En direct
Best of
Best of du 14 au 20 novembre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Qui a peur de Jean-Michel Blanquer ?

02.

Julie Gayet tente de sauver son couple, Ingrid Chauvin liquide le sien, celui de Nabilla tangue; Sophie Marceau fait des câlins aux arbres, Aya Nakamura se la pète; Meghan Markle & Katy Perry, voisines et ennemies, Kylie & Kendall Jenner soeurs et idem

03.

Michel-Edouard Leclerc annonce qu'un "quart du profit réalisé dans les centres Leclerc sera réaffecté au personnel"

04.

Voilà les meilleurs gadgets à acheter pour se créer un home cinéma de compétition pour le confinement

05.

La décennie qui s'ouvre pourrait être encore pire que la précédente et voilà pourquoi

06.

Macron parle demain soir : pas de déconfinement, mais "un allègement progressif des contraintes"

07.

Pierre Manent : "Nous souffrirons longtemps de la passivité qu’a imposé le gouvernement aux Français avec le Covid"

01.

Julie Gayet tente de sauver son couple, Ingrid Chauvin liquide le sien, celui de Nabilla tangue; Sophie Marceau fait des câlins aux arbres, Aya Nakamura se la pète; Meghan Markle & Katy Perry, voisines et ennemies, Kylie & Kendall Jenner soeurs et idem

02.

Boycott de CNews : quand Decathlon veut faire du profit sur le dos de la liberté d’expression

03.

Carnage en vue sur les banques européennes ?

04.

Qui a peur de Jean-Michel Blanquer ?

05.

Quand Barack Obama démontre que Nicolas Sarkozy est juif

06.

Covid-19 : radioscopie des racines de la faillite morale de l’Etat français

01.

Quand Barack Obama démontre que Nicolas Sarkozy est juif

02.

Covid-19 : radioscopie des racines de la faillite morale de l’Etat français

03.

Barbara Pompili et Eric Dupond-Moretti annoncent la création d'un "délit d'écocide"

04.

Aucun lien entre le terrorisme et l'immigration !

05.

Projet de loi séparatisme : un arsenal qui alterne entre le trop et le trop peu

06.

Boycott de CNews : quand Decathlon veut faire du profit sur le dos de la liberté d’expression

ça vient d'être publié
Dépenses et coups de coeur
Black Friday : les Français sont prêts à dépenser plus que l’an dernier
il y a 5 heures 31 min
pépites > Europe
Lutte contre la pandémie
Covid-19 : "L'issue est en vue", selon Boris Johnson
il y a 7 heures 9 min
pépites > Justice
Justice
Affaire des "écoutes" : le procès de Nicolas Sarkozy, jugé pour corruption, est suspendu jusqu'à jeudi
il y a 9 heures 56 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"L’archipel des Solovki" de Zakhar Prilepine : plaisir de relire - Les camps des Solovki, antérieurs aux goulags. « J’ai voulu écrire moins sur les camps que sur les Russes » a dit l’auteur, l’un des plus grands romanciers russes contemporains

il y a 10 heures 57 min
rendez-vous > High-tech
La minute tech
Voilà les meilleurs gadgets à acheter pour se créer un home cinéma de compétition pour le confinement
il y a 12 heures 4 min
pépites > Santé
Ecrans
L'Agence nationale de sécurité sanitaire (Anses) s'inquiète du temps passé par les jeunes devant leurs écrans, sans activité physique, aggravé par le confinement
il y a 13 heures 9 min
décryptage > High-tech
Réseaux sociaux

Et si la Chine était en train de doubler la créativité d'une Silicon Valley en panne d'idées ?

il y a 14 heures 1 min
pépite vidéo > Economie
Engagements face à la crise
Michel-Edouard Leclerc annonce qu'un "quart du profit réalisé dans les centres Leclerc sera réaffecté au personnel"
il y a 14 heures 26 min
décryptage > Politique
Disraeli Scanner

A la fin, est-ce le capitalo-marxisme qui l’emportera?

il y a 15 heures 5 min
pépites > Santé
Coronavirus
Macron parle demain soir : pas de déconfinement, mais "un allègement progressif des contraintes"
il y a 15 heures 29 min
pépites > International
Avenir des Etats-Unis
Joe Biden a dévoilé les noms des premiers membres de son gouvernement
il y a 6 heures 3 min
light > Politique
Succès fou
Barack Obama a vendu 890.000 exemplaires de ses mémoires en seulement 24h en Amérique du Nord
il y a 7 heures 55 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Un coupable presque parfait La construction du bouc émissaire blanc" de Pascal Bruckner : un plaidoyer solide, un essai brillant, au secours d’une civilisation crépusculaire ébranlée par les diktats des minorités

il y a 10 heures 36 min
décryptage > Economie
Les entrepreneurs parlent aux Français

