En direct
Best of
Best of du 17 au 23 octobre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Un sondage dévastateur pour Macron et aussi, hélas, pour la France

02.

Ramzan Kadyrov estime qu'Emmanuel Macron pousse les musulmans "vers le terrorisme"

03.

Et l'attaché parlementaire d'Aurélien Taché dénonça les "exhibisionistes"...

04.

Puisque nous sommes partis pour des reconfinements, que faire pour éviter une violente crise de santé mentale ?

05.

Mais qu’est ce qu’ont vraiment loupé les partis pour que 79% des Français soient désormais prêts à un vote anti-système ?

06.

Virginia Raggi, la maire de Rome, révèle être menacée par la mafia

07.

Alerte aux vampires : comment des cadavres en décomposition ont provoqué la première crise de panique collective en 1720

01.

L‘épargne des Français va nous sauver de la ruine et financer l’argent magique de la relance : démonstration

02.

Stéphane Plaza se fait larguer pour un plus jeune; Laeticia Hallyday plaque Pascal; Sia adopte des adultes; Kylian Mbappé récupère l'ex de Neymar; Marlène Schiappa aime les hommes, Britney Spears profite

03.

Coronavirus : L’Etat freine-t-il des médicaments français qui pourraient être efficaces ?

04.

Bahar Kimyongür : "Dans sa fuite en avant, Erdogan n'hésitera pas à faire flamber le danger islamiste en France"

05.

La France maltraite ses profs et devra en payer le prix

06.

Ce qui s'est vraiment passé au sein du ministère de l'Education nationale dans les jours ayant précédé la mort de Samuel Paty

01.

Non, la République ne peut pas protéger les musulmans de l’islam radical et voilà pourquoi

02.

François Hollande : "une partie minoritaire de la gauche a pu manifester une étrange tolérance envers l’islam"

03.

Islamisme : pour Alain Juppé, "plus que du séparatisme, c'est un esprit de conquête"

04.

Un sondage dévastateur pour Macron et aussi, hélas, pour la France

05.

Mais qu’est ce qu’ont vraiment loupé les partis pour que 79% des Français soient désormais prêts à un vote anti-système ?

06.

Islamo-gauchisme : les lendemains ne chantent plus, c'est interdit

ça vient d'être publié
pépites > Politique
Vers un nouveau confinement ?
Covid-19 : Emmanuel Macron annoncera de nouvelles restrictions ce mercredi à 20 heures
il y a 8 heures 54 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"La Chambre des dupes" de Camille Pascal : Louis XV et les soeurs Mailly-Nesle : amours, intrigues, courtisans... Un roman brillant et bien documenté

il y a 9 heures 59 min
pépites > Politique
Campagne sous tension
Virginia Raggi, la maire de Rome, révèle être menacée par la mafia
il y a 10 heures 55 min
pépites > France
Tchétchénie
Ramzan Kadyrov estime qu'Emmanuel Macron pousse les musulmans "vers le terrorisme"
il y a 11 heures 51 min
pépites > Justice
Décision
La justice administrative valide la fermeture temporaire de la mosquée de Pantin
il y a 13 heures 32 min
décryptage > Culture
Septième art

Les banalités subversives de Maïwenn

il y a 16 heures 7 min
pépites > Santé
Choix cornélien : épidémie ou économie
Coronavirus : le reconfinement n'est plus tabou, couvre-feu élargi, confinement général ou local ?
il y a 16 heures 51 min
pépites > Politique
Relations humaines
Tensions internes dans la cellule diplomatique de l'Elysée et rapports tendus avec le Quai d'Orsay
il y a 17 heures 28 min
décryptage > Société
Dangers des nouveaux outils

