En direct
Best of
Best of du 9 au 15 janvier
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Diam's bientôt de retour, Alain Chabat bientôt papy; Grand froid entre Charlène & Albert de Monaco, grand frais entre Emmanuel Macron & sa famille; Divorce imminent chez les Kardashian West; Ben Affleck se gave de doughnuts, Laura Smet prend un coach

02.

Covid-19 : les modèles d’efficacité sanitaire asiatiques, impossibles à reproduire en Europe ? 5 arguments pour démonter une imposture intellectuelle

03.

Éviction d’Alain Finkielkraut : les bienfaits de la condamnation des dérapages, les dangers de l’épuration

04.

Assaut sur le Capitole : autopsie de trois jours de folies américaines

01.

La fatigue de l’épidémie, cet élément historiquement documenté, qu’ignore superbement le gouvernement français

02.

Vers une nouvelle grande vague de froid sibérien sur la France ?

03.

La grande épuration : mais pourquoi la Silicon Valley se comporte-t-elle comme si elle voulait donner raison aux complotistes à la QAnon ?

04.

Gilets jaunes et trumpistes enragés : clones, cousins ou frères ennemis ?

05.

Alerte aux nouveaux variants du Coronavirus : l’Occident peut-il encore échapper à un bilan humain tragique sans adopter les méthodes asiatiques face à l’épidémie ?

06.

Vers un 3ème confinement ? Ce que l’on sait désormais de leur bilan avantages / inconvénients

01.

Affaire Olivier Duhamel : Alain Finkielkraut, ne sera plus chroniqueur de l’émission 24h Pujadas, diffusée sur LCI

02.

La grande épuration : mais pourquoi la Silicon Valley se comporte-t-elle comme si elle voulait donner raison aux complotistes à la QAnon ?

03.

Vers un 3ème confinement ? Ce que l’on sait désormais de leur bilan avantages / inconvénients

04.

Il donne un coup de boule au principal de son collège. Ouf il ne l’a pas décapité…

05.

Alerte aux nouveaux variants du Coronavirus : l’Occident peut-il encore échapper à un bilan humain tragique sans adopter les méthodes asiatiques face à l’épidémie ?

06.

Ne dites plus "amen" mais "awomen"

ça vient d'être publié
pépites > Politique
« Cher Tayyip »
Emmanuel Macron et Recep Tayyip Erdogan s'écrivent pour apaiser les tensions
il y a 3 jours 3 heures
pépites > Justice
Révélations de Mediapart
Justice : enquête ouverte contre Nicolas Sarkozy pour « trafic d’influence » dans le cadre d’activités de conseil pour le groupe russe Reso-Garantia
il y a 3 jours 8 heures
pépites > Politique
Jupiter
Nouvelle colère d'Emmanuel Macron, cette fois contre certains ministres
il y a 3 jours 9 heures
décryptage > International
Démocratie américaine en danger

Assaut sur le Capitole : autopsie de trois jours de folies américaines

il y a 3 jours 9 heures
pépite vidéo > Santé
Eviter la pénurie
Le PDG de Moderna, Stéphane Bancel, alerte sur la question de l'approvisionnement des vaccins pour l'hiver prochain
il y a 3 jours 10 heures
décryptage > International
Université de Bogazici

Révolte étudiante à Istanbul ou les prémices d’un printemps turc

il y a 3 jours 10 heures
pépites > Santé
Coronavirus
Bruno Le Maire et Gabriel Attal indiquent qu'un confinement est toujours possible
il y a 3 jours 11 heures
décryptage > Santé
Espoir

Une étude démontre que les crises cardiaques pourraient être détectées des années à l’avance en surveillant le niveau de calcium dans les artères

il y a 3 jours 12 heures
décryptage > Environnement
instrumentalisation judiciaire

Procès contre l’inaction de l’Etat : l’affaire du siècle est aussi la pire imaginable pour... le climat lui-même

il y a 3 jours 12 heures
décryptage > Santé
Urgence sanitaire

Face à la Covid-19, finissons-en avec l’amateurisme public ! Le diagnostic implacable de fonctionnaires de la santé

il y a 3 jours 12 heures
rendez-vous > Consommation
Atlantic-tac
Quand les billes précisent le moment et quand les disques détournent les heures : c’est l’actualité hivernale des montres
il y a 3 jours 6 heures
pépites > Santé
Pénurie
Le maire de Neuilly-sur-Seine déplore que les quantités de vaccins annoncées ne soient pas au rendez-vous
il y a 3 jours 8 heures
pépites > Santé
Coronavirus
La présence du virus dans les eaux usées de l'Ile-de-France en forte augmentation
il y a 3 jours 9 heures
pépites > Santé
Bug
Après avoir été volontairement fermé hier le site Santé.fr de rendez-vous pour les vaccinations est ouvert en version simplifiée aujourd'hui
il y a 3 jours 9 heures
décryptage > France
Couvre-feu à 18h