Ma lettre au père Noël. Chômage. Récession. Dépression. Un peu de champagne ?

il y a 11 heures 43 min
pépites > International
Diplomatie
Le Premier ministre israélien aurait rencontré secrètement le prince héritier d'Arabie Saoudite
il y a 12 heures 19 min
pépites > High-tech
Gaffe
Un journaliste débarque dans une réunion Zoom secrète des 27 ministres européens de la Défense qui a du être annulée
il y a 13 heures 48 min
pépites > International
Environnement
Un ancien bureaucrate a inspiré le discours du président chinois Xi Jinping changeant l'histoire du réchauffement climatique
il y a 14 heures 15 min
pépites > Finance
Economie
Danone annonce 1.500 à 2.000 suppressions de postes dont près de 400 en France
il y a 14 heures 59 min
décryptage > Media
Sur le divan

"L’élection de Joe Biden est bonne pour l’équilibre mental des Français". Et c’est la psy attitrée de France Info qui vous le dit

il y a 15 heures 22 min
décryptage > Société
La germination des mots

Existerait-il des complotistes sans comploteurs ?

il y a 15 heures 30 min
© Reuters
© Reuters
Tribune

Tout drame sanitaire n’est pas un scandale… et la Dépakine n’est pas le Médiator

Publié le 16 juillet 2017
De telles confusions, de plus en plus fréquentes, ne sont pas sans conséquences sur les relations médecin- malade, sur l’image de la médecine et sur notre propre santé.
Claude Huriet
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Claude Huriet est professeur agrégé de médecine et ancien sénateur.Ancien Président de l'Institut Curie, il est membre du Comité international de Bioéthique de l'Unesco et membre honoris causa de l'Académie nationale de médecine.
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
De telles confusions, de plus en plus fréquentes, ne sont pas sans conséquences sur les relations médecin- malade, sur l’image de la médecine et sur notre propre santé.

L’affaire de la Dépakine rebondit. Les plaignantes préparent un recours collectif contre les laboratoires incriminés, et les médias s’empressent de titrer : « Dépakine : vers un nouveau scandale ? ».  Une fois encore, on confond les crises sanitaires, qui se sont multipliés au cours des 30 dernières années, les drames qu’elles ont engendrés, et les scandales dont les auteurs sont reconnus fautifs et doivent être sanctionnés. De telles confusions, de plus en plus fréquentes, ne sont pas sans conséquences sur les relations médecin- malade, sur l’image de la médecine et sur notre propre santé.

Dès que survient un accident médical, après avoir consulté Internet, on suspecte a priori l’incompétence du médecin, une faute médicale, une complicité entre « les acteurs » (laboratoires pharmaceutiques, prescripteurs, soignants…), et une légèreté coupable des pouvoirs publics. L’émotion et l’inquiétude toujours, l’indignation souvent, naissent immédiatement d’une médiatisation qui, faisant fi de la présomption d’innocence, anticipe sur les conclusions des enquêtes. Un drame douloureux devient un scandale, avec de fâcheuses conséquences, dont la moindre n’est pas l’apparition d’un préjudice d’angoisse… qui pourra d’ailleurs être indemnisé par la suite.

Plus grave, « ces scandales sanitaires à répétition » altèrent les relations entre des malades de plus en plus méfiants, et des médecins qui désertent une pratique de plus en plus judiciarisée. Ils sont incités à multiplier les examens dits complémentaires afin de prévenir le grief de ne pas avoir eu recours aux données actuelles de la science, sans parler du principe de précaution auquel le juge se réfère, hélas, de plus en plus souvent !

« La Dépakine n’est pas le médiator »

L’affaire du médiator est un scandale. Sept ans après le dépôt des premières plaintes, après que le produit eut été retiré du marché pour « tromperie aggravée, mise en danger de la vie d’autrui, homicide involontaire… prise illégale d’intérêts, le parquet de Paris vient de demander le renvoi du groupe Servier devant le tribunal correctionnel. « L’affaire du médiator » est un double scandale : scandale sanitaire, si la responsabilité du produit est confirmée dans la survenue d’effets indésirables graves, y compris de décès, dont le nombre continue de faire débat ; un scandale judiciaire du fait de la durée de la procédure, de la difficulté d’établir les responsabilités et d’apporter des preuves certaines de liens de causalité.