Les objets connectés, des armes redoutables aux mains des auteurs de violences familiales

il y a 18 heures 3 min
décryptage > Economie
Réindustrialisation

Et pendant ce temps là, sur le front de l’industrie, on continue à faire des âneries

il y a 18 heures 54 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Les Gaulois réfractaires demandent des comptes au Nouveau Monde" de Philippe de Villiers : La Vendée se prend pour Bibracte. La révolte gronde. Les 2 Villiers sont à la manoeuvre

il y a 9 heures 48 min
light > Media
Bon rétablissement
Michel Drucker ne sera pas de retour sur France 2 avant 2021 après son opération
il y a 10 heures 33 min
Pollution
Réchauffement climatique : des gisements de méthane se décongèlent dans l'océan Arctique relâchant du gaz à effet de serre
il y a 11 heures 16 min
pépites > Education
Education Nationale
Rentrée du 2 novembre : un hommage à Samuel Paty sera organisé dans les écoles
il y a 12 heures 46 min
décryptage > Histoire
Identifier la menace

Guerre des civilisations ou guerre au sein de l’islam ?

il y a 15 heures 59 min
décryptage > France
Vocabulaire

Ensauvagement : une fois encore, Laurent Mucchielli parle trop vite…

il y a 16 heures 34 min
pépite vidéo > Europe
Paris - Ankara
L'Union européenne apporte son soutien à la France après l'appel au boycott des produits français
il y a 16 heures 55 min
décryptage > Histoire
Origines du mythe

Alerte aux vampires : comment des cadavres en décomposition ont provoqué la première crise de panique collective en 1720

il y a 17 heures 49 min
décryptage > Santé
Hiver de la dépression

Puisque nous sommes partis pour des reconfinements, que faire pour éviter une violente crise de santé mentale ?

il y a 18 heures 32 min
décryptage > Politique
Sondage pour 2022

Mais qu’est ce qu’ont vraiment loupé les partis pour que 79% des Français soient désormais prêts à un vote anti-système ?

il y a 19 heures 20 min
Atlantico Business

Medef : le patronat cherche à convaincre le gouvernement de ne rien lâcher sur les réformes promises

Publié le 30 août 2017
Pierre Gattaz a rappelé hier aux membres du gouvernement qui se pressent à l’université d’été, les points de réformes sur lesquels ils ne pouvaient pas reculer : le code du travail et la baisse des impôts.
Jean-Marc Sylvestre
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean-Marc Sylvestre a été en charge de l'information économique sur TF1 et LCI jusqu'en 2010 puis sur i>TÉLÉ. ...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Pierre Gattaz a rappelé hier aux membres du gouvernement qui se pressent à l’université d’été, les points de réformes sur lesquels ils ne pouvaient pas reculer : le code du travail et la baisse des impôts.

L’université d’été du Medef de cette année ne ressemble pas aux autres. Elle se déroule dans un climat très amélioré.

D’abord, parce que la perspective de croissance est forte et principalement parce que la croissance mondiale est très soutenue.

Ensuite, parce que les chefs d’entreprise ont encore confiance dans la gouvernance Macron pour aller au bout des réformes nécessaires. Dans la forme, le résultat est que les ministres du gouvernement se bousculent pour y être vus et entendus. Alors, on peut évidemment se demander pourquoi ils viennent aussi nombreux alors qu’ils se font pour le moins tancer et parfois chahutés.

Les ministres se précipitent à Jouy-en-Josas d’abord parce qu’ils y sont invités et que le patronat, qui n’arrête pas de réclamer avec raison que l’Etat le laisse tranquille, adore la présence d’un ministre. Sans doute parce que ça impressionne les adhérents, parce qu’on ne fait rien en France sans l’autorisation ou l’adhésion d’un membre du gouvernement.

Que les ministres viennent, c’est un peu normal, ils font de la politique et toutes les occasions d’expliquer et de séduire sont bonnes àprendre. Mais que le patronat leur déroule le tapis rouge, cela paraît quand même un peu archaïque et contradictoire avec la fonction de chef d’entreprise dont la revendication première est la liberté de créer de la richesse. Et sur ce point, ils commencent à se poser des questions sur la détermination de la gouvernance à réformer.

Pierre Gattaz, d’ailleurs, a fait le job. Ministre ou pas, il a rappelé les réformes qui ont été promises et qui pourraient avoir du plomb dans l’aile pour cause de grogne syndicale et populaire.

A l’issue des premiers cent jours du quinquennat d’Emmanuel Macron, les chefs d’entreprise ont quelques raisons de douter de la capacité du président et du gouvernement à aller au bout des réformes annoncées et promises.

