En direct
Best of
Best of du 17 au 23 octobre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

L‘épargne des Français va nous sauver de la ruine et financer l’argent magique de la relance : démonstration

02.

Ce qui s'est vraiment passé au sein du ministère de l'Education nationale dans les jours ayant précédé la mort de Samuel Paty

03.

Bahar Kimyongür : "Dans sa fuite en avant, Erdogan n'hésitera pas à faire flamber le danger islamiste en France"

04.

Stéphane Plaza se fait larguer pour un plus jeune; Laeticia Hallyday plaque Pascal; Sia adopte des adultes; Kylian Mbappé récupère l'ex de Neymar; Marlène Schiappa aime les hommes, Britney Spears profite

05.

« Qu'est-ce que ce pays qui a perdu la tête ? » Clémentine Autain a fait mine d'oublier que c'est Samuel Paty qui avait perdu la sienne

06.

Les Chinois pensent que l’ère de la super puissance américaine est terminée. Ont-ils raison ?

07.

Les surdoués demandent-ils l’impossible en amour ?

01.

L‘épargne des Français va nous sauver de la ruine et financer l’argent magique de la relance : démonstration

02.

Stéphane Plaza se fait larguer pour un plus jeune; Laeticia Hallyday plaque Pascal; Sia adopte des adultes; Kylian Mbappé récupère l'ex de Neymar; Marlène Schiappa aime les hommes, Britney Spears profite

03.

Coronavirus : L’Etat freine-t-il des médicaments français qui pourraient être efficaces ?

04.

Comment les islamistes ont réussi à noyauter la pensée universitaire sur... l’islamisme

05.

La France maltraite ses profs et devra en payer le prix

06.

Ce qui s'est vraiment passé au sein du ministère de l'Education nationale dans les jours ayant précédé la mort de Samuel Paty

01.

Non, la République ne peut pas protéger les musulmans de l’islam radical et voilà pourquoi

02.

François Hollande : "une partie minoritaire de la gauche a pu manifester une étrange tolérance envers l’islam"

03.

Islamisme : pour Alain Juppé, "plus que du séparatisme, c'est un esprit de conquête"

04.

Islamo-gauchisme : les lendemains ne chantent plus, c'est interdit

05.

Et Gabriel Attal dénonça les "charognards de l’opposition". Y aura-t-il quelqu’un pour le faire taire ?

06.

Covid-19 : voilà ce que l’Etat n’a toujours pas compris sur son incapacité à enrayer la deuxième vague

ça vient d'être publié
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Suits : Avocats sur mesure" : une série souvent haletante, mais un peu irrégulière, quelques épisodes sont décevants, en particulier la saison 7

il y a 4 heures 32 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Et Maintenant ?" de Eirin Forsberg et Gilles La Carbona : comment devient-on une femme battue alors que tout semblait si parfait ?

il y a 4 heures 58 min
pépites > Politique
Liberté d'expression
Les propos de Clémentine Autain contre l'islamophobie ont été récupérés et détournés par un média proche des Frères musulmans
il y a 6 heures 28 min
décryptage > International
Les entrepreneurs parlent aux Français

Covid, Chine, USA et l’absence d’Europe de l’investissement et de l’entrepreneuriat

il y a 10 heures 22 min
pépite vidéo > International
Liberté d'expression
Caricatures de Mahomet : les appels au boycott de produits français se multiplient
il y a 11 heures 26 min
décryptage > International
Paris - Ankara

Bahar Kimyongür : "Dans sa fuite en avant, Erdogan n'hésitera pas à faire flamber le danger islamiste en France"

il y a 11 heures 44 min
décryptage > Economie
Taxes

Dépenses publiques et fiscalité : plus ça change, moins ça change…

il y a 12 heures 2 min
décryptage > Economie
Panorama de la crise

COVID-19 : comment dire de faire attention ?

il y a 12 heures 28 min
décryptage > High-tech
12 CYBER-MENACES PRÉOCCUPANTES

Quand les cyberattaques menacent de faire dérailler les prochaines élections présidentielles, et pèsent au même titre que la pandémie de coronavirus sur nos démocraties

il y a 13 heures 25 min
décryptage > Politique
Crèdul*

Vous avez aimé les raffarinades de Raffarin ? Vous adorerez les lapalissades de Castex

il y a 13 heures 53 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"L'Aiglon - le rêve brisé de Napoléon" de Laetitia de Witt : un portrait du fils de l'Empereur, historiquement fiable et chaleureusement humain

il y a 4 heures 46 min
pépites > France
Appel au calme
Le CFCM considère que les "musulmans ne sont pas persécutés" en France
il y a 5 heures 46 min
pépites > International
Attentat de Conflans-Sainte-Honorine
La Turquie sort du silence et condamne officiellement "l'assassinat monstrueux" de Samuel Paty en France
il y a 7 heures 33 min
décryptage > Education
Samuel Paty

Vous avez dit liberté d'expression ?