La fatigue de l’épidémie, cet élément historiquement documenté, qu’ignore superbement le gouvernement français

il y a 3 jours 10 heures
décryptage > International
Guerre de l'information

A propos d’infox : la tentation de Joe Biden de suivre la politique des néoconservateurs

il y a 3 jours 11 heures
décryptage > Santé
Mesures efficaces contre le virus

Covid-19 : les modèles d’efficacité sanitaire asiatiques, impossibles à reproduire en Europe ? 5 arguments pour démonter une imposture intellectuelle

il y a 3 jours 11 heures
décryptage > Economie
Impact économique de la pandémie

Records à l’export : la Chine est-elle en train de gagner une bataille... ou la guerre des puissances commerciales ?

il y a 3 jours 12 heures
décryptage > France
"Je ne livre pas les Juifs"

Il paraît qu'on ne peut pas accueillir toute la misère du monde. Mais qui est responsable de toute la misère du monde ?

il y a 3 jours 12 heures
pépites > Politique
Voile
Aurore Bergé dépose un amendement interdisant le port du voile aux petites filles
il y a 3 jours 12 heures
© Reuters
© Reuters
La vérité est ailleurs... ou pas

A quoi faut-il s’attendre de l’ouverture des archives sur JFK décidée par Trump contre l’avis des agences gouvernementales ?

Publié le 24 octobre 2017
Donald Trump a décidé de ne pas entraver la divulgation de la fin du dossier sur l'assassinat de Kennedy survenu le 23 novembre 1963 malgré l'opposition de certaines agences gouvernementales.
François Durpaire
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
François Durpaire est historien et écrivain, spécialisé dans les questions relatives à la diversité culturelle aux Etats-Unis et en France. Il est également maître de conférences à l'université de Cergy-Pontoise.Il est président du mouvement...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Donald Trump a décidé de ne pas entraver la divulgation de la fin du dossier sur l'assassinat de Kennedy survenu le 23 novembre 1963 malgré l'opposition de certaines agences gouvernementales.

Atlantico: Quelle est l'histoire controversée de l'affaire de l'assassinat de Kennedy et du silence suspect des administrations successives sur l'enquête ?

François Durpaire : En 1992, une loi prévoit l'ouverture d'un certain nombre de documents et on est au terme aujourd'hui de ce processus. Il y a deux thèses qui s'opposent. L'une considère que l'on a gardé le meilleur pour la fin, que l'on va avoir des révélations qui donneront enfin la vérité parce que l'administration a retenu dans ce dossier les données les plus sensibles tout au long des années. L'autre consiste à dire que l'on connaît déjà la vérité depuis 50 ans : il y a un seul tireur, Lee Harvey Oswald. La course à la transparence a déjà fait accoucher une très grande partie des 5 millions de pages existantes. Cette hypothèse n'est pas acceptée par une majorité d'américain (plus d'un américain sur deux croit à l'idée d'un complot monté ou par les cubains, ou par les castristes, anticastristes, ou encore l'URSS mais aussi par le FBI, la CIA ou la mafia de Chicago). Et même si ces documents n'apportent pas de révélation, ceux qui ne croient pas en la culpabilité unique de Lee Harvey continueront à croire en un complot parce qu'il y a des documents qui ont été détruit en 1995 et l'on pourra toujours dire que la vérité se cachaient dans ces documents.

Un représentant du Conseil de sécurité nationale a déclaré au Washington post que certaines agences gouvernementales avaient récemment demandé au président de retenir certains documents. À quoi peut-on s'attendre et qui peut être embarrassé encore par le dossier Kennedy un demi-siècle après ?

