En direct
Best of
Best of du 28 novembre au 4 décembre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Record de cagnotte pour l’EuroMillions : et au fait, voilà ce que font les vrais riches quand ils ont 200 millions devant eux

02.

Macron skie français

03.

Trois étranges monolithes métalliques de 3 m de haut sont apparus aux Etats-Unis et en Roumanie

04.

Pour une Charte de l'Islam de France : la primauté des lois françaises sur la charia n'est pas négociable

05.

Une recherche en psychologie montre l'intérêt des discussions devant la machine à café

06.

Brexit : qui de Londres ou de Bruxelles (et de Paris...) prend le plus grand risque dans le bras de fer ?

07.

Et maintenant les skieurs... Qui arrêtera le gouvernement dans sa folle (et sanitairement vaine) dérive sur les libertés publiques ?

01.

"Covid partouze" dans le centre de Bruxelles: la police a interpellé 25 personnes dont un député européen qui a tenté de fuir

02.

Karine Le Marchand & Stéphane Plaza s’installent ensemble (elle pète, il ronfle); Jalil & Laeticia Hallyday aussi (mais sont moins bruyants); Yannick Noah retrouve l’amour; Geneviève de Fontenay : petite retraite mais grosse dent (contre Sylvie Tellier)

03.

Emmanuel Macron et la majorité sont-ils en train de perdre à vitesse grand V l’argument de leur supériorité morale et démocratique face au RN ?

04.

Violences et police : quand la droite confond l'ordre et les libertés et se tire une balle dans le pied (électoral)

05.

Explosif : la dette française, 2700 milliards à la fin 2020. Mais qui va payer, quand et comment ?

06.

Record de cagnotte pour l’EuroMillions : et au fait, voilà ce que font les vrais riches quand ils ont 200 millions devant eux

01.

Valéry Giscard d’Estaing, le plus grand président de la Ve République après De Gaulle

02.

Violences et police : quand la droite confond l'ordre et les libertés et se tire une balle dans le pied (électoral)

03.

Noël : Emmanuel Macron envisage des « mesures restrictives et dissuasives » pour les Français qui voudraient skier à l'étranger

04.

Emmanuel Macron et la majorité sont-ils en train de perdre à vitesse grand V l’argument de leur supériorité morale et démocratique face au RN ?

05.

Socle citoyen : l’Assemblée nationale vote pour l’exploration d’un revenu universel qui ne dit pas son nom mais demeure une très bonne idée

06.

Covid-19 : Et si la première cible à convaincre de l’efficacité du vaccin étaient les médecins et soignants eux-mêmes ?

ça vient d'être publié
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Qui veut risquer sa vie la sauvera (Mémoires)" de Jean-Pierre Chevènement : heureux qui comme Chevènement a eu plusieurs vies dans sa vie en maintenant la même trajectoire. Un panorama exhaustif de l’histoire de notre pays de 1962 à 2019

il y a 5 heures 51 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Rachel et les siens" de Metin Arditi : un roman superbe et, évidemment, bouleversant, La Palestine, Israël, le XXe siècle...

il y a 6 heures 43 min
pépites > Politique
Brut.
Emmanuel Macron : « Je n'ai pas de problème à répéter le terme de violences policières mais je le déconstruis »
il y a 11 heures 9 min
rendez-vous > Consommation
Atlantic-tac
Quand les bracelets se noient dans le marc de raisin et quand les tortues ont l’accent italien : c’est l’actualité décembriste des montres
il y a 12 heures 37 min
light > Loisirs
Bingo
La popularité croissante de “All I Want for Christmas is You” montre que l'industrie de la musique valorise les vieilles chansons
il y a 15 heures 10 min
light > Insolite
Bizarre
Trois étranges monolithes métalliques de 3 m de haut sont apparus aux Etats-Unis et en Roumanie
il y a 17 heures 12 min
light > Social
Convivial et efficace
Une recherche en psychologie montre l'intérêt des discussions devant la machine à café
il y a 17 heures 40 min
pépites > Economie
Coronavirus
Le Fonds de solidarité universel s'arrêtera le 31 décembre annonce Bruno Le Maire
il y a 18 heures 24 min
décryptage > France
Vive nous

Macron skie français

il y a 18 heures 41 min
décryptage > Société
Placements privilégiés

Record de cagnotte pour l’EuroMillions : et au fait, voilà ce que font les vrais riches quand ils ont 200 millions devant eux

il y a 18 heures 51 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Femmes puissantes" de Léa Salamé : curiosité et plaisir à la lecture des aveux (en toute honnêteté…) de 12 personnalités féminines, découvrir leur force intérieure, leur parcours, leur influence

il y a 6 heures 12 min
pépite vidéo > Politique
Interview
Retrouvez l’intégralité de l’entretien d’Emmanuel Macron accordé à Brut
il y a 7 heures 42 min
pépites > International
Rebondissement
Ziad Takieddine a été arrêté au Liban
il y a 12 heures 17 min
décryptage > Europe
Négociations