La Dépakine est un drame, pas un scandale. Le Valproate de sodium est prescrit dans les formes graves d’épilepsie, caractérisées par des crises sévères et répétées. C’était, jusqu’à récemment, le seul médicament efficace en pareil cas mais il peut entraîner chez la femme enceinte des interruptions de grossesse et des troubles graves du développement fœtal dans 30 à 40 % des cas. L’évaluation du rapport bénéfice/ risque est particulièrement difficile dans de telles situations et la patiente doit faire un choix « éclairé » dramatique. À elle de décider : interrompre la grossesse ou interrompre le traitement.

La Dépakine n’est pas le seul médicament à poser ce dilemme. D’autres molécules utilisées en chimiothérapie, comportent les mêmes risques s’ils sont prescrits durant les toute premières semaines de la grossesse. Il faut prendre « des précautions additionnelles », comme le préconise l’ANSM pour le mycophénolate. Ce médicament, prescrit dans la prévention du rejet des greffes, ne peut être délivré à une femme en âge de procréer que si elle présente tous les six mois au pharmacien un formulaire d’accord de soins cosignés avec son médecin, dans lequel elle s’engage notamment à utiliser une double contraception pendant toute la durée de son traitement, après avoir effectué un test de grossesse. De telles contraintes sont difficilement acceptées voire même rejetées par les patientes. Alors, que faire ?

Tout drame sanitaire n’est pas un scandale. Les victimes d’un accident médical ont droit à une même compassion, elles doivent être accompagnées pour y faire face. Mais Il faut mettre un terme aux amalgames entre les conditions de survenue et les conséquences qu’engendrent les crises sanitaires, les drames consécutifs aux accidents iatrogènes et les scandales sanitaires.

Les crises sanitaires telles que le sang contaminé, la vache folle ou l’hormone de croissance, sont des accidents « sériels » et menacent l’état de santé de la population, et créent une situation d’urgence. Les accidents « iatrogènes » consécutifs à un acte médical (prescription d’un traitement, pratique d’un examen, interventions chirurgicales…) sont des drames, quel que soit leur degré de gravité. Alors que le médecin doit agir pour soulager et si possible guérir la personne qui lui fait confiance, un accident bouleverse toute la démarche médicale. Le malade en veut au médecin, le médecin s’en veut à lui-même. La compensation financière du préjudice, quand elle intervient, ne suffit pas à apaiser la conscience du médecin, ni la rancœur, ni les revendications de la victime et de son entourage. C’est alors que le drame peut virer au scandale si –et seulement si– il apparaît que l’accident était évitable et que des fautes ont été commises.

Il n’y a donc scandale qu’en cas de pratiques contraires à la morale, justifiant l’émotion et l’indignation.

Informer les patients et indemniser les victimes. La mise en cause du médecin a longtemps été fondée sur l’absence de recueil du consentement, ou sur l’insuffisante information du patient. Le préjudice subi par la victime d’un accident médical n’était indemnisé que si une faute pouvait être constatée et « le coupable » identifié.

Anticipant sur les dispositions de la loi du 4 mars 2002 « relative aux droits des malades et la qualité du système de santé », j’avais fait adopter par le Sénat, en avril 2001, une proposition de loi (n°221) « relative à l’indemnisation de l’aléa médical à la responsabilité médicale », qui reconnaissait, pour la première fois, l’existence d’accidents médicaux non fautifs. Il s’agissait de mettre un terme à la judiciarisation croissante de la médecine, tout dommage « grave et anormal » pouvant être indemnisé par la solidarité nationale. Les experts de l’ONIAM  (Office national d’indemnisation des accidents médicaux), et des CRCI (Commission Régionale de Conciliation et d’Indemnisation), parfois injustement vilipendés, remplissent au mieux aujourd’hui les missions que leur a confiées la loi.

Les progrès de la médecine, l’apparition de nouveaux traitements, les innovations technologiques et l’allongement de l’espérance de vie, peuvent donner l’illusion de la toute-puissance de l’homme et du médecin face à la maladie et à la mort

Lorsque survient une crise sanitaire ou un accident médical, c’est la stupeur, l’incompréhension, le doute, le soupçon, et parfois le scandale !

Il faut « savoir raison garder » et comprendre qu’en médecine, comme dans toute activité humaine, il n’y a pas de progrès sans risque.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (0)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Pas d'autres commentaires