Dans la loi de 1992, le président peut s'opposer à la déclassification d'un certain nombre de dossier pour une raison qui tient au "trouble à l'ordre public" : ce trouble peut être de deux nature, intérieur ou extérieur. Intérieur parce qu'il y a un certain nombre d'agent du FBI, de la CIA ou des service secrets sont toujours en vie et donc peuvent avoir une responsabilité engagée. Extérieur parce que la nature des révélations pourrait avoir un impact sur la géopolitique mondiale, pas tant dans les relations avec la Russie (la guerre froide est terminée) mais plutôt sur le processus de normalisation actuel des relations avec Cuba.
Au sujet des thèses complotistes, il y a un certain nombre de questions qui se posent et qui résistent toujours, même à la vérification. Trois exemples. D'abord on effectuer des tirs pour montrer que 3 balles en l'espace de 6 secondes, c'est possible. Deuxièmement on a montré avec le shooting reconstruction, qu'une balle a pu toucher à la fois Kennedy et le gouverneur du Texas, Connally, ce qui invalide les questions autour d'une balle magique. Troisièmement il y a cette question de la tête de Kennedy qui part en arrière : on a dit alors qu'il aurait eu un autre tireur, situé donc devant, sur la fameuse butte herbeuse. On a montré ici encore que la destruction du cerveau peut entrainer un mouvement de la tête vers l'arrière. Malgré toutes ces preuves scientifiques avancées, ceux qui sont partisans du complot continuent à voir quelque chose de louche. Pourquoi ? Dans l'heure qui suit l'assassinat, c'est la sidération : le chef de la première puissance du monde est assassiné en pleine guerre froide. Va-t-on dans une 3ème guerre mondiale ? est-ce que ce sont les russes ? les cubains ? Peut-être a-t-on voulu cacher la vérité pour éviter une réaction américaine qui aurait entrainé une guerre catastrophique. 
 
On pose aussi la question de la responsabilité de la CIA et du FBI: Lee Harvey était l'équivalent d'un fichier S, une personne très bien connue des services de sécurité et qui participait même, à certain moment, à des opérations qui menées par le FBI. Pourquoi, connaissant les projets d'assassinat qu'il avait contre Kennedy, rien a été fait ? On reproche à la CIA et au FBI d'avoir voulu couvrir des erreurs, des failles ou peut-être même des complicités volontaires. Il faut rappeler enfin que Allen Dellus, ancien directeur de la CIA, que Kennedy avait fait démissionner, était lui-même membre de la commission Warren, donc juge et parti puisque qu'à la fois ancien directeur de la CIA et co-responsable de l'enquête. La dernière chose, la plus importante peut-être, qui renforce le mystère, c'est le deuxième assassinat, celui du tueur, qui fait disparaitre les possibilités de savoir les motivations de Lee Harvey (sachant que lui-même parlait de son innocence avant de pouvoir s'expliquer plus longuement).
 

Que nous apprend la décision de Trump, de ne pas intervenir (comme la loi lui en donnait le possibilité) dans l'application de la loi, sur son action politique ?

Il faut rappeler que Donald Trump fait partie de ces américains qui ne croient pas en la version unique du tueur et qui croient à la théorie du complot. Il est un des plus célèbres partisans des thèses complotistes. On se souvient notamment qu'il a mis en question la responsabilité du père d'un de ses opposants républicains, Ted Cruz, en le soupçonnant, à propos de photo sur lesquelles il apparait avec Lee Harvey, d'avoir eu des liens avec l'assassinat !
 
Trump a toujours été l'un des défenseurs de la transparence. Il dénonce aux institutions et à l'état fédéral de "cacher des choses". Il est même l'un des pères d'un certain nombre d'idées complotistes. Cette décision est conforme à sa personnalité. Mais cela correspond aussi à un désir des américains puisqu'encore un américain sur deux ne croient pas en la thèse d'un tireur d'élite et attend des révélations supplémentaires. Le président va dans le sens de l'opinion. C'est aussi une manière de pour lui de dire qu'il est président et ne couvre aucun agissement des agences fédérales américaines. Mais il ne faut pas attendre LA vérité. LA vérité, on la connait en fait peut-être depuis 50 ans et on refuse de la voir.  
 
Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (14)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
moneo
- 26/10/2017 - 09:11
des barbouzeries ?
je vous crois De Gaulle était un expert -:)
il y en a un qui peut se faire du souci :TRUMP ...il doit bien y avoir quelques illuminés à manipuler au pays des cow boys...
A suivre sans illusion
philippe de commynes
- 24/10/2017 - 18:36
Des Barbouzeries
C'est l'opinion de De Gaulle rapportée par peyrefitte, et comme ce genre de barbouzes étaient connus pour à l'occasion être employés par la cia, on aura enterré l'affaire pour que l'américain moyen ne se dise pas "ce sont des barbouzes, et on veut nous faire croire que cette fois ci ce serait différent, que la CIA n'y est pour rien, pour qui nous prennent ils ?
moneo
- 24/10/2017 - 17:43
qui ça peut gêner?
les démocrates par exemple....mais comment la déclassification nous garantirait que certains documents n'ont pas déjà été classés verticalement et depuis longtemps