Le Medef a ciblé des points précis à traiter d’urgence. Les lignes jaunes qu’il ne faudrait pas franchir.

Le premier avertissement concerne la réforme du Code du travail. La ministre du travail doit présenter le texte de l’ordonnance fixant le textedans 24 heures. Globalement, le projet organise plus de flexibilité avec notamment l’inversion de la hiérarchie des normes, c’est-à-dire en déplaçant au niveau de l’entreprise une grande partie des négociations portant sur l’organisation du travail. On est à peu près d’accord sur ce qui restera de la responsabilité de la branche et sur ce qui sera descendu au niveau de l’entreprise. On est à peu près d’accord sur la simplification des contrats de travail (CDD et CDI). On est à peu près d’accord sur la simplification des institutions de représentation des personnels dans l’entreprise. Cela dit, rien n’est encore réglé concernant, d’une part le plafonnement des indemnités de licenciement et d’autre part, on ne sait pas la taille de l’entreprise en deçà de laquelle un représentant du syndicat sera obligatoire pour ouvrir une négociation. 

Actuellement, les entreprises qui ont moins de 50 salariés sont exonérées de cette obligation.Au-delà, il faut un représentantsyndical, mêmes’il n’y en a aucun d’implanté dans l’entreprise. Le résultat, c’est que les entreprises de plus de 50 salariés, mais qui n’ont pas de syndicat, sont obligées d’importer un permanentvenant d’un syndicat pour accompagner la négociation.
Le patronat voudrait relever jusqu'à 300 salariés le seuil à partir duquel les entreprises seraient contraintes d’avoir une représentation syndicale.

Les grands syndicats sont évidemment opposés à ce changement de seuil.

Le deuxième avertissement porte sur la réforme fiscale. Compte tenu des contraintes budgétaires, les chefs d’entreprise sont de plus en plus dubitatifs sur la détermination du gouvernement à donner un coup de balai dans la fiscalité des entreprises.

Plus grave, ils considèrent que la promesse de baisser l’impôt sur les sociétés est une piste intéressante, mais si cette baisse est compensée par des impôts et taxes supplémentaires sur la production, la réforme sera évidemment improductive.

Avant de toucher à l’impôt sur les bénéfices, la majorité des chefs d’entreprisepréfèrerait qu’on regarde à la loupe les impôts qui pèsent sur le capital investi ou sur la création de valeur ajoutée. Des impôts qui pénalisent l’investissement, l’embauche et l’innovation. Des impôts qui sont calculés avant même que l’entreprise n’ait réaliséle premier centime de bénéfice. 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (4)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Deneziere
- 30/08/2017 - 22:35
Gattaz contre Gattaz
JM Sylvestre avait dans ces colonnes taillé une veste à P. Gattaz, qui s'était senti obligé de se justifier. Pas trop mal, si mes souvenirs sont bons. Mais la charge de Sylvestre avait quelque chose de bien senti. Alors que Yvon Gattaz avait amené une dimension PME, inédite à l'époque et jamais retrouvée depuis, son fils a confondu patronat de combat avec patronat d’escarmouches verbales. Au final, j’espère me tromper, mais je ne vois pas un de ces "fat cats" interrompre sa partie de golf et aller se battre pour relever le seuil de représentation syndicale
Deneziere
- 30/08/2017 - 22:22
Gattaz-Pénicaud - Lequel est mon cul ? Lequel est ma chemise ?
Le Medef... Ils vous parlent d'entreprendre, mais ce sont des dirigeants salariés de grands groupes. Ils vous parlent de prendre des risques, mais ils ont des parachutes dorés. Ils se prétendent libéraux et essayent en permanence de carteliser l'économie avec la complicité de l'état. Et d'ailleurs ils invitent des ministres. Répugnant capitalisme de connivence.
ajm
- 30/08/2017 - 12:38
Marché de dupe possible.
Il faut tenir compte du fait que l'IS est calculé sur une base imposable qui est bien délimitée par le fisc. Si le taux d'IS baisse mais que l'assiette imposable augmente ( par exemple en revoyant le régime des amortissements et provisions deductibles) ce peut être un marché de dupe pour les entreprises.