En direct
Best of
Best of du 19 au 25 septembre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Yannick Noah se fait plaquer; Julien Doré réfléchit à l'adoption d'un enfant avec Francis Cabrel, Jean Dujardin & Nathalie Péchalat en attendent un 2éme: Kanye West pense être le Moïse du peuple noir, Carla Bruni que Nicolas S. écrit comme Balzac

02.

Alerte au rhume : la maladie la plus répandue avait mystérieusement disparu depuis le confinement. Elle revient et ça va tout compliquer avec le Covid-19

03.

"Olivier véreux de mes c***lles" : Jean-Marie Bigard insulte le ministre de la Santé

04.

Un rapport officiel allemand souligne que l’agriculture biologique n’est absolument pas plus durable que l’agriculture conventionnelle

05.

Alerte aux grandes oreilles chinoises : voilà pourquoi vous devriez tourner 7 fois votre pouce avant de poster quelque chose sur les réseaux sociaux...

06.

Absence de mixité, prières… un club sportif aux pratiques troublantes

07.

Les Suisses ont dit "non" à la fin de la libre circulation avec l'Union européenne

01.

Un rapport officiel allemand souligne que l’agriculture biologique n’est absolument pas plus durable que l’agriculture conventionnelle

02.

Yannick Noah se fait plaquer; Julien Doré réfléchit à l'adoption d'un enfant avec Francis Cabrel, Jean Dujardin & Nathalie Péchalat en attendent un 2éme: Kanye West pense être le Moïse du peuple noir, Carla Bruni que Nicolas S. écrit comme Balzac

03.

Un militant communiste assassiné à Saint-Ouen *

04.

Santé mentale : ces millions de Français que la pandémie fait chanceler ou s’écrouler en silence

05.

Emmanuel Macron s’est souvenu qu’il avait une mère et un père

06.

Ce que la dernière photo prise par la NASA nous révèle de Jupiter

01.

Eric Zemmour condamné pour injure et provocation à la haine

02.

Édouard Philippe ou le vrai-faux espoir de la droite : radioscopie d’un malentendu idéologique

03.

Nouvelles mesures face au Covid-19 : Gribouille gouvernemental à la barre

04.

Plongée dans les coulisses de l’organisation de la Convention de la droite : l'engagement de Marion Maréchal et Eric Zemmour en faveur de l’union des droites

05.

J’aime les sapins de Noël : je suis un facho

06.

Louis Hausalter : "L'histoire de Marion Maréchal éclaire l’état de décomposition et de recomposition du paysage politique"

ça vient d'être publié
pépite vidéo > Insolite
Spectateurs virtuels
Denver Broncos : les personnages de South Park s'invitent au stade pour les matches de NFL
il y a 1 heure 41 min
pépites > Défense
Chemin de la paix...
L'Arménie saisit d'urgence la Cour européenne des droits de l'homme après les tensions militaires avec l'Azerbaïdjan
il y a 3 heures 22 min
pépites > Economie
Outils de lutte contre la crise et face à la pandémie
Le gouvernement présente son projet de budget 2021
il y a 4 heures 17 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Contes et légendes" de Joël Pommerat : Pommerat au firmament

il y a 6 heures 52 min
Alimentation
Plus de la moitié des produits végétariens étudiés par une association contiennent de l’eau comme ingrédient principal
il y a 7 heures 30 min
pépites > Religion
Séparatisme
Absence de mixité, prières… un club sportif aux pratiques troublantes
il y a 8 heures 55 min
décryptage > Economie
Nécessité d'un compromis

Sécurité sanitaire et emploi : les difficultés du "en même temps"

il y a 9 heures 23 min
pépite vidéo > Défense
Tensions
L'Arménie et l'Azerbaïdjan instaurent la loi martiale
il y a 9 heures 43 min
décryptage > Economie
Evolution de la pandémie

COVID-19 : France, Royaume-Uni, Espagne, comment faire baisser la contamination ? Des "Gilets jaunes des bars" maintenant ?

il y a 10 heures 15 min
rendez-vous > High-tech
La minute tech
Malaise au poignet ? Le nouvel bracelet connecté de santé d'Amazon analyse votre voix et vos émotions
il y a 10 heures 57 min
light > Media
"En toute franchise"
Ségolène Royal va intervenir régulièrement sur le plateau de LCI dans le cadre d'un débat
il y a 2 heures 9 min
pépites > Politique
Candidature
Rachida Dati se confie dans la presse britannique sur son souhait de vouloir "gagner l'élection présidentielle de 2022"
il y a 3 heures 50 min
décryptage > France
Les entrepreneurs parlent aux Français

