En direct
Best of
Best of du 9 au 15 janvier
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

La fatigue de l’épidémie, cet élément historiquement documenté, qu’ignore superbement le gouvernement français

02.

Alerte aux nouveaux variants du Coronavirus : l’Occident peut-il encore échapper à un bilan humain tragique sans adopter les méthodes asiatiques face à l’épidémie ?

03.

Mais qui peut encore stopper les magistrats dans les dommages qu’ils infligent (inconsciemment) à la démocratie française ?

04.

Emmanuel Macron, victime d’impuissance ?

05.

Alerte au variant du Coronavirus : ce qu’on sait vraiment du risque de contamination en extérieur (et que le gouvernement devrait méditer avant d’envisager de restreindre la liberté de promenade)

06.

Il paraît qu'on ne peut pas accueillir toute la misère du monde. Mais qui est responsable de toute la misère du monde ?

01.

Alerte aux nouveaux variants du Coronavirus : l’Occident peut-il encore échapper à un bilan humain tragique sans adopter les méthodes asiatiques face à l’épidémie ?

02.

Ne dites plus "amen" mais "awomen"

03.

Éviction d’Alain Finkielkraut : les bienfaits de la condamnation des dérapages, les dangers de l’épuration

04.

Il paraît qu'on ne peut pas accueillir toute la misère du monde. Mais qui est responsable de toute la misère du monde ?

05.

Certificats de virginité : Marlène Schiappa accuse les "évangélistes" de propager cette détestable pratique

06.

Communication politique : Jean Castex et Olivier Veran, perdus pour la France

ça vient d'être publié
pépites > Politique
« Cher Tayyip »
Emmanuel Macron et Recep Tayyip Erdogan s'écrivent pour apaiser les tensions
il y a 4 jours 15 heures
pépites > Justice
Révélations de Mediapart
Justice : enquête ouverte contre Nicolas Sarkozy pour « trafic d’influence » dans le cadre d’activités de conseil pour le groupe russe Reso-Garantia
il y a 4 jours 19 heures
pépites > Politique
Jupiter
Nouvelle colère d'Emmanuel Macron, cette fois contre certains ministres
il y a 4 jours 20 heures
décryptage > International
Démocratie américaine en danger

Assaut sur le Capitole : autopsie de trois jours de folies américaines

il y a 4 jours 21 heures
pépite vidéo > Santé
Eviter la pénurie
Le PDG de Moderna, Stéphane Bancel, alerte sur la question de l'approvisionnement des vaccins pour l'hiver prochain
il y a 4 jours 21 heures
décryptage > International
Université de Bogazici

Révolte étudiante à Istanbul ou les prémices d’un printemps turc

il y a 4 jours 22 heures
pépites > Santé
Coronavirus
Bruno Le Maire et Gabriel Attal indiquent qu'un confinement est toujours possible
il y a 4 jours 22 heures
décryptage > Santé
Espoir

Une étude démontre que les crises cardiaques pourraient être détectées des années à l’avance en surveillant le niveau de calcium dans les artères

il y a 4 jours 23 heures
décryptage > Environnement
instrumentalisation judiciaire

Procès contre l’inaction de l’Etat : l’affaire du siècle est aussi la pire imaginable pour... le climat lui-même

il y a 4 jours 23 heures
décryptage > Santé
Urgence sanitaire

Face à la Covid-19, finissons-en avec l’amateurisme public ! Le diagnostic implacable de fonctionnaires de la santé

il y a 5 jours 17 min
rendez-vous > Consommation
Atlantic-tac
Quand les billes précisent le moment et quand les disques détournent les heures : c’est l’actualité hivernale des montres
il y a 4 jours 18 heures
pépites > Santé
Pénurie
Le maire de Neuilly-sur-Seine déplore que les quantités de vaccins annoncées ne soient pas au rendez-vous
il y a 4 jours 19 heures
pépites > Santé
Coronavirus
La présence du virus dans les eaux usées de l'Ile-de-France en forte augmentation
il y a 4 jours 20 heures
pépites > Santé
Bug
Après avoir été volontairement fermé hier le site Santé.fr de rendez-vous pour les vaccinations est ouvert en version simplifiée aujourd'hui
il y a 4 jours 21 heures
décryptage > France
Couvre-feu à 18h