il y a 10 heures 53 min
light > Economie
Transport
Le vélo de fonction payé par l'entreprise va-t-il devenir à la mode ?
il y a 11 heures 31 min
pépites > Politique
Elections
Présidentielle 2022 : près de huit électeurs inscrits sur dix affirment envisager l’abstention, le vote blanc ou le vote antisystème selon un sondage Opinion Way
il y a 12 heures 1 min
pépites > Economie
Diplomatie
Appel au boycott de produits français : "Pas question de céder au chantage" Geoffroy Roux de Bézieux, solidaire du gouvernement français
il y a 12 heures 23 min
décryptage > Politique
Disraeli Scanner

Etats-Unis : ce n'est pas seulement une élection présidentielle. C'est un choix de civilisation

il y a 13 heures 7 min
décryptage > International
Guerre commerciale

Les Chinois pensent que l’ère de la super puissance américaine est terminée. Ont-ils raison ?

il y a 13 heures 37 min
pépites > Santé
Coronavirus
"Autour de 100.000 cas" de Covid-19 par jour, en France selon Jean-François Delfraissy, président du Conseil scientifique
il y a 14 heures 10 min
© Reuters
© Reuters
Nucléaire

Mais qui contrôle vraiment la sécurité de nos installations nucléaires alors que Greenpeace dénonce un déficit historique de protection de nos centrales ?

Publié le 11 octobre 2017
L'ONG Greenpeace a publié un extrait seulement d'un rapport concernant la sécurité des réacteurs nucléaires et des piscines d'entreposage du combustible dont le constat est plus qu'alarmant, surtout pour la sécurité des piscines de stockage.
Jean-Claude Delalonde
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean-Claude Delalonde est le président de l'ANCCLI (Association nationale des comités et commissions locales d'information). L'ANCCLI est une association regroupantles Commissions Locales d'Information auprès des installations nucléaires...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
L'ONG Greenpeace a publié un extrait seulement d'un rapport concernant la sécurité des réacteurs nucléaires et des piscines d'entreposage du combustible dont le constat est plus qu'alarmant, surtout pour la sécurité des piscines de stockage.

Atlantico : Que penser de ce rapport, peut-on s'y fier et le cas échéant, comment expliquer la situation et que faire pour y remédier ?

Jean-Claude Delalonde : Les piscines sont protégées mais avec une enceinte de confinement qui n'a rien à voir effectivement avec celle des réacteurs qui ont été étudiées et renforcées au cours des décennies en fonction du danger que représentent les réacteurs.

Concernant les piscines, elles se sont remplies au fil des décennies. Les lieux de stockage des déchets étant arrivés à saturation, les piscines se sont rempli de facto ce qui peut donc poser un problème. Puisque les enceintes sont moins résistantes, aujourd'hui la question de la sécurité est d'autant plus à poser avec la période d'actes terroristes que nous connaissons aujourd'hui sur notre sol, ce qui n'était pas le cas il y a 40 ou 30 ans et n'était pas une préoccupation. 

La société civile et nous-mêmes nous inquiétons maintenant à la fois de la saturation des enceintes de confinement mais aussi du risque terroriste.

Greenpeace va plus loin en disant qu'en cas d'attentat, des gens peuvent atteindre plus facilement les piscines des combustibles qui sont tout aussi dangereuses dans les suites que pourraient avoir un attentat que le cœur du réacteur lui-même. Si le refroidissement ne se fait plus, si les piscines ne permettent plus ce refroidissement il y aurait des rejets radioactifs qui seraient tout aussi conséquents que dans le cas d'une attaque du réacteur. 

Le problème c'est qu'on est encore dans le cadre du secret et dès que l'on pose une question en matière de nucléaire, les services de la sécurité publique, donc le ministère de l'Intérieur avec EDF et l'ASN, disent : "circulez, il n'y a rien à voir". 

Toujours selon le rapport de Greenpeace, malgré les rapports détaillants les failles des centrales nucléaire en terme de sécurité (chute d'un avion de ligne, attaque de drones…) EDF n'a "pas procédé aux renforcements nécessaires" et pointe du doigt le silence de l'entreprise ainsi que des autorités. Comment expliquer le cas échéant ce comportement ?

Je n'ai pas d'informations particulières qui me permettent de dire qu'il n'y a pas eu de renforcement. Dans toutes les centrales que l'on a sur le territoire, on dépense beaucoup d'argent pour faire vieillir ses centrales, soit les mettre aux normes conformément aux exigences de l'ASN que ce soit pour les réacteurs, les piscines, les groupes Diesel qui permettent d'assurer la maintenance en cas de coupure électrique…  Je pense, qu'il y a quand même des protections qui existent. Le ministère de la Défense et de l'Intérieur a déployé autour de chaque centrale des organisations humaines et techniques pour assurer la sécurité et éviter des actes terroristes importants mais on peut certainement aller plus loin. Quand Greenpeace a réussi à grimper sur les toits cela nous fait questionner la sécurité effective des centrales. 