La coupe est pleine. Insurrection ? Désobéissance ? Révolte ? Les PME et TPE ont-elles encore le choix ?

il y a 6 heures 38 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Vagabondages" de Lajos Kassak : sur les routes de Budapest à Paris avant 14, le savoir survivre d’un artiste prolétaire… une pépite de la littérature hongroise

il y a 7 heures 7 min
décryptage > Economie
Coronavirus

Impact du Covid-19 : vers un budget 2021 en apesanteur

il y a 8 heures 19 min
décryptage > Société
Licence to kill

L’amendement inutile : l’IMG, (Interruption médicale de grossesse) à 9 mois pour cause de détresse psychosociale

il y a 9 heures 3 min
Crise
La paralysie de l'économie due au coronavirus menace New York déjà très endettée
il y a 9 heures 32 min
décryptage > International
Disraeli Scanner

Donald Trump : comment le populiste s’est mué en conservateur

il y a 10 heures 20 sec
décryptage > Santé
Confusion généralisée

Alerte au rhume : la maladie la plus répandue avait mystérieusement disparu depuis le confinement. Elle revient et ça va tout compliquer avec le Covid-19

il y a 10 heures 30 min
décryptage > Sport
Une deux, une deux

Fermetures des salles de sport : à quelles activités physiques se mettre pour garder la forme face à un automne semi-confiné ?

il y a 11 heures 1 min
© Pixabay
© Pixabay
Avenir

Plan logement : quelques annonces et des grands flous

Publié le 16 septembre 2017
Le domaine du logement n’a pas été un élément central du débat politique lors des élections d’avril à juin, mais quelques annonces ont déjà été faites.
Pierre-François Gouiffès
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Pierre-François Gouiffès est maître de conférences à Sciences Po (gestion publique & économie politique). Il a notamment publié Réformes: mission impossible ? (Documentation française, 2010), L’âge d’or des déficits, 40 ans de politique budgétaire...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Le domaine du logement n’a pas été un élément central du débat politique lors des élections d’avril à juin, mais quelques annonces ont déjà été faites.

Alors que les orientations du Président et du gouvernement dans le champ de l’emploi et du travail ont fait l’objet d’une présentation structurée cohérente avec les propos tenus lors du débat électoral, on a plutôt droit à des touches successives dans le domaine du logement qui n’a de fait pas été un élément central du débat politique lors des élections d’avril à juin.

La stratégie logement de l’exécutif doit être présentée le vendredi 22 septembre (9 jours après la date initiale du 13 septembre repoussée notamment en lien avec l’ouragan Irma) mais il y a de fait des annonces multiples du Président de la République, du Premier ministre, du ministre de la cohésion des territoires Jacques Mézard, de son secrétaire d’Etat Julien Denormandie ou bien du ministre de l’action et des comptes publics Gérald Darmanin.

On se propose ici de regarder ces annonces notamment au regard des quatre piliers traditionnels des politiques du logement en France : les aides à la personne (APL), le logement social, la résidence principale et le secteur locatif privé. Cela est d’importance puisque le logement est un secteur du long terme, avec une dimension cyclique de sa partie investissement qui représente en moyenne 6 % du PIB, et qu’il constitue à juste titre une préoccupation majeur des ménages français.

La baisse des aides à la personne

C’est clairement le sujet chaud. Le feu a été ouvert dès fin juillet avec la décision d’une baisse de 5€ des allocations logement. Cette solvabilisation publique des locataires (« aides à la personne » représentant le quart des loyers quittancés) représente la moitié des dépenses publiques au logement (40mds€ et 2 % du PIB), constitue le segment de dépense qui augmente le plus et est de fait devenue la principale prestation sociale française.

La demande adressée le 5 septembre d’Emmanuel Macron à tous les bailleurs de baisser leurs loyers a provoqué des commentaires outrés de la quasi-totalité des fédérations professionnelles, qu’ils soient privés (UNPI, FNAIM) ou sociaux (USH). Le gouvernement a ensuite décidé de se concentrer sur le secteur du logement social, mais en voulant organiser une compensation d’une baisse encore plus importante des APL par la baisse à due proportion des loyers comme l’a indiqué le Premier ministre sur France 2 le 13 septembre : « il n'y aura aucun impact pour ceux qui sont dans le logement social » a-t-il promis, avec les réactions qu’on imagine de la part des représentants des bailleurs sociaux en dépit de compensations promises par le gouvernement.