Brexit : qui de Londres ou de Bruxelles (et de Paris...) prend le plus grand risque dans le bras de fer ?

il y a 14 heures 6 min
décryptage > France
Article 24

Police, manifestants et libertés publiques : les images de violence servent-elles la Vérité... ou de munitions aux combattants de nos guerres idéologiques ?

il y a 17 heures 5 min
pépite vidéo > Economie
Commerçants face à la crise
Nouveau calendrier : Bruno Le Maire confirme le report des soldes d'hiver au 20 janvier prochain
il y a 17 heures 32 min
rendez-vous > Religion
Géopolitico-scanner
Pour une Charte de l'Islam de France : la primauté des lois françaises sur la charia n'est pas négociable
il y a 18 heures 17 min
pépites > Economie
Voyage moins cher
La SNCF envisage de plafonner le prix des billets de TGV en seconde classe
il y a 18 heures 36 min
pépites > Politique
Scandale
Dominique Strauss-Kahn annonce la sortie d'un documentaire sur sa vie à l'automne 2021
il y a 18 heures 50 min
décryptage > Science
Espace

ClearSpace-1 : l’opération anti-débris spatiaux qui sauvera nos satellites (et nos GPS)

il y a 19 heures 8 min
© Reuters
© Reuters
Jeu de dupes

Baisse des dotations : dans le grand jeu de dupes de la décentralisation à la française, qui de l’Etat ou des régions est le plus hypocrite ?

Publié le 30 septembre 2017
L'annonce d'une baisse des dotations a été très mal reçues de la part des collectivités territoriales, régions en tête, alors que la méthode du gouvernement pour obtenir des économies en 2018 est plutôt bienveillante puisqu’il se contente de donner aux élus locaux des objectifs d’évolution de leurs dépenses.
François Ecalle
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
François Ecalle est ancien rapporteur général du rapport annuel de la Cour des comptes sur la situation et les perspectives des finances publiques ;  ancien membre du Haut Conseil des finances publiques, Président de FIPECO et fondateur du site www...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
L'annonce d'une baisse des dotations a été très mal reçues de la part des collectivités territoriales, régions en tête, alors que la méthode du gouvernement pour obtenir des économies en 2018 est plutôt bienveillante puisqu’il se contente de donner aux élus locaux des objectifs d’évolution de leurs dépenses.

Atlantico : L'annonce d'une baisse des dotations a été très mal reçues de la part des collectivités territoriales, régions en tête. Cependant, leurs revendications sont-elles légitimes ? Ne peut-on pas considérer que l'Etat a plutôt bien géré ses dépenses quand les collectivités territoriales les ont vu exploser ?

François Ecalle : Les baisses des dotations de l’Etat qui font hurler les élus locaux (200 M€ en 2017 et 400 M€ en 2018) sont marginales au regard de ses concours financiers aux collectivités locales (54 Md€ en 2016 ; 100 Md€ avec les dégrèvements d’impôts locaux qu’il prend en charge et les recettes fiscales qu’il leur transfère), de la baisse des dotations sur 2013-2017 (plus de 10 Md€) et des économies attendues des collectivités localesd’ici 2022 (13 Md€).

Des économies ont dû être trouvées dans des délais très courts cet été pour respecter nos engagements de réduction du déficit public, donc sans le temps d’une longue concertation. Elles touchent les élus locaux comme bien d’autres acteurs. La méthode du Gouvernement pour obtenir des économies en 2018 est plutôt bienveillante à l’égard des élus locaux puisqu’il se contente de leur donner des objectifs d’évolution de leurs dépenses, la baisse des dotations ne devant intervenir qu’en 2019 s’ils ne les respectent pas. Il prend ainsi le risque d’une augmentation de leurs dépenses excessive par rapport à ses objectifs.

Les dépenses des collectivités locales ont pendant longtemps augmenté plus vite que celles de l’Etat, qui a fait de gros efforts d’économies sur 2008-2012, mais elles ont nettement ralenti depuis 2013. Les collectivités locales ont d’abord réduit leurs investissements puis infléchi leurs dépenses de fonctionnement, qui ont même baissé en valeur en 2016. Cette évolution est bienvenue car ces dépenses étaient trop élevées et elle a été obtenue grâce à la baisse des dotations de l’Etat, qui était et reste nécessaire.

S’agissant des régions, elles ont obtenu que le gouvernement actuel ne revienne pas sur une décision de son prédécesseur qui ne va pas dans ce sens : remplacer une partie des dotations de l’Etat par une fraction du produit de la TVA, ce qui leur garantit une ressource dynamique.

N'est-il cependant pas absurde de vouloir créer des grandes régions et de ne pas leur donner le pouvoir nécessaire, avec des engagements qui semblent aujourd'hui instables et une gestion générale là où les collectivités ont eu des gestions très diverses au cas par cas ? Ne faut-il pas a contrario assumer que la décentralisation n'est pas toujours efficace et que dans les faits toutes les impulsions viennent majoritairement aujourd'hui de Paris ?

Le gouvernement précédent a pris de nombreux engagements incompatibles avec la réduction nécessaire du déficit public, vis-à-vis des élus locaux comme de bien d’autres acteurs, et il faut bien revenir sur certains d’entre eux.

Le gouvernement actuel semble vouloir tenir compte de la diversité des collectivités locales en passant des contrats avec les plus grandes sur les objectifs d’évolution de leurs dépenses. Je ne suis pas certain que ce soit la meilleure méthode car il sera très difficile de déterminer objectivement les raisons pour lesquelles certaines seront mieux traitées que d’autres. Le rabot budgétaire qui réduit partout les dépenses dans une même proportion a parfois des vertus.

La décentralisation est souhaitable car beaucoup de services publics ne peuvent être gérés efficacement qu’au niveau local. Mais il faut que les collectivités locales soient soumises à des contraintes financières fortes pour que leurs décisions n’entraînent pas une hausse excessive des prélèvements obligatoires.Il faut que soit elles sont surtout financées par des impôts locaux dont elles maîtrisent le taux, dont elles sont clairement responsables et qui pèsent sur tous leurs électeurs (modèle dont on s’éloignera encore plus en exonérant 80 % des ménages de la taxe d’habitation) ; soit elles sont surtout financées par des ressources fixées par l’Etat, modèle adopté en réalité par de nombreux Etats fédéraux.

Dès lors, comment travailler avec les contraintes actuelles pour que la solidarité des territoires soit effective sans se mettre les élus à dos et en permettant aux différents échelons de garder une marge de manœuvre adaptée et prudente ?

Les dotations de l’Etat sont souvent attribuées sur des bases historiques très anciennes sans rapport avec les besoins des collectivités. Pour que la solidarité des territoires soit effective, malgré la baisse globale des dotations, il faut renforcer la péréquation entre les collectivités locales, c’est-à-dire accroître les dotations des plus démunies au détriment des mieux loties. Mais les élus locaux ne sont d’accord que pour demander plus d’argent à l’Etat, pas pour le partager plus équitablement.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (4)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
lexxis
- 01/10/2017 - 09:12
DU GRAND N'IMPORTE QUOI!
Face aux collectivités territoriales qui ont une stricte obligation d'équilibre budgétaire, l'État donne des leçons et décide de tout avec pour son propre budget un déficit prévisionnel de 83 milliards pour 2018. On présente toujours la limite des 3% du PIB, mais en réalité ce déficit est abyssal puis qu'avec ce trou, ce sont plus de 20% des dépenses qui ne sont pas couvertes et vont donc une fois de plus augmenter la dette. D'autre part, quelle logique y-a-t-il dans nos finances publiques, quand ce sont les collectivités territoriales qui doivent financer avec des indemnisations incertaines et le plus souvent insuffisantes des aides sociales généreusement et souverainement décidées par l'État. Montage typiquement public opaque et injuste où la logique n'a aucune part, qui permet (voire appelle) tous les coups tordus et on ne s'en prive pas!
ajm
- 30/09/2017 - 17:56
Socialisme municipal.
L 'etat a mis sur le dos des collectivités locales, en particulier les departements, de nombreuses dépenses sociales: personnes âgées ( APA) , mineurs isolés ( poste qui explose avec l'immigration qui compte de nombreux mineurs ou supposés mineurs), RSA ...Les critères et les montants de ces aides restent cependant entierement fixés par l'état.
S'agissant de la péréquation, c'est surtout un encouragement à la.mauvaise gestion, les collectivités démagogues et depensieres qui de surcroît font fuire l'activité et les contribuables "aisés" se faisant financer par les vertueuses et les dynamiques. C'est du socialisme municipal.
Anouman
- 30/09/2017 - 14:57
Dotations
Le meilleur moyen de limiter les dépenses publiques c'est de limiter le champ de l'intervention de l'état et des collectivités. Et ce ne sera pas fait avec Macron ni avec la plupart des élus locaux qui n'existent que par la dépense publique: je gaspille donc je suis.