S'il faut revoir la sécurité des piscines et des centrales nucléaires, en prenant l'exemple de l'EPR de Flamanville, on peut dire que c'est une affaire d'années. Il faut agir donc de façon urgente pour que les éléments de défense en profondeur qui pourraient être touchées le soient moins. C'est du rôle de l'ASN avec l'IRSN de dire "nous exigeons cela" et à l'exploitant de le faire  sans rechigner car la sécurité et la sureté nucléaire ne se négocie pas. Et les élus au niveau national qu'ils soient gouvernementaux ou institutionnels seraient coupables et responsables de ne rien faire.

Mais nous, la société civile, on veut savoir si les investissements sont suffisants. Pour cela il faut des expertises indépendantes, que les élus locaux soient informés. On ne peut pas se contenter des rapports d'EDF.  Les précédents incidents montrent que la confiance est aujourd'hui limitée et que les rapports comme celui de Greenpeace arrivent au bon moment et permettent aux élus locaux de poser des questions qui fâchent peut-être mais d'avoir des réponses qui nous permettent d'être un relai d'information par rapport à la population qui va exiger de nous que tout se passe bien.

Les élus qu'ils soient locaux ou nationaux seraient considérés comme responsables ou coupables si on ne dénonçait pas les éventuels manques et si on n'exigeait pas que les autorités nationales fassent tout pour que la sureté et la sécurité nucléaire soit présente. Peut-être que ce rapport exagère le trait, l'avenir le dira, mais on ne peut pas rester comme on l'était il y a 40 ans dans la période du secret absolu.  EDF a quand même changé son fusil d'épaule comme le ministère de l'Intérieur avec l'affaire des drones (rapport de 2014 de John Large).  Depuis on sent qu'il y a un peu plus de transparence mais on dit à l'ANCCLI qu'elle est toujours insuffisante.

Maintenant est-ce qu'on peut tout faire par un claquement de doigt? Sûrement pas. Est-ce que le danger est extrême ? Je ne le sais pas. Mais peut-être qu'il faut souvent dans ce pays exagérer le trait pour  faire en sorte que les choses bougent.

 

Greenpeace a fait le choix de ne pas rendre le rapport public en raison des informations sensibles qu'il contient et évidemment que le silence est nécessaire dans une certaine mesure mais dénonce l'omerta de EDF et des pouvoirs publics. Comment interpréter ce silence ?

D'abord Greenpeace a eu la réaction adéquate en ne rendant pas le rapport public, cela ne veut pas dire qu'il faut maintenant arrêter d'en parler.  Le HCTISN (Haut Comité pour la Transparence et l'Information sur la Sécurité Nucléaire) dont je fais partie peut se saisir de questions comme celle-ci. Il peut être saisi par le gouvernement, par le ministre Hulot ou l'office parlementaire de ce problème et sans que cette dernière instance n'ai connaissance  de l'intégralité du rapport qu'il en soit débattu. Où l'on se retrouve avec les syndicats des exploitants, avec l'IRSN, l'ASN, les parlementaires les représentants de la société civile et les exploitants. Il suffit, que le gouvernement ou les parlementaires saisissent le Haut Comité pour que l'on puisse avoir un minimum d'information tout en respectant les questions de sécurité industrielle et de sécurité défense. C'est évidemment une nécessité.

L'omerta, même si elle est tentante pour certains, n'a pas lieu d'être, nous avons des organisations nationales qui permettent de faire en sorte qu'elle n'existe pas. Encore faut-il les actionner.

Vous imaginez les élus de communes qui habitent dans un rayon de 10 à 20 km autour des centrales et qui apprennent la situation avec ce rapport de l'ONG? Ils ont quand même le droit d'avoir un minimum de retours, d'explications et d'assurances. Qui va la donner ?  EDF de lui-même ne donnera des retours qu'avec parcimonie mais nos élus nationaux ont l'obligation d'étudier le dossier et réunir les instances nationales qui existent. 

La généralisation du secret constitue un piège redoutable et il faut que l'on y soit attentif. Il est indispensable que les principes démocratiques en matière de sécurité publique restent vainqueurs.

 

 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (3)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
jurgio
- 11/10/2017 - 15:08
Le vrai problème et la vraie question :
Qui nous protégera des radiations pestilentielles de Greenpeace ?
vangog
- 11/10/2017 - 13:52
ONG extrême-gauchiste...pas crédible!
Augmentons le nombre et modernisons les centrales nucléaires , et virons les vert-caca-d'oie minoritaires, et ça ira mieux!...
Salgado
- 11/10/2017 - 09:47
Pas neutre!
Greenpeace est furieusement antinucleaire.Il recueille des infos auprès d'anciens salariés licenciés revanchards.Quant aux intrusions de greenpeace elles sont sous controle ,sinon c'est une balle dans la tete .D'ailleurs ils prennent bien soin d'avertir EDF.Quant à l'ASN et autre machins,ce sont des "niches" grassement remunerées.