Secteur du logement social

La réflexion sur la baisse des APL est clairement l’annonce la plus spectaculaire et aussi la plus inédite de l’exécutif concernant le secteur du logement social. Ici il faut rappeler que ce secteur très important (près de 5 millions de logements représentant 18 % du parc total, 44 % des logements locatifs) est depuis longtemps un secteur « à la main de l’Etat » qui lui a fait porté les objectifs les plus divers : promotion de la mixité sociale, traitement de la pauvreté et de l’exclusion, hébergement et logement d’urgence, efficience énergétique, investissement contracyclique, relance de l’activité et de l’emploi dans le secteur de la construction…

Le débat chaud et inédit sur la baisse à court terme des loyers (quelque peu différent d’un objectif selon moi très louable d’une ambition de moyen terme portant sur un logement pas cher pour tous) fait passer dans l’ombre d’autres orientations importantes de l’exécutif sur le secteur du logement social. D’abord l’abandon de fait de l’ambition productiviste qui marquait le secteur depuis le passage de Jean-Louis Borloo au ministère du logement (cf. les 150 000 logements sociaux à produire du programme de François Hollande en 2012) : il est difficile de demander aux mêmes bailleurs sociaux de baisser leurs loyers tout en maintenant une ambition productive importante…Ensuite le recentrage du logement social « sur l’accueil des ménages défavorisés », soit l’évolution vers un modèle « résiduel » et le « logement d’abord » incarnée par exemple par les propos d’Emmanuel Macron le 11 septembre à Toulouse (production de 40 000 logements très sociaux par an sur tout le quinquennat, 40 000 places supplémentaires en intermédiation locative et 10 000 places supplémentaires en pension de famille…). En revanche et selon Jacques Mézard, le gouvernement n’envisage de modifier qu’à la marge la loi SRU (obligation des communes sur le stock de logements sociaux).

Accession à la propriété de la résidence principale  et investissement locatif privé

Le dispositif est complété par la volonté – regardée avec au moins de la méfiance par les professionnels de la construction – de recentrer (en français réduire) les deux dispositifs pour le secteur privés que sont le prêt à taux zéro (PTZ) pour l’accession à la propriété et le dispositif Pinel pour l’investissement locatif privé. Julien Denormandie, secrétaire d’État auprès du ministre de la Cohésion des territoires, a indiqué la concentration de ce dispositif sur les grandes métropoles.

Ces orientations posent une double question. D’abord celle de la politique fiscale du gouvernement concernant le logement et l’immobilier, pour lequel Emmanuel Macron avait annoncé la couleur pendant la campagne avec ses propos sur la « rente immobilière » et sa concentration de l’ISF sur l’immobilier via la transformation de l’ISF en « impôt sur la fortune immobilière » (IFI). Un point d’attention ici est le respect du « droit au rendement » des investisseurs qui sans cadre stable et avec des rendements insuffisants peuvent tout simplement décider d’arrêter d’investir voire liquider leurs actifs.

L’autre est celle des territoires. Les actions envisagées semblent se concentrer fortement sur les métropoles et les zones tendues dans lesquels il faut accélérer la production et baisser les prix via un désarmement normatif et la préservation des programmes de renouvellement urbain. Concernant « la France périphérique » - qui n’a pas nécessairement de problème de logement… mais souvent tous les autres -, Jacques Mézard a seulement mentionné la mise en place d’une agence de la cohésion des territoires tournée vers les territoires ruraux.

Voilà de ce que l’on peut dire à date des orientations gouvernementales sur le logement.

Affaire à suivre et rendez-vous le 22 pour la présentation de l’approche globale.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (1)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
vangog
- 16/09/2017 - 22:58
Le socialiste masqué ne touche pas à la loi SRU...
Très bête loi SRU qui oblige les communes-toutes les communes- à atteindre le quota de 25% de logements sociaux en proportion du parc total de logements, sous peine de sanctions financières. Les communes qui privilégiaient le tourisme ou la ruralité à l'industrialisation, naturellement et historiquement faibles en logements sociaux sont donc inégalitaires face à cette loi gauchiste qui les sanctionne gravement...loi SRU qui les oblige à bétonner pour quoi?... Puisqu'il n'y a pas de travail industriel! Pour loger des chômeurs, futurs RSAstes du gauchisme qui devront être doublement pris en charge par les collectivités (d'abord par le financement de leur logemebt social, puis par le financement de leur allocation à vie...ou, troisième option gauchiste, pour loger les clandestins de l'immigration de masse, et futurs électeurs gauchistes, dans ces logements sociaux?...Voilà pourquoi les patriotes exigent la préférence nationale stricte (à l'exclusion des bi-nationaux) pour l'accession au logement social!