La fatigue de l’épidémie, cet élément historiquement documenté, qu’ignore superbement le gouvernement français

il y a 4 jours 21 heures
décryptage > International
Guerre de l'information

A propos d’infox : la tentation de Joe Biden de suivre la politique des néoconservateurs

il y a 4 jours 22 heures
décryptage > Santé
Mesures efficaces contre le virus

Covid-19 : les modèles d’efficacité sanitaire asiatiques, impossibles à reproduire en Europe ? 5 arguments pour démonter une imposture intellectuelle

il y a 4 jours 22 heures
décryptage > Economie
Impact économique de la pandémie

Records à l’export : la Chine est-elle en train de gagner une bataille... ou la guerre des puissances commerciales ?

il y a 4 jours 23 heures
décryptage > France
"Je ne livre pas les Juifs"

Il paraît qu'on ne peut pas accueillir toute la misère du monde. Mais qui est responsable de toute la misère du monde ?

il y a 4 jours 23 heures
pépites > Politique
Voile
Aurore Bergé dépose un amendement interdisant le port du voile aux petites filles
il y a 5 jours 19 min
© Reuters
© Reuters
Atlantico Business

Alstom-Siemens : les 3 leçons simplissimes que devraient tirer les responsables politiques de droite comme de gauche (mais rien ne garantit qu'ils le fassent)

Publié le 28 septembre 2017
Cette affaire Alstom illustre une fois de plus l’archaïsme des responsables politiques face à la réalité économique. Ils sont incapables d’en tirer les leçons.
Jean-Marc Sylvestre
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean-Marc Sylvestre a été en charge de l'information économique sur TF1 et LCI jusqu'en 2010 puis sur i>TÉLÉ. ...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Cette affaire Alstom illustre une fois de plus l’archaïsme des responsables politiques face à la réalité économique. Ils sont incapables d’en tirer les leçons.

Ce mariage entre Alstom et Siemens, qui couvre en vérité une opération de fusion sous contrôle allemand a, une fois de plus, entrainé un débordement d’explications et de commentaires qui sont surréalistes par rapport à la réalité à laquelle on n‘échappe pas, sauf à changer de monde.

Les hommes politiques ne ménagent aucune critique, aucune polémique stérile et inutile et ne font qu‘alimenter les tendances démagogiques et populistes.

Cette affaire illustre à l’évidence le déclin de l’industrie française. Mais quand on a dit cela, on n’a rien dit. Les responsables politiques de droite comme de gauche sont absolument incapables d’en tirer les leçons. Et pour faire court, il y a trois leçons à tirer.

1ère leçon : Il faudrait reconnaître la réalité de l’appareil économique. La réalité d’abord, c’est qu’on ne peut pas ignorer que le marché du ferroviaire sera principalement chinois. De façon évidente. Qu’on soit de droite ou de gauche on ne peut pas nier cette réalité-là. Donc pour être capable de capter une partie de ce marché, il faut pouvoir assumer la concurrence des constructeurs chinois. La consolidation des entreprises occidentales était inéluctable.

C’est évidemment un mariage défensif.  Ces deux entreprises étaient en concurrence frontale. Cette concurrence était mortifère. On peut même imaginer qu’il y aura dans l’avenir des rapprochements avec Bombardier, le 3e grand acteur occidental du secteur qui se préoccupe lui aussi de la concurrence asiatique. Le rapprochement des trois est plus que probable à une échéance de 5 ans.

C’est une réalité sur laquelle on ne peut pas s’asseoir. Alstom n’avait pas d’autres solutions que de trouver un bon parti pour survivre. L’aurait-elle refusé qu’elle se serait suicidée.

2e leçon : une fusion entre deux entreprises européennes ne paraît pas particulièrement anxiogène. Après tout, on ne peut pas pleurer tous les jours en se plaignant qu’il n’y a pas assez d’Europe et refuser les liaisons entre des entreprises du même continent. Ce qui manque, ce sont les conditions sociales, fiscales, administratives pour faciliter ce type de fusions ; ce qui manque, c’est l’existence d’une culture et d’un langage commun entre les différents partenaires européens. Pour éviter les dysfonctionnements, les différentiels de traitements en termes de fiscalité et surtout d’emplois. Il faut admettre que la politique industrielle de demain ne peut se développer qu ‘à l'échelle européenne.

Alors, on revient de loin. Napoléon III, qui a servi de catalyseur à la révolution industrielle en France, s’est beaucoup appuyé sur le corps des ingénieurs français. Le Second empire a compris l’héritage de Colbert. Un siècle plus tard, le général de Gaulle puis Georges Pompidou ont développé une stratégie de politique industrielle fondée sur des projets publics très ambitieux, l’aéronautique, le nucléaire etc…. Colbert, toujours Colbert.

Mais depuis les années 1980, on est entré dans un autre monde beaucoup plus éclaté avec trois grandes zones géographiques, trois marchés : l’Amérique, l’Europe et l’Asie, trois zones auxquelles il faudra ajouter l‘Afrique ; la réalité des marchés a fait sauter les frontières.

3e leçon : il faudrait expliquer de façon très clair et très simple que, quand la France perd son industrie au profit d’opérateurs italiens ou allemands, ça reste européen et c’est bien, mais cette explication n’exonère pas les responsables politiques d’expliquer aussi pourquoi la France perd systématiquement ses fleurons industriels les uns après les autres. La raison en est évidente : l’Etat français n‘a pas les moyens de répondre aux besoins d’un groupe dont l’ambition est internationale.

Il n’y a que deux moyens de protéger un appareil industriel français :

Ou bien on le nationalise et c’est exclu. Bruno Le Maire a mille fois raison d’affirmer que l'Etat n’a rien à faire dans Alstom, d’autant que l’Etat est désargenté.

Ou bien on fait appel à l’épargne publique et pour drainer cette épargne publique, on crée des véhicules adéquats. Ces véhicules s’appellent les fonds de pension ou des fonds d’investissement qui pourraient être créés à la faveur d’une réforme du modèle social et des systèmes de retraite.

Les allemands, comme les américains, ont les moyens que leur donnent les fonds de capitalisation.

Le rôle de l’Etat serait d’encourager ce type de réforme par la règlementation et l’incitation fiscale. L’Etat sait le faire quand il le veut. L’Etat n’a t il pas transformé ce pays en paradis fiscal pour les chercheurs avec le crédit d’impôt recherche. Ceci étant, on a de l’argent en France pour mener des recherches fondamentales. On n’en a peu dès qu il s’agit de faire de la recherche appliquée ou de développer une industrie à partir du résultat de cette recherche. C’est assez aberrant mais c’est ainsi.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (6)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
LordLeleu
- 03/10/2017 - 17:39
Les chinois utilisent nos vieilles recettes
On oublie souvent dans les commentaires que les Chinois sont largement appuyés par leur gouvernement et que l'accès à leur marché intérieur est extrêmement réglementé. De vieilles recettes tellement ringardes... il faudrait également se poser le probleme de compétitivité autrement que par la lorgnette par laquelle on regarde. Je rappelle que la Chine sous évalue sa monnaie artificiellement (liste noire des usa), mais Cest un sujet tabous la question monétaire en France.
moneo
- 28/09/2017 - 19:23
correction
dans les entreprises françaises
moneo
- 28/09/2017 - 19:22
@Vangog
Débat intéressant
si on avait des fonds de pension,ils devraient fournir une rémunération à leurs actionnaires...conclusion? ils n'investiraient pas nécessairement dans les entreprises le personnel politique et la majorité des français semblent ignorer qu'une entreprise n'est pas fait pour produire MAIS POUR VENDRE..
Quand les amateurs de nationalisation se manifestent c'est pour dire si l'entreprise était nationalisée vous ne perdriez pas vos emplois ;la nounou Etat serait là.en clair , les dettes de la société seraient payés par les contribuables...
question à partir de quels niveaux d'emplois ,'Etat interviendrait et pourquoi ?
A partir de 2 emplois 10? 20?
En quoi le dépôt debilan du plus petit est-il moins grave que pour une plus grosse entreprise?
si on dit pour tous alors on a recréé l"URSS

Nationaliser c'est assurer momentanément le fins de mois, mais le problème de la compétitivité reste entier
Conclusion si vous n'êtes pas Besancenot ou Insoumis cela suppose de réformer la dépense publique e n France ,pas à la marge ,pas en transférant les charges aux collectivités ,
nos dépenses publique continuant d'augmenter....sale temps