ne sera pas simple néanmoins pour Laurent Wauquiez de combiner ces différentes dimensions et aspirations qui se contredisent en partie. Mais après tout, personne n’a dit que diriger un parti politique était une tâche simple, surtout après le grand « chamboulement » de 2017….

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (8)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
LOTHARINGIEN 31
- 31/10/2017 - 16:58
PARIS VS PROVINCE
...habileté , pas habilité ...
gilbert perrin
- 31/10/2017 - 14:44
qui plus est :
je suis breton , illettré, sans dents ... il y en a déjà trop parmi mes compatriotes qui votent avec leurs pieds ??? MOI, du parisianisme je n'en veux plus ????
jurgio
- 31/10/2017 - 11:01
La jacobinisation forcée du pays
La France, selon la Gauche, c'est Paris, et les péquenots doivent être aux ordres. Gens de peu qui vivaient et voudraient continuer à vivre selon des principes condamnés par les boboïdes. Paris, siège de l'intelligence, a changé tout cela. Pour ceux qui n'ont pas compris, c'est normal puisqu'ils sont